5 à 10 000 euros par MOIS avec 200 000 VUES YOUTUBE !

Transcription – Interview Olivier Roland

Dans cette nouvelle vidéo, on va voir ensemble comment cartonner sur YouTube, capter une audience et générer de l’argent via YouTube. Ici, Maxence Rigottier. Aujourd’hui je suis avec Olivier Roland.

Tu vas tout simplement te présenter et nous expliquer brièvement ton parcours, et surtout comment tu as réalisé pour passer un cap depuis YouTube, comment capter une audience, comment monétiser cette audience ? On va voir tout ça ensemble. Je t’invite tout simplement à te présenter et ensuite à voir les avantages de YouTube et pourquoi vous devez réaliser des vidéos.

Olivier : ça marche ! Voilà, je suis Olivier Roland. Je suis blogueur, YouTuber, mais pas un YouTuber de divertissement, un YouTuber entrepreneur dans le sens où sur ma chaîne je ne fais pas de monétisation directe avec la publicité. J’ai une chaîne qui s’appelle Olivier Roland, comme mon nom, qui donne de l’inspiration, de la motivation et des conseils concrets pour les entrepreneurs malins et les rebelles intelligents, en gros tous les gens qui veulent vivre une vie qui vaut la peine d’être vécue en apportant de la valeur pour eux et pour les autres.

Maxence : tu t’es lancé il y a un an et demi avec une vidéo par jour. Comment tu arrives à tenir cette régularité ? C’est souvent une objection que beaucoup de personnes se posent, comment on fait pour faire une idée par jour pour pouvoir parler sur un sujet, notamment si on a un site sur le ski, le golf, la photo, la voile ? Comment tu fais toi pour avoir toujours de nouvelles idées ?

Olivier : pour moi, c’est vraiment le truc le moins difficile de tout parce que j’ai des idées tout le temps. Déjà, la première clé, c’est de noter toutes les idées que vous avez en rapport avec toutes les vidéos que vous voulez faire. J’ai des idées quand je discute avec les gens, quand je lis des bouquins, quand je regarde d’autres vidéos. Quand je suis sous la douche, j’ai des idées, bon là je ne les note pas tout de suite ! Il y a une application géniale qui est Evernote, elle est gratuite et elle permet de mettre des notes dans le Cloud et comme ça, elles sont synchronisées automatiquement et avec tous les appareils, c’est pratique.

Sinon, vous prenez un bon vieux carnet papier et il est important de noter dès qu’on a l’idée parce que souvent on a des idées, on se dit : waouh, c’est génial ! Je vais me rappeler de cette idée toute ma vie. Et le lendemain après une bonne nuit de sommeil, tout ce dont on se rappelle, c’est qu’on a eu une super idée, mais qu’est-ce que c’était cette idée, aucune idée. Il faut donc vraiment noter au fur et à mesure.

C’est génial parce que dans mon Evernote si je l’ouvre aujourd’hui, je dois avoir 50-60 idées de vidéos que je n’ai pas encore eu le temps de tourner.

Il suffit d’être à l’affût, de se mettre en mode recherche d’idées. Il faut aussi avoir choisi à la base un sujet qui n’est pas trop étroit. Si vous lancez une chaîne sur je ne sais pas…

Maxence : le tricot, évidemment ça va être plus difficile

Olivier : le tricot, il y a beaucoup de choses à dire. Mais on va dire le tricot écossais entre 1730 et 1740, là c’est vachement compliqué parce qu’en quelques minutes vous avez fait le tour, et du coup vous allez vous répéter.

Ensuite, au-delà de ça, il ne faut pas avoir peur de se répéter malgré tout. Vous prenez n’importe quel magazine, sur n’importe quel sujet, un truc sur la psychologie ou sur les chevaux, sur le parapente, vous regardez les numéros d’une année à l’autre, il y a toujours les mêmes sujets qui reviennent en permanence et tout le monde s’en fout, tout le monde trouve ça cool parce qu’on a besoin de revoir des choses avec un angle un peu différent, de se remémorer certaines choses. Vous pouvez très bien faire une vidéo sur un sujet que vous avez déjà traité à condition que la vidéo n’ait pas été publiée trop récemment. Typiquement, tous les 3 à 6 mois, vous pouvez reprendre un sujet que vous avez déjà traité et personne ne va rien vous dire. Le peu de gens qui vont le remarquer vont trouver ça sympa d’avoir un petit rafraichissement.

Maxence : c’est important de recycler votre contenu parce qu’une personne qui vous trouve aujourd’hui n’a pas vu vos 100 vidéos, vos 300 articles ou tout ce que vous avez réalisé depuis le début. Donc, anticipez bien par rapport à ça. Si vous avez un business qui a une saisonnalité, répétez en fonction des années et ainsi de suite. Prenez un magazine, c’est exactement le format qu’ils réalisent.

Comment tu fais techniquement pour faire des vidéos ? Est-ce que tu les délègues ? Est-ce que tu fais sur fond vert ?

Olivier : je suis un non-croyant sur le fond vert. Je trouve que ça rajoute du traitement après avoir shooté et je préfère les faire avec du décor naturel. Comme tu dis, j’ai démarré avec une vidéo par jour. J’en suis à 450ème consécutive.

Maxence : c’est énorme !

Olivier : ouais c’est pas mal, et donc les 100 à 150, je les faisais vraiment bruts de pomme. Je les shootais avec mon iPhone. Au début j’avais un iPhone 4, après iPhone 5S. Je les prenais avec la caméra frontale de mon iPhone 5S et je les uploadais directement, comme ça sur YouTube sans aucun montage. De temps en temps, je faisais une petite coupure parce que j’avais dit une bêtise ou je m’étais planté, mais il n’y avait pas du tout d’effets spéciaux.

Au début, il ne faut pas vous prendre la tête. Vous démarrez, vous prenez votre iPhone, votre Smartphone et vous uploadez les vidéos comme ça. C’est un jeu sympa d’ailleurs, vous pouvez vous dire : OK, en 5-10 minutes, je dois avoir fait ma vidéo. Pas d’erreur et pas de montage, pas d’effets spéciaux. Ça a suffi déjà à faire décoller ma chaîne.

Après, j’ai voulu à aller plus loin dans le qualitatif, j’ai tout simplement commencé à externaliser. Aujourd’hui, j’ai du matériel un peu plus pro. Mais je shoote la vidéo. Ça me prend entre 10 et 20 minutes de mon temps personnel en fonction des erreurs éventuelles. Et après, j’ai tout un système avec des gens qui s’occupent de tout pour moi.

Maxence : c’est tout bête, vous cliquez sur le bouton Rec de votre Smartphone. Vous dialoguez sur un sujet, comme on fait en ce moment. Et ensuite, vous réappuyez sur le bouton Rec et vous uploadez sur YouTube, comme ça, ça va vous permettre de ramener du trafic.

Concernant le matériel vidéo, est-ce que tu peux nous expliquer brièvement ce que tu utilises ? À mon avis, tu utilises la même chose que moi, j’ai copié la vidéo que tu avais réalisée.

Olivier : moi, j’utilise l’iPhone 5S parce que la caméra frontale filme en HD 720, ce qui suffit largement. Et pourquoi la caméra frontale ? Ça permet d’avoir un écran de contrôle pour s’assurer qu’on se cadre bien et de se filmer sans avoir besoin de l’aide de quelqu’un. Après, on utilise une pince qui se connecte à un trépied. La pince coûte 10 euros. On prendra la Smartphone et on montrera. Le trépied doit coûter 15 euros, l’adaptateur 5 ou 10 euros.

Après, il y a un micro-cravate parce que le son de l’iPhone est vraiment pourri. Il faut donc un micro-cravate. Et vous avez cette petite fourrure qui coûte 10-15 euros qui permet de filmer en extérieur sans problème. Si jamais vous êtes sur la plage avec un vent super fort, il n’y aura aucun problème, le son sera nickel. Si vous n’avez pas ça, la moindre rafale de vent, ça va vous flinguer votre son et rendre votre vidéo inaudible. C’est un petit détail, mais c’est important.

Et j’ai aussi une perche télescopique.

Maxence : si vous faites des selfies, c’est ce qu’il faut avoir !

Olivier : c’est simplement une perche à selfies. Voilà l’adaptateur, l’iPhone et du coup, vous pouvez vous filmer en caméra frontale et bouger et vous balader en même temps. Alors, ne marchez pas trop vite, essayez de stabiliser un peu parce que sinon ça peut rendre les gens un peu malades. Vous mettez ça sur YouTube et derrière YouTube propose un système de correction qui va permettre de stabiliser. Ce n’est pas un truc magique qui fait des miracles, mais je trouve que ça corrige pas mal. C’est un algorithme qui va appliquer différents filtres pour faire en sorte que la vidéo soit stabilisée. Donc, ça, c’est vraiment le matériel pour démarrer. Ça ne coûte pas cher. Vous avez déjà un Smartphone normalement qui peut filmer en HD frontal. Trépied 15 euros, adaptateur 15 euros, micro 15 euros. On va dire 60 euros en tout maximum pour acheter les accessoires, voire plutôt 50.

Après, vous pouvez vous mettre à acheter du vrai matériel, mais pour démarrer vous n’avez pas besoin de ça.

Maxence : c’est tout bête, c’est vraiment un investissement dérisoire. C’est pour cette raison que c’est dommage de ne pas utiliser la puissance de YouTube. Vous l’avez compris, publier ou réaliser des vidéos sur YouTube, c’est bien, mais important que vous ayez une stratégie marketing pour récupérer les coordonnées des personnes et ensuite leur proposer des produits et services.

Est-ce que tu peux nous expliquer les différents appels à l’action que tu réalises et pourquoi malgré des audiences qui sont réduites par rapport à des Norman, des Cyprien ou même des personnes qui ont un million d’abonnés, tu arrives à générer pas mal d’argent grâce à YouTube ?

Olivier : écoute, je crois que je gagne plus d’argent qu’eux alors que j’ai un trafic qui est 100 à 1000 fois moins. Je dois avoir un demi-million de visites sur toutes mes sources de trafic par mois. C’est toujours pareil, dans le blogging c’est vrai et dans YouTube c’est vrai, si la principale source de revenus, c’est la publicité, ça veut dire que vous gagnez peanuts par rapport à ce que vous pouvez gagner. Vous devez avoir un trafic gigantesque pour pouvoir gagner juste de quoi vivre. Je sais de quoi je parle, je regardais dernièrement un blogueur, un YouTuber classique, c’est-à-dire de divertissement, qui a une chaîne avec plus d’un million d’abonnés, je crois que c’est le Rire jaune ou un truc comme ça. Il avait fait une vidéo où il partageait ses revenus et il disait qu’à la fin il lui restait moins de 2000 euros.

Maxence : c’est vraiment peanuts !

Olivier : il partageait avec son frère qui l’aide, puis il y a les impôts. Il dit qu’il lui reste moins de 2000 euros par mois. Le mec, il a un million d’abonnés, c’est incroyable. Là, je n’ai pas calculé, mais je fais 5 à 10 000 euros sur YouTube avec ma petite chaîne de 20 000 abonnés qui fait 200 000 vues par mois. Pourquoi ? Vous allez me dire comment ça marche ? C’est simple en fait.

La publicité, vous êtes au tout début de la chaîne. Qu’est-ce qui vous rémunère dans la publicité ? C’est le fait qu’à un moment donné, il y a une vente dans un cycle qui va rémunérer de façon indirecte. Le problème, c’est que vous êtes tellement éloigné de la vente en question que vous touchez qu’un tout petie pourcentage, parce que derrière il y a très peu de gens qui ont cliqué qui vont acheter, du coup les publicitaires ne peuvent pas vous rémunérer très fort. Vous êtes en train de vendre sans le savoir, sauf que vous ne savez pas les produits que vous vendez. Souvent, ce sont des produits qui ne sont pas super qualifiés par rapport à votre audience. Et surtout, ce n’est pas vous qui l’avez créé, vous avez une faible marge dessus. Bref, vous êtes payé peanuts par rapport à ce que vous apportez.

Plutôt que d’avoir cette étape de vente qui est très loin de vous et dans un truc que vous ne maîtrisez pas, vous allez proposer vos propres produits. Plutôt que de compter sur les gens qui vont cliquer sur les pubs alors que la plupart ont Ad block d’ailleurs, vous allez tout simplement faire des appels à l’action pour que les gens s’inscrivent à votre mailing-list.

Vous dites dans votre vidéo : merci d’avoir regardé cette vidéo, en complément vous pouvez recevoir mon livre bla bla bla, qui parle de ça et ça et qui va vous apporter ça, un truc dans la thématique de votre chaîne. Du coup, les gens vont s’inscrire sur votre mailing-list et après, avec cette mailing-list, vous allez pouvoir vendre vos produits. Et vous pouvez aussi vendre directement sur YouTube vos produits et en parler. Toi par exemple, tu as un catalogue de produits et tu parles régulièrement de tes produits sur YouTube et il y a des gens qui disent : eh ça l’air génial tes trucs, où est-ce que je peux les acheter ?

Rien que ça, un produit que vous vendez 50 ou 100 euros, il faut imaginer le nombre de clics et de vues surtout que vous devez avoir pour gagner ça en publicité. C’est démentiel.

Maxence : c’est entre 1000 et 2000 euros le million de vues sur YouTube si vous faites de la publicité. C’est catastrophique.

Olivier : je trouve que c’est même moins que ça. Moi, je fais 200 000 vues et d’après mes estimations, je gagnerai 50 euros par mois, c’est rien du tout. C’est désastreux. Ça, c’est le modèle de la plupart des blogueurs et des YouTubers et sachez qu’il y a un modèle qui est beaucoup plus efficace qui est celui des entrepreneurs qui vont créer un produit. Souvent ça fait peur de créer un produit, mais ça, c’est peut-être le sujet d’une autre vidéo. Ce n’est souvent pas aussi compliqué que ce qu’on pourrait penser.

Dites-vous qu’en faisant des vidéos sur YouTube vous partagez de l’information et que vous pouvez très bien monétiser cette information, des gens investissent du temps et de l’énergie pour regarder vos vidéos, ils sont aussi prêts à investir de l’argent si vous arrivez à les convaincre que vous allez leur apporter quelque chose qui les intéresse et les apporter dans un temps qui est efficace par rapport à eux : plutôt que de se taper 150 vidéos, vous allez leur proposer une méthode concrète étape par étape qui va leur faire économiser plein de temps, et ça, ça vaut de l’argent.

Maxence : c’est important de retenir ces deux appels à l’action. Le premier en début de vidéo. Moi, c’est ce que je réalise pour que la personne s’abonne à votre chaîne YouTube. Pourquoi ? C’est tout simplement parce que quand vous allez remettre une nouvelle vidéo, c’est important que vous ayez rapidement, 200, 300, 400 vues parce que ça va vous permettre embrayer la machine et que ça se développe au fil des mois et des années. Et le deuxième appel à l’action, c’est une annotation qui va rediriger les personnes quand vous les pitchez sur un bonus et vous allez récupérer le prénom et l’email pour pouvoir recontacter cette vidéo. Ça, c’est vraiment extrêmement important.

Pour vous donner un ordre d’idée pour ma chaîne de paris sportifs qui doit faire environ 30 000 vues par mois, donc c’est catastrophique, dérisoire, et pourtant je génère 2000 euros par mois avec la chaîne YouTube et 30 000 vues, parce que c’est une niche.

Olivier : c’est énorme. Les YouYubers qui entendent ça vont avoir une crise cardiaque direct ! Ils n’y croient pas surtout.

Maxence : ils vont dire que c’est un mytho !

Olivier : c’est tellement en dehors de leur monde.

Maxence : et le dernier point, vous demandez à vos clients comment vous m’avez découvert. Quand je fais une conférence en ligne, je demande s’ils m’ont découvert via Google, est-ce que vous m’avez découvert via YouTube, via Facebook, via des partenaires, via le bouche-à-oreille. Et plus de 50 % du temps maintenant, c’est YouTube. On voit donc l’impact de YouTube et pourquoi vous devez l’avoir dans votre business. Les gens ont aujourd’hui des Smartphones, ils veulent avoir la solution via un tuto, une vidéo, ils ne veulent plus trop lire. En fonction des thématiques, ça a beaucoup changé. En étant sur YouTube, vous allez avoir un trafic et une audience qui est parfaite pour vendre vos produits et services.

Juste pour finir sur une dernière question : est-ce que ton trafic est aujourd’hui supérieur avec YouTube par rapport à Google ? Concernant le futur, est-ce que tu vas continuer une vidéo par jour pendant encore longtemps ou tu penses dans 3-6 mois arrêter ça ?

Olivier : au niveau du trafic, la chaîne fait 200 000 vues par mois. Clairement, c’est devenu un nouveau blog à part entière. Là, j’ai 4 blogs principaux et les 4 ensemble font 200 000 visites. Alors une vue, ce n’est pas tout à fait une visite. Il faut plutôt regarder le nombre de pages vues, mais je ne connais pas le nombre de pages vues. Ça doit être 400 000 pages vues, 450 000 pages vues avec tous mes blogs. Donc YouTube rajoute 1/3 de plus de trafic. Et surtout, la vidéo est une excellente manière d’entrer en relation avec les gens, beaucoup plus vraie, on se voit. C’est vraiment une source de trafic à part entière.

Il y a un tas de gens qui me découvrent par YouTube et qui ne m’auraient jamais trouvé sinon. C’est exponentiel et c’est ça qui est bien avec YouTube, on est dans un écosystème dans lequel plus on se développe, plus ça va vite et plus on se développe vite et ça continue comme ça. J’ai autant d’abonnés par mois aujourd’hui que j’en avais en 5 mois il y a un an. C’est assez impressionnant et on verra jusqu’où ça nous amène.

Maxence : est-ce que tu sais le nombre d’inscrits que tu récupères chaque jour, chaque mois depuis YouTube ?

Olivier : j’ai à peu près 50 leads par jour qui viennent de YouTube.

Maxence : ça vaut dire 1500 leads sur 200 000 vues à peu près.

Olivier : ouais. Attention j’enlève les désinscrits, ce sont les gens qui restent.

Maxence : tu vas dire que tu as 1 % de conversion.

Olivier : le gros problème de YouTube, c’est que le taux de conversion est quand même faible, c’est pour cela qu’il ne faut pas négliger les blogs non plus, parce que ça permet d’avoir un taux de conversion de 5 %. À trafic égal, vous avez 5 fois plus de prospects sur un blog. Mais, je trouve que les vidéos sont la meilleure façon de créer du contenu. Il faut avoir cette stratégie-là, mettre vos vidéos sur vos blogs avec des transcriptions texte. Il ne faut pas négliger les différents aspects.

Pour répondre à ta question sur les vidéos une fois par jour, je vais arrêter parce que là, je pense que j’en ai fait suffisamment. J’en ai fait 450 d’affilée. Autant, ça me servait au début parce que maintenant j’ai plein de longues traînes, des gens me découvrent avec plein de vidéos, autant maintenant il y a beaucoup d’abonnés et les gens n’ont pas le temps de tout regarder et ils se désabonnent.

Maxence : est-ce que tu vas réduire la fréquence ?

Olivier : oui je pense que je vais passer à deux vidéos par semaine.

Maxence : donc une tous les 3 jours.

Olivier : chaque vidéo n’a pas autant de vues qu’elle devrait parce que les gens n’ont pas le temps de la regarder parce que ça s’enchaîne tout le temps. Plus on a de vues, plus l’algorithme de YouTube trouve que c’est super et commence à la mettre partout. Au bout d’un moment, ça commence à me desservir plutôt qu’autre chose. En tout cas, c’est mon avis, on verra si c’est vrai.

Il y a aussi le fait que des gens se désinscrivent parce qu’ils n’arrivent pas suivre le rythme. Du coup, c’est un peu dommage. Et puis, des fois j’ai l’impression que je fais des vidéos qui sont meilleures que la moyenne, et elles n’ont pas autant de vues que les autres, enfin elles sont autant de vues que les autres parce que les gens n’ont pas le temps de la regarder tout simplement.

Maxence : ah ça c’est dommage, notamment les interviews que tu réalises et que je visionne, ou même les études de cas.

Olivier : les mecs, ils regardent 5 minutes et le lendemain il y a déjà une nouvelle vidéo qui les attend. Ils n’ont pas le temps de revenir dessus et de la partager. Je vais passer prochainement, d’ailleurs c’est un scoop, à deux vidéos par semaine.

Ça sera un test, on verra ce que ça va donner. Il ne faut pas avoir peur d’expérimenter, de voir ce que ça donne et en fonction des feedbacks que vous avez et qui sont instantanés, c’est ça qui est génial sur Internet, d’adapter au fur et à mesure pour avoir la meilleure stratégie.

Maxence : vu que tu l’as fait en continuité pendant un an et demi, ça va quand même te rapporter pendant 2, 3, 5, 10 ans. C’est assez fabuleux.

Olivier : chacune des vidéos que j’ai faites, c’est comme un petit soldat dans mon armée qui se bat et qui va se battre pendant des années à venir gratuitement pour moi, pour me faire connaître. C’est quand même extraordinaire.

Maxence : si vous n’êtes pas encore sur YouTube, c’est extrêmement important que vous vous lanciez et que vous commenciez à créer votre muse pour vous développer et faire exploser vos résultats.

Merci, Olivier, pour tous tes conseils. Comme vous le savez certainement, c’est grâce à ta formation Blogueur Pro et Webinar Pro que je suis devenu blogueur professionnel. J’ai démarré en 2011 et je suis arrivé à en vivre à partir d’avril 2013 ; c’est donc une belle évolution. Une nouvelle fois, merci pour tout et on va voir ton évolution et voir ce qu’une vidéo tous les 3 jours va donner.

Olivier : yes, merci à toi. D’ailleurs on avait promis à notre audience de montrer un peu le matos.

Maxence : je vais mettre juste après la vidéo les petits matériels, donc regardez et surtout achetez exactement le même matériel si vous voulez démarrer dès demain. À tout de suite.

Olivier : donc, regardez un peu. On a le trépied qui coûte 15 euros sur Amazon et là, on a le petit adaptateur qui permet de fixer un Smartphone sur un trépied.

Maxence : il y a aussi quelques accessoires aussi, hop je vais ouvrir le sac. Voilà, la perche, et également un petit micro. Parfait et à bientôt.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *