De 0 à 5 000 EUROS / MOIS en 10 H / SEMAINE (PRINT ON DEMAND) E-COMMERCE

De 0 à 5 000 EUROS / MOIS en 10 H / SEMAINE (PRINT ON DEMAND) E-COMMERCE

De 0 à 5000 € par mois et tout ça en l’espace de 10 heures par semaine grâce au print on demand. Ici Maxence Rigottier, je suis actuellement avec Thomas Gio. Salut Thomas.

Salut. Merci, Maxence, de m’accueillir sur ta chaîne, ça fait plaisir.

Alors je connais Thomas depuis début 2017, donc tu étais venu à l’un de mes week-ends Mastermind à Malte dans un premier temps.

Exact.

Et ensuite, tu as réalisé ma boutique. Donc la boutique que vous voyez, Maxence Rigottier vis-à-vis de Shopify, c’est bibi.

C’est moi, exact ouais.

Thomas Gio, spécialiste DropShipping et Print On Demand

C’est Thomas qui l’a réalisée, donc je te considère comme un membre de mon staff en quelque sorte parce que tu as mis en place ma boutique, tu gères encore quelques heures par mois, les différentes modalités, des mises à jour, des gestions de commandes et ainsi de suite.

Les stratégies et tout.

Donc je vais te laisser te présenter pour les personnes qui ne connaissent pas, de savoir comment tu es arrivé sur Internet et plus particulièrement vis-à-vis du print on demand parce que tout le monde jure par le dropshipping qui est une bonne alternative également pour gagner sa vie sur Internet. Mais le print on demand, why not ? Et pourquoi je vous le recommande ? Parce que ça a le vent en poupe en 2019 et les années suivantes.

Exactement. Bonjour à tous, donc je m’appelle Thomas Gio. J’ai commencé le e-commerce sans formation en faisant du stock sur Amazon. Donc ça marchait bien, c’était concret, et d’ailleurs quand j’étais à ton séminaire en janvier 2017, quand tout le monde demandait ce que…

Un Mastermind à Malte.

Oui, ton Mastermind pardon, excuse-moi. Quand j’étais à ton Mastermind en 2017 à Malte, tout le monde demandait ce que chacun faisait et moi j’ai dit que je faisais un business Amazon. Et ce qui a été la révélation pour moi, c’est que j’ai rencontré Roman Paillet que vous connaissez sûrement, qui m’a dit une phrase qui est restée vraiment concrète pour moi et qui est devenue vraiment importante pour tous mes business, c’est : « très bien, Amazon peut te livrer en deux jours ton client, mais tes clients ne t’appartiennent pas ». Et à partir de ce moment, j’ai compris vraiment l’importance d’aller sur Shopify et d’avoir ses propres clients, quitte à ce que le délai de livraison soit un peu plus long. Parce qu’au début, je faisais dropshipping, bien évidemment, et comme tout le monde, ça marchait gentiment. J’ai eu beaucoup d’échecs avec les pubs Facebook parce que quand on débute, on ne comprend pas très bien comment ça marche, comment faire la pub, etc. Et une fois, je ne sais pas comment, j’ai dû avoir un éclair de génie, je me suis dit : « je vais faire du print on demand » parce que moi j’étais sur le marché américain, sur la niche de la survie et du camping et j’ai fait un tee-shirt qui était un ours avec des bois de cerfs en fait. Et donc c’est un bear en anglais, et le cerf, ça se dit deer, et donc il y avait un jeu de mots marqué « beer ». Et en gros, c’était pour tous ceux qui aimaient la bière et qui aimaient la chasse, etc. Et en fait, j’ai travaillé avec un influenceur et j’ai mis, il me semble, 50 $ pour deux heures et j’ai réussi à générer 600 $ en deux heures. Donc je me suis dit : « je pense que c’est intéressant, il y a un petit truc à faire avec le print on demand ». Donc à partir de ce moment, j’ai continué à faire du print on demand. Je fais toujours du dropshipping dans mes activités, mais ça représente, je pense, 20 % de mes ventes parce que j’ai beaucoup plus d’affinités que le print on demand pour plein de raisons qu’on évoquera plus tard.

POD et Teespring

Mais du coup, j’ai commencé à faire pas mal de sites en print on demand, des sites que j’ai montés, que j’ai revendus, etc. Et donc tu es venu me voir en mars 2018 en me demandant de créer ta boutique, et c’est avec grand plaisir que j’ai accepté parce qu’on avait une stratégie similaire sur les print on demand et la création de marques. Donc c’est comme ça que j’en suis arrivé ici. Et pourquoi on recommande le print on demand ? Tout simplement parce que si aujourd’hui, vous avez une communauté ou une forte notoriété sur une audience, il ne faut pas hésiter, surtout que je vais vous donner une pépite dont personne ne parle. Mais depuis, il me semble, deux mois, YouTube a intégré Teespring. Donc Teespring, c’est une place de marché pour le print on demand directement sur YouTube. Donc si vous avez une audience, vous pouvez directement mettre vos produits, et les gens cliqueront et ils arriveront direct à la place d’encaissement tout simplement en deux clics. Donc niveau notoriété, niveau branding, vous passez un cap au-dessus par rapport à tous ceux qui ne le font pas. Maxence est différent, il a voulu vraiment avoir sa marque et avoir aussi la marque de running dont il vous parlera dans quelques instants, et c’est pour ça qu’on a fait un site à part. Mais si vous ne voulez même pas avoir le coût mensuel de Shopify, vous pouvez juste prendre Teespring, c’est-à-dire que vous ne payez que quand vous vendez. Et ça, je vous assure que rien que cette petite astuce à mettre en place, vous allez pouvoir augmenter votre chiffre d’affaires en monétisant votre audience très, très rapidement.

Du coup, toute la partie business, c’est à la machine à laver ou à la laverie, donc je ne peux pas vous le montrer. Donc là, vous avez un exemple : deux t-shirts vis-à-vis de ma communauté de paris sportifs, donc « je suis un parieur gagnant ». Donc ça, c’est un t-shirt vis-à-vis de Printify, on y reviendra dans quelques instants. Un exemple de mug : « je gagne ma vie avec les paris sportifs ». Donc évidemment, si on est un peu dans les paris, on va se rejoindre par rapport à ça, donc je le montre bien ici à l’écran. Exemple de coque, donc ça c’est mon deuxième iPhone. Pour l’iPhone X, c’est en commande, donc ça va bientôt arriver. Ça, c’est mon iPhone 6 Plus. Donc la marque Maxence Riggotier que vous voyez ici. Donc business, paris sportifs, paris sportifs, et là je vous montre. Donc ça, c’est vis-à-vis de ma marque de running, c’est un short, vous voyez juste ici Maxence Rigottier avec le logo. Et juste là, le fameux débardeur. Vis-à-vis du running, par rapport aux débardeurs, j’utilise Springart, donc c’est une marque de vêtements de sport. Là, vous voyez peut-être ici à l’écran le gros made in France, c’est du made in France. Et du coup, cette tenue que vous voyez à l’écran, ça me coûte 50 €, donc je la vends, je la commercialise 99 €. Je ne vais pas gagner énormément d’argent avec ça, mais j’ai une présence chez les gens et à chaque fois, ça va permettre d’augmenter de la crédibilité. Je me souviens quand mes parents ont vu ça, ils ont dit : « c’est qui qui t’a fait ces fringues ? C’est trop énorme ! » Oui, c’est un designer et ensuite, c’est une marque de vêtements de sport, donc c’est logique, mais grosse crédibilité. Je l’ai vu quand je l’avais montré pour la première fois à ma maman. Et j’ai sponsorisé aussi un athlète qui s’appelle Yoann Kowal. Donc depuis le 1er mars 2018, je sponsorise Yoann Kowal qui est un athlète qui a été champion d’Europe du 3 000 m steeple à Zurich en 2014 et qui court pas mal. Donc moi je suis un fan de 10 km, semi-marathon, marathon, je suis un coureur amateur. Pour vous donner un exemple, j’ai un chrono à 3h 8 minutes, mais ça vous donne un aperçu. Du coup, dès que vous avez une audience, une communauté, des fans, quelle que soit votre thématique aujourd’hui, ça va vous permettre de renforcer votre relation et d’avoir ce qu’on appelle des ambassadeurs. Qu’est-ce que c’est des ambassadeurs ? C’est les gens qui apprécient tellement ce que vous faites, véhiculent vos valeurs, véhiculent vos qualités et du coup, qui portent dans le sang en quelque sorte votre marque. Donc en l’occurrence, soit des t-shirts, soit des mugs, soit des coques d’iPhone et tous les accessoires, ça peut être des casquettes, tous les accessoires possibles et inimaginables.

On peut faire des casquettes, on peut aller plus loin, on peut faire des coussins, des rideaux de douche, des sacs à dos, des chaussures, on peut vraiment tout faire, et tu as vraiment raison de le mettre en avant. Comme je connais ton audience qui est vraiment composée à 95 %, on va dire, d’infopreneurs. Dès que vous avez une audience en fait, comme vous vendez des formations, créer un produit physique, c’est le seul moyen d’être chez vos clients et de faire penser à vous en fait. La personne qui adore Maxence et qui a un t-shirt : « je veux du cash », il prend son t-shirt et il va se dire : « ah, mais Maxence, ça me fait penser à Maxence. Peut-être qu’il a fait des nouvelles vidéos, peut-être qu’il y a un e-mail ». Et du coup, vous allez augmenter votre engagement et votre relation avec cette personne. Et forcément derrière, ça va se traduire par une hausse du chiffre d’affaires indirectement. Et c’est ça qui est génial, c’est que personne ne le fait et Maxence est visionnaire là-dedans, parce que c’est un des rares en France, en infopreneurs français, à faire du print on demand.

Et réfléchissez un instant. Moi comme je l’ai déjà dit, mon objectif un jour, c’est d’être président d’un club de foot. Donc j’aime bien analyser le modèle économique et je peux vous assurer que les gros clubs de foot comme le PSG, l’Olympique de Marseille, l’Olympique Lyonnais, vous avez tout ce qui est possible et inimaginable. Si on prend l’exemple de Lyon, OL Coiffure, OL Taxi, OL Pneus, etc., etc., donc tous les dérivés. Et c’est la même chose que vous pouvez mettre en place dès que vous avez une grosse audience. Je récapitule. Pour la marque de sport, j’utilise Springart, pour cet exemple ici. Et pour tout ce qui est mugs, t-shirts et ainsi de suite, j’utilise Printify. Alors, quelles sont les alternatives ou alors les plateformes que tu conseilles pour pouvoir délivrer le produit ? Donc quand la personne clique, achète, ça envoie directement la commande à cette plateforme. Donc moi je n’ai rien à faire, tout est automatisé et ça, c’est cool. Donc je te laisse nous donner… qu’est-ce que tu penses de Printify ? Je sais que tu apprécies parce que c’est toi qui me l’as recommandé, donc je ne connaissais pas. Mais est-ce que tu as d’autres alternatives ?

Son avis sur Printify

Ouais, bien sûr, j’en ai trois que je vais vous expliquer. Mais avant, pour ceux qui ne connaissent pas le print on demand, on a totalement oublié de le faire, mais je vais vous expliquer ce que c’est le print on demand. En fait, c’est le même principe que le dropshipping, c’est-à-dire que vous avez un produit sur votre site, votre client va l’acheter et derrière, vous allez passer commande à votre fournisseur qui va directement livrer à votre client. Donc ce qui est bien, c’est que c’est automatique, vous ne gérez pas la logistique, vous n’avez pas de stock à avoir, et donc vous pouvez déjà vous enlever une grosse partie de stress et surtout d’investissement. Donc voilà, tu investis juste les frais de fonctionnement de Shopify et des applications qui sont à peu près 80 € par mois, donc c’est vraiment léger pour créer une marque. Et en fait, moi je recommande trois applications qui sont en 1 – Printify, en 2 – Gooten, et en 3 – Printful. Alors, pourquoi je recommande Printify ? Tout simplement parce qu’ils ont des entrepôts à côté de Londres, donc c’est livré entre 7 et 10 jours, donc c’est très, très, très rapide et ils ne sont pas très chers. Donc c’est avec ça qu’on a fait les t-shirts de Maxence, parce que c’est très bien, quand on commence un business, d’avoir le moins de frais possible, donc on a pris Printify. Et moi, honnêtement, Printify, ça doit être 80 % de mes fournisseurs. Donc ils font les coques, ils font les t-shirts, ils font les mugs. Après, ils font beaucoup plus de produits aux États-Unis, mais pour l’Europe et la France, ils font principalement ces produits. Ensuite, on a Gooten, donc ils ont, pareil, des entrepôts à Londres. Ils font un peu plus de produits différents, c’est pour ça que j’aime bien l’utiliser. Mais pour les t-shirts, je préfère rester sur Printify. Ensuite, en troisième, je pense que c’est les meilleurs en termes de qualité, par contre ça coûte plus cher, c’est pour ça que je le recommande moins si vous débutez, c’est Printful. Et Printful, ils ont des entrepôts à Riga. Donc tu me confirmes, c’est en Lettonie.

Ouais, donc comme c’est juste à côté de l’Estonie, je confirme, Riga c’est en Lettonie.

Exactement. Et donc ils livrent, pareil, entre 7 et 10 jours et ça reste dans l’Europe, donc c’est ça qui est génial. Et ce qu’on peut faire, c’est qu’on peut mettre des étiquettes personnalisées et on peut aussi personnaliser le packaging avec notre logo, donc je pense que ça peut être sympa dans un deuxième temps. Mais quand on commence, je pense que c’est assez intéressant de garder Printify qui est moins cher, mais la qualité est déjà très bien pour le prix que c’est.

Le Print On Demand, plus qu'un e-commerce, une marque

Ouais, et autre point que je n’ai pas souligné dans la vidéo, donc j’ai mis cette boutique sur Maxence Rigottier. Pourquoi ? Je me suis posé la question suivante et je vous invite, le jour où vous allez faire du print on demand, je me suis dit : qu’est-ce qui ne va pas changer dans trois ans, dans cinq ans, dans 15 ans, dans 30 ans ? C’est mon prénom et mon nom. Donc ça, je l’ai jusqu’en 2070, donc jusqu’à ma mort et si je suis devenu une célébrité pendant cette période-là, même au-delà de ma mort, ça va continuer à fonctionner pour moi. Donc je me suis dit : « qu’est-ce que je peux mettre en place en termes d’actifs ? » D’où la raison de mon prénom et de mon nom, parce que je fais aussi bien la marque de sport que des paris sportifs, que du webmarketing. Peut-être que dans 5 ans ou dans 10 ans, si je suis président d’un club de foot, je ne serai plus sur Internet, mais je serai toujours en mode Maxence Rigottier, et ainsi de suite. Du coup, c’est ça qu’il faut avoir à l’esprit si vous lancez votre marque, peut-être que ça va être sur votre prénom et votre nom. Si vous le faites, évidemment il faut avoir une communauté derrière, sinon vous allez faire zéro vente.

Exactement.

C’est ça qu’il faut avoir en tête par rapport à tout ça.

Exactement. Et ce qui est bien, et il l’a précisé plein de fois, c’est qu’en fait, quand on crée un site de print on demand, ce n’est pas forcément du e-commerce, enfin, ce n’est pas que du e-commerce, c’est vraiment, vous créez une marque. Maxence a créé le branding « Maxence Rigottier ». Et forcément, en valeur perçue, on augmente directement. Et quand on a une communauté, surtout comme la tienne qui est engagée, forcément les gens veulent acheter du Maxence Rigottier parce que ça retransmet quelques valeurs pour ceux qui font des paris sportifs. « Je suis un parieur gagnant », il n’y a que Maxence qui dit ça et c’est pour ça que les gens veulent ça parce que déjà, c’est Maxence, et surtout qu’ils veulent être un parieur gagnant. Donc ça fait effet double et c’est ça qui est génial, c’est qu’il peut vraiment mieux engager avec sa communauté et son audience.

Fixer ses prix en POD

OK, merci Thomas. Alors peut-être que si vous regardez cette vidéo, vous vous dites : « merci Tom, je vois bien que tu es un king du print on demand ». Toutefois, comment tu fixes ton prix par rapport à un mug, par rapport à une coque, par rapport à un t-shirt ? Donc quel est globalement le coût d’acquisition, donc l’achat de ce mug ou alors de cette coque d’iPhone, et comment et combien tu commercialises ce produit pour que les gens, entre guillemets, fassent une affaire et qu’on soit rentable. Parce que comme c’est un produit physique, il faut compter la livraison et tous les coûts annexes pour arriver quand même à réaliser du bénéfice ?

Ouais. Alors on va prendre l’exemple du mug. Le mug, s’il n’a pas changé de prix, mais il coûte 4,92 $ précisément. Donc ça fait un peu moins en euros, c’est ça qui est intéressant, c’est que les prix sont en dollars, mais nous on est payé en euros.

Un peu moins de 5 $, ce qui veut dire, on va dire 4 € pour faire simple.

On va dire 4 € ou 4,50 € à peu près. Nous on le revend 14,97 €. Si vous suivez Maxence, vous connaissez le 97, et ça nous permet donc d’avoir 10 € de marge. Évidemment, pour certains, ce n’est pas énorme. Mais ce qui est intéressant, c’est qu’en fait, on a remarqué avec Maxence, et c’est pareil dans tous mes business de print on demand, c’est que la personne qui va acheter ce mug avec ce design ne va pas acheter que ce mug, elle aime en fait le design et donc elle va acheter soit la coque en plus, soit le t-shirt en plus. Donc notre coût d’acquisition est réduit et derrière, on augmente notre panier moyen. Pour faire un autre exemple, pour ton t-shirt, de mémoire, avec la livraison incluse, c’est 12 € et derrière, on le revend 24,99. Et on va peut-être passer, pour augmenter le branding de ta marque, sur du coton bio. Donc là, on sera sur du 18 € TTC avec la livraison incluse, mais on pourra se permettre de le vendre plus cher, donc dans les 30 ou 35 parce que c’est bio. Et surtout, ça va être imprimé en France et donc là, ce sera imbattable niveau qualité perçue.

Alors moi, dans un premier temps, vous l’avez certainement compris, je ne le fais pas pour l’argent puisqu’il faudrait que j’en vende, pour gagner ce que je gagne avec des formations en ligne, et il faudrait que j’en vende des dizaines et des dizaines de milliers d’exemplaires dans l’année. Toutefois, ce que j’aime, numéro un, c’est que ça me permet, petit à petit, de rentrer dans le quotidien des gens qui achètent cela, donc avec un produit physique. Posez-vous la question : qu’est-ce que vous recevez dans votre boîte aux lettres ? Régulièrement, des prospectus dont on n’a rien à foutre, du style Leclerc, Carrefour, Auchan et tout ce qui va avec, et numéro deux, des factures. Des choses qui nous font plaisir, d’où la force de frappe d’Amazon, hormis des colis Amazon qu’on aurait pu commander, c’est rare qu’on reçoive quelque chose, donc un cadeau physique, peut-être une ou deux cartes postales pour son anniversaire ou alors d’amis qui sont en vacances, mais c’est très très rare. Tout est en ligne et l’idée de repasser une petite partie de votre activité en physique, du moins pour le print on demand, parce qu’on peut l’automatiser, vous n’avez pas besoin d’avoir de locaux, pas besoin d’avoir de stocks, c’est ouvert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 depuis n’importe où dans le monde, ça c’est cool et ça fait une grosse différence.

Exactement. En fait, ce qui est bien en créant un site de print on demand, c’est qu’il décuple sa force de frappe. Comme il l’a expliqué, c’est qu’il peut être chez les gens et en même temps, rester chez lui à dormir, parce qu’il a un site qui est ouvert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Depuis n’importe où dans le monde.

Ouais, depuis n’importe où dans le monde, il ne fait pas grève, il n’y a pas Noël, pas de jours fériés, il s’en fout. Et c’est ça qui est bien, c’est que peu importe le jour où vous allez commander un t-shirt chez Maxence, vous pouvez être livré entre 7 et 10 jours après. Et comme je l’ai expliqué, on va travailler avec un fournisseur français qui peut livrer en quatre jours. Donc j’en dirai plus dans quelques mois parce que là, ils ne sont encore pas au point. Mais le jour où ils le seront, imaginez la force de frappe que Maxence va avoir, et peut-être vous si vous vous y mettez, tout en mettant en place, c’est ça qui est intéressant.

Shopify, la Rolls du POD

Absolument. Donc là, je confirme à 100 % tout ce que tu évoques. Alors, on parle souvent de Shopify. Personnellement, c’est ce que j’utilise, toi-même c’est ce que tu utilises et ce que tu recommandes à tes clients et sur tes propres boutiques. Donc pour quelle raison il faut utiliser Shopify ? Est-ce que tu peux redonner une explication pour des gens qui se diraient : « ouais, mais moi je suis soit sur PrestaShop, WooCommerce, Magento ». Donc dis-nous tout.

C’est une très bonne question et je pense que tu donnes ta réponse dans toutes tes vidéos. Pourquoi tu utilises ClickFunnels ?

Parce que c’est la Ferrari du webmarketing, en tout cas c’est ce qu’il y a de mieux sur le marché si vous voulez encaisser de l’argent. Si vous ne voulez pas encaisser de l’argent, vous pouvez aller sur d’autres systèmes. Je pense que c’est la même chose pour Shopify.

Shopify, c’est pareil. Si vous voulez vraiment encaisser de l’argent, avoir quelque chose qui est 100 % automatique, quand je dis 100 % automatique, c’est-à-dire que même les applications que vous mettez, elles se mettent à jour pendant que vous dormez.

Ça, c’est grandiose. Parce que ClickFunnels, il y a des bugs parfois. Par contre j’avoue, Shopify…

Shopify, il y a zéro bug.

J’ai ma boutique depuis le 1er mars 2018 et au moment où vous allez visionner cette vidéo, vous verrez la date, mais clairement je n’ai jamais eu un bug. Donc Shopify est encore meilleur que ClickFunnels dans le sens où c’est vrai que je n’ai jamais eu un bug.

Exactement.

Donc n’hésitez pas à nous dire, si vous avez déjà utilisé Shopify, quel est votre ressenti et est-ce que vous avez déjà eu un bug. Moi personnellement, donc là on fait… au moment de cette vidéo, c’est fin 2018, début 2019. Donc bientôt un an que j’utilise Shopify, jamais eu un bug, jamais eu une couille.

Exactement. Et moi, ce que j’aime bien dire à ma famille ou à mes amis, c’est que si vous savez vous servir de WordPress qui est, on va dire, facile pour monter un site, Shopify c’est encore plus facile. C’est-à-dire qu’il n’y a pas toutes les extensions à mettre à la main à jour, tout se fait automatiquement, tout est facile. C’est du drag and drop, donc il y a juste à glisser et déposer. Et pour revenir sur Shopify, ça fait un an et demi, plus d’un an et demi que je l’utilise et il me semble que j’ai eu une heure où les serveurs de Shopify étaient done. Une heure en un an et demi, c’est que dalle. Parce que par rapport à d’autres systèmes comme WordPress où notre hébergeur peut tomber, etc., là c’est vraiment très solide, et surtout que Shopify, ça commence à monter très très vite parce que les grandes marques ont compris la facilité d’avoir un site qui fait de l’argent, donc ils prennent Shopify. Donc derrière, il y a un service qui est clé en main, qui est super facile. Donc si vous voulez faire du e-commerce, Shopify, et les autres vous oubliez tout de suite. Merci beaucoup.

Alors je voulais revenir aussi, pour finir sur une dernière question, j’en avais parlé puisqu’on a fait aussi une autre vidéo sur la chaîne de Thomas et je me suis dit que ce serait quand même bien de pouvoir redonner aussi ces conseils. Quelles sont les applications gratuites que j’ai mises personnellement, grâce à toi, sur ma boutique de e-commerce et quelles sont les applications payantes que tu recommandes à mettre sur sa boutique ? Globalement, l’enveloppe Shopify plus quelques applications payantes, c’est moins de 100 € par mois. Donc faisons simple, 100 € de budget par mois et vous avez votre boutique de e-commerce professionnelle, extraordinaire et automatisée.

Exactement. On avait comparé, c’est exactement le même prix qu’avec ClickFunnels au final.

Ouais, voilà.

Donc si on veut un business qui marche, c’est je crois qu’on est à 85-86 €, donc c’est top. Et ce qu’on a mis en place, donc je vais citer les meilleures applications gratuites, je ne vais pas toutes vous les faire. Comme je t’avais expliqué, je pense que je ferai une vidéo sur ma chaîne où j’expliquerai ton site, ce qu’on a mis en place et tu pourras le partager avec tout le monde, comme ça vous pourrez vraiment voir ce qu’on a mis en place et ce n’est pas si compliqué que ça, il faut juste connaître. Ce qu’on a mis en place principalement, c’est la Free Shipping Bar. Donc c’est une application gratuite qui va motiver vos acheteurs à dépenser encore plus. C’est-à-dire, vous fixez la livraison à 50 €, par exemple la personne prend un t-shirt à 25 €, ça veut dire qu’il lui reste 25 € pour avoir la livraison gratuite. Et en général, les personnes préfèrent payer plus, dépenser plus dans votre boutique que de payer la livraison, parce qu’avec une livraison gratuite, c’est beaucoup plus intéressant pour eux. Donc ça va, vous, augmenter votre panier moyen et derrière, vous pouvez leur livrer gratuitement et tout le monde est content au final. Donc ça, c’est ce qu’on a mis en place principalement. Ensuite, on a pris *Minifer*(0:20:48). Donc ça, on en avait parlé ensemble, c’est juste génial, ça va permettre de redimensionner…

Les images.

Ouais, ça va permettre de réduire la taille des images sur votre site.

C’est 2 centimes l’image et c’est redimensionné, donc ça c’est cool.

C’est ça. Et ce qui est intéressant, et on en parlait sur la vidéo qu’on a faite ensemble, c’est que quand on gagne une seconde de rapidité sur notre site, c’est 1 % de taux de conversion en plus. C’est juste dingue, 1 % de conversion en e-commerce. Si votre site passe de 2 à 3 %, votre chiffre d’affaires il va grimper comme ça, et vous n’aurez rien à faire, juste en réduisant la taille des images, vous pouvez augmenter votre taux de conversion. Donc ça, c’est intéressant. Et ensuite, on ne l’a pas expliqué, mais avec Maxence on est parti sur un thème gratuit qui s’appelle le thème Début pour ceux qui connaissent Shopify. Et pourquoi ? Tout simplement parce qu’il a la même vision que moi, quand il crée un nouveau business à côté de son business principal, il veut que ce business s’autofinance. Donc c’est pour ça qu’on a pris un thème gratuit et dans le futur, on prendra un thème payant évidemment. Mais pour l’instant, un thème gratuit fait largement l’affaire et donc on a mis l’application Tabs. C’est juste des petits onglets qui permettent de rappeler les éléments essentiels dans chaque fiche produit. Donc il y a la description, la livraison, la FAQ, les retours, etc., etc. Ça permet de donner confiance à votre client pour qu’il puisse, derrière, acheter plus chez vous, parce que vous lui avez donné toutes les informations importantes pour qu’il réalise son achat. Donc ensuite, en application payante, on a mis une application…

On a pris quelques notes sur le Mac.

Exactement, parce qu’on en a mis pas mal, mais je vais vous citer le top 3. Une application que tu aimes bien, c’est PandaSalesBooster qui coûte 9,99 $ et qui permet en fait au moment où la personne est sur votre page d’encaissement, de check out, au moment où elle veut partir ou elle clique sur un autre onglet, il va avoir un pop-up qui va sortir, qui va faire : « hey ! je te fais 20 %, mais tu me prends toute ta commande ». Et du coup en général, on récupère énormément de gens. Toi, il me semble qu’on a mis 15 % ou 20 %, je ne sais plus, mais ça permet vraiment de rattraper les gens parce qu’ils se disent : « OK, pour 20 % de plus, ça m’intéresse ». Du coup, ils restent et du coup, on a récupéré au moins 45 % de personnes qui allaient partir. Donc ça, c’est juste génial et ça permet d’augmenter votre chiffre d’affaires de façon conséquente. Ensuite, ce qu’on a mis en place, RetargetApp. Donc c’est une application qui permet de retargeter avec Facebook toutes les personnes qui sont venues sur votre site, et donc ça va permettre de les récupérer en leur offrant un petit bon d’achat. Donc nous on a mis 15 %, on a fait un petit code de 15 % et on va dépenser juste 10 % en plus de notre budget publicitaire. Je m’explique. Si vous dépensez 5 € par jour en publicité, sur une semaine ça fait 35 € et avec RetargetApp, vous allez payer au total en fait 38,50 € et tout est pris en compte et vous n’avez rien à faire. Et donc, ça va vous permettre de ramener énormément de clients. Avec le site de Maxence, quand on dépense 1 €, on en gagne 9 en retargeting. Donc c’est juste dingue, parce que plus on a de clients, plus on en fait et plus on gagne d’argent. Et derrière, je pense que la meilleure application de tous, c’est celle qu’on a mise en place récemment, c’est *Wilio*(0:23:42), c’est pour capturer l’e-mail de vos clients. En infopreunariat, on a souvent une pop-up classique qui donne un cadeau. En e-commerce, ça commence à se faire de plus en plus, mais c’est rare. Les personnes donnent en général un bon de réduction de 10-15-20 %. Nous, c’est ce qu’on a voulu faire avec Maxence, c’est un bon de réduction de 10-15 ou 20 %. Mais Maxence, il aime bien faire toujours plus que les autres et j’adore ça, moi je suis pareil, j’aime bien faire plus que les autres. Et il m’a dit : « pourquoi on ne donnerait pas un bon d’achat de 100 € ? » Et donc là, les personnes qui jouent en rentrant leurs e-mails, ils peuvent tourner une roue et ils peuvent gagner jusqu’à 100 € de bons d’achat cadeaux sans condition d’achat au préalable sur la boutique Maxence Rigottier. Donc forcément, notre taux de conversion est passé de 2 quand on a mis la pop-up simple avec le code de réduction à maintenant plus de 6 %. Donc forcément, en juste une action, on a triplé notre taux de conversion pour les adresses e-mail. Et derrière, Maxence peut les relancer, retravailler avec eux, présenter des nouveaux produits quand on assort, etc., et forcément, faire plus d’argent.

Ouais, et toujours ça en tête, quand vous êtes dans l’infopreunariat, votre focus, c’est de récupérer les e-mails, donc avoir des prospects qualifiés. Là, c’est la même chose en print on demand donc sur votre boutique de e-commerce. Systématiquement, au lieu d’offrir un appât avec un cadeau, vidéo privée, un livre numérique et ainsi de suite, donc là l’objectif, c’est de faire participer la personne à un tirage au sort pour soit avoir une réduction ou alors un bon cadeau, et ce qui va vous permettre d’avoir un gros taux de conversion. Je crois que je suis à 6 %, tu me disais que c’était vraiment sympa.

Tu es à 6 %. Pour le marché français, c’est vraiment sympa. Je sais que je l’ai mis en place sur un client américain et lui a réussi à voir 11 % de taux de conversion, mais les Américains ont moins la valeur de l’adresse e-mail que nous. Nous, c’est un peu précieux, eux ils s’en foutent, parfois ils en ont trois ou quatre et ils donnent à tout le monde, donc voilà. Mais les stats de 6 % pour le marché français en e-commerce, c’est vraiment énorme et c’est toujours ce qu’on disait avec Maxence, c’est : qu’est-ce qu’on peut faire pour améliorer ? Eh bah, toujours faire l’action en plus, et là c’est ce qu’il a fait avec 100 €. Je n’ai jamais vu ça nulle part, donc ça permet de faire une différence énorme dans son taux de conversion, et forcément les e-mails parce que les e-mails en e-commerce, et c’est pareil on infopreunariat, ça permet de faire des ventes totalement gratuitement. Moi, avec mon business, ça me fait à peu près entre 30 et 40 % de chiffre d’affaires supplémentaire, juste à l’envoi d’un petit e-mail, donc c’est juste dingue.

OK, merci par rapport à tous tes conseils. Est-ce que tu as une dernière pépite ou quelque chose qui te vient instinctivement ou tout a été dit de manière générale ?

Sa pépite par rapport au Print On Demand

La dernière pépite que je pourrais donner par rapport au print on demand principalement, c’est : construisez des communautés et derrière, monétisez-les grâce au print on demand. Et si vous avez déjà une communauté, n’attendez pas parce que le print on demand en France est en train de monter, mais c’est gentil. Pour vous faire un schéma, je suis le seul acteur sur le français à en parler, personne d’autre n’en parle. Donc imaginez, dans un an, deux ans ou trois ans, ça va exploser comme aux États-Unis. Il faut juste regarder ce qui se passe aux États-Unis et dans un an, deux ans ou trois ans, vraiment il y aura beaucoup plus d’acteurs. Et si vous vous y mettez maintenant, votre marque aura eu le temps de monter, aura eu le temps d’avoir de la notoriété et forcément, vous, de faire plein de ventes. Donc n’hésitez pas à vous mettre en print on demand, parce que c’est le e-commerce de l’avenir pour moi.

Donc souvenez-vous, numéro un, vous avez un prospect. Quand vous avez fait bien votre job, ça va devenir un client. Si vous avez bien délivré votre produit et que ça correspond exactement à la promesse marketing, ça va devenir du coup un fan, parce qu’il sera content d’avoir acheté votre produit et d’avoir obtenu les bénéfices et les résultats que vous avez promus. Et une fois que c’est un fan, donc si là aussi, vous avez une bonne relation avec les gens et que vous les respectez ça va devenir un ambassadeur.

Exactement.

Et typiquement, quand vous avez des personnes qui sont des ambassadeurs pour vos mugs, vos coques d’iPhone, vos casquettes, vos t-shirts, bref, tout ce que vous pouvez créer vis-à-vis des produits physiques, ça va vous permettre de véhiculer votre marque, de déclencher le bouche-à-oreille, d’optimiser la valeur à vie du client. Donc bref, ce n’est que des stratégies gagnant-gagnant, une nouvelle fois, il faut le faire et surtout bien donner le meilleur aux gens et vous allez avoir un bon retour sur investissement par la suite.

Yes, exactement, comme il disait Maxence, ça va faire en fait un cercle vertueux avec votre audience, votre communauté, ils vont vous apprécier de plus, vous allez avoir de meilleures relations avec eux, et forcément derrière, comme dit Maxence, vous encaissez du cash.

Excellent. Donc si vous avez apprécié la vidéo, cliquez sur le petit bouton Like juste en dessous. Merci par avance. Si vous visionnez encore cette vidéo, vous vous dites peut-être : « merci Thomas ». Donc pourquoi je vous le recommande ? Là en l’occurrence, vous pouvez voir par vous-même ses compétences, comme tu as mis en place toute ma boutique Maxence Rigottier.

Exactement.

Donc s’il y a des personnes qui se disent : « j’aimerais faire la même chose que toi Maxence, ou alors lancer ma boutique de print on demand, tu as quelque chose à proposer ? Donc, dis-nous tout, à qui ça s’adresse, pour qui c’est et qu’est-ce qu’il y a exactement dans ta formation ? »

Alors j’ai réalisé une formation sur le print on demand qui s’appelle Print-on-Demand Academy. Et sur cette formation, vous apprenez de A à Z comment faire un site de print on demand, comment vendre sur plusieurs sites, comment trouver des design qui marchent. Dedans, je mets une liste de plus de 300 idées de niche rentables en print on demand. Donc soit vous le faites avec votre branding comme a pu faire Maxence, soit vous partez sur une niche où vous n’avez pas de communauté, et c’est tout à fait possible. Je vous ai mis tout ça. Derrière, on a des modules branding pour expliquer le copywriting, comment créer sa marque, comment fait une marque pour marcher, etc. Et je vous ai mis aussi un module juridique qui va vous expliquer toutes les façons de faire du print on demand parce qu’évidemment, comme on fait des design, on ne peut pas tout faire, on ne peut pas tout copier, on n’a pas le droit d’utiliser le logo de Nike par exemple, etc., etc. Donc j’ai fait une formation la plus complète possible. Et comme j’aime bien faire, c’est comme ce que tu fais toi avec tes clients, c’est d’avoir toujours le service client en plus, c’est-à-dire que dès que vous avez la moindre question, je vous fais une vidéo dessus, je la rajoute dans la formation, et la formation du coup est mise à jour à vie. Donc ça, ça me permet vraiment de pallier à toutes les évolutions du marché. Et une fois que vous rejoignez la Print-on-Demand Academy, vous êtes à vie un membre de la formation et donc vous avez toutes les mises à jour et vous avez aussi tous les conseils parce que je vous réponds à 100 % de toutes vos questions.

Merci à toi, Thomas, une nouvelle fois

Vos cadeaux offerts

Sidebar-banniere-horizontal-vivre-du-web
Sidebar-banniere-horizontal-2500-jour
Sidebar-banniere-horizontal-expatriation
Sidebar-banniere-horizontal-revenus-passifs
Sidebar-banniere-horizontal-ferme-million
Accompagnement et coaching business par Maxence Rigottier

Mes formations et programmes

Sidebar-banniere-vertical-v2-club-prive-business
Sidebar-banniere-vertical-v2-expatriation
Sidebar-banniere-vertical-v2-club-revenus-passifs
Sidebar-banniere-vertical-v2-bourse
Accompagnement et coaching business par Maxence Rigottier
Sidebar-banniere-vertical-v2-seminaire-business-or
Sidebar-banniere-vertical-v2-mastermind
Sidebar-banniere-vertical-v2-mentorat
Popup-business-02

BOURSE US - IMMOBILIER À L'ÉTRANGER

OR - BITCOIN - AFFLIATION INTERNET

6 INVESTISSEMENTS pour

GAGNER en moyenne 10% / AN

de REVENUS PASSIFS

J'envoie l'E-Mail tout de suite. Ça y est ! C'est parti ! Enjoy !

Pin It on Pinterest