Comment faire pour vaincre sa timidité ? Yana Aziel

Comment faire pour vaincre sa timidité ? Yana Aziel

Comment vaincre sa timidité pour pouvoir réussir sur le web. Donc c’est ce qu’on va voir avec Yana Aziel aujourd’hui. Si aujourd’hui vous êtes peut-être sur le web, vous avez un compte Snapchat, Instagram, une chaîne YouTube, une page Facebook… souvent l’obstacle majeur des personnes qui ont du mal à réussir, c’est de se dire : OK, j’ai peur du regard de l’autre, j’ai peur du jugement ou tout ce qui va avec. Du coup on va voir tout ça détail dans cette vidéo. Donc juste avant, je te laisse te présenter. Alors salut Yana, est-ce que tu peux nous dire comment tu peux nous aider, comment tu es arrivée jusqu’à réaliser tout ça aujourd’hui ? Explique-nous toute ton histoire.

Yana Aziel, comédienne, YouTubeuse et coach conférencière

Donc, merci Maxence de m’inviter pour cette interview. Je me présente, je suis Yana Aziel, je suis comédienne, YouTubeuse et coach conférencière. Je me suis lancée, il y a deux ans et demi en fait, à créer ma chaîne YouTube. Comment je suis arrivée là ? Je suis passée par un site qui s’appelle « le défi des 100 jours » de Lilou Macé, parce qu’à l’époque je me lançais un objectif qui était celui de réussir une audition pour une formation professionnelle de théâtre, sachant qu’en fait j’avais arrêté le théâtre depuis sept ans et j’avais beaucoup d’appréhension, beaucoup de peur, j’étais très timide, il y a deux ans et demi encore. Et du coup, ça m’avait aidée à cette période cette plateforme. Donc en fait, je me suis lancée à faire ma première vidéo sur cette plateforme. Et ça, ça m’a donné envie ensuite de créer ma chaîne YouTube six mois plus tard. Et c’est comme ça en fait que j’ai créé ma chaîne et que je me suis lancée sur internet et que j’ai fait aussi plein plein de belles rencontres. Et voilà en gros pour la petite présentation.

Alors, si vous regardez la vidéo, vous vous dites peut-être : merci Yana, mais moi j’ai peur ou alors j’ai le syndrome de la vidéo blanche ou alors je bégaie, je bafouille, je ne suis pas naturel. Et souvent c’est normal, parce que quand on démarre on a ce blocage de la caméra par rapport à parler à un humain, souvent on s’imagine « je passe sur TF1 France 2. Qu’est-ce que je dois dire ? » Alors que, ne vous inquiétez pas, au début il n’y a personne qui vous voit et moi j’aime bien donner l’exemple de Snapchat, donc pourquoi on s’entraîne avec cette plateforme ? Et ensuite, comme les Snaps se détruisent et qu’il n’y a personne ne qui va les regarder, ça vous permet de vous familiariser un petit peu avec le concept de parler à un objectif et non à un humain. Alors, ouais, quels sont un petit peu les conseils que tu peux donner à des gens qui consomment du contenu, ils ont compris la puissance d’internet et la magie aussi d’avoir un business en ligne et la fierté aussi de créer une communauté pour sortir de sa zone de confort et ne plus avoir ce blocage de la vidéo ?

Ses conseils pour vaincre sa timidité en vidéo

Comme je te dis, au début en fait, quand on crée sa chaîne YouTube, si c’est pour YouTube par exemple, on a peu de vues, on commence, donc au début c’est notre entourage qui nous voit ou voilà, on a…

Je vous le souhaite d’avoir un million de vues dès que vous publiez une vidéo, mais souvent c’est juste les amis qui regardent la vidéo.

C’est ça, ça va être rare de faire le buzz dès la première vidéo, mais en fait, du coup c’est une chance, enfin c’est comme ça que je l’ai vu moi à l’époque, je me suis dit : ça va être une opportunité pour m’entraîner en fait, pour progresser, m’améliorer, à force de pratiquer, à force de faire des vidéos. Et en fait, c’est comme ça que petit à petit j’ai été de plus en plus à l’aise. Alors au début, c’est normal, si par exemple on n’a pas du tout l’habitude de faire des vidéos, de ne pas être très à l’aise et de ne pas être vraiment naturel et tout ça. Donc dans un premier temps, c’est déjà de se pardonner de ne pas réussir à être vraiment naturel, parce que c’est à force de pratiquer en fait qu’on lâche prise. Et voilà, pour moi la recette ça a été ça, ça a été de pratiquer beaucoup, même en masse à un moment donné. Par exemple, je m’étais lancé le défi de faire une vidéo par jour pendant un mois. Et ça en fait, ça a vraiment déclipé quelque chose à l’époque, ça m’a vraiment mise dans une dynamique, ça m’a aussi énergisée d’être dans cette dynamique d’action au jour le jour. Et voilà, donc vraiment la pratique régulière, surtout si vous avez beaucoup d’appréhension au départ, c’est vraiment vraiment de faire, de refaire et d’oser aussi être imparfait, d’oser les erreurs, voilà, lâcher le perfectionnisme. Et c’est vraiment en faisant et en refaisant qu’on lâche petit à petit.

S'entrainer sans préparation ou sur de l'improvisation

OK, alors qu’est-ce que tu conseilles dans un premier abord ? Est-ce à plutôt structurer la vidéo, est-ce que non, parler comme vous parlez à un humain, donc du coup ne rien structurer. Qu’est-ce que tu conseillerais à quelqu’un qui a un petit peu le trac en vidéo ? Chose compréhensible pour pouvoir bien démarrer.

Dans un tout premier temps, moi, ce que je conseille c’est vraiment de s’entraîner en fait et d’être dans une optique d’entraînement. Enfin, c’est ce qui m’a plutôt réussi, c’est-à-dire qu’au début en fait je branchais la caméra et puis je me lançais un petit peu comme ça à tâtons. Même je faisais des exercices au départ, mais ça c’était vraiment au préalable, je me lançais à improviser sur des sujets un peu au hasard. Et ça, je l’ai fait aussi avec des amis, c’était sympa. Et donc ça, ça permet un petit peu de lâcher justement et puis de me focaliser aussi peut-être davantage sur l’énergie, sur l’enthousiasme, voilà ce n’est pas tant… même si le contenu est important, c’est aussi finalement la posture, l’énergie qu’on va mettre dans ce qu’on dit, c’est ça qui est important. Et aussi ce qui m’a aidée énormément, c’est de me dire qu’en fait la caméra que je regarde, eh bien, j’imagine en fait que c’est un ami à qui je parle. Ça vraiment, ça m’a énormément aidée de me dire… comme si j’étais en fait dans une certaine intimité où je parlais à une personne. Ça peut être un ami, mais ça peut être aussi une personne par exemple que vous avez envie d’aider, si vous avez déterminé quelle est votre cible par exemple. Imaginez la personne à qui vous avez envie par exemple de donner des conseils et là vous serez vraiment inspiré par… enfin, vous serez vraiment dans votre message en fait.

Vouvoiement ou tutoiement

Alors, vis-à-vis un petit peu du langage, moi je sais que personnellement j’aime bien vouvoyer dans mes vidéos et plutôt tutoyer dans mes e-mails. Vous allez peut-être vous dire, c’est paradoxal, c’est totalement l’inverse. Et toi, qu’est-ce que tu conseilles, est-ce que de manière générale, justement comme on parle à un ami, il y a peu de chance que vous parliez un petit peu à vos connaissances via le vouvoiement, est-ce que tu vouvoies, tu tutoies, moi je vouvoie en vidéo.

J’ai beaucoup tâtonné à ce propos.

Ouais, qu’est-ce que tu fais ?

Bah là par exemple j’ai vouvoyé, je me le suis dit d’ailleurs.

Tu peux tutoyer si tu veux. Je sais que des fois j’interview des gens, moi je vouvoie, la personne me tutoie, mais n’hésite pas. Donc tu tutoies sur ta chaîne YouTube alors ?

Oui, alors non, j’ai vouvoyé au départ et puis après je me suis mise à tutoyer. Et pareil, un peu aussi en testant en fait dans quoi je me sentais à l’aise. Et c’est vrai qu’en fait, de plus en plus je tutoie. Et d’ailleurs, dans la formation que je prépare actuellement, dans toutes les vidéos je tutoie, je trouve que ça a créé un… je ne sais pas, une proximité en fait. Et dans mes mails aussi je tutoie et voilà.

Donc là, ouais, tu es partie à fond dans le tutoiement. Est-ce que tu vois plus de like dans les vidéos ? Peut-être que tu vends un peu plus. Est-ce tu as vu un changement dans ton activité ou pas forcément ?

Par rapport au vouvoiement ou au tutoiement ?

Ouais.

Ça je ne sais pas, je n’ai pas vraiment identifié par rapport à ça.

Ouais, tu n’as pas identifié d’indicateur.

Mais en fait je vais vers là où je me sens à chaque fois… enfin, vraiment à l’aise. Donc du coup j’ai testé ça et puis voilà je me sens à l’aise avec ça. Donc plus on est à l’aise, mieux c’est quoi, en vidéo.

Le théâtre pour renforcer sa confiance en soi

Alors, tu as dit tout à l’heure que tu étais également comédienne avant de te lancer sur YouTube et tu l’es toujours encore actuellement. Il y a peut-être des personnes qui se disent : bah ouais, j’aimerais bien faire soit du théâtre ou alors permettre de pouvoir me sentir beaucoup plus à l’aise et peut-être même un entretien d’embauche, une prise de parole en public ou encore être speaker conférencier. Qu’est-ce que ça t’apporte le fait d’avoir tout ça un petit peu en toi et de t’être formée sur le sujet pour, bingo, être parfait aujourd’hui.

J’avoue ça m’a apporté énormément le théâtre en fait.

Confiance en soi ?

Ouais, sur plein de plans, que ce soit au niveau… par exemple, ça je sais que c’est une difficulté des fois que les personnes ont en vidéo, c’est le fait d’articuler, le fait que notre propos soit compréhensible. Et ça, le théâtre aide beaucoup, parce qu’on fait énormément d’exercices, d’échauffement des zygomatiques pour avoir vraiment une articulation comme il faut. Et donc ça, ça aide énormément. Ce qui m’a aussi énormément aidée, c’est au niveau de la présence, au niveau de l’énergie. Ça, ça fait vraiment la différence en vidéo aussi et même dans la vie bien sûr, quand on rencontre des gens, enfin, le fait d’être vraiment dans son corps, d’être enthousiaste, d’être souriant, d’être dans l’énergie. Et ça aussi, le théâtre, je pense, m’a beaucoup aidée par rapport à la présence. Voilà, je pense que si on est timide, le théâtre est vraiment un excellent moyen pour gagner confiance en soi. Aux timides d’ailleurs, je conseille souvent le théâtre d’improvisation, parce que pour le coup c’est vraiment un théâtre où justement on est amené à lâcher avec notre mental, on a très peu de temps pour se préparer, des fois juste quelques secondes, on doit imaginer une histoire et vite jouer. Et en fait ça, ça aide justement à se lancer, à lâcher le perfectionnisme, à lâcher prise et à aussi lâcher la peur du ridicule, parce que c’est souvent ça qui nous bloque : la peur du jugement. Donc vraiment, le théâtre d’improvisation ça aide beaucoup. Moi je viens plutôt d’un théâtre classique paradoxalement, mais j’en ai fait aussi de l’impro et ouais, ça aide énormément.

2 exercives pour vaincre sa timidité dans une vidéo

Alors, si tu avais un exercice à donner, à implémenter pour une personne justement qui se dise : OK, qu’est-ce que je pourrais mettre comme petite astuce ou l’exercice pour ne plus avoir tous ces blocages, ça serait lequel, issu du théâtre, de la comédie ?

Alors, ça dépend, pour travailler quoi ?

Vraiment 100 % blocage et délivrer du contenu, que ce soit sur votre compte Snapchat, votre chaîne YouTube, faire des live Facebook, une conférence en ligne, que sais-je, vraiment le côté « OK, je suis en vidéo », en tout cas on me filme, ça va apparaître auprès de ma communauté, si voulez vraiment fédérer une audience et ne pas avoir cet air du ridicule ou tout de suite être fluide et que les gens kiffent bien.

Alors du coup je pense à deux exercices pour travailler deux choses différentes : la première ce serait sur l’énergie, parce que vraiment ça, ça transparaît énormément en vidéo. Et donc, là pour le coup, ce serait, avant de brancher la caméra, avant de faire sa vidéo, de se mettre en énergie, de se mettre en mouvement, de…

Aller chercher le plafond, comme ça, ça va vous chauffer un petit peu et vous…

Ouais, sauter, faire des gestes dynamiques, c’est ça. Et puis pourquoi pas faire un geste d’ancrage « yes ! » ça je le faisais. Ou aussi d’échauffer son corps tout simplement. Par exemple au théâtre, on s’échauffe beaucoup, avant de jouer c’est vraiment essentiel. Et donc, par exemple avant de faire une vidéo, c’est de s’échauffer tout le corps par exemple en se frottant. Et voilà, et après se mettre en énergie en sautant, voilà, vraiment pour se connecter bien au corps et être dans la présence. Vous allez voir que quand vous allez brancher la caméra ça va faire toute la différence. D’ailleurs, un truc intéressant à faire, c’est de faire une vidéo sans se mettre en énergie, c’est-à-dire genre je mets la caméra et puis je parle d’un sujet, sans se préparer en fait au préalable, juste comme ça. Et puis une autre où en fait on va se mettre en énergie, on va chauffer son corps, on va sauter, on va se dire « yes ! » En plus ça ne prend vraiment pas beaucoup de temps, il y a juste besoin de deux minutes. Et ensuite vous branchez la caméra et vous faites la même vidéo avec le même sujet, et là vous comparez.

Et après, quand vous regardez au montage, vous vous dites « OK, je vais prendre la version deux ».

C’est ça, mais c’est ça, parce que en plus dans le… ce qu’on saisit en fait dans une vidéo ou même dans une conférence ou tout ça, ce n’est pas tant le contenu ou les mots qu’on dit, c’est bien plus la présence en fait, c’est un pourcentage beaucoup plus élevé. Voilà, c’est vraiment la présence qu’on retient le plus. Donc c’est pour ça que c’est très très important. Et ensuite, je pense à un autre exercice pour l’articulation, parce que ça, c’est quand même vraiment important pour être compréhensible, voilà, que notre communication soit fluide, comme tu disais. Et donc là on peut faire aussi des échauffements, pareils, on va échauffer nos zygomatiques, faire par exemple des grimaces, faire un sourire exagéré, le lâcher, enfin voilà, vraiment échauffer son visage et ses muscles du visage pour ensuite avoir une diction qui est claire et voilà. Après il y a tout un tas d’exercices sur l’articulation, au théâtre on en fait beaucoup, il y a aussi l’exercice du stylo qui est très connu où on va mettre un stylo entre les dents et dire une phrase un peu difficile à dire, voilà. Ça paraît vraiment anodin, on peut se dire que ce n’est pas nécessaire forcément de faire ça, mais en réalité, je vous invite à tester parce que vous pouvez vraiment observer une différence et ça sera forcément plus agréable à l’écoute pour les personnes qui vous suivent et qui vous regardent.

Ouais, donc si vous bégayez, vous n’êtes pas forcément fluide, c’est normal. Moi je l’ai été dans des centaines de vidéos, n’hésitez pas à mettre un crayon de papier ou un stylo, comme ça, ça va vous permettra de bien articuler et d’ouvrir votre mâchoire et de ne pas être fermé. C’est souvent quand on ne sourit pas assez qui nous amène un petit peu ce mauvais automatisme un petit peu dans notre esprit. Donc ça, c’est top ces différents exercices, puis à chaque fois montez, mettez du peps, puisque plus vous avez la fougue, la grinta de la folie… J’avais fait une autre interview avec David Marouani que tu dois connaitre certainement. Il expliquait en fait une statistique, je crois que c’est 91 ou 93 % en fait, ce qu’on appelle le non verbal, ce que vous dégagez en gestuelle, en ton, en intensité et seulement 7 % du message. C’est un peu incroyable à dire, mais vous racontez n’importe quoi, mais vous avez la conviction, l’énergie, bref on se dit « ouah, c’est qui ce gars-là ? » Entre guillemets, vous allez être plus impactant que si vous avez un texte, mais venu de la tête, qui est extraordinaire, mais qui à zéro peps, zéro énergie, les gens vont se dire « OK, je clique sur la croix en haut à droite et je me barre et je me casse ».

L'importance de la posture

En plus, c’est vrai qu’on est un peu impatient maintenant, enfin on reste des fois peu longtemps sur…

L’attention est tellement faible aujourd’hui, e-mails, SMS, notifications Facebook, Snapchat, bref tout ce que vous voulez, c’est clair que garder l’attention à quelqu’un, il faut vraiment mettre du rythme, sinon la personne s’endort et se casse illico presto.

C’est ça, aussi un petit truc pour quand vous commencez la vidéo, c’est d’être déjà dans une position de confiance. Une position de confiance et puis de sourire, c’est tout bête, mais ça fait toute la différence, aussi bien pour l’effet que ça fait, pour les internautes qui regardent, mais aussi pour vous-même, pour le message que vous envoyez à votre cerveau. D’ailleurs, si vous faites l’exercice par exemple de sourire et de rester comme ça droit et de tenter d’avoir une pensée négative comme ça, c’est très difficile, voire impossible. C’est David Lefrançois qui nous l’apprenait dans sa formation de coach formateur. Donc voilà, il nous a invités à essayer d’avoir une pensée…

Toujours avoir la posture.

Ouais, mais en fait, même d’essayer d’avoir une pensée négative quand on a une posture de confiance avec le sourire, en fait, là on réalise que c’est très difficile.

Ouais, dites-vous… vous souriez ou vraiment vous êtes à un état positif et vous dites « je suis une merde » vous ne le croyez pas, vous dites « c’est quoi cette flûte que je me dis à l’esprit ? » Donc ça c’est important, ce qu’on appelle la PMF, clairement la physiologie, le mot et le focus que vous avez, ça vous permettra de faire une grosse grosse dif. Donc voilà, n’hésitez pas à mettre tout ça en place, ça sera sympa. Alors, autre question, quelles sont les deux ou trois erreurs majeures que tu vois dans les personnes ? Tout ce qui est vidéo, donc vis-à-vis… un petit peu ce qui est dégagé en vidéo ou alors théâtre pour vaincre sa timidité.

Les 3 erreurs majeures

Les trois erreurs majeures ?

Ouais, que tu vois dans les membres de tes formations, ou de manière générale, vis-à-vis du sujet qu’on vient d’évoquer.

Je dirais, c’est peut-être… une chose qui me vient là, c’est peut-être de prendre la chose trop au sérieux.

Ah oui, ne pas se prendre pour de la merde en disant…

Ouais, ou de mettre trop d’enjeux en fait dans la situation. Ça, ça bloque pas mal et du coup on est peut-être moins à l’aise. C’est en rapport aussi avec le perfectionnisme, vouloir en fait que ce soit parfait dès le départ. Ça, ça bloque énormément, parce qu’on peut avoir des attentes et du coup ne pas oser passer à l’action, procrastiner, parce qu’on se dit que ce n’est toujours pas comme on voudrait. Et ça, c’est un frein qui est colossal. J’ai beaucoup de personne en tout cas que j’ai pu remarquer, vraiment voilà, la tendance au perfectionnisme. Donc c’est pour ça que par exemple, je disais tout à l’heure, quand je me suis lancée sur YouTube, j’ai vu ça comme un entraînement, un training, pour justement ne pas me prendre au sérieux et m’amuser. Parce que ça aussi, le fait de s’amuser, au niveau de l’énergie, au niveau du plaisir, on le ressent beaucoup plus…

Ouais, ne pas être là corporate en mettant un masque et…

Oui, mais c’est tout simplement parce qu’en fait ça me bloquait de faire ça. Quand je faisais ça en fait je n’étais pas à l’aise, je n’étais pas moi-même. Donc je me suis dit à un moment donné, voilà, il faut que j’essaye autre chose. Et quand je lâchais et quand j’étais plus dans l’amusement, c’était beaucoup mieux, donc voilà.

Et quand vous créez un personnage, à moins d’être un acteur magique, mais bon, vous n’allez plus trop, à mon avis, être timide, c’est… à chaque fois on est biaisé, parce qu’il y aura tout le temps le naturel qui va revenir au galop et c’est ça qui est appréciable, c’est toujours : faites comme vous avez envie d’être. Si vous avez de temps en temps envie de crier dans la vidéo, criez. Si vous êtes quelqu’un qui a beaucoup de gestuels, n’hésitez pas de… ne pas vous créer un personnage qui n’est pas propre à vous, parce que les gens, ce qu’ils vont apprécier, c’est vraiment votre authenticité, votre charisme, vraiment ce que vous dégagez, que ce soit… quel que soit ce que vous dégagez aujourd’hui.

En erreur aussi à laquelle je pense, c’est le fait de vouloir aussi ressembler à quelqu’un d’autre, de copier en fait un modèle qui marche et du coup de ne pas être pleinement soi-même. Vraiment, l’authenticité c’est… voilà, en fait c’est l’unicité de chacun, je crois qu’on peut être original qu’à condition d’être authentique. Et en fait, on trouve cette originalité en allant vers son authenticité en fait, en étant le plus naturel possible. Et c’est vrai que… D’ailleurs, en vidéo on peut remarquer, peut-être qu’on a des façons de faire un peu particulières, comme tu disais tout à l’heure, si vous avez envie de… si vous êtes plutôt dynamique, soyez dynamique. Et en fait, c’est ce qui va faire votre spécificité, votre originalité, donc cultivez là. Moi je sais qu’à force de faire des vidéos, j’ai vu en fait mes spécificités et c’est génial pour apprendre à se connaître d’ailleurs. J’ai vu quelles étaient mes spécificités, du coup je les ai accentuées encore plus, mais je le faisais presque naturellement en fait. Je remarquais que je faisais certaines choses et je les ai accentuées, parce que c’était mon originalité, mon authenticité et que c’est ça qui fonctionne, je pense. Donc voilà.

Donc grosso modo, à chaque fois, j’ai envie de vous noter, alors peut-être que vous regardez la vidéo, souvent on a du mal à dire soi-même ses propres qualités. Prenez une feuille ou alors prenez votre smartphone, c’est quoi vos trois qualités. Et si vous en trouvez pas, parce qu’entre guillemets vous n’avez pas forcément peut-être une bonne estime de vous-même ou alors vous êtes bloqué, demandez à vos connaissances proches : famille, connaissances, collègues ou… Juste, selon toi, c’est quoi les deux ou trois qualités, peut-être que c’est la ponctualité, peut-être que vous êtes friendly, peut-être que c’est quelqu’un… voilà, à chaque fois on peut compter sur vous. Donc c’est quoi ces deux ou trois qualités et c’est là qui est important, c’est aller chercher l’excellence dans ces trois qualités-là. Parce que naturellement, déjà vous le faites, donc du coup il n’y a pas besoin de forcer pour faire mieux.

Tout à fait. Et des fois on n’a pas vraiment conscience de ses qualités et en fait…

On ne les voit pas, ouais.

Vos cadeaux offerts

Sidebar-banniere-horizontal-vivre-du-web
Sidebar-banniere-horizontal-2500-jour
Sidebar-banniere-horizontal-expatriation
Sidebar-banniere-horizontal-revenus-passifs
Sidebar-banniere-horizontal-ferme-million
Accompagnement et coaching business par Maxence Rigottier
Les emails privés de Maxence Rigottier

Mes formations et programmes

Sidebar-banniere-vertical-v2-club-prive-business
Sidebar-banniere-vertical-v2-expatriation
Sidebar-banniere-vertical-v2-club-revenus-passifs
Sidebar-banniere-vertical-v2-bourse
Accompagnement et coaching business par Maxence Rigottier
Sidebar-banniere-vertical-v2-seminaire-business-or
Sidebar-banniere-vertical-v2-mastermind
Sidebar-banniere-vertical-v2-mentorat
BOURSE US - IMMOBILIER À L'ÉTRANGER
OR - BITCOIN - AFFLIATION INTERNET

BOURSE US - IMMOBILIER À L'ÉTRANGER

OR - BITCOIN - AFFLIATION INTERNET

J'envoie l'E-Mail tout de suite. Ça y est ! C'est parti ! Enjoy !

Pin It on Pinterest