Comment s’EXPATRIER en ESTONIE ?

Transcription – COMMENT S’EXPATRIER EN ESTONIE

Comment s’expatrier en Estonie ? C’est ce qu’on va voir en détails dans cette vidéo. Je suis actuellement avec mon frère Jonathan et Romain. On va voir une success story de France en Estonie.

Juste avant, cliquez sur le bouton « s’abonner » pour rejoindre plusieurs milliers d’entrepreneurs abonnés à la chaîne YouTube.

Je suis avec Romain qui habite maintenant en Estonie. Et tu vas nous expliquer un petit peu pourquoi tu t’es expatrié ici. Et ce qui est assez grandiose et magique, c’est que tu as visionné une vidéo avec mon frère que j’avais réalisée l’année dernière à Budapest, au congrès des infopreneurs où on a expliqué : « Comment s’expatrier en Estonie ? » Donc comment avoir une société là-bas. Tu es tombé sur cette vidéo et ça t’as fait le déclic dans ton esprit et quelques mois après, il y a déjà plusieurs mois que tu es ici, tu as quitté Paris, la France plus particulièrement, pour venir ici.

Salut Romain, est-ce que tu peux rapidement te présenter et nous expliquer un petit peu tes débuts jusqu’à l’Estonie, il y a quelques mois.

Romain : Bien sûr Maxence ! Merci Jonathan de nous accueillir chez toi. Content de te rencontrer finalement, Maxence.

Maxence : Donc là, on est actuellement dans l’appartement de Jonathan.

Romain : Je m’appelle Romain. J’ai 31 ans et j’ai commencé par faire un BTS en professions immobilières, donc ça fait près de 10 ans que je travaille dans le domaine de l’immobilier. Et pour faire court, j’ai monté une petite boite de conseil en marketing et j’aide les agents immobiliers et les promoteurs à atteindre des acheteurs étrangers par le biais de solutions marketing digital, de publication d’annonces sur internet. J’avais des clients internationaux. J’étais basé à Paris, avec mon siège à Paris, mon comptable à Paris, toute mon activité économique à Paris sauf que mes clients eux, étaient à l’étranger. Bon, cadre de vie super chouette à Paris mais on en fait vite le tour. Je voulais changer, super intéressé par les voyages, des expériences de vie, je me suis dit : « Ecoute, c’est peut-être l’heure de faire quelque chose de nouveau, de différent, profiter d’une fiscalité allégée aussi et de développer mon activité à l’étranger ». Donc, je faisais mes petites recherches et je suis tombé sur l’une de vos vidéos. Ça m’a filé le déclic. Et donc, je suis rentré en contact avec Jonathan, tu m’as été vachement utile, vachement proactif dans les conseils que tu as pu me donner, même offline, sans me demander quoi que ce soit en échange.

Maxence : Tu as contacté Jonathan et ensuite, tu as donné quelques réponses…

Jonathan : … sur la vie en Estonie, etc. Comment ça se passe.

Si vous aussi, si vous voulez venir en Estonie, n’hésitez pas à m’envoyer un message sur Facebook pour pouvoir vous aider si vous avez des questions pratiques. Je trouve que c’est assez sympa qu’il y ait de plus en plus d’entrepreneurs qui viennent dans ce pays, qui a beaucoup d’avantages. C’est assez méconnu en France. Souvent, les gens ils ont une image : « c’est un pays où il fait super froid l’hiver ». Il y a plein d’avantages à être entrepreneur ici. Comme le disait Romain, la fiscalité qui est relativement légère surtout dans le cas typique de Romain, l’Estonie c’est magique. Pourquoi ? Parce qu’il a des clients à l’étranger donc il n’y a pas de TVA à encaisser puisque ces clients sont hors de l’Union Européenne. Plus Romain n’utilise pas à l’heure actuelle de processeur de paiement de type Stripe (Stripe n’est pas disponible en Estonie). Il n’a pas ce souci-là puisque ces clients, ils reçoivent l’argent par virement. Les gens qui sont dans ce cas-là, c’est vraiment la situation parfaite puisque vous allez avoir notamment une fiscalité assez légère et surtout beaucoup moins de bureaucratie à gérer donc c’est l’idéal dans son cas. Si vous êtes dans ce cas également, intéressez-vous, renseignez-vous sur ce pays, ça va vous apporter quand même un paquet d’avantages.

Maxence : Ok. Première question que vous vous posez certainement, vous vous dites : « Merci Romain, mais qu’est-ce que tu n’aimais pas en France ou du moins, qu’est-ce que tu avais envie de changer et quelles ont été tes premières impressions vis-à-vis de l’Estonie » ? Tu t’es dit : « Waouh, mais qu’est-ce que je fous là » ? C’est la Sibérie… » Quels ont été ces premiers points précis dans ton esprit après quelques semaines ici.

Romain : Ce qui m’a poussé à partir vraiment, c’est de vouloir changer d’environnement. J’étais dans une zone de sécurité.

Maxence : Zone de confort.

Romain : Je n’étais plus très satisfait de ma situation présente, 00 :04 :48 appartement, situation professionnelle, un cercle d’amis, etc. J’avais envie de faire autre chose, de faire différent, de voir ce qui se passait ailleurs.

Pour la petite histoire, je suis d’origine russe donc ça me parlait beaucoup de me rapprocher de la Russie, étant donné qu’on est le pays limitrophe avec la Russie ; et disons que Saint-Pétersbourg, on peut y aller en quelques heures.

Maxence : Six heures de bus de Tallinn – Saint-Pétersbourg ?

Romain : Ou on peut également y aller en ferry pour la petite histoire.

Aussi, les impôts, je trouvais que le système fiscal français et l’aspect procédure était bien trop important.

Maxence : Parce qu’en France, RSI, CIPAV, qu’est-ce qu’il y a d’autre… URSSAF. Donc la totale où on est chaque fois assommé par des tonnes de papiers.

Romain : Autant de temps perdu en gros à ne pas passer son temps à soi pour créer de la valeur pour ses clients, quelque chose de totalement inutile à mon sens et encore une fois, mes clients étaient à l’étranger.

Maxence : Raison de plus.

Romain : J’adore Paris pour y vraiment fait pas mal de choses et à mon niveau, visité quelques pays, j’adore la France. C’est quelque chose d’absolument fabuleux, Paris en particulier mais comme je suis jeune et que j’allais le faire quoi qu’il arrive, je me suis dit « fais-le !» La fiscalité ici est excellente. En fait, c’est un des pays les plus souples, on va dire, en Europe pour ce qui est création d’entreprise et de développer une activité, là où en France, c’est un peu moins facile à faire. Et en plus de ça, il y a une qualité de vie qu’on n’a pas nécessairement en France. Il y a beaucoup d’avantages, je vais dire, à ce niveau-là.

Maxence : Vous vous dites peut-être : « Combien ça coûte une société, quels sont les différents frais, les différents taxes, quels sont un petit peu les statuts à choisir ?» Est-ce que tu peux, Jonathan, nous expliquer tout ça et surtout aussi en combien de temps on peut réaliser les démarches administratives ?

Jonathan : C’est une très bonne question. A mon avis, ça va attirer pas mal de gens.

C’est simple. Vous pouvez débarquer ici, vous louez un appartement pour avoir une adresse et en quelques jours… Romain, ça lui avait pris cinq jours ; moi, ça m’avait pris je crois un petit peu plus. Donc c’est bon signe, c’est qu’ils vont de plus en plus vite… Vous avez votre carte de résident et ensuite, dès que vous l’avez, le jour même vous pouvez créer votre société. Le jour même sauf si c’est un week-end ou un jour férié. Mais le jour même, vous pouvez même avoir votre compte bancaire. C’est-à-dire que vous vous levez le matin, vous faites les démarches internet… On l’avait fait avec Romain ensemble, ça avait pris quoi, une demi-heure, une heure, quelque chose comme ça puisqu’on discutait en même temps d’autres trucs. Voilà vous payez 190 € une fois, ce n’est pas un truc à l’année, c’est juste à la création d’entreprise.

Maxence : Création de la société 200 € environ.

Jonathan : Voilà à peu près, quelque chose comme ça ! Une fois que c’est finalisé, et que vous avez payé, dans l’heure qui suit, vous recevez un mail avec un PDF qui vous donne votre numéro d’enregistrement. En quelques sortes, le numéro de SIRET, l’équivalent français, quelque chose comme ça. Et direct derrière, vous pouvez aller à la banque, vous montrez votre numéro de SIRET et vous avez votre compte bancaire qui est ouvert. C’est super rapide, ce n’est pas hyper-coûteux.

Ensuite, comment ça se passe au niveau de la fiscalité ? C’est vraiment méga-simple à comprendre, vous ne pouvez payer que de deux façons. Soit vous-vous versez un salaire, si vous voulez savoir combien ça fait, le salaire minimum est de 470 € net donc si vous versez un salaire de 500 € (je parlerai ensuite de ce que vous aurez comme service), ça va coûter 787,15 € précisément à votre entreprise.

Maxence : Donc 500 € = 787,15 €.

Jonathan : Vous n’êtes pas obligé de vous verser un salaire. Je vous recommande de vous en verser un parce qu’il y a quand même des avantages, genre vous allez à l’hôpital qui est gratuit. Mais quand ils disent gratuit, ce n’est pas une blague. C’est bien gratuit, vous n’avez pas besoin de payer une complémentaire par-dessus, vous n’avez pas d’autres frais à repayer. Ils doivent vous charger, je crois, 2,50 € par jour et 25 € maximum si vous êtes hospitalisé. Donc, ce n’est pas un truc de fou le maximum. Et vous avez les transports qui sont gratuits pour les résidents, c’est sympa.

D’ailleurs, petite parenthèse quand on parle des services publics en France… Dans ce pays, vous allez vous réconcilier avec les services publics parce que vous avez des services de qualité. Romain m’a confirmé, moi, c’est pareil, quand j’ai des choses à demander à l’administration pour mon entreprise, si j’ai des questions, on me répond dans les 48 heures rapidement. Vous avez même l’email personnel de la personne si vous avez des questions. Ça fonctionne vraiment bien, c’est rapide, c’est simple.

Donc, je vous disais le premier biais pour vous verser de l’argent. Vous avez votre entreprise et votre chiffre d’affaires, pour vous verser de l’argent : premier biais, un salaire. C’est facultatif. Je vous recommande, comme Romain fait ou moi aussi, de vous verser un salaire minima comme ça, vous avez les bénéfices d’être salarié. Sans non plus… parce que si vous-vous versez un salaire de 1000€, ça va vous coûter au moins le double au lieu de vous coûter 787. Ça va vous coûter 1600 ou quelque chose comme ça mais vous aurez les mêmes prestations. Donc, sauf si vous avez besoin de l’argent vraiment tout de suite, vous ne pouvez pas attendre ; puisque les dividendes, c’est par exemple, vous avez vos résultats financiers pour l’année 2017, vous ne pouvez vous verser vos dividendes qu’en 2018. Donc le salaire c’est bien si vous ne pouvez pas attendre, il faut que ça aille vite, mais ça va vous coûter plus cher.

Le deuxième biais, c’est de vous verser un dividende, comme je le disais. Et ça fonctionne sur la règle du 80/20. Vous versez par exemple 8000 € de dividendes, votre société paye 2000 et c’est tout, basta ! Il n’y a pas 36000 papiers, il n’y a pas 36000 organismes, il n’y a pas des rappels deux ans après en arrière, des trucs comme ça. C’est simple, c’est clair.

Soit vous-vous versez un salaire, dans ce cas-là, vous payez vos cotisations sociales. Il n’y a pas d’impôt sur le revenu un an après, il n’y a pas de taxe d’habitation, il n’y a pas de taxe pour la télé ou des trucs comme ça. Il y a deux biais, c’est simple, c’est juste votre salaire ou juste un dividende que vous payez et c’est tout.

Il y a la TVA aussi sur les clients en Union Européenne comme ailleurs en Union Européenne. Si vous avez des clients à Hong-Kong, comme Romain, là il n’y a pas la TVA du coup, pas besoin de la collecter. L’arrêt de TVA, vous la récupérez sur vos achats, ça c’est bien aussi d’avoir une entreprise, c’est pareil dans les autres pays d’Europe.

Voilà, c’est aussi simple que ça. Ce n’est pas compliqué à comprendre et à mettre en place. Vous venez, vous louez un appartement, quelque chose pour que vous ayez une adresse ici. Vous avez votre carte de résident en quelques jours et après vous créez votre société en quelques heures, vous avez votre compte en banque et vous pouvez encaisser des paiements.

Pour les infopreneurs. Alors, ça ne concerne pas Romain, mais pour les gens qui sont infopreneurs, sachez qu’il n’y a pas Stripe mais il y a d’autres processeurs de paiement. Vous avez 2Chekout, vous avez Braintree qui est compatible avec Clickfunnels, vous avez Paysite-cash. Si vous utilisez Learnybox à la place de Clickfunnels, vous avez Paysite-cash que vous pouvez plugger à une boîte en Estonie. Donc vous n’êtes pas coincé. Vous avez Paypal bien sûr, c’est juste que vous n’avez pas Stripe à l’heure actuelle. Pour l’instant, on ne peut pas dire qu’ils ne seront pas là dans le futur mais vous avez d’autres alternatives, donc ce n’est pas un gros souci. Et si vous êtes comme Romain, juste à encaisser par virement, aucun souci. Vous avez même un compte multidevises, en Estonie, ils ouvrent des comptes multidevises automatiquement, un paquet de devises, je crois une vingtaine ou une trentaine. Si vous avez besoin pour des transactions internationales, aucun problème. Voilà, puisque si vous allez à la Caisse d’Epargne, vous voulez faire un virement en dollars d’Hong Kong par exemple, la personne au guichet va vous regarder bizarrement en ne comprenant pas trop ce que vous voulez lui demander. En plus, ça va vous couter cher, ici, il n’y a pas de souci. Vous pouvez tout faire ça en ligne. C’est un petit peu comme Transferwise, c’est assez pratique donc c’est ça qui est assez appréciable.

Et le coût de la vie est moins élevé également. Il y a plus d’argent qui reste dans votre poche au niveau de votre activité, de votre entreprise et en même temps, le coût de la vie est moins élevé. C’est assez avantageux. Là, l’appartement que vous voyez, il fait 109 m² et je paye 800 € de loyer. Vous rajoutez 200 € de charges avec l’électricité, l’internet, le chauffage qui est plus cher l’hiver, logique. Mais en moyenne ça fait 1 000 € par mois pour un 110 m², c’est plutôt pas mal. Il n’y a pas beaucoup de pays où vous aurez ça. Surtout que le quartier est sympa, il y a la mer qui est à quelques minutes à pied.

Maxence : Tu es en plein centre de Tallinn, qui est la capitale de l’Estonie. C’est comme si vous étiez en plein centre de Paris, ce n’est pas évidemment ces tarifs là.

Jonathan : Il y a un grand parc à quelques minutes à pied. Vous aurez un truc à 3 ou 4 000 à Paris et il resterait moins dans votre poche pour le même niveau de chiffre d’affaires donc c’est quand même assez intéressant. Il y a le centre-ville à 15-20 minutes à pied. Si vous prenez le tram, qui est gratuit pour les résidents, ça va vous prendre 5 minutes, il y a le grand parc à côté. C’est un truc assez sympa que je ne pourrais pas avoir en France, c’est clair, un appartement de cette taille, de cette qualité.

Ça fait partie de tous ces avantages là pour lesquels je vous recommande l’Estonie. C’est assez peu connu, si vous demandez à la personne moyenne, ils imaginent un pays de l’Est sous développé alors que ce n’est pas du tout le cas. Vraiment, tout est automatisé, tout est en ligne, tout est informatisé au maximum puisqu’ils sont partie d’une logique, après l’époque communiste, ils étaient super pauvres, ils n’avaient pas grand-chose. Au lieu de construire des mairies et des infrastructures un peu partout, ils ont tout fait en ligne et après, ils ont décidé de le développer. Ça allait jusqu’à l’e-résident et ils continuent comme ça à développer et à mettre en place de plus en plus de services. Ils parlent même d’être le numéro un mondial pour 2019 à ne plus avoir de comptabilité. Ça va faire plaisir à un paquet d’entrepreneurs. Pas de perte de temps avec ça.

Maxence : 0 comptabilité à partir de 2019 !

Jonathan : Ils sont en train de le mettre en place. Tout est fait pour simplifier la vie. Moi-même, je ne passe vraiment pas beaucoup de temps. Le seul truc que j’ai à faire, quand je fais une vente, je mets le reçu sur un dossier Dropbox que je partage avec mon comptable. Quand je fais une dépense, pareil, je garde le reçu. Je les mets dans un dossier Dropbox et après, je ne m’en occupe pas. C’est le comptable qui me fait les déclarations pour mon salaire. S’il y a des déclarations de TVA de temps en temps, à ce moment-là, il s’en occupe, c’est vraiment simple. Je n’ai pas de lettre comme en France, de temps en temps, vous avez une administration qui vous envoie un courrier, vous ne comprenez pas trop ce qu’ils vous demandent, ce qu’il faut que vous fassiez ; vous les contactez, ils ne sont pas toujours disponibles. Vous n’avez pas ce genre de surprise. C’est soit vous-vous versez un salaire, vous payez vos cotisations ; le 10 du mois suivant, vous versez votre paie en juin, vous avez jusqu’au 10 juillet pour payer les charges sociales, etc. La TVA vous avez jusqu’au 20 du mois suivant et c’est tout. Il n’y a pas d’impôts sur les sociétés. Je n’en ai même pas parlé puisque ça me paraît tellement évident vu que j’habite ici. Mais vous n’avez pas d’impôts sur les sociétés. Du coup, il n’y a pas de souci après de vous faire un rappel par rapport à telle charge qui n’était pas comprise dans les dépenses ou pas. Il n’y en a pas donc le problème est réglé. C’est-à-dire, voilà, vous pouvez vous verser un petit salaire pour bénéficier de la couverture sociale, un hôpital gratuit, etc. Vous pouvez ensuite vous verser en dividende puisque vous en avez besoin pour vivre et le reste, vous le laissez dans votre entreprise, pour réinvestir éventuellement ou pour vous verser des dividendes plus tard dans le futur si vous en avez besoin. Et ça va vous coûter 0, c’est net, c’est assez sympa, c’est le gros plus de ce pays. C’est unique en Europe de ne pas avoir d’impôts sur les sociétés, vous payez quand vous-vous versez l’argent. Si vous ne vous le versez pas, vous ne payez pas.

Il y a plein de startups qui viennent dans ce pays. Vous avez Transferwise qui a été fait ici, vous avez eu Skype avant, il y a une entreprise qui s’appelle Taxify (c’est un équivalent de Uber qui est assez populaire ici), il y a Toggl (c’est une startup aussi, qui permet de mesurer, quand vous avez des équipes, combien de temps chaque personne travaille, combien ça vous coûte). Il y a plein de startups qui s’installent ici. Il n’y a pas que la fiscalité, il y a une infrastructure où tout est fait… le pays est géré un peu comme une startup. Par rapport au gouvernement, c’est des jeunes, c’est des gens qui ont la trentaine. Tout est fait pour simplifier la vie aux entrepreneurs. Si vous avez une présentation du gouvernement, ils vous l’expliquent, ils vous disent : « On sait qu’on n’a pas un climat qui est exceptionnel, on sait qu’on n’a pas spécialement d’avantages donc on mise là-dessus ». Ils misent vraiment tout pour attirer des entrepreneurs. Ne venez pas pour un job classique puisque les salaires ne sont pas méga-élevés. Mais en tant qu’entrepreneur, c’est vraiment sympa, c’est le pays en Europe numéro 1 que je vous recommande au niveau… si vous mettez tout le package, pas seulement la fiscalité mais aussi le côté vraiment simple, il n’y a pas de bureaucratie, vous ne perdez pas de temps. Si vous mettez le package ensemble : La qualité de vie, ça ne coûte pas très cher, plus l’été, il ne fait pas super chaud. Ok, l’hiver il fait froid, mais l’été vous êtes bien, il fait chaud sans faire trop chaud. Vous n’êtes pas comme dans le Sud de l’Europe où vous transpirez parce qu’il fait super chaud. Là c’est beaucoup plus agréable. Voilà, il n’y a pas mal d’avantages.

Maxence : Ok, on va juste récapituler toutes les différentes infos.

Par rapport à la société : Grosso modo, vous arrivez en Estonie, en l’espace de 10 jours grand max, vous avez un loyer avec un logement. Là en l’occurrence, ici, pour vous donner un aperçu des prix : 109 m², 1000 € par mois avec internet, eau, électricité en plein centre de Tallinn. Ça vous donne un petit aperçu des différents tarifs.

Ensuite, vis-à-vis des différents revenus, vous avez 0 % d’impôt sur les sociétés, vous avez 20 % de taxes vis-à-vis des dividendes. Et par rapport aux différents salaires, ça va même être baissé d’ici un an. Ce sera pour 500 € de salaire, 707 € donc 207 € de la société. En gros, ça vous donne un petit aperçu.

En plus, vous avez non seulement la TVA, mais vous avez une fiscalité allégée, 100% en ligne, ça c’est grandiose. Et vis-à-vis des revenus, en Estonie c’est 470 € le revenu minimum. Ça vous donne un petit peu un aperçu des salaires ici.

Et juste si tu peux aussi nous donner les organismes pour s’enregistrer en ligne.

Jonathan : Il y a un site internet, c’est assez simple. Vous avez un site internet, vous me contactez, je vous le donnerai. Je n’ai plus le lien exact parce que je ne l’utilise pas tous les jours.

Maxence : On le mettra dans la description juste en dessous.

Jonathan : Vous avez un site internet, vous vous loguez avec votre carte de résident parce que vous avez un carte avec une puce comme une carte bancaire. Et du coup pour vous identifier, c’est 0 papier aussi la création d’entreprise. Je n’en avais pas parlé, c’est un truc 0 papier. Vous vous loguez dans le site, ils ont identifié que c’était vous puisque vous avez un code pin pour vérifier que c’est bien vous. Vous branchez votre carte avec un port USB, vous mettez votre code pin donc ils savent que c’est bien vous. Vous faites vos démarches pour créer votre boîte et ensuite, vous payez vos 190 €, votre boîte est enregistrée et vous l’avez direct dans la foulée. Vous faites une signature digitale, on n’en a pas parlé. Ça aussi, c’est un truc unique à l’Estonie. C’est au lieu d’avoir, à l’ancienne, un papier et un stylo où vous signez et vous envoyez par la poste, ou au mieux vous scannez et vous envoyez par email ; ici, il y a un truc qui s’appelle la signature électronique. Vous avez un deuxième code pin qui et relié avec votre carte d’identité, il n’y a que vous qui le connaissez. Vous mettez le document dans le logiciel qui fait la signature électronique, vous mettez votre code pin et c’est l’équivalent d’un contrat papier classique ; au niveau juridique, ça a la même valeur. Du coup, vous gagnez du temps. Vous pouvez vous lever le matin chez vous, vous faites tout chez vous. Vous avez juste à sortir pour aller à l’agence bancaire que vous voulez, la plus près, pour valider votre compte bancaire et voilà, c’est réglé.

Comme disait Maxence, un truc qui est sympa aussi dans ce pays, c’est qu’ils sont tournés – la fiscalité déjà intéressante –, mais ils sont dans un mindset de comment la rendre encore plus intéressante. Et comme disait Maxence, là aujourd’hui en 2017, pour un salaire de 500 €, ça va vous coûter 787,15 €, là-dedans, il y a 80 € d’impôts sur le revenu. C’est inclus dedans parce qu’en France, on ne vous le compte pas et il faut repayer l’année d’après. Je ne sais pas exactement comment ça fonctionne mais je sais qu’il faut repayer après, avec des tranches etc. Ici, c’était déjà inclus, ce que j’avais dit, et ils vont le baisser l’année prochaine, à partir du 1erjanvier 2018, ce ne sera que 707,15 € pour un salaire de 500 €. Donc, ça va être encore plus attractif, même les dividendes vont baisser. Dans un cas où votre entreprise verse un dividende à une personne privée, ça va être pareil mais si vous le versez à une autre entreprise, ça va baisser, ça va être 14 % au lieu de 20. Ils sont dans une logique de baisser l’imposition pour attirer plus d’entrepreneurs. Ils sont vraiment axés là-dessus. C’est pour ça que je pense que vraiment pour le futur, c’est un pays qui va bien avancer. Il y a aussi l’e-résident, c’est autre chose, où ils se développent vraiment pour être le hub des entrepreneurs dans le futur. Ils se bougent par rapport à ça donc c’est vraiment attractif.

Et surtout, ce n’est pas moins d’impôts pour moins de services publics. Parce qu’en France, on a un peu cette croyance, si on ne paie plus d’impôts, il n’y aura plus de routes, plus d’écoles, etc. Mais ici, c’est faire les choses de la façon la plus efficace, ne pas gaspiller, tout est mesuré. Yoko, mon épouse qui est japonaise, elle travaille dans le gouvernement japonais ; c’est un pays qui est surendetté mais c’est un désastre la façon dont l’argent est géré. Il n’y a rien qui est mesuré. Quand vous êtes entrepreneur, vous faites une opération commerciale ou vous investissez dans un truc, vous mesurez les résultats, ce qui est logique. Ici, ils le font. Ils mesurent tout et c’est ça qui fait qu’ils arrivent à être vachement efficaces. Au gouvernement japonais (le gouvernement français, je ne suis pas dedans mais je soupçonne que ça ne serait pas très différent), on ne mesure pas, on fait des trucs, on construit des trucs, on ne mesure pas s’il y a des résultats ou s’il n’y a pas de résultats donc il y a énormément de gaspillage. L’argent part comme ça, il est cramé en deux/deux dans des trucs. Ici, ils mesurent tout et c’est ça qui fait qu’ils arrivent à être super forts. Ils mesurent si ça améliore la vie des gens quand ils font un nouveau truc ou pas. Si ça n’améliore pas, ils arrêtent ; si ça améliore, ils continuent, etc. C’est comme ça qu’ils arrivent à faire vraiment la différence, comme les entrepreneurs « qui mesurent tout ». Parce que si vous dépensez l’argent en pub sans mesurer s’il y a des retours sur investissement, à moins que vous ayez du bol, ça va mal finir au bout d’un moment. C’est comme ça qu’ils arrivent vraiment à faire une fiscalité attractive, des conditions hyper-attractives et sans baisser la qualité pour les citoyens et les gens qui habitent ici. Moi, je trouve que c’est vraiment formidable et ça va réconcilier plus d’une personne avec le service public et les impôts etc. Puisque vous payez mais vous n’avez pas l’impression de payer dans le vent. Vous avez l’impression que vous avez quelque chose en face.

Maxence : Ok, merci par rapport à ton feedback.

Alors je vais demander à Romain, quels sont un petit peu les avantages et les inconvénients que tu as noté vis-à-vis de Paris/Estonie. Que ce soit sur le climat, sur le sport, dans la vie si on veut se faire des restos, la fête, etc. Je sais que tu es vegan, est-ce que tu as des difficultés ici un petit peu ? La vie courante, quels ont été un petit peu les changements par rapport à Paris.

Romain : Tout à fait. Ce que je propose, c’est faire un point positif, comme un petit match de boxe, un point négatif pour balancer tout ça.

Le premier point positif, c’est évidemment de passer d’un système qui n’encourage pas du tout l’entrepreneur français à un système totalement opposé en Estonie, qui nous permet de développer nos sociétés à vitesse grand V, et ça, en 10 jours de temps. Enorme point positif, le premier de la liste à mon avis, c’est celui-ci.

Maxence : Vous arrivez le 1er septembre, le 11 septembre, c’est bon, tout est acté et finalisé, ça c’est magique.

Romain : C’est ça. Vous clôturez vos comptes professionnels en France, vous cessez votre activité et en quelques semaines de préparatifs, vous trouvez votre appartement en quelques jours, c’est très simple. Aucune fiche de salaire demandée au passage, vous pouvez obtenir un appartement quelques jours, sans montrer de justificatif.

Maxence : Si vous avez de l’argent, c’est bon.

Romain : Tant que vous payez, c’est très bien, vous êtes bienvenu.

Jonathan : On ne vous demande rien.

Maxence : C’est comme à Malte pour ça.

Romain : Alors qu’à Paris, c’est trois fois le montant du loyer.

Maxence : C’est des cautionnaires, etc.

Romain : Par contre, le point négatif, à mon sens, serait le climat parce que oui, c’est une réalité, ici on peut dire : « winter is coming ». On sait que d’ici quelques mois, il fera peut-être -15, -20 et là, ce sera un peu plus difficile pour s’organiser sur les tâches quotidiennes. Il faudra peut-être prendre plus le taxi ou s’organiser de manière différente ; ou peut-être même avec les économies qu’on a générées et avec la mobilité qu’on a au niveau du lieu, aller dans un pays un peu plus chaud.

Maxence : Les Iles Canaries, en Espagne… pourquoi pas l’Asie du Sud Est, Thaïlande, Laos, Philippines, Sri Lanka, Vietnam, etc.

Romain : Si je comprends bien en plus, ce sont majoritairement des infopreneurs à qui vous-vous adressez donc flexibilité endroit, vous n’êtes pas rattaché à un endroit spécifique, vous pouvez tout à fait aller aux Philippines pour six mois de l’année par exemple et continuer à faire tourner votre activité. Pour les consultants, comme moi, c’est intéressant quand même d’avoir une présence dans la région où vous exercez. Parce que moi, je suis pas mal au téléphone et il faut que je m’assure d’être à peu près sur les mêmes fuseaux horaires donc je pense que l’Espagne peut-être ou le Portugal serait une bonne option.

Maxence : Tu pourrais peut-être aller aux Iles Canaries l’hiver où il fait une vingtaine de degrés…

Romain : … et revenir ici pour ce qui est d’ailleurs mon second point positif, c’est la qualité de vie. Ici, là on ne le voit pas, mais on est en plein centre-ville et à la fois on est à 10 minutes en running de la prochaine forêt. On est à 10 minutes en running de la prochaine plage.

Maxence : Même pas, là on est à 5 minutes en running d’une superbe plage.

Romain : Oui parce que tu avionnes, toi. Mais à un rythme, on est à 10 minutes de la plage. Le week-end dernier, par exemple, on faisait du beach volley, quelque chose qu’on ne fait pas à Paris. Moi, ça me manque, j’ai beau être un citadin, c’est l’élément, la plage, le bleu, le sable, c’est sûr que ça fait toujours plaisir.

Maxence : Vis-à-vis de l’alimentation, tu es vegan, il y a peut-être des gens qui se disent : « Waouh, est-ce que c’est bien développé, est-ce que si j’ai une alimentation particulière, je vais trouver tout mon bonheur ici ?» Quel est ton ressenti par rapport à ça ?

Romain : Excuse-moi, j’avais oublié ce point-là. C’est un très bon point parce que je partais avec des préconçus. Je me disais « Bon en tant que vegan, ça risque d’être un peu complexe », je me disais « il n’y a aucun légume qui pousse ici, ce n’est pas possible ». Et en fait, ils sont quasiment aussi bien équipés en nourriture vegan que nous à Paris.

Maxence : Il y a plein de restos où vous avez une option vegan.

Jonathan : Tous même !

Maxence : Gluten free et vegan, oui, très développé.

Romain : Il y a pas mal d’estoniens qui sont conscients de ces choses-là donc ce ne sera pas un souci par rapport à d’autres pays où c’est plus compliqué.

Maxence : Malte, ils n’ont rien à foutre mais Estonie, c’est top !

Romain : Oui, un exemple concret, moi je ne vais pas nécessairement au Junk food ou au McDo, etc. mais même aux fastfoods ici, il y a une option vegan, enfin, une option végé. Donc c’est un rabe de tofu par exemple. Pour dire que c’est partout. Je me nourris plutôt bien, c’est accessible très facilement.

Jonathan : Il y a des produits bios aussi, pour ceux que ça intéresse. Maxence a fait ses courses aux produits bios, il a trouvé tout ce qu’il avait besoin.

Maxence : Ça, c’est top, produits bios. Et ça rebondit sur un autre point qui m’a marqué particulièrement en Estonie puisqu’à mon sens, c’est peut-être le seul pays dans le monde qui est ainsi. Les transports sont gratuits aux résidents. A Paris, il y a les métros, les tramways, les bus et compagnie ; ici, il y a le tram, le bus et tout est gratuit pour les résidents.

Romain : Totalement. Il suffit d’aller à son centre de poste le plus proche, il suffit de demander…

Jonathan : La carte de résident qui prouve que votre adresse est connectée dessus. Vous leur donnez votre carte, vous payez 1 € et vous la personnalise. Je crois que vous pouvez même le faire gratuitement en ligne sur le site des transports, puisque Yoko l’avait fait. Et direct, vous avez votre carte, vous validez le bus mais vous ne la rechargez jamais, vous ne payez jamais. Tant que vous habitez à Tallinn, vous avez le transport gratuit à Tallinn : tram, bus, tout ce que vous avez besoin, donc c’est assez sympa.

Romain : C’est fascinant et ça marche super bien !

Maxence : A Paris, ça coûte une blinde.

Romain : A Paris, le carnet de ticket, c’est 14 € et c’est 14 trajets en somme. Là, c’est illimité, c’est gratuit et ça marche hyper bien. Il y a des trams qui sont mignons.

Jonathan : Les bus sont à l’heure.

Maxence : Tu as dit 10 trajets à Paris 14 €, t’as un carnet de 10.

Romain : Pas de grève.

Maxence : Pas de grève !

Jonathan : Et il a raison, c’est à l’heure de façon générale. On pourrait se dire, c’est gratuit donc c’est de la qualité un peu cheap, mais en fait non. Vous avez les bus qui sont à l’heure, il n’y a pas de souci. Même à l’hôpital on pourrait se dire, c’est gratuit, c’est le truc public, c’est cheap. Justement, j’ai halluciné, si vous avez rendez-vous à 15h00, vous êtes pris à 15h00. C’est tout le temps à l’heure et tout. Je m’attendais peut-être que j’allais attendre une heure, qu’il y allait avoir plein de monde, ça va allait faire la queue et tout, mais pas du tout. C’était méga-bien organisé. Tout est en ligne, c’est dans l’état d’esprit de ce pays. Vous prenez votre rendez-vous, tout est fait en ligne, c’est fait qu’à nouveau, c’est bien organisé, il n’y a pas de perte de temps, c’est efficace. A nouveau, là c’est plaisant. Vous ne vous dites pas que vous payez dans le vent quand vous payez des trucs parce que vous avez derrière, des services de qualité donc c’est assez sympa. Et même pour quelqu’un, si vous avez un accident, un truc rare où ils n’ont pas les infrastructures ici, ils vous couvrent pour aller vous faire soigner soit en Suède, soit en Finlande, m’avais expliqué Yoko. Donc vous n’avez vraiment aucun souci s’ils n’ont pas les trucs sur place vu que c’est un petit pays. Sur quelques situations extrêmes peut-être, où ils ne peuvent pas faire sur place, vous êtes quand même couvert. Vous serez transféré à Helsinki ou à Stockholm selon la situation donc il n’y a aucun souci au niveau de ça. Ce n’est pas parce que c’est public que c’est de la mauvaise qualité, en tout cas dans ce pays.

Maxence : Si vous êtes une femme, vous vous posez peut-être la question suivante : « est-ce que c’est un pays où on se sent en sécurité » ? Est-ce que tu as l’impression que c’est plus en sécurité que Paris ? Quel est ton ressenti par rapport à ça ?

Romain : Concrètement, sécurité 100%. Jonathan qu’est-ce que tu penses ?

Jonathan : Moi je peux dire de Yoko, qui est une femme justement, mon épouse ; elle me dit qu’elle se sent en droit… comme le Japon en fait, le Japon, c’est méga-safe. Elle était à Paris déjà Yoko, elle ne s’est pas du tout senti safe. D’ailleurs, elle a eu des problèmes, on a essayé de lui piquer son sac mais ça ne lui est jamais arrivé ici, et elle se sent safe. D’ailleurs, vous voyez, si vous venez, vous allez voir plein de femmes qui marchent toutes seules à 23h00, en talons, qui ne s’inquiètent pas.

Maxence : Oui, ça avait surpris ma chérie ! C’est vrai qu’à 23h00 dans la rue, si vous habitez dans une grande ville, vous vous dites certainement : « waouh, c’est un peu dangereux » ou on ne se sent pas forcément rassuré. Ici, il n’y a aucun souci.

Romain : Ici, il n’y a aucun souci et puis c’est vrai qu’on a vécu des périodes difficiles à Paris ces dernières années. On a, pour certains, perdu quelqu’un de cher et tout ça. Ici, pour l’instant, je n’ai pas d’insécurité. Je n’ai aucune insécurité et on se sent en sécurité plus qu’à Paris, j’ai envie de dire même.

Jonathan : Et vous voyez les policiers, ils sont méga-détendus. Ils ne sont pas tendus, à regarder ce qui ce passe. Ils sont plus à faire la causette tranquille.

Romain : Je n’en ai pas vu encore.

Maxence : Tu n’as pas vu de policier encore ?

Romain : Pour le moment.

Jonathan : Moi j’avais vu des voitures policières mais c’est vrai qu’il n’y en a pas de masses. Ce n’est pas comme à Paris. Comme je le disais, ils sont assez détendus, ils ne sont pas avec leur pistolets, prêts à attaquer ou je ne sais pas quoi.

Vous n’allez pas voir non plus de SDF, de toute façon, il fait trop froid pour ça. Donc il n’y a pas de gens qui agressent, qui vont vous crier dessus. Vous allez peut-être voir quelqu’un qui est saoul, qui a trop bu, mais voilà, c’est tout. C’est bon enfant, quelqu’un qui a un peu bu, qui ne contrôle plus trop mais rien de plus que ça.

Maxence : Une autre question que vous vous posez certainement, vous dites : « Ok, je travaille en ligne comme vous, qu’est-ce que ça vaut internet ? Est-ce que c’est une grosse fibre ? Quels sont les opérateurs et combien coûte le forfait ?»… pour donner un petit aperçu par rapport à ça. Qu’est-ce que tu utilises, Romain, et combien tu paies par mois ?

Romain : Moi, j’utilise un provider qui s’appelle Starman. Super pro, ADSL, très fluide.

Maxence : Starman, super pro. OK, c’est de la fibre ?

Romain : La société s’appelle Starman et moi je trouve que c’est hyper compétitif et professionnel puisque je paie 25 € mensuel, et je n’ai aucun problème de connexion.

Maxence : Si tu dois uploader de la vidéo ou télécharger des films ou une vidéo, ça va très vite.

Romain : Fluide. Mes clients même me disent… j’utilise principalement Skype pour parler et appeler à l’étranger par exemple… et ils me disent que c’est plus audible. Parfois que la connexion est meilleure d’ici plutôt que de Paris. Donc positif.

Maxence : Top, vraiment excellente connexion. Et toi Jonathan, qu’est-ce que tu utilises ?

Jonathan : Je suis chez un autre opérateur qui s’appelle Telia, c’est l’opérateur un peu comme « Orange », principal. Je dois payer 28-29 € et j’ai du 40 Mo par seconde, quelque chose comme ça. Alors, ce n’est pas magique genre comme le Japon et tout, mais pour Skype et tout, ça fait vachement l’affaire. Et pourquoi ? Parce que je suis dans un vieux bâtiment qui a un siècle, là c’est une vieille maison type traditionnelle, c’est pour ça qu’il n’y a pas la fibre. Mais dans l’ancien, ça allait jusqu’à 500 Mo par seconde. Donc là, on peut y aller avec Skype et les téléchargements, 500 Mo par seconde. Ici c’est 40 donc c’est déjà pas mal. Mais Maxence est là, il fait ses vidéos, on fait du Skype, ça ne coupe pas et il n’y a pas de souci. A mon ancien appartement, pour rigoler, j’avais un truc, ça faisait 8 € par mois ; par contre l’inconvénient, c’est que dès fois il y avait des coupures pendant plusieurs heures. Là, je préfère payer 30 € et il y a 0 coupure. Je n’ai jamais eu de coupure depuis que je suis là, depuis le mois de janvier. Donc ça marche nickel, il n’y a pas de souci à ce niveau-là si vous êtes infopreneur. Maxence, quand il était en Afrique pour ses entrainements, c’était bien compliqué.

Maxence : Pénible, mais là on peut aller jusqu’à 500 mégabits par seconde donc c’est sympa.

Jonathan : En fait, ça dépend où vous habitez. Vous allez sur le site du provider, soit Telia ou Starman, vous mettez votre adresse et ils vont vous mettre les options possibles. Vous pouvez payer moins cher et avoir moins de débit, payer plus cher et avoir plus de débit, etc. Après, ça dépend d’où vous habitez.

Maxence : Ne déconnez pas, si c’est votre outil de travail, prenez le maximum possible.

Autre chose vis-à-vis des mobiles, téléphones portables. Est-ce que tu as un forfait avec une puce estonienne ou t’es encore sur ton forfait français ? Qu’est-ce que tu utilises actuellement ?

Romain : J’ai un forfait avec une puce estonienne évidemment.

Maxence : Alors combien tu paies ? Quel est à peu près le forfait que tu as ?

Romain : J’ai un forfait max, c’est-à-dire conversations illimitées, SMS illimités et je paie 8 € par mois.

Maxence : C’est du Free version Estonie !

Romain : Par contre, il y a un petit down side, c’est qu’ils ne proposent pas de forfait étranger illimité puisqu’ils se reposent sur Skype énormément. Donc le petit down side, c’est que j’utilise Skype si je dois appeler à l’étranger sinon c’est du surtaxé. Et c’est le seul petit down side que je trouve sinon c’est une bonne qualité.

Maxence : Sinon, quand t’es en Estonie, 8 € par mois, appels et SMS illimités.

Jonathan : Je ne sais pas sur quel opérateur tu es, moi je suis chez Telia. En fait, ça se décompose en deux parties. Vous avez un forfait comme a dit Romain, à 8-9 €, de l’illimité. Moi c’est dans six pays, c’est avec Telia, genre c’est les pays autours : Lituanie, Lettonie, Finlande, Suède, Norvège, ça doit être un truc comme ça. Je peux y aller, je ne vais pas payer plus, c’est tout illimité pareil. Donc j’ai ça à 8-9 € et je repaye pour avoir internet partout, la 4G. Je dois aussi repayer 8-9 € pour 3 Go ou un truc comme ça. Ça doit me coûter 20 € par mois et puis voilà, ça fonctionne bien partout. Il n’y a pas de souci à ce niveau-là.

Vous pouvez prendre au début quand vous arrivez, au tout début, votre premier jour, une carte SIM chez Tele2. Ça va vous coûter 5 € pour 30 jours, vous avez droit je crois à 3 Go, 10 heures d’appels. En fait, c’est pour que si vous cherchez un appartement, pour appeler les agences et tout, ça peut être sympa. Prenez votre téléphone débloqué, vous mettez une puce dessus, vous avez 3 Go d’internet. On ne va pas vous demander de justificatif, vous aller dans n’importe quel R-Kiosk (c’est un peu les petites superettes qu’il y a un petit peu partout), les convenience store.

Romain : Les 7-Eleven, l’équivalent.

Jonathan : Voilà, vous achetez ça, ça va vous coûter 5 €, vous l’avez pour un mois le truc, vous pouvez contacter pour votre appart et après vous pouvez passer sur un forfait. Si vous voulez, vous continuez avec ça et vous pourrez recharger tous les mois, ça coûte 5€. Si vous consommez plus, vous pouvez remettre 5 € mais voilà, 10 € de téléphone local, c’est déjà pas mal pour appeler, trouver un appart et tout, etc. avant de passer sur de l’illimité. Si vous avez besoin, ce n’est pas cher du tout à ce niveau-là, il n’y a pas de mauvaise surprise. Le plus cher que j’ai vu à l’inverse, c’est le Japon. Vous en avez pour 40 € pour des trucs de merde et 100 € pour avoir un truc qui ne marche pas trop mal. Donc, l’Estonie, pas de souci là-dessus, c’est un super bon plan.

Romain : Pour compléter ce que tu dis par contre, une petite parenthèse, c’est indispensable d’avoir un numéro de téléphone pour les démarches initiales. On est obligé d’avoir une puce estonienne.

Jonathan : La puce à 5 € fait l’affaire. Moi, j’avais ça au début. Vous prenez la puce à 5 €, vous pouvez le prendre à l’aéroport, vous avez le R-Kiosk en face du hall d’arrivée. Vous prenez, vous achetez là-bas, vous dites que vous voulez une SIM card et ils vont vous en donner une pour 5 €. Vous l’avez direct pour appeler, faire vos démarches, vous mettez ce numéro pour votre numéro officiel. Voilà, vous êtes tranquille, vous pouvez changer après si vous voulez.

Romain : Vous pouvez conserver le même numéro.

Ce sera indispensable pour rédiger le contrat de location, ils demandent un numéro. Le contrat de location lui sera utile pour faire la demande de résident. La demande de résident, la carte vous sera utile pour la création de la société et donc la création du compte en banque. Le numéro de téléphone est indispensable et ensuite on peut faire la bascul’ sur un forfait plus chargé, plus compétitif avec le même numéro. On peut conserver la même ligne.

Maxence : Juste pour finir sur une dernière question que vous vous posez aussi peut-être sur le plan des boutiques, du cinéma, du théâtre, un petit peu des activités… si vous habitez à Paris ou alors dans une grande ville un petit peu n’importe où dans le monde… est-ce que toi Romain, tu te sens dépaysé, c’est vraiment la cambrousse ? Pareil, vis-à-vis aussi un peu de la campagne, l’air a priori, est le meilleur air du monde, de ce que j’ai pu voir sur le net vis-à-vis de l’Estonie. Je ne sais pas si c’est vrai mais de ce que j’ai pu voir. Quel est ton ressenti vis-à-vis des activités qu’on pourrait se faire le week-end par rapport à des grosses villes donc je pense notamment à Paris qui est bien placée là-dessus.

Romain : Très bonne question. Moi, je me sens super bien ici. En effet, l’air est excellent. J’avais un peu une peau à problèmes avant, à cause de la pollution et tout ça.

Maxence : Oui la pollution à Paris ou dans les grosses villes, aie aie aie !

Romain : C’est clair. Surtout dans le 9è, si vous voyez les Grands Boulevards et les Galeries Lafayette, j’habite dans ce coin-là et c’est pollué. Il y a énormément de trafic. C’est quelque chose qui se ressent sur le taux d’énergie, sur l’énergie, sur la fatigue qu’on peut développer au cours de la journée. Moi, ici, je m’aperçois que j’ai une qualité de vie bien meilleure, je suis plus détendu, j’ai plus d’énergie et je suis plus efficace.

En termes de proximité, de tout ce qui est théâtre, il y a un joli théâtre dans le centre aussi, un opéra, il y a toutes les boutiques.

Jonathan : Pour la petite histoire, il y a des japonais qui viennent du Japon pour voir les balais, exactement. Il y a un grand théâtre au centre-ville si ça vous intéresse, c’est pas mal.

Romain : Faudra qu’on le fasse d’ailleurs si tu n’as pas eu l’occasion de le faire.

Maxence : J’y suis allé une fois.

Romain : Plein de centres commerciaux ! Du coup il y a une vie à l’intérieur qui s’organise puisque par défaut il fait un peu froid l’hiver, les gens s’organisent en intérieur. Du coup il y a plein d’ambiances, plein de shoppings intéressants à faire. Starman par exemple, c’est un centre commercial qui n’est pas très loin d’ici ou le Solaris, qui est super. T’as tout le complexe nécessaire, les cinémas, les boutiques, les restaurants où on mange super bien, on peut bien s’habiller si besoin.

Maxence : Puis, ce qui est bien, moi je suis allé à Helsinki il y a quelques jours, à 2 heures de bateau. J’ai payé l’aller-retour, c’était une quarantaine d’euros…

Jonathan : Il a acheté le billet la veille.

Maxence : Oui, la veille, c’est sympa. Toi, je sais que tu as été aussi en Suède et compagnie. Est-ce que tu peux nous dire un petit peu le nombre d’heures pour aller en Lettonie, Lituanie, Suède, Norvège, Finlande ? Parce que c’est ça qui est bien, c’est que si vous êtes en Estonie, c’est un peu comme si vous êtes dans un autre pays, vous pouvez vous dire : « Je vais me faire un petit week-end à Helsinki, en Suède, à Riga, en Lettonie, à Vilnius en Lituanie ».

Romain : Oui, c’est un super bon point, ça renvoie à la problématique que je me disais. Je me disais : « Ok, tu gagnes correctement ta vie et tout ça, mais est-ce que tu vis ? Est-ce que tu découvres ? Est-ce que ça vaut le coût de rester ancré à un endroit particulier alors qu’on a l’opportunité de découvrir le monde ? »

Le week-end dernier, j’étais en Suède. C’est un petit package qui inclut trois jours, deux nuits et c’est à bord d’un ferry et donc avec casino, club, restaurant, tu vois le lever et le coucher du soleil à bord. C’est absolument magnifique. Si tu aimes bien prendre des photos, là tu ne peux pas en louper une seule. Ça prend 6 heures à l’aller, il nous dépose à Stockholm. Ensuite, on peut faire une journée de 7 heures sur place. D’ailleurs, il y avait le marathon de Stockholm lorsqu’on y est allé donc c’était une bonne surprise, on a vu plein de coureurs. Ensuite, la même chose pour revenir. C’est un trip qui dure trois jours. Excellent, je le recommande. On est parti à quatre amis, ça nous a couté 23,50 € par personne.

Maxence : C’était juste donné !

Romain : Super souvenir déjà. Et je compte dupliquer l’opération avec la Finlande, la Norvège, Saint-Pétersbourg. Par contre, il faut un visa pour Saint-Pétersbourg, ça implique un peu plus d’organisation. Ensuite, Riga, c’est en bus.

Jonathan : 5 heures en bus pour aller à Riga. De Tallinn-Riga, c’est assez pratique, vous avez peut-être 10 bus par jour. Là, c’est la période haute donc les bus sont assez blindés mais si vous réservez à l’avance, ça ne coûte pas cher. Ça doit peut-être coûter 10 € par trajet, quelque chose comme ça. C’est à la portée de tout le monde.

Maxence : Et après, si vous avez plus de moyens, il y a toujours l’avion qui va vous prendre peut-être 30, 40 ou 50 minutes pour aller dans ces différents pays.

Romain : Et aussi, présentement, je crois que c’est passé même, l’exposition universelle à Almaty au Kazakhstan. Pour des raisons de calendrier, je n’ai pas pu y aller mais de la maison, d’ici, c’est un billet d’avion à 350 € aller-retour. Pour les curieux, pour ceux qui veulent des expériences anodines.

Maxence : Et Paris-Tallin ? Puisque je sais que c’était des questions qu’on me posait sur Snapchat. Paris-Tallin tu as payé combien ? C’est à peu près combien la tendance du billet d’avion aller-retour TTC ? 200 €, 300 € ?

Romain : C’est ça, 200 € l’aller-retour. Ça peut être un petit peu plus bas.

Maxence : AirBaltic la compagnie.

Romain : AirBaltic exactement. Et il suffit de s’y prendre une semaine, deux semaines avant. Les prix sont assez stables, on parle de 200 € environ. C’est très simple, vol direct, très bien desservi. Le mois dernier, j’étais à Paris pour le marathon et à Londres, et ce sont des vols directs. C’était un petit peu plus cher pour Londres, mais on ne dépassait pas les 300 € l’aller-retour pour Londres par exemple.

Jonathan : Et en plus, ils sont en train de construire un nouveau terminal, etc. Ils sont en train de grossir l’aéroport, ça veut dire qu’il va y avoir encore plus de destinations, plus de vols, plus d’options. C’est une bonne chose pour le futur. Les choses avancent dans le bon sens avec plus d’options, plus de possibilités.

Tout à l’heure, justement Maxence parlait des loisirs, comment ça se passe ? Moi, je n’étais pas à Paris avant mais j’étais à Tokyo. C’est une grosse ville urbaine, dans un autre genre…

Maxence : C’est comme Paris « en pire ».

Jonathan : Si vous vous attendez au même type de loisirs, forcément, vous aurez moins d’options. Mais vous aurez beaucoup plus de loisirs ici, de type en nature. Je suis allé par exemple chez des estoniens qui ont une maison à la campagne, faire un barbecue, voir une ferme. C’est des loisirs différents qui sont aussi enrichissants si vous préférez plus être en nature qu’en milieu urbain. C’est plus des loisirs de nature que des loisirs urbains, il y a quand même pas mal d’options à faire et je trouve que c’est assez enrichissant et intéressant pour changer un petit peu de cadre, changer d’environnement et faire autre chose de différent. Et si la ville, vraiment la grosse ville vous manque, vous prenez le bateau jusqu’à Helsinki, c’est juste 2 heures comme Maxence l’a dit et vous aurez une bien plus grosse ville si vraiment ça vous manque.

Maxence : Ok, merci en tout cas par rapport à votre retour d’expériences. Moi, juste en tant que touriste, j’ai fait des dizaines de pays au cours des dernières années : Dubaï, le Kenya, l’Ethiopie, l’Ile Maurice, les Etats-Unis, le Laos, le Cambodge, la Thaïlande, le Japon, le Vietnam, des dizaines de pays et souvent je regarde les différents critères.

Est-ce qu’il y a une bonne connexion internet ? La réponse est oui en Estonie, il y a la fibre.

Est-ce qu’il y a un gros décalage horaire avec la France ? Seulement plus une heure ou plus deux heures en fonction de l’été ou de l’hiver.

Jonathan : C’est une heure tout le temps.

Maxence : Non, une heure tout le temps. Excusez-moi.

Romain : Et ce qui est super chouette pour le business. Pour les lancements, vous qui faites des lancements, si vous faites des conférences en ligne surtout, on est toujours en avance en fait.

Maxence : Juste une heure de plus, ça c’est top.

Ensuite, je regarde systématiquement quel est le coût de la vie. Là il est relativement peu cher et c’est vraiment des critères très importants que je regarde.

Pour moi, j’ai retourné le problème dans tous les sens, il n’y a aucun point négatif que je vois en Estonie à part ce fameux climat catastrophique, en quelques sortes, l’hiver où il fait vraiment très très froid. L’été, ça va, c’est bon, même si il y a quand même de la pluie assez régulièrement.

Jonathan : On est en juin et c’est la saison un peu des pluies. Si vous venez en juillet-août, il n’y aura pas beaucoup de pluies. C’est parce que Maxence est tombé en juin, c’est la saison classique où il y a plus de pluies avec novembre également ; ou ça peut être de la neige vu que la température est plus faible. Si vous venez en juillet-août, l’été est assez sympa puisqu’il ne fait pas trop chaud. Vous avez le soleil, etc. Il y a même des gens qui font du surf, ce n’est pas tous les jours non plus. Il y a la mer baltique juste à côté. Si vous suivez Maxence, vous suivez ses snaps, il vous a fait voir, il y a des résidences un peu balnéaires et tout. Pour l’été, c’est plutôt pas mal si vous n’avez pas envie d’être dans des pays où il fait méga-chaud où vous transpirez tout le temps, c’est parfait.

Maxence : Voilà donc, tout est parfait pour moi en Estonie, hormis le climat comme je vous l’ai évoqué. N’hésitez pas, passez peut-être quelques jours de vacances, vous regardez vos différents critères personnels. Moi en l’occurrence, j’aime bien regarder Internet, proximité avec la France, décalage horaire et tout ce que j’ai évoqué dans la vidéo également.

Si vous avez apprécié la vidéo, cliquez sur le petit bouton « like » juste en dessous. Merci par avance, ça nous permettra d’avoir votre feedback.

N’hésitez pas à partager la vidéo si vous connaissez des personnes qui ont en marre de la France, d’être pressurisé par les papiers, la fiscalité ; ou même qui ont envie de changer d’environnement et donc de découvrir un nouveau. L’Estonie, ça ne vous a peut-être jamais traversé l’esprit donc partagez bien la vidéo.

Et juste avant de vous laisser, je vous invite à télécharger une vidéo bonus où on explique tout simplement comment réduire sa fiscalité. Moi, j’ai une société à Hong Kong, mon frère a une société en Estonie. Il y a un lien à l’intérieur de la vidéo YouTube, cliquez sur ce lien, ça va vous rediriger vers une autre page où il suffit juste d’indiquer votre prénom et votre adresse email. Vous allez apprendre comment créer un compte bancaire en quelques minutes avec Bunq, comment avoir une carte bancaire en quelques minutes également avec N26, Revolut. Donc, si vous êtes là dans la vidéo et vous vous dites : « c’est quoi Maxence tout ça » ? Raison de plus, mettez bien votre prénom et votre adresse email, vous allez recevoir ce cadeau de bienvenue directement dans la foulée.

Si vous visionnez cette vidéo depuis YouTube, un Smartphone ou n’importe quelle plateforme, il y a le « i » comme info en haut à droite de la vidéo YouTube ou encore, tout est dans la description juste en dessous.

Donc à tout de suite de l’autre côté pour les vidéos bonus et surtout pour réduire votre fiscalité à 100%.

A tout de suite de l’autre côté !

Jonathan :Bye-bye et au plaisir si vous venez en Estonie !

Pense à

PARTAGER !

REJOIGNEZ LES ENTREPRENEURS À SUCCÈS !

VOS CADEAUX OFFERTS

90 thématiques pour vivre du web
2 500€ par jour en vendant ses propres produits
Expatriation : 0 impôts, 100% en ligne
D'une ferme à millionnaire sur Internet
Accompagenement et consulting business

MES FORMATIONS ET PROGRAMMES

Club Privé Business : 30 000€ par an
Programmet et formation expatriation : 0 impôts, 100% en ligne
Club Privé Revenus passifs : 100€ par jour
Programme Bourse : 20%/an, 5 minutes/mois
Séminaire Business Internet en or
Accompagenement et consulting business par Maxence Rigottier
Mastermind : Business et Revenus Passifs
Mentorat Business Internet : coaching 1 to 1

Tu as envie de réagir

POSTE TON COMMENTAIRE ICI !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

d
c

ENVIE de GAGNER au MOINS 100€/JOUR de REVENUS PASSIFS ?

Découvrez puis recopiez mes stratégies qui me permettent de générer environ 8000€/mois de revenus passifs