AISSA MOMENTS

De 0 à 120 000 FANS FACEBOOK en 2 ANS !

Transcription – De 0 à 120 000 FANS FACEBOOK en 2 ANS ! (AISSA MOMENTS)

De 0 à 120 000 fans Facebook en un temps record.

Je suis actuellement avec Aissa Moments qui a une page Facebook qui cartonne, qui parle de relations de couple.

Juste avant qu’on voit tout cela en détails dans cette vidéo, je vous invite à cliquer sur le bouton « s’abonner » et rejoindre plusieurs milliers d’entrepreneurs abonnés à la chaîne Youtube.

Maxence : Salut Aissa ! Nous sommes actuellement à la Journée de l’Audace à Toulouse. Je te laisse rapidement te présenter. Pourquoi tu t’es lancée sur le web et ensuite comment tu as propulsé ton activité, notamment à travers Facebook, qui est un des trois leviers magiques avec Youtube ou Google.

Aissa : J’ai commencé par faire des vidéos avec des sujets bien précis concernant le couple. La première vidéo c’était quand même « Femme indépendante célibataire », elle a très bien marché et j’ai continué.

Maxence : C’était quand la vidéo Youtube, en quelle année ?

Aissa : C’était en 2015.

Maxence : Ok. 2015, démarrage via les vidéos Facebook.

Aissa : Ensuite j’ai enchaîné. J’en ai fait plusieurs. Et si tu veux, c’étaient les abonnés qui me posaient à chaque fois des questions. Ils attendaient des réponses de ma part, sauf que je n’étais pas du tout coach, je parlais de ma propre vie donc je n’étais pas censée tout savoir. Alors je me suis formée bien entendu et j’ai commencé à parler des problèmes de couple, des expériences en vidéo sur Facebook et sur Youtube.

Maxence : A la base, tu pars d’un besoin où tu as envie d’évoquer un petit peu ta vie, c’est vis-à-vis de cette thématique-là. Et très rapidement, des personnes ont besoin de tes conseils, du moins te demandent ton avis et c’est là que tu t’es dit que tu allais les aider d’avantage pour répondre à leurs questions, à leurs problématiques. Et petit à petit, tu as buzzé à travers Facebook.

Aissa : C’est exactement ça.

Maxence : Première question que vous-vous posez certainement : « Quels sont les types de vidéos ou les posts – soit des citations, soit des photos – qui entraînent un engagement, des partages, des like, des commentaires pour étendre sa page ? ». Qu’est-ce que tu as visionné dans les tops de tes publications ?

Aissa : Les ex. Tout ce qui concerne les ex cartonne. Comment récupérer son ex, comment oublier son ex, la copine de son ex, le copain de son ex. Que ce soit en vidéo, que ce soit en post, ou même en débat. Est-ce qu’il est bon, par exemple, de se remettre avec son ex. C’est une question qui provoque et génère beaucoup de commentaires, beaucoup de réactions.

Maxence : Pour rebondir par rapport à ça, j’ai un ami, Antoine Peytavin, qui est l’auteur du site à succès Jerecuperemonex. Ça marche bien pour lui, son entreprise, mais en même temps ça paraît logique parce que quand tu viens de te faire larguer ou si tu as envie de récupérer ton ex, ce sont des conseils que tu as envie d’apprendre et surtout, grosse frustration donc on cherche des solutions par rapport à ça.

Aissa : Justement, j’ai fait une info produit sur comment sortir de sa dépression amoureuse après rupture. Donc ça voudrait dire « comment oublier son ex », indirectement.

Maxence : Une info produit vidéo, ebook, audio ?

Aissa : Uniquement vidéo. Donc vous avez du contenu en vidéos, c’est une formation qu’il faut suivre vraiment à la lettre. C’est 5 vidéos et il y a beaucoup d’exercices à l’intérieur. Au bout de 60 jours, parce que c’est la promesse, vous oubliez votre ex, en tout cas vous sortez de votre dépression amoureuse.

Maxence : Et c’est un produit que tu vends combien ?

Aissa : 47 €.

Maxence : OK. Un produit d’appel comme on dirait dans le jargon…

Aissa : Produit d’appel pas cher du tout mais très efficace.

Maxence : Et aujourd’hui, c’est ton seul produit dans l’infoprenariat ou tu as développé ta gamme ?

Aissa : Non, c’est le seul.

Maxence : Donc gros potentiel. En tout cas, ce qui est important pour gagner sa vie sur le web, avoir un petit catalogue de produits…

Aissa : Et surtout bien les faire.

Maxence : Satisfaire les clients, avoir des témoignages en vidéos, réaliser des études de cas et votre entreprise monte de façon fulgurante.

Une question que vous-vous posez certainement également, vous-vous dites « Merci Aissa mais comment tu t’es lancée  ? ». Il y a pas mal de nanas sur la même thématique que toi, tout ce qui est séduction, relooking ou récupérer son ex, c’est quand même très concurrentiel. Donc il y a un gros marché mais il y a aussi beaucoup d’offres. Est-ce que c’est la même chose du côté des femmes ?

Aissa : Franchement, je ne crois pas, du moins de ma génération parce que je sais qu’il y a des femmes qui ont une quarantaine ou une cinquante d’années, en Amérique beaucoup, en France pas beaucoup. En France, je pense qu’elles doivent être trois ou quatre maximum. Sur ce créneau-là, de ma génération, je n’en connais aucune. Vous allez peut-être m’en faire connaître ou me donner des noms mais moi… Donc j’ai peut-être de la chance…

Maxence : Pas de la chance mais ce qui est un avantage, c’est qu’en fonction des supports… moi par exemple en paris sportifs, il y a pas mal de personnes mais par contre sur Youtube, je suis numéro un vis-à-vis des conseils parce qu’il n’y a personne. Et ensuite, ce qui est important, c’est de regarder le support où il n’y a quasiment pas de concurrence parce que par ricochet, les gens sont obligés de tomber sur vous s’ils font des recherches vis-à-vis de cette problématique. Donc c’est royal pour vous et ce qui est aussi bien avec la vidéo, c’est que les gens découvrent votre personnalité, caractère, pédagogie, votre franc-parler. Après, s’ils aiment votre authenticité, ça fonctionne pour vous.

Aissa : Exactement.

Maxence : Vis-à-vis de ta page Facebook, comment était l’exponentialité ? Combien de temps ça t’as pris par exemple de passer de 0 à 10 000, ensuite de 0 à 30 000 ? Est-ce qu’il y a une vidéo qui t’as fait buzzé, est-ce que tu es passée dans les médias, est-ce qu’il y a eu un post spécifique où t’as halluciné, où tu t’es dit « Whaou ! J’étais à 70 000 like, maintenant je suis à 85 000 » ? Quelle a été un petit peu l’historique de cette page Facebook pour arriver à déjà plus de 120 000 personnes qui te suivent activement ?

Aissa : Il y a beaucoup de vidéos avec des titres assez précis comme « Comment garder un homme les trois premières semaines d’une relation ». Par exemple cette vidéo est à 800 000 ou 1 million de vues je crois. Il y a plein de vidéos comme ça qui font exploser la page. Il y a aussi les direct Facebook qui font exploser la page.

Maxence : Tu en fais de temps en temps, les live ?

Aissa : Je le fais de façon, franchement, spontanée. Je n’ai pas de programmation. Depuis le direct, j’en ai fait trois seulement.

Maxence : Oui, c’est assez rare. Mais quand tu dis direct, c’est cinq minutes ou une heure ?

Aissa : Non, le direct, c’est un piège, c’est que vous voulez rester cinq minutes mais vous restez une heure.

Maxence : Surtout que toi, tu as une grosse page, tu as forcément des gens…

Aissa : … Avec des questions, on est obligé de continuer. Il y a des posts aussi et effectivement, j’ai été interviewée par France 2, au journal télévisé.

Maxence : Le journal de France 2 ? Excellent ! Est-ce que tu l’as mis sur ta page de vente ?

Aissa : Non pas encore, justement. Je sais que je devrais le faire mais je fais toujours les trucs en retard, je suis comme ça… mais je vais le faire.

Maxence : France 2, excellent, des vidéos jusqu’à 1 million de vues. C’est assez phénoménal. Et aussi des points précis que tu reprends dans ta thématique.

Aissa : Voilà.

Maxence : Une autre question qui vous vient peut-être à l’esprit : Est-ce que tu réalises de la publicité ? Achat de like, achat de prospects qualifiés qu’on appelle également des leads. Est-ce que c’est quelque chose que tu as mis en place ; ou absolument pas, ce n’est que 100 % organique, c’est-à-dire que ce sont les gens qui te découvrent, il y a le bouche à oreille, via les partages. Quel est un petit peu le business model que tu as mis en place sur cette page ?

Aissa : Je n’ai pas du tout fait de la publicité comme tu dis. Je n’appelle pas ça de la publicité, je trouve que c’est un peu de la triche quand même.

Maxence : Pour quelle raison tu trouves que c’est de la triche ?

Aissa : Acheter des like…

Maxence : Ça peut être soit des like, soit de l’achat de leads donc des prospects qualifiés. Typiquement, vous offrez un bonus et les gens tombent directement sur une page de capture. Soit, la troisième solution qui marche très bien aussi, c’est le retargeting. Donc si vous avez un site web où les gens sont allés, sur leur compte Facebook, ils ont ensuite un encart où ils vont être redirigés sur une page de vente ou sur une page pour télécharger un cadeau de bienvenue. Il y a d’autres points sur Facebook mais déjà les trois principaux… tu ne t’es pas encore penchée dessus ?

Aissa : Non, justement. Après, le premier, je ne m’y pencherai pas. Mais les deux autres, oui peut-être, ça peut être intéressant pour le business.

Maxence : Absolument. Et il va y avoir aussi prochainement Facebook Messenger pour envoyer différents messages par Messenger à toutes les personnes de sa page Facebook, ça va être incroyable.

Pour finir sur une dernière question, quelles sont les trois erreurs que tu as faites ou que tu vois régulièrement peut-être sur d’autres pages que tu suis et tu te dis c’est dommage de faire ce type d’erreur parce qu’au final, ce n’est pas ça qui va vous permettre de bien propulser votre communauté.

Aissa : La première erreur c’est de se comporter comme quelqu’un que vous n’êtes pas. Ce manque de naturel vous rattrape toujours parce qu’au moment où vous voulez être vous, – c’est-à-dire que des fois vous avez des faiblesses, vous avez des problèmes dans vos vies – c’est là où vous changez. Que ce soit en vidéo, on le sent que ça ne va pas, on sent qu’il y a un petit truc. Et des fois vous avez envie de baisser la garde mais si vous avez adopté un profil qui n’est pas le vôtre, vous êtes obligé de le garder. Parce qu’on va se dire mais finalement qui il est, est-ce que c’est lui. Et ça a coûté beaucoup de carrières à plusieurs personnes du web.

Deuxièmement, ne pas parler des gens ou de la concurrence. C’est comme si j’ai fait une publicité pour Apple et je me mets à critiquer Meetic ou Tinder, juste parce que j’ai fait une publicité pour Apple. Non, ce n’est pas juste, c’est malhonnête ; et surtout faire de la publicité indirectement, gratuitement aussi, et en même temps mettre des mauvais mots sur une marque ou sur une personne. Ça n’a pas lieu d’être sur ta page parce que c’est censé être bénéfique. Donc tu n’as pas à maltraiter quelqu’un sur ta propre page.

Le troisième serait, pour ma part, de donner un rendez-vous. Après, ça marche beaucoup pour certaines personnes… Par exemple je vous donne rendez-vous lundi à 18h pour telle vidéo. J’ai essayé de le faire parce qu’on m’a dit de le faire, donc je l’ai fait bêtement mais ça n’allait pas du tout.

Maxence : Toi, ça te perturbait de dire à l’avance, par exemple « rendez-vous Facebook Live ce lundi 18h15 »…

Aissa : Bien sûr. Ou même la diffusion d’une vidéo parce qu’il suffit qu’elle ne soit pas montée en temps et en heures… Tout le monde t’attend à 19h et tu n’es pas là…

Maxence : Donc éviter le message en temps et en heures « Tous les jours pendant 30 jours, vidéo à 19h » et qu’un jour tu as un imprévu… oui je peux comprendre, c’est compliqué.

Aissa : C’est décevant pour les personnes. Tu imagines – tu ne regardes peut-être pas Grey’s Anatomy mais moi j’aime beaucoup – donc le mercredi je suis devant ma télé à 21 heures et s’il n’y a pas, je suis super déçue. Donc si je donne rendez-vous à quelqu’un et que je ne suis pas là, c’est décevant. Les personnes qui sont vraiment carrées, qui ont une production en avance et qui programment ou préprogramment même par rapport à Facebook etc., pourquoi pas. Mais si tu n’es pas sûr de tenir ta parole, il ne faut pas promettre je pense.

Maxence : Oui c’est une règle du business ça. Délivrez ce que vous pouvez promettre sinon ça fait des déçus ou vous avez aussi une réputation après dans la tête des gens « il n’est pas fiable, il n’est pas sérieux ». Donc ça fait cheap pour votre réputation.

Aissa : Et puis pour le prochain rendez-vous, on va dire il n’était pas là au premier, peut-être qu’il ne sera pas là au deuxième. Et ça te permet de garder ta liberté. Moi je sais que je suis libre, si je veux diffuser une vidéo ce soir, je peux, personne ne m’attend. Mes abonnés viennent sur ma page chaque jour pour voir s’il y a du contenu donc s’il y en a, ils sont contents, s’il n’y en pas, ils savent qu’il y en aura bientôt.

Maxence : Du coup, est-ce que tu publies une fois par jour, deux fois par jour ?

Aissa : Je n’ai pas du tout de codes, de règles, je n’ai rien du tout. J’ai juste de la liberté, je diffuse quand j’ai envie. Mais ça me permet d’être bien, tu te rends compte que je peux passer quand même deux semaines sans rien diffuser et personne ne va me le reprocher. On va juste me dire « Qu’est-ce qui passe Aissa, est-ce que tout va bien » mais on ne va pas me dire « Pourquoi tu n’as pas diffusé du contenu ». Non, les gens ont pris l’habitude depuis deux ans, je suis comme ça.

Maxence : Si ça fonctionne pour toi comme ça… Ce qui est important c’est toujours continuer une stratégie qui marche.

Aissa : J’ai mis une vidéo il y a trois jours, elle est à 150 000 vues. Et je n’ai prévenu personne, je l’ai balancée et voilà.

Maxence : Parce que toi, pour nous donner un ordre d’idées, par exemple sur 120 000 like, tu vas avoir quoi, 3 000 like, 200 partages, 100 commentaires… comment ça se passe ?

Aissa : Ça dépend surtout du nombre de vues.

Maxence : Par exemple cette vidéo à 150 000 vues…

Aissa : Elle a environ 3 500 like…

Maxence : 3 500 like, combien de partages à peu près ?

Aissa : Plus de 1 000 je crois.

Maxence : Ah oui, 1 000 partages ! Et tu as aussi peut-être des gens qui te mettent des commentaires ?

Aissa : Oui ! Je ne sais pas combien il y a de commentaires. Je ne suis pas très… je vois juste le chiffre. Mais il y beaucoup de commentaires par contre, vu le sujet…

Maxence : J’imagine que ça donne envie de donner son opinion, ça crée des remous.

Aissa : Contre beaucoup, et pour aussi. Donc il y a de tout.

Maxence : Ce qui est bien, c’est quand vous avez ce type de sujet, ça mène directement à du débat dans l’audience. Et tu utilises tout ce qui est hashtag ? Par exemple quand tu fais un post sur une photo ou une image.

Aissa : Le hashtag, beaucoup sur Instagram ou sur Twitter. Par contre sur Facebook, pas beaucoup. Je fais du hashtag quand j’invente des mots par exemple.

Maxence : Et est-ce que tu as une explication de pourquoi tu as plus buzzé sur Facebook que sur Instagram, Snapchat, Twitter, Youtube ou un autre support. Est-ce que tu sais ?

Aissa : Oui oui, je sais. Parce que ma première vidéo a été diffusée sur Facebook.

Maxence : C’est à partir de cette audience-là, c’est là où tu as créé ton audience, comme moi sur Youtube. C’était ton fer de lance et après sur les autres plateformes…

Aissa : Exactement. J’ai des amis qui ont buzzé sur Instagram par exemple mais ils n’y arrivent pas trop sur Facebook, ou d’autres sur Snapchat et Facebook ce n’est pas trop leur fort. On a chacun notre lieu de naissance, on va dire, sur les réseaux.

Maxence : Excellente phrase, je suis 100% d’accord avec toi. Vous avez chacun un lieu de naissance. Peut-être que vous, ça va être à travers Google ; peut-être que vous, ça va être à travers Youtube ; peut-être que vous ça va être sur Pinterest, Instagram etc. ; et ensuite, toujours aller sur votre point fort et par ricochet, si vous êtes aussi sur d’autres plateformes pour un peu vous diversifier, vos fans, vos best followers vont aussi migrer sur les autres plateformes pour suivre le contenu inédit que vous avez publié sur Snapchat, Instagram etc.

Merci une nouvelle fois. Si vous avez apprécié la vidéo, cliquez sur le bouton « like » juste en dessous. N’hésitez pas à partager sur les différents supports. Egalement, je vous mettrai le lien de sa page Facebook pour que vous puissiez un petit peu jeter un œil et savoir comment on fait des vidéos de 100 000 à 1 million de vues. Si vous avez également apprécié cette vidéo, je vous invite à télécharger une vidéo bonus, une vidéo privée où j’explique comment j’ai gagné plus de 230 000 € à travers des chaînes Youtube, des pages Facebook, des sites web au cours des derniers mois. Il y a le lien à l’intérieur de la vidéo Youtube, cliquez sur ce lien, ça va vous rediriger vers une autre page où il suffit juste d’indiquer votre prénom et votre adresse mail pour recevoir la vidéo bonus directement dans votre boîte mail. N’hésitez pas à jeter un œil dans les spams et une nouvelle fois, à tout de suite de l’autre côté pour la vidéo bonus.

Au plaisir sur ta page Facebook ou ailleurs !

Aissa : Merci de nous avoir suivis !

Maxence : A très vite, bye bye !

Pense à

PARTAGER !

REJOIGNEZ LES ENTREPRENEURS À SUCCÈS !

VOS CADEAUX OFFERTS

90 thématiques pour vivre du web
2 500€ par jour en vendant ses propres produits
Expatriation : 0 impôts, 100% en ligne
D'une ferme à millionnaire sur Internet
Accompagenement et consulting business

MES FORMATIONS ET PROGRAMMES

Club Privé Business : 30 000€ par an
Programmet et formation expatriation : 0 impôts, 100% en ligne
Club Privé Revenus passifs : 100€ par jour
Programme Bourse : 20%/an, 5 minutes/mois
Séminaire Business Internet en or
Accompagenement et consulting business par Maxence Rigottier
Mastermind : Business et Revenus Passifs
Mentorat Business Internet : coaching 1 to 1

Tu as envie de réagir

POSTE TON COMMENTAIRE ICI !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

d
c

ENVIE de GAGNER au MOINS 100€/JOUR de REVENUS PASSIFS ?

Découvrez puis recopiez mes stratégies qui me permettent de générer environ 8000€/mois de revenus passifs