Comment passer de 40 % d'impôts à 8 % ? France vs Estonie

Comment passer de 40 % d'impôts à 8 % ? France vs Estonie

Bonjour. Bienvenue dans cette nouvelle vidéo de la chaîne business en ligne de Maxence Rigottier. Aujourd’hui, c’est Jonathan, son frère. Je vais vous partager un sujet dont on me parle très souvent, c’est la fiscalité et la différence entre la France et l’Estonie. Moi ça fait deux ans que j’habite ici. Maxence, ça fait quelques semaines qu’il a rejoint l’Estonie, donc c’est une question qu’on nous pose souvent, donc là je vais faire une vidéo dans laquelle je vais vous donner des chiffres précis qui correspondent à la réalité. Et vous pourrez vous faire une idée par vous-même, des différences entre France et Estonie et de quoi vous attendre pour les personnes qui décideraient de s’expatrier dans ce pays.

Je rappelle que la fiscalité c’est quelque chose qui est très important, mais ce n’est pas non plus le critère unique, il y a d’autres critères à peser dans la balance. Mais voilà, vu que c’est ce dont on nous parle le plus souvent, je vais revenir plus en détail là-dessus dans cette vidéo. N’hésitez pas à vous abonner à cette chaîne, pour ne rien rater des prochaines vidéos de Maxence ou, si j’en fais de temps en temps, pour tout simplement vous aider à développer votre business et à apprendre de nombreuses choses qui vont vous aider en tant qu’entrepreneur.

Comparatif entre une société française et une société estonienne

Donc on va revenir dans le vif du sujet. Bah tout simplement, je vais prendre des hypothèses qui vont être identiques, que ça soit pour une société estonienne ou une société française. Donc là l’hypothèse, c’est 150 000 € de ventes, de chiffre d’affaires, et 15 000 € de charges. Donc voilà, vous pouvez réadapter ensuite selon votre situation en augmentant, en diminuant les ventes, les charges, etc., mais vous aurez les bases de calcul pour vous faire une idée.

Tout simplement, donc qu’est-ce que j’appelle « charges » ? C’est tout simplement, si vous avez Mailchimp en autorépondeur, si vous avez à payer pour votre serveur ou votre nom de domaine, si vous devez payer un graphiste pour le design de vos vidéos YouTube, peu importe, voilà, vous voyez toutes les charges que vous avez au niveau de votre business. Alors, je n’ai pas inclus tout ce qui concerne la TVA, parce que c’est une hypothèse neutre. Que vous soyez en France ou en Estonie, ça fonctionne de la même façon. Donc si vous travaillez avec des professionnels hors Union européenne ou dans l’Union européenne, de toute façon ça fonctionne de la même façon. Donc c’est neutre, ça revient au même au niveau du bénéfice de la société. Enfin, ça va vous coûter la même chose dans un pays ou dans l’autre, donc ça n’a pas grand intérêt de faire un comparatif puisque ça revient au même. Par contre, au niveau du bénéfice et de la fiscalité sur l’argent une fois qu’on a… qu’on a payé ses charges sur l’argent qui reste, là ça va faire une différence et c’est de ça que je vais me focaliser dans cette vidéo.

Donc là, vous voyez, dans nos hypothèses il reste 135 000 € avant l’impôt sur les sociétés quand on a pris ces hypothèses-là. Et donc après l’impôt sur les sociétés, si vous faites le calcul, eh bah tout simplement il y a 38 120 € qui est soumis à un impôt de 15 % et ensuite, ça passe à la tranche supérieure de 28 %. Donc dans notre cas, c’est 96 880 € qui est soumis à une tranche de 28 %. Donc ça nous donne… il ne reste plus que — dans la société —102 156 € une fois que vous avez retiré l’impôt sur les sociétés, qui est tous les ans, automatiques. Donc là vous voyez que j’ai mis à jour les données en 2018, voilà. L’impôt sur les sociétés en France au-delà de 38 120 € est passé de 33 à 28 %, donc c’est les hypothèses que j’ai prises et ça va baisser à 25 %. Donc vous pouvez réajuster les calculs quand ça sera le cas. Mais là ce n’est pas le cas actuellement, c’est pour ça que j’ai laissé cette hypothèse. Et maintenant avec une société estonienne. Donc on reprend, comme je vous disais, les mêmes hypothèses, le même niveau de chiffre d’affaires, le même niveau de charges, même si en Estonie les charges tendraient à être un peu plus faibles. Notamment je pense, si vous louez un bureau, si vous prenez un comptable, ça va vous coûter moins cher en Estonie qu’en France. Mais voilà, pour la simplicité de l’exemple du calcul, on va dire que c’est équivalent.

32k€ de différence pour 150k€ de CA

On est à 135 000 € de bénéfices avant l’impôt sur les sociétés, exactement comme la société française dans la slide précédente, et là on voit la grosse différence, bah c’est que vous voyez, il n’y a pas d’impôt sur les sociétés, ça fait déjà 32 844 € de différence. Donc n’hésitez pas à faire les calculs avec votre situation, en sachant… voilà, eh bah qu’ici il n’y a pas d’IS, donc ça facilite le calcul puisqu’avant… avant IS et après IS bah, c’est le même chiffre. Donc ça, c’est peu importe le niveau de chiffre d’affaires que vous avez, ça sera toujours appliqué.

Salaire & dividende

En France

Ensuite, maintenant autre option. Donc avec l’argent qui reste dans votre société, donc vous avez payé votre IS en France ou en Estonie, bah ça revient au même vu qu’il n’y en a pas. Et vous voulez vous payer bah 3000 € par mois pour tout simplement… pour vivre au quotidien, pour votre train de vie, votre loyer votre… votre nourriture, vos dépenses personnelles. Donc là j’ai pris l’hypothèse : on se verse un dividende annuel donc de 36 000 € ; donc ça fait 3000 € par mois. Donc la société, combien est-ce qu’elle devra débourser en France pour que vous, vous touchiez 36 000 € à l’année, donc 3000 € par mois dans votre poche ? Ça va coûter à la société française 51 429 €. Donc je vous ai pris l’hypothèse avec le nouveau prélèvement forfaitaire unique, qui a été mis en place en 2018. Et si vous êtes dans les tranches inférieures, vous pouvez faire les calculs, ça va être un petit peu différent, ça ne sera pas 30 %, il se peut que ça soit un peu moins si vous êtes dans les tranches les plus faibles, enfin, que votre dividende est moins élevé. Mais voilà, à part… là j’ai pris cette hypothèse-là pour que ça soit le plus simple possible, donc voilà. Vous voyez que dans la société française, donc non seulement une fois vous avez payé l’IS, donc ça, il reste plus que 102 156 €. Et ensuite, quand vous vous êtes payé votre dividende pour un équivalent de 3000 € par mois, il reste dans la société 50 727 €. Donc voilà, rappelez-vous de ces chiffres, enfin je vous les remettrais pour comparer avec une société estonienne dans les mêmes conditions. C’est juste la fiscalité qui change ; le reste tout est identique.

Donc maintenant, l’hypothèse deux, c’est qu’on se paye un salaire au lieu de se payer en dividendes. Donc l’idée, c’est si on se verse 36 000 € de salaire, donc 3000 € par mois… Alors, l’avantage d’un salaire, c’est que vous êtes couvert au niveau de la santé, vous avez droit à des choses pour votre retraite, etc., et vous pouvez toucher l’argent tout de suite ; parce qu’un dividende, bah il faut attendre l’année fiscale suivante. Donc si vous démarrez en milieu 2018, il faudra attendre début 2019 — si votre année fiscale va du 1er janvier au 31 décembre — pour vous verser votre dividende ; alors que le salaire, vous pouvez le verser tout de suite. Par contre, ça coûte plus cher un salaire parce qu’il faut payer les charges sociales, etc., enfin, il y a plus de choses à payer. Donc là j’ai demandé à des amis entrepreneurs — et je me suis renseigné sur internet — combien coûte un salaire entre le net et tout ce que doit débourser une société. Et voilà, on tourne autour de 1,85, donc 85 % du montant. Donc voilà, ça peut être plus, ça peut être moins selon les cas. Donc n’hésitez pas à réajuster les calculs selon votre situation. Pour être le plus précis possible, moi j’ai demandé à des entrepreneurs en France, ils m’ont dit entre 80 % et 90 %. Du coup, j’ai pris 85 % pour être à la fourchette du milieu. Sur internet, j’ai trouvé 87 %, etc., parce que ça dépend de plein de paramètres aussi, de votre statut, etc. Mais vous verrez que pour l’Estonie, les choses sont beaucoup plus carrées, beaucoup plus simples, il n’y a pas autant de paramètres. Mais voilà, pour… pour l’hypothèse j’ai pris ça, donc n’hésitez pas à le réajuster avec votre situation à vous. Donc là vous voyez que si c’est le cas, bah ça va coûter à votre société… pour que vous, vous touchiez 36 000 € à l’année, donc 3 000 € par mois, ça va vous coûter 66 600 € à la société française. Donc vous voyez que si après l’IS, où vous avez déjà payé l’impôt sur les sociétés, et vous repayez à nouveau des cotisations pour votre salaire, il reste donc dans la société plus que 35 556 €.

Donc maintenant la troisième hypothèse pour que vous touchiez vos 3 000 €, mais cette fois on va faire un mix entre dividendes et salaire, moi c’est ce que je vous recommande. C’est ce que je fais moi-même pour ma propre situation, je fais un mix entre salaire et dividendes, comme ça bah ça me permet d’avoir une couverture santé si j’ai un problème de santé, je peux aller à l’hôpital et je suis couvert gratuitement, ou quasiment gratuitement. Bah c’est pareil en France et en même temps, ça permet un petit peu de réduire la fiscalité. Puisque vous voyez que… voilà, on passe de 30 % en France à 85 % pour un salaire, donc c’est plus intéressant de se payer sous forme de dividendes que sous forme de salaire. Mais en même temps, si on se paye que sous forme de dividendes… et d’ailleurs je suis pas sûr que ça soit autorisé en France, parce que vous n’avez pas de couverture santé du coup ; alors, il faut une couverture santé privée que vous payez de votre poche. Donc là voilà, je vous ai fait les calculs. Donc pour 1 000 € de salaire par mois. Donc on reprend un nouveau 85 % de charges sur le salaire ; et pour le dividende, on prend à nouveau l’hypothèse du 30/70 avec le paiement forfaitaire de 30 %. Donc on arrive à… pour le salaire de 1000 € par mois, ça coûte 22 200 € pour l’année. Et pour le reste des dividendes : 34 286 €. Donc ça vous fait 56 486 € pour un coût pour la société. Donc il reste dans les caisses de la société, ensuite après avoir payé tout ça, 45 670 €.

Conclusion dividende VS salaire en France

Donc voilà, on fait un petit rappel pour voir un petit peu les pourcentages. Donc l’hypothèse 1 où c’était qu’en dividendes, on voit que les coûts, donc les coûts, à la fois l’IS et à la fois ce que… ce que l’on doit payer sur le dividende, ça représente 54 273 €, enfin c’est tout l’argent qui va dans… qui va à l’État en fait, voilà, de l’argent que vous devez débourser d’une façon ou d’une autre, et ça représente 40,2 %. Donc rappelez-vous, le bénéfice était de 135 000 €, donc ça fait 54 273 divisés par 135 000 et ça donne le 42,2 %. L’hypothèse 2, donc c’était avec tout en salaire. Donc là forcément, ça coûte plus cher. Et là on montre quasiment à 51 % au niveau de la fiscalité. Donc vous déboursez 68 844 € dans ce cas-là. Et quand on fait un mix, on arrive à une fiscalité un peu plus allégée de 44 %, un peu moins, avec 59 330 € que vous devez débourser, pour tout simplement avoir à la fois votre salaire et votre dividende.

En Estonie

Donc maintenant, je vais reprendre exactement les mêmes hypothèses, mais cette fois pour une société estonienne pour faire un comparatif qui soit le plus juste possible. Donc là la première hypothèse, c’est pareil, on va parler… on va partir du dividende. Donc là du coup, en Estonie, en dividendes, on est au niveau du 20/80, ce n’est pas le 30/70, c’est 20/80 ici. Donc ça va coûter… pour que vous vous ayez 36 000 € dans votre poche, il faudra que la société paye 45 000 €, donc il ya 9 000 € qui vont aller à l’État. Donc vous voyez que dans les caisses de la société estonienne, il reste beaucoup plus d’argent à la fin, puisque vous n’avez pas l’IS. Et également sur le dividende, bah vous payez beaucoup moins. Donc il reste 90 000 € dans la société, ça fait 39 273 € de plus par rapport à la société française.

Donc l’hypothèse 2 où vous vous payez tout en salaire. Alors, là je vais vous montrer, il y a un calculateur, c’est ça qui est pratique. J’aurais aimé qu’il y ait le même outil en France, mais malheureusement ça n’existe pas ou en tout cas, je ne l’ai pas… enfin, je ne l’ai pas trouvé en ayant demandé à des gens qui sont entrepreneurs. Donc vous avez un site qui s’appelle… voilà, et vous voyez : kalkulaator.ee. Et ce qui est bien, bah vous pouvez mettre le salaire net que vous voulez. Donc là j’ai mis 2 000 € par exemple et ça vous met le coût total, voilà. Vous voyez, c’est marqué en anglais, mais ça veut dire : le coût total. Là c’est 3 392 € pour un salaire de 2 000 € nets, ça inclut tout : l’impôt sur le revenu, les cotisations sociales, etc. Donc voilà, on va remettre 3 000 € pour être au niveau de notre hypothèse. Donc ce qui est bien, c’est qu’il n’y a pas de différence au niveau… il n’y a pas, du coup, d’histoire de convention collective, il n’y a pas de différenciation si vous êtes en SASU, si vous êtes en EURL, etc., si vous êtes un entrepreneur individuel. Je sais que les taux de change, c’est assez compliqué. Là, ce qui est bien, c’est que c’est toujours… comme ça, vous pouvez prendre vraiment ce calculateur et peu importe la situation, vous avez le bon chiffre qui est calculé automatiquement. Ce calculateur, il est donné par l’État estonien, c’est eux-mêmes qui recommandent d’utiliser ce site si vous voulez vous faire une idée de combien vous êtes… vous devez payer pour tel niveau de salaire. Donc là, vous voyez que j’ai coché le… ça, c’est pour la pension… enfin pour les retraites, pardon. Donc si vous êtes né avant 1983 c’est facultatif, donc vous pouvez le décocher ou non, c’est vous qui voyez si vous voulez mettre de l’argent pour votre retraite ou non, enfin cotiser pour votre retraite en plus ou non. Déjà, dans les « social tax » il y a des choses pour la retraite qui sont incluses, mais là c’est un… c’est un plus pour… si vous le souhaitez. Si vous êtes né après 1983, donc c’est mon cas, c’est obligatoire, là vous… ce n’est pas facultatif, donc je le coche parce que c’est ma situation, mais voilà, que vous le sachiez. Ça c’est pour les « unemployement », donc c’est pour les cotisations chômage, donc je les ai décochées parce que vous êtes… vous payez par votre propre entreprise, donc vous n’avez pas besoin de le payer, puisque vous vous employez vous-même. Mais si vous embauchiez quelqu’un, il faudrait l’inclure également dans les cotisations à payer sur le salaire de cette personne que vous embauchiez. Mais voilà, vous voyez le calcul, on arrive à 5089,28 €, donc c’est pour tous les niveaux de salaire. Vous pouvez tester, ensuite je vous montrerai avec un mix par exemple pour 500 €. Voilà, vous voyez, ça vous donne à nouveau le salaire, etc., enfin voilà, c’est assez simple et assez carré, ça évite de se prendre la tête. Donc je vais revenir à PowerPoint et à mes différentes hypothèses, voilà.

Donc vous voyez, je vous ai montré sur le calculateur, donc ça fait par mois 5 089,28 fois 12, donc ça va faire un coût à la société de 61 071 € si vous vous versez 3000 € de salaire par mois. Donc ce qui va représenter… bah tout simplement, il va rester dans la société 73 929 €. Donc à nouveau, vous voyez la différence par rapport à la société française dans les mêmes conditions. Donc là vous avez, voilà, les mêmes… l’accès aux soins gratuits, vous cotisez pas mal pour votre retraite, etc., enfin c’est la même logique qu’en France et vous voyez la différence.

Donc maintenant la troisième hypothèse, c’est celle que moi j’utilise, c’est de faire un mix entre salaires, comme ça vous avez accès aux soins médicaux et en même temps vous limitez le coût de la fiscalité sur salaire qui est bien plus élevé que sur un dividende. Donc j’ai pris un salaire net de 500 €, pourquoi ? Parce qu’en Estonie, ça correspond plus ou moins au salaire minimum, c’est autour de 500 euros, ça pourrait même être un petit peu moins si vous souhaitez juste être couvert au niveau de la santé. Le minimum que vous devez cotiser c’est 151,10 €, là vous cotisez plus de 151,10 € en vous versant un salaire net de 500 €, ça doit être 370 €, si je ne dis pas de bêtise, le plus faible salaire pour que vous soyez dans le minimum pour être couvert par la sécu estonienne, pour que quand vous allez à l’hôpital, vous n’ayez pas besoin de payer. Mais voilà, j’ai pris 500 € pour faciliter les calculs. Et puis c’est parce que c’est ce que moi-même je me verse, donc je sais que c’est comme ça que ça fonctionne au niveau des calculs. Donc du coup, ça fait… bah vous avez 6000 € annuels de salaires, donc 500 € fois 12. Et vous avez donc 2 500 fois 12, ça fait 30 000 €. Donc vous voyez, le coût du salaire est de 10 170 € à l’année. Et le coût pour le dividende est de 37 500 €, donc ça coûte à la société 37 679 €. Et donc il reste dans les caisses de la société, vous voyez, 87 321 €. Donc à nouveau, vous voyez la différence avec la société estonienne qui est de 27 991 € en plus dans la poche, qui reste… bah pour le réinvestir ou pour, voilà, faire de l’immo, faire de la bourse, réinvestir nombre de business, etc., vous avez ça en plus chaque année si vous faites ce niveau de ventes chaque année, donc voilà.

Conclusion dividende VS salaire en Estonie

Je vous ai mis… voilà, un comparatif qui est assez intéressant, reprenant les trois hypothèses. Donc vous voyez le pourcentage d’imposition quand vous vous payez uniquement en dividendes. Donc là il faudra prévoir une assurance santé privée et vous débrouiller par vos propres moyens pour votre retraite, etc. Mais vous voyez qu’on tombe sur un 9 000 € au lieu de 54 273 € et ça fait 6,67 % contre 40,2 % en France pour… voilà, je le répète, un même niveau de bénéfice. Et pour vous, qu’il reste 36 000 € dans votre poche à l’arrivée. Donc l’hypothèse 2, donc là où c’était essentiellement… enfin c’était 100 %, on se payait en salaire. Donc là vous voyez, on passe à 25 000,71 € en Estonie et 68 844 € en France, donc on passe de 18,57 % contre quasiment 51 %. Et la troisième hypothèse, voilà, qui est celle qui est souvent utilisée par beaucoup d’entrepreneurs, c’est un mix entre salaire et dividendes. Et là vous voyez, bah on passe de 11 670 €, soit 8,64 % contre 59 330 € et quasiment 44 % en France, donc vous voyez que ça fait une grosse différence. Et si votre business se développe bien et que vous augmentez votre… votre chiffre d’affaires et par ricochet vos bénéfices, ces pourcentages-là vont aller à la baisse. Imaginez qu’au lieu d’avoir 135 000 € de bénéfices, j’avais pris 200 000 €, que vous conservez votre train de vie de 3000 € par mois. Alors, si vous l’augmentez un petit peu, même en l’augmentant, le taux… le pourcentage il va être plus faible en proportion. Puisque si vous vous versez 60 000 € sur 200 000 €, ça va représenter dans les cinq et quelques pour cent, donc ça fait vraiment une fiscalité qui est hyper légère et qui va faire une grosse différence sur le long terme.

L'Estonie, paradis fiscal

Donc voilà, je voulais vous faire un point sur un petit peu tous ces chiffres, puisque souvent, voilà, les gens ont du mal à… voilà, on parle, on a du mal un petit peu à voir les choses comment elles sont dans la réalité, donc là ça permettait de faire un point précis. Donc maintenant si vous êtes intéressé par l’Estonie, vous avez vu la grosse différence que ça va avoir sur votre business sur le long terme, rejoignez notre Formation Expatriation.

Alors, je n’en ai pas parlé dans cette vidéo, mais un autre avantage c’est que c’est beaucoup plus simple au niveau de la bureaucratie, tout est en ligne, au niveau de la simplicité administrative également. J’en ai pas parlé, mais le coût de la vie est moins élevée, donc ce qui veut dire que voilà, dans les hypothèses que j’ai prises, j’avais pris 3 000 € en France et 3 000 € équivalents en Estonie, mais pour un même niveau de vie, voilà, je pense si vous avez besoin de 3 000 € en France, vous aurez besoin que de 2 000 € en Estonie. Voilà, quand je parle même niveau de vie, bah : un appartement similaire, etc., aller au restaurant, etc., voilà, le coût de la vie est moins élevé de façon générale. Donc vous avez besoin en plus de moins d’argent au quotidien.

Donc voilà, si vous êtes intéressés pour en savoir plus, pour éventuellement vous expatrier en Estonie, n’hésitez pas à regarder ces vidéos et à laisser votre e-mail bah pour être informé tout simplement quand il y aura des nouvelles publications, quand je vais à nouveau parler de l’Estonie. Alors, petite précision, c’est que si les gens… si vous entendez parler de « l’e-résident », ça fonctionne pas là les hypothèses que je vous ai montrées, ça concerne uniquement les personnes qui vivent en Estonie, qui ont leur business en Estonie. L'avantage d'être e-résident en Estonie, c'est que vous avez une société offshore, mais c’est la fiscalité de votre pays de résidence qui s’applique. Donc si vous êtes en France, ça va être la fiscalité française qui va s’appliquer, donc les hypothèses que je vous ai données ne seront pas valables. C’est uniquement valable si vous avez votre business en Estonie, vous vivez en Estonie, vous avez votre résidence fiscale en Estonie, etc. Quand vous reprenez tous les critères, voilà, là vous avez la fiscalité que je vous ai montrée juste avant.

Pour aller plus loin, si vous voulez mieux comprendre le status d'e-resident en Estonie pour la France, je vous écrit un autre article qui traite du sujet.

Vos cadeaux offerts

Sidebar-banniere-horizontal-vivre-du-web
Sidebar-banniere-horizontal-2500-jour
Sidebar-banniere-horizontal-expatriation
Sidebar-banniere-horizontal-revenus-passifs
Sidebar-banniere-horizontal-ferme-million
Accompagnement et coaching business par Maxence Rigottier
Les emails privés de Maxence Rigottier

Mes formations et programmes

Sidebar-banniere-vertical-v2-club-prive-business
Sidebar-banniere-vertical-v2-expatriation
Sidebar-banniere-vertical-v2-club-revenus-passifs
Sidebar-banniere-vertical-v2-bourse
Accompagnement et coaching business par Maxence Rigottier
Sidebar-banniere-vertical-v2-seminaire-business-or
Sidebar-banniere-vertical-v2-mastermind
Sidebar-banniere-vertical-v2-mentorat
BOURSE US - IMMOBILIER À L'ÉTRANGER
OR - BITCOIN - AFFLIATION INTERNET

BOURSE US - IMMOBILIER À L'ÉTRANGER

OR - BITCOIN - AFFLIATION INTERNET

J'envoie l'E-Mail tout de suite. Ça y est ! C'est parti ! Enjoy !

Pin It on Pinterest