Transcription – De 0 à 15 000 euros par mois avec Amazon en 7 mois ! E-commerce

Maxence : De 0 à 15.000 euros par mois avec Amazon. Donc je suis actuellement à Malte avec Pierre Mer et on décortiquer tout cela en détails dans cette vidéo donc juste avant, cliquez sur le bouton « s’abonner » pour rejoindre plusieurs milliers d’entrepreneurs abonnées à la chaine YouTube. Alors, je vais te laisser rapidement te présenter puis ensuite on va décortiquer un petit peu ton succès ou aussi pourquoi tu t’es lancé sur le business d’Amazon. Donc Salut Pierre !

Pierre : Salut Maxence. Merci de m’interviewer. Ecoute ! Je m’appelle Pierre. Voilà ! J’ai commencé à Amazon en septembre dernier donc septembre 2016 et donc voilà. Je précise Amazon FBA, pas Amazon Standard. Et donc voilà, je suis assez rapidement arrivé à 15 cas de CA, avec une petite progression de 20% par mois, voilà, qui me semble tout à fait correct.

Maxence : Absolument, on va revenir un petit peu sur les différentes étapes. Juste avant, explique nous, qu’est-ce-qui t’a donné le déclic de te lancer sur ce type de business ?

Pierre : Bah écoute, au tout début, j’ai commencé sur EBay et avec un petit site internet. Et un jour, j’ai entendu par un ami qu’Amazon était en plein boum et qu’il y avait vraiment beaucoup plus de trafics que sur EBay. Voilà, il était un petit peu en train de mourir à cette époque-là. Donc du coup, tout naturellement, on s’est tourné vers un Amazon FBA et donc au début, on a commencé à mettre nos produits sur le Amazon standard, mais il s’est avéré qu’en fait, très vite, on a eu beaucoup de commandes et ça a été assez chiant à gérer au niveau logistique. Je me suis retrouvé avec 40, 50, puis 60 enveloppes par jour à envoyer. Donc des aller-retour sans cesse à la poste. C’était vraiment désagréable, du coup, j’ai découvert Amazon FBA qui permet en fait de garder son stock et c’est Amazon qui gère toutes les expéditions step by step vers les clients. Donc ça c’était vraiment un gros plus et je pense que ça été le gros déclic qui m’a fait gagner du temps et de l’argent.

Maxence : Ok ! Alors, du coup, si quelqu’un ne veut démarrer de zéro, comment il pourrait identifier la niche pour arriver à être rentable par rapport à tout ça.

Pierre : Bah écoute ! Le conseil que je peux donner donc voilà – moi, ça regarde ma niche mais voilà – j’ai commencé tout bêtement en allant sur des sites de fournisseurs chinois tels que Alibaba ou Aliexpress, et j’ai regardé la marge que je pouvais faire en enlevant les frais, en enlevant les impôts, voilà. Je regardais ce qui me restait puis si c’était correct, si c’était supérieur à 20 ou 30% ; j’achetais le produit et puis je tentais. Voilà, sans même savoir si ça allait marcher avant, sans même savoir si ça allait fonctionner et j’ai eu le coup de bol, ça a fonctionné mais je pense vraiment que n’importe quoi se vend sur Amazon. Il y a tellement de trafics que quoi qu’on vende, ça se vend.

Maxence : D’accord ! Donc, n’hésitez pas à bien regarder sur les différentes plateformes que tu l’as évoqué sur Alibaba ou Aliexpress par la même occasion. Alors, autre point, quel est un petit peu le processus entre une personne te découvre ou arrive sur Amazon et la finalité donc du produit reçu par le client. Voilà, un petit peu les différentes étapes, si tu peux tout décortiquer le processus.

Pierre : Ok ! Alors moi je me sens un petit peu, Amazon FBA en opposition à ce qu’on appelle le Dropshipping, du coup c’est une technique qui consiste, pareil, à avoir des fournisseurs en Chine et livrer des produits à des clients français ou européens mais à ne jamais voir le produit en réel, c’est à dire qu’on fait juste du transfert de commandes. Amazon c’est un petit peu diffèrent, on voit le produit, on le reçoit chez nous puis après on le réexpédie à Amazon. Du coup, voilà, moi au début, j’ai commencé en achetant mes produits sur Aliexpress et très vite, j’ai pris contacts, vu que les quantités augmentaient vraiment considérablement, j’ai pris contact directement avec les vendeurs chinois pour avoir des prix bien moindre et ils les envoient chez moi. A partir de là, j’ai juste une petite étape de ré-étiquetage et de remballage parce que bon, on ne va pas se mentir, généralement, les emballages de chinois sont assez limités en termes de design. Voilà, c’est vraiment un truc bas de gamme et du coup, moi je voulais un truc un petit peu mieux. Et à partir de là, je les reçois chez moi, je les ré-étiquette, je les renvoie à Amazon, et du coup, les gens commandent directement sur Amazon FBA. Et ce qui est vraiment bien par rapport aux dropshipping c’est que le dropshipping, il y a à peu après un délai de livraison de deux semaines à un mois, dès fois plus…

Maxence : Des fois jusqu’à sept semaines, donc c’est énorme !

Pierre : Voilà, si on habite à Brésil, tout ça, ça peut monter jusqu’à deux mois. Donc c’est assez désagréable et pour le vendeur et pour le consommateur, il faut vraiment un gros service SAV tandis que sur Amazon FBA, c’est vraiment l’opposé parce qu’on vend en premium tout simplement et la livraison se déroule en un jour ouvré. Et ça c’est vraiment un gros plus surtout pour les gens qui ont besoin de quelque chose le lendemain ou le surlendemain. Un truc vraiment très rapide et voilà.

Maxence : Un jour ouvré ouais ! C’est top !

Pierre : Ils sont livrés vraiment très rapidement et voilà. Pour moi, je pense que c’est vraiment le gros avantage, c’est la rapidité de livraison pour le client, même si comparé au dropshipping, les frais pris par Amazon sont quand même beaucoup plus considérables qu’une autre technique de vente. S’ils étaient expédiés de chez moi, ou alors directement le fournisseur chinois au client.

Maxence : Ok ! Donc t’as justement parlé un peu de stock, il y a peut-être des personnes qui se disent bah, je ne veux pas de stock chez moi. Quelles sont les différentes alternatives proposées par Amazon ou alors que tu as mises en place ?

Pierre : Ecoute ! C’est vrai que ça peut en faire fuir plus d’un d’avoir un stock chez soi ; bien sûr il y a des alternatives, moi j’ai commencé en septembre, du coup, là, ça fait huit mois. A l’heure où on fait cette vidéo que j’ai commencé, du coup, je pense qu’au début, c’est un petit peu obligé d’avoir un tout petit peu de stock ne serait-ce que pour contrôler la qualité de l’emballage et des produits qu’on vend tout simplement. Parce que si, l’alternative ce serait que les fournisseurs chinois, ou alors d’un autre pays envoie directement à Amazon les produits que tu veux vendre et du coup, toi tu ne vois pas le produit, il n’arrive pas chez toi et il n’arrive pas dans ton entrepôt. Le problème c’est qu’on n’est pas sûr que la qualité soit au top, qu’il n’y ait pas d’objet cassé, que la commande corresponde exactement à ce qu’on veut et après, ça peut dégénérer avec des évaluations négatives de la part de nos clients, etc. Donc oui, il y a l’alternative que ton fournisseur il peut envoyer directement à Amazon sans ton stock mais ça, ça se fait déjà quand on n’a pas trop de fournisseurs qui sont disparates parce que si moi, par exemple, personnellement, je commande à peu près une trentaine de fournisseurs différents, c’est assez dur de contrôler la qualité de trente fournisseurs. Du coup, moi je les reçois chez moi et je contrôle la qualité chez moi. Mais à terme, je pense que je vais passer par un gros fournisseur. Je sais qu’il est bon et qu’il emballe désormais les produits et qui les étiquette bien. Et à partir de là, je lui fais confiance. Je fais la commande et ça arrive directement chez Amazon. C’est ce qui va se passer dans les deux ou trois mois qui suivent. C’est sûr et certain parce que voilà, j’habite dans un appartement parisien, je paie un loyer de 1600 euros. Je ne peux pas me permettre de stocker indéfiniment chez moi. Mais en tout cas, je pense que jusqu’à 15.000, 20.000 euros de chiffres d’affaires par mois, on peut totalement stocker ça chez soi. Il suffit d’avoir une chambre, une grande pièce, ca dépend bien sur des produits qu’on vend mais en tout cas en ce qui me concerne c’est des petits produits qui font entre 10 et 20 ou 30 cm donc c’est pas du tout gênant, en ce qui me concerne.

Maxence : Ok ! Donc du coup, tu as évoqué également par rapport au dropshipping que les différents frais spécifiques vis-à-vis d’Amazon, qui sont totalement différents, est-ce-que tu peux nous expliquer en détails ces différents frais et ensuite, comment tu procèdes parce que tu as une marge, tu me disais de 30 à 50% par rapport donc à… Ouais, selon les articles du produits. Dis-nous tout par rapport à ça.

Pierre : Ecoute ! C’est vrai qu’il y a une grosse différence par rapport au dropshipping. Le dropshipping de toute façon, le plus dur c’est d’amener ces gens sur son site internet. Une fois qu’ils sont là, ils n’ont pas de concurrences. S’ils sont intéressés par l’objet que tu vends, de toute façon, ils vont l’acheter sur ton site. Ou alors, c’est le généralement que comme ça se passe. Tandis qu’Amazon, les gens quand ils vont chercher un produit et je prends un exemple comme des cuillères en bois pour la cuisine. Voilà, ils vont taper cuillères en bois sur Amazon et ils peuvent tomber sur d’autres vendeurs qui sont moins chers, de meilleure qualité que toi alors que sur un site de dropshipping, ce n’est pas le cas parce qu’il n’y a que tes objets proposés. Donc là, tu peux avoir une migration de tes clients qui vont vers la concurrence. Donc à partir de là, c’est vrai qu’Amazon peut rebuter les gens mais moi, ce qui m’intéresse chez Amazon, c’est tout simplement le flux de personnes qui traversent cette plateforme. C’est à peu près 100.000.000 de personnes en Europe par jour qui se connectent sur le site, et à peu près 20.000.000 qui commandent. Donc il y a énormément de personnes et à partir de là, même si les frais d’Amazon par rapport au dropshipping sont bien plus conséquents, donc je vais venir tout de suite, pour moi c’est personnellement plus intéressant, après quelqu’un qui a un site en dropshipping qui est vraiment très bien référencé, qui marche très bien ; il peut y avoir des marges un peu plus importantes que Amazon FBA mais voilà, au final ce n’est pas mon optique et ce n’est pas ce que je vise. Du coup, les frais en dropshipping sont très faibles parce que t’as juste ta plateforme, tu vois jamais le produit, il n’y a pas de stockage. Voilà ! C’est…

Maxence : C’est principalement la pub. Ce qui coûte le plus cher en dropshipping.

Pierre : Exactement, tandis qu’avec Amazon, il y a l’abonnement Amazon qui est à peu près 50 euros par mois et par plateforme. Donc moi je vends en France, en Italie, en Espagne, en Angleterre et en Allemagne. Du coup, ça me fait à peu près 250 euros par mois, rien que pour avoir le droit de vendre sur Amazon. Mais ce n’est pas tout, Amazon a également d’autres frais. Donc il y a un frais qui est un forfait par article. Donc ça dépend de votre article, si c’est du multimédia, si c’est du textile, si c’est un support média qui est différent du support multimédia. Il y a des frais qui sont calculés en partie là-dessus et puis après, il y a des frais qui sont à 12,5% du prix de vente du produit. Donc, on va faire simple à peu près sur 10.000 euros de vente sur Amazon, on peut dire que Amazon prend entre 4007 et 5000 euros. Donc ça peut très vite monter et ça peut… Au début, ça peut faire peur à des gens, moi je trouve qu’à côté, le nombre de ventes est tellement plus élevé que sur le dropshipping que c’est quand même bien plus avantageux.

Maxence : Puisqu’au final, même si Amazon prend pas mal de frais, tu as une marge généralement un petit peu meilleure ou équivalente au dropshipping parce que entre 30 et 50% de dropshipping c’est souvent entre 25 et 40% de manière générale.

Pierre : Ca, on peut dire que c’est proportionnel à ma niche. Je ne peux pas dire que ce soit pareil pour tout. Par exemple, des cuillères en bois dont je t’ai parlé. Je pense en extrapolant que le dropshipping a légèrement de meilleure marge que moi mais il y a moins de personne qui commande là-dessus. Donc au final, voilà pourquoi je recommande à Amazon FBA à 100%.

Maxence : Ok ! Alors autre question que vous posez certainement, vous dites, peut-être merci Pierre ; mais qu’est-ce-que tu délègues et quelle a été cette première chose que tu ne fais plus et que tu recommanderais à quelqu’un qui démarrerait pour ne pas perdre son temps bêtement sur des choses futiles.

Pierre : Bah, écoute ! Tout simplement, c’est la création d’annonce parce que Amazon FBA, ce qui est vraiment très bien là-dessus, c’est qu’il a très peu de SAV à gérer. Très très peu parce que c’est Amazon qui gère directement les soucis avec les clients, les soucis de livraison tout ça. Et donc, les choses que j’ai déléguées c’est la création d’annonce qui prendra beaucoup de temps au début mais après on est tranquille, vraiment le temps de la durée de vie de l’annonce. Ça peut être vraiment en plusieurs années, à moins qu’il ait des changements de fournisseurs et dans ce cas-là, il faille y retoucher, je ne sais pas, le poids de l’objet ou alors quelques photos de… Ce genre de petites choses mais voilà. Et ce que je délègue en second aussi, j’ai d’ailleurs embauché mon meilleur ami pour le faire en ce moment, c’est l’emballage. Donc l’emballage et l’étiquetage qui prennent vraiment pas mal de temps. Donc voilà ! Mais au final, de toute façon, cette délégation ne va pas vraiment perdurer dans le temps ; parce que je vais très vite le faire par mon fournisseur. Et du coup, mon meilleur ami pourra se concentrer sur la création de nouveaux articles et sur la recherche de nouvelles références ; parce que la clé de la croissance sur Amazon c’est tout simplement de proposer de plus en plus de nouveaux articles et de nouveaux produits.

Maxence : D’accord ! Ça c’est vraiment indispensable pour progresser. Voilà, la progression que tu as de 20% tous les mois, tous les mois, tous les mois…

Pierre : Exactement, 30% au début, 20% maintenant. Je pense que quand j’aurais dépassés les 25 ou les 30 cas par mois, ça se stabilisera à 20 ou 15% de croissance mais pour moi, ça me va très bien. Et voilà, j’espère juste que ça va continuer. Ce qui pourrait juste affecter ma marge sur le long terme c’est la recalculation des frais Amazon qui augmentent d’année en année en fonction de l’expansion de leurs centres de distributions parce que, eux aussi, ils ont des frais fixes, des employés à payer, des très grands entrepôts à gérer. Du coup tous les ans, ils reconsidèrent et leurs frais de stockages et leurs frais d’expéditions.

Maxence : Alors, quand tu dis une augmentation, c’est quoi 2% par an, 5% par an.

Pierre : Moins de 5…

Maxence : Ouais, ça reste une bricole.

Pierre : Voilà, exactement ! Entre 1 et 1,5% max.

Maxence : Ok ! Autre chose, donc, quelles sont les deux ou trois erreurs que tu as entreprises depuis tes débuts avec leurs cultes – Ouais ! Ça m’a quand même handicapé en quelque sorte – et que tu conseillerais à quelqu’un qui démarre parce que malheureusement voilà, ces personnes peuvent faire cette erreur.

Pierre : Ecoute ! Je dirais que j’en ai pas fait tant que ça des erreurs parce que j’avais déjà pas mal d’expériences avec EBay et avec mon site. Donc là, par contre, j’ai vraiment pu faire des erreurs mais qui ne regardent pas vraiment Amazon. C’est des erreurs de gestion de stock. C’est des erreurs de traduction d’annonces. Ce genre de petites erreurs qui vraiment ne sont pas imputables à Amazon directement mais plutôt à moi. Mais voilà, Amazon, je pense qu’une fois on a totalement compris le principe et on fait les choses bien comme il faut, selon un cahier des charges précis, il y a vraiment très peu d’erreurs à faire.

Maxence : D’accord ! Ayez toujours ça en tête ; formez-vous ou du moins, renseignez-vous sur le sujet. En l’occurrence, t’as déjà eu une expérience par d’autres plateformes, donc là, ça t’a donné un gros gros avantage.

Pierre : Donc ouais ! Cette expérience elle a duré sur EBay et sur mon site à peu près un an et demi, deux ans. Donc voilà, ce n’est pas non plus énorme. Je pense que l’expérience, comment j’ai acquise en un an et demi – deux ans, on peut très facilement de l’acquérir en moins d’un mois si on a une formation qui est bien carrée et qui nous explique tous les pièges et toutes les erreurs à éviter.

Maxence : Ok ! Alors, juste pour finir sur une dernière question, vous vous dites certainement mais comment on fait pour avoir des avis vis-à-vis de ces produits et quel est ton axe pour avoir 70.000, 80.000, 100.000 euros de vente par mois ?

Pierre : Bah écoute ! Voilà ! Pour augmenter ses ventes sur Amazon, il n’y a pas de mille solutions ; il y en a deux selon moi. Enfin, on peut même dire trois avec l’augmentation du nombre de références mais ça je mets ça un petit peu de côté. Mais dès lors qu’on a déjà nos articles qui sont sur Amazon, il y a deux solutions pour vendre plus. La première, c’est la pub et la pub qui est directement imputable à Amazon, sur le site Amazon. Donc à partir de là, on va sur Amazon et on crée ce qu’on appelle des offres sponsorisées. C’est des enchères au clic et voilà, en fait, on rehausse un produit dans la chaine Amazon et donc les produits arrivent plutôt dans les premières pages que les autres. Et la deuxième façon d’augmenter ces ventes, c’est d’avoir de très bonnes évaluations. Donc les reviews des clients. Là, comment ça se passe ? Soit, il y a les reviews naturelles. Donc les reviews naturelles, ça se passe au niveau de quelqu’un qui achète ton produit et qui en est très satisfait. Et il va aller, de son propre plein gré, laisser une bonne évaluation avec donc les fameuses cinq petites étoiles jaune ; en disant voilà, ça c’est un bon produit, je le recommande. Mais bon, c’est assez difficile d’avoir ce genre d’évaluation normale si je puis dire, parce que les gens sont flemmards de base et de toute façon voilà, ils disent plus facilement quand ça ne leur plaît pas que quand ça leur plait. Donc pour parer à ça, il y a des petites solutions. Donc, pour l’instant, c’est autorisé par Amazon. Mais je ne sais pas, il y a une petite polémique intrinsèque aux vendeurs… entre Amazon et les vendeurs là-dessus, c’est offrir des produits à des gens en échange d’un avis véridique et pas faux. Donc voilà, clairement comment ça se passe ? C’est que, je prenais l’exemple de cuillères en bois tout à l’heure, il y a quelqu’un qui te contacte et qui te dit, bon il peut te contacter où tu peux le contacter il y a des sites qui sont spécialisés là-dedans. Voilà, moi j’offre cette cuillère en bois à qui me donnera une review honnête sur ce produit. Et donc à partir de là, il y a plein de gens qui sont intéressés pour avoir des produits gratuits ou alors -90 ou 95%. Donc, ces gens-là après laissent des évaluations. Mais bon, on peut dire que c’est un tout petit peu biaisé de temps en temps, parce que ils se sentent un petit peu obligés de laisser une évaluation autre plutôt qu’ils ne vont pas vraiment être très francs. Enfin, ça dépend desquels, mais voilà. Ils savent très bien que s’ils laissent une évaluation qui n’est pas bonne, je pense que le vendeur ne le recontactera pas pour leur faire tester des nouveaux produits. Donc ça c’est vraiment une très bonne solution, mais c’est valable selon moi quand on a très peu de références. Tu vois, moi, là au jour d’aujourd’hui, j’ai 611 références et tous les mois, j’en augmente de 30 ou 40. Voilà, je ne peux pas contacter des gens et leurs offrir à chaque fois pour qu’ils laissent une évaluation c’est 611 articles différents.

Maxence : Sinon, burnout dans la foulée !

Pierre : Exactement ! Même si je délègue, ce sera peut-être possible à terme mais là, ce n’est pas mon optique. Du coup, toutes les évaluations que j’ai sont des vraies évaluations et ce sont des gens contents de mes produits ou alors pas contents, mais c’est assez rare quand même.

Maxence : D’accord ! Donc, ça c’est le levier que tu veux utiliser pour augmenter tes ventes au cours des prochains mois.

Pierre : Exactement ouais ! C’est ce que je compte bien utiliser.

Maxence : Merci Pierre pour m’avoir partagé tous tes conseils cet après-midi, de nous avoir partagé tes pépites à l’intérieur de cette vidéo. Donc, si vous avez apprécié l’interview, cliquez sur le petit pouce juste en dessous. Merci une nouvelle fois ! Ça nous permettra d’avoir votre feedback.

Eh bien, juste avant de vous laisser, on va vous offrir un cadeau de bienvenue. Donc c’est une vidéo offerte, donc une formation pour débuter sur Amazon, donc : « Trouver son idée de niche et avoir donc de l’argent et un business rentable grâce à Amazon ». Donc je vous laisse vraiment cliquer sur le lien à l’intérieur de la vidéo YouTube. Ça va vous rediriger vers notre page. Il suffit juste d’indiquer votre prénom et votre adresse e-mail. Vous allez recevoir cette vidéo offerte directement dans votre boite mail. Si vous êtes sur YouTube ou alors sur un smartphone ou une autre plateforme, il y a le (i) comme info, en haut à droite de la vidéo ou encore tout est dans la description juste en dessous.

Pierre : Merci Maxence !

Maxence : Merci Pierre et à tout de suite. Bye ! bye !