100 000 € en 3 mois avec la publicité Facebook

100 000 € en 3 mois avec la publicité Facebook

Il est devenu un expert sur Internet. Il est passé de 3000 euros par mois à plus de 25 000 euros par mois sur Internet et c’est juste incroyable ce qu’il fait sur Internet. Son histoire est très inspirante, tout le monde pourra se connecter à ça. Il va nous donner les clés de son histoire. C’est vraiment un plaisir de l’accueillir sur scène, s’il vous plaît. Maxence Rigottier.

Maxence : comment gagner sa vie avec la publicité Facebook ? Je suis aujourd’hui au séminaire Croissance Max de Max Piccinini. Je suis avec Franck Rocca qui est un expert du sujet. Salut Franck.

Franck : hello à tous, hello Max.

Juste avant, je vous pose une question : est-ce que vous avez déjà réalisé de la publicité Facebook ? Vous allez voir très rapidement la puissance. Je te laisse rapidement te présenter. Tu es leader incontestable en francophonie par rapport à la publicité Facebook. Tu nous as fait une superbe étude de cas notamment à travers les chiens, VTH, pub Facebook, en un temps record, en quelques mois. Tu vas nous expliquer cette étude de cas et ensuite, nous dire concrètement en quoi la publicité Facebook va totalement révolutionner votre business.

Sa stratégie : achat de leads, VTH puis vente

Franck : merci pour cette introduction. Pour me connaître, vous allez sur franckrocca.com, ça sera plus simple. On ne va pas perdre de temps, on va être straight to the point dans cette vidéo. Du coup, l’étude de cas que j’ai faite hier au séminaire, c’est sur un nouveau business que j’ai lancé en juillet 2016, il y a 4 mois par rapport à l’instant où on tourne la vidéo.

J’ai pris le système de vente de business révolution dont vous avez dû entendre parler dans l’année sur une formation qu’on a lancée avec Simon et Greg, donc le système le plus simple pour générer de l’argent sur Internet, où on achète du trafic. C’est la première étape, on achète du trafic, notamment sur Facebook qui est le numéro 1 des régies dans le monde en achat de trafic rentable. Ensuite, vous envoyez ces personnes sur une VTH, une vidéo textuelle hypnotique, c’est une vidéo de vente, mais nous, c’est notre propriété la VTH qui permet de vendre encore plus puisqu’il y a plusieurs centaines de techniques de copywriting et d’hypnose à l’intérieur pour impacter massivement les gens et derrière, ça génère des ventes ou pas.

L’avantage de ce système, c’est qu’il est très simple, comme vous venez de le voir. Il n’y a pas de tunnels dans tous les sens, il n’y a pas des opt-in, il n’y a pas tous ces trucs bizarres. Je ne dis pas qu’il ne faut pas le faire, on a aussi des business comme ça. Max travaille sur ces business aussi. Moi aussi. C’est juste un business différent qui permet d’aller encore plus vite que d’autres business.

Maxence : c’est trafic, offre, on ne peut pas faire plus simple.

Franck : on ne capte pas justement les emails, si vous êtes avancé quand vous regardez cette vidéo, on n’a pas les emails des gens. On achète du trafic, ils vont vers la vidéo, ils n’achètent pas, ils n’achètent pas, ce n’est pas le grave. Et s’ils achètent, ils se transforment en clients.

Maxence : donc là tu as eu une liste de clients.

Franck : là par contre, on a une liste de clients. Ça va faire presque 4 mois et j’ai déjà plusieurs milliers de clients. Quand on fait des lancements avec des partenaires, 95 % des gens envoient sur leur liste de prospects. Ils ont des résultats, sauf que nous, dans notre business, quand je dis « nous », ce sont mes deux associés, Simon, Greg qui avons le même business, donc du coup, on a plusieurs dizaines de milliers de clients, même des centaines de milliers de clients à nous trois. Quand on fait des lancements, on a toujours les meilleurs résultats parce que ce sont des gens qui ont déjà acheté des produits sur Internet, donc l’impact est largement et bien différent.

Son étude de cas autour de la niche du chien

Cette étude de cas, c’est sur unbonheurdechien.fr. Vous pouvez aller voir. Même la page Facebook un Bonheur de chien, vous tapez sur Facebook. Pourquoi je vous en parle ? Parce que le 7 juillet, rien n’existait et au mois de juin, je ne savais même pas que j’allais lancer ce business. Ce qui s’est passé, c’est ce que j’ai eu une chienne, un Berger australien, qui s’appelle Sidney, le 10 janvier 2015 et j’ai choisi une race qui est aussi dynamique que moi et qui permet de courir longtemps. D’ailleurs, ça serait bien pour toi pour t’entraîner. Elle peut courir 10, 20, 30 kms par jour. Je suis aussi sportif.

Du coup, quand on a un chien comme ça, ça doit être canalisé parce que sinon, ça fait n’importe quoi. J’ai pris une éducatrice, ensuite j’ai pris une comportementaliste, et en fait, comme dans tout ce que je fais dans la vie, comme il le fait Max aussi, quand on achète quelque chose, quand on se forme, on est une éponge à tout ça. Tous les conseils que ces personnes m’ont donnés, et notamment la comportementaliste, je les ai intégrés dans mon cerveau. Avec ma maîtrise des outils Internet, marketing, je me suis dit : pourquoi je ne lancerais pas un produit là-dessus ? Je me suis documenté. Je ne dis pas que je l’ai fait un claquant des doigts. J’ai acheté des livres, j’ai suivi une formation américaine, j’ai été dans un des meilleurs endroits pour avoir des éducateurs, d’autres chiens, s’amuser avec son chien dans des parcours, etc. j’ai oublié le nom, désolé.

Je me suis pas mal formé pendant plusieurs mois, et en juin, j’ai commencé à avoir un certain niveau. J’ai donc fait un mixte de tout ce que j’ai appris. Surtout qu’aujourd’hui, ma chienne m’écoute au doigt et à l’œil, et c’est justement en fait la réponse à tout ce que j’ai appris et résumé. J’ai décidé de faire ma propre méthode. Une personne, ça n’avait pas marché. Une deuxième, ça avait mieux marché, mais pas encore à 100 %. En rajoutant les livres, la formation et d’aller rencontrer et discuter avec cet endroit dans la forêt, j’ai réussi à globaliser une offre, la méthode Un bonheur de chien, qui marche en l’espace de quelques jours, qui fonctionne. J’ai donc décidé de me lancer sur Internet avec ce business.

Son ROI après 4 mois

Ça fait 4 mois, mais je vais vous donner les chiffres 3 mois après. C’est une page qui atteint pratiquement 100 000 fans. C’est devenu la page n° 1 en francophonie en éducation canine, en même bientôt sur tout ce qui est chiens confondus. C’est un business qui a généré 100 000 euros de chiffre d’affaires sur trois mois, avec 50 000 euros de marge. Aujourd’hui, je résume : je n’ai pas de site Internet. J’ai une page Facebook. Je fais de la publicité sur Facebook, et j’envoie un trafic plus ou moins ciblé sur ma vidéo de vente qui génère des ventes continues, en automatique, jour après jour.

Maxence : on va revenir un peu sur le produit. A la base, tu t’es intéressé au sujet, tu as été focus 2-3 mois par rapport à l’éducation canine. Tu t’es dit, pourquoi pas me lancer dans le domaine. Donc en l’espace de trois mois, retenez de 0 à 100 000 personnes fans sur la page Facebook, ce qui est quand même assez fabuleux. Tu as réalisé 100 000 euros de chiffre d’affaires avec un produit à 67 euros. On va y revenir juste après. 50 000 euros de marge, c’est assez fabuleux. Explique-nous ce fameux produit, pourquoi 67 euros ? Quel est aussi à travers la VTH, pourquoi c’est grand maximum de manière générale 1000 euros ? explique-nous tout par rapport à ça.

Franck : pourquoi un produit à 67 euros ? Il aurait pu être à 57 euros, à 77 euros, 97 euros. 67, c’est un prix qui est un peu utilisé. Le 7, c’est que j’adore le 7, c’est la chance. Les études ont également dit que le 7 était mieux que le 9. Après, ça ne va pas plus loin que ça.

Pourquoi 100 euros ? Comme vous l’avez compris, les personnes ne nous connaissent pas. On achète ce qu’on appelle du trafic froid. Ce sont des gens qui ne nous ont jamais vus, qui n’ont jamais entendu parler de notre marque, de notre tête, notre visage, bref ce que vous avez à mettre en avant, et du coup, ces gens-là, on va essayer de les exciter avec une publicité pour les faire cliquer et les emmener sur cette vidéo de vente qui va leur proposer notre méthode, notre produit à 67 euros. Si on faisait un produit beaucoup plus cher que ça, on n’en vendrait pas parce que les gens ne nous connaissent pas et ils ne vont pas investir plusieurs centaines voire milliers d’euros en l’espace de quelques secondes.

Son avatar client et les tarifs proposés

Si je résume, vous ne me connaissez pas, vous êtes sur Facebook. Vous avez a priori un chien si je vous ai bien ciblé. Vous voyez cette publicité. Vous en avez marre que votre chien tire sur la laisse, vous en avez marre qu’il saute sur tout le monde, tout ça. Vous cliquez dessus, vous arrivez sur une vidéo. Et en l’espace de moins de 10 minutes, je vous demande d’acheter un produit. Donc 67 euros, c’est largement bien parce que c’est une méthode. La promesse est qu’en quelques jours, vous allez vivre en harmonie avec votre chien alors que si je vous proposais un produit à 1000 euros, je pense que vous n’allez jamais acheter quelque chose à 1000 euros au moins de 10 minutes, sans connaître quoi que ce soit.

Là dans votre tête, vous êtes peut-être en train de dire, j’achète un iPhone tous les ans. Oui, mais justement, un iPhone ça fait plusieurs années, vous connaissez la marque qui a plusieurs millions ou milliards d’utilisateurs. Dans la tête, oubliez que vous connaissez quelqu’un ou quelque chose. Là, c’est vraiment du trafic froid. Par exemple, je vois un kite surf qui est posé là et on me dit : c’est 1000 euros. Je ne vais pas l’acheter, je ne sais pas ce que c’est, je ne connais pas la marque, ce ne peut pas l’acheter. Par contre, si c’est quelque chose à 50 euros, 50 euros, on ne risque pas grand-chose. On n’est pas forcément à 50 euros, même jusqu’à 100 euros.

C’est ce calibrage de prix. Ce format de vente a été prouvé par nous-mêmes que si on sortait des 100-120 euros, on n’est pas à la virgule près, mais pas plus de 150 maximum 200 euros, parce que ça décroche, les gens n’achètent plus et c’est logique.

Faites-vous dans votre tête une petite visualisation : est-ce que je serais prêt à acheter un produit à 1000 euros en quelques minutes, sans rien connaître de celui-ci ? Je ne sais même pas s’il marche. Je ne sais même pas si la personne qui me parle existe vraiment ou si c’est un ordinateur qui parle. Ça ne fonctionne pas.

Sa stratégie basée sur le copywriting

Maxence : c’est important de l’avoir en tête. Vous vous dites, comment c’est possible que ça soit aussi magique ? La véritable clé, c’est le copywriting. Est-ce que tu peux revenir sur ce copywriting pour que les gens se passent de « je ne le connais pas » à « j’ai sorti la CB et j’ai payé » ?

Franck : copywriting, la base, la première accroche, c’est la publicité. C’est ce qu’on appelle l’accroche publicitaire. Celle-ci, premièrement, il faut déjà bien cibler votre clientèle, votre future clientèle plutôt.

Maxence : votre avatar client

Franck : c’est ça. Il faut bien définir son avatar client. Par exemple, sur la cible du chien, j’ai d’ailleurs plus ou moins bien ciblé, je maîtrise la publicité Facebook, et du coup j’ai démarré comme je l’enseigne, avec des audiences relativement ciblées par rapport à un avatar, et en fait, quand j’ai vu que ça marchait tellement bien, j’ai même été jusqu’à mettre une audience qui était simplement les femmes de plus de 35 ans !

Maxence : tu t’es dit, tout le monde qui a plus de 35 ans, voyez ma pub.

Franck : on est sur un produit massif. Aujourd’hui, il y a énormément de propriétaires de chiens en France, comme il y a énormément de personnes qui rêvent de perdre du poids, comme il y a énormément de personnes qui ont mal au dos, des choses comme ça, on est sur des produits qui correspondent à énormément de monde. C’est aussi pour ça que ça marche. Du coup, j’ai voulu aller tester. Je vous déconseille de le faire quand vous ne connaissez pas la publicité, mais c’est pour montrer ce qu’on peut faire.

D’audience entre 50 000 et 500 000 à maximum 1 million de personnes ciblées chien, là on va être dans les femmes de plus de 35 ans en francophonie. J’avais pratiquement 9 millions de personnes ciblées et le résultat, c’est qu’aujourd’hui cette audience non ciblée, c’est celle qui me génère le plus de ventes pour le moins cher.

Maxence : c’est là où tu as le meilleur ROI ?

Franck : c’est ça. Peut-être que le moins cher, mais surtout le volume parce qu’il y a encore plus de ventes. Je vous déconseille de le faire à part si vous maîtrisez déjà la publicité. Mais c’est pour vous montrer qu’à un moment donné, quand on maîtrise son sujet et le copywriting, et je vais y revenir après sur la vidéo, on peut vraiment tout faire avec Facebook et c’est démesuré. C’est vraiment démesuré parce que je crois que cette audience-là en trois mois, je ne les ai pas tous en tête les chiffres, ça change tous les jours, mais je crois que cette audience de femmes de plus de 35 ans, juste celle-ci, elle a dû me générer déjà 500 ventes.

Maxence : ce qui est assez fabuleux. Vous faites 500 x 67, ça fait près de 60 000 euros.

Franck : non un peu moins

Maxence : plutôt 35 000.

Franck : parce qu’on est en hors taxe, donc une trentaine de milliers d’euros, juste sur cette audience-là.

Ça, c’est la première accroche. La cible.

L’accroche publicitaire, forcément, il faut que ça percute votre audience, mais pas trop non plus. C’est ce qu’on appelle les clics à putes, désolé du nom, mais c’est comme ça qu’on les appelle, il ne fait pas non plus que ça soit too much, parce que le but n’est pas simplement d’avoir des curieux. Ce que j’appelle les clics de curieux, il faut les éviter, donc du coup il faut être incisif, mais malgré tout assez pertinent, pour pas qu’on ait de clics de gens qui veulent juste voir un chien qui va s’amuser. Non, ce n’est pas le but non plus. Il faut quand même cohérent, parce que sinon vous allez payer des curieux, des gens qui ne seront jamais vos clients.

Ensuite, quand ils ont cliqué ici, que vous avez fait cette première étape de copywriting, ils arrivent sur la vidéo. Par contre, la vidéo, c’est un beaucoup plus gros travail. En gros, pour une vidéo VTH pour vendre un produit à environ une centaine d’euros, il faut compter entre 17-18 et 30 minutes. C’est donc entre 200 et 300 slides si on parle de PowerPoint. 200 à 300 pages, même si c’est quelques lignes par page. Vous voyez ce qu’est une présentation PowerPoint, et si vous ne savez pas, vous cliquez sur unbonheurdechien.fr, vous allez voir ce que c’est.

Ça, par contre, à l’intérieur de cette vidéo, il y a dans la mienne 1000 techniques de vente.

Comment se former à la vente et à la VTH

Maxence : 1000 ! question que vous vous posez certainement : où est-ce que tu t’es formé ? Comment tu les as apprises ces 1000 techniques de vente ?

Franck : c’est plusieurs années d’expérience. C’est des formations. Comme toi, dès que j’ai envie de quelque chose, ou dès que je vois quelque chose qui est intéressant, mais surtout qui a été fait par une personne qui a déjà des résultats, ça sort un peu de la vidéo, mais ne vous laissez pas avoir par des gens qui se prénomme coach ou expert et qui eux-mêmes ne gagnent pas leur vie avec ce qu’ils vous enseignent. Ça sort du contexte, mais vraiment notez-le en rouge, mettez un post-it sur l’ordinateur. Quand vous voyez expert, ou je ne sais quoi, vous allez sur societe.com et ils font 10 000 euros, ou alors vous l’appelez parce que vous le voulez, il vous a quand même plu, et qu’il vous dit, il faut que tu fasses et tu lui poses la question : mais toi tu l’as fait ? Ah non, moi je n’ai pas le temps. Déjà, vous sortez en courant. Ça ne marche pas. C’est un vrai conseil business.

Donc c’est plusieurs années. Dans Business Revolution, j’ai deux associés, Simon et Grégory. C’est leur spécialité, encore plus Simon. J’ai donc appris beaucoup en plusieurs mois à côté des deux. C’est eux qui m’ont validé et donné 70 % de ce que je fais en copywriting. Mon expertise copywriting, elle vient de là. Et quand je reçois un email d’un grand marketeur américain, je lis chaque mot, chaque ligne, j’essaie de regarder pourquoi il a écrit ça, la veille il m’a écrit un autre mot. J’essaie de toujours comprendre. Je ne lis pas un email, je l’analyse. Je ne lis pas une page de vente, je l’analyse. Je ne lis pas une publicité Facebook, je la prends en screenshot et je l’analyse après. C’est toujours vouloir faire plus, c’est comme ça qu’on avance, qu’on réussit et surtout aujourd’hui il y a deux éléments primordiaux dans votre business qui vont faire votre réussite.

Le premier, c’est le trafic. Le deuxième, c’est le copywriting. Le produit, c’est simplement un moyen d’avoir des témoignages, presque, j’exagère à peine, mais en gros l’idée c’est ça. A un moment donné, si vous êtes bon dans le trafic, et en copywriting, forcément votre produit sera bon, efficace, mais ce n’est pas votre produit qui va vendre, c’est à combien de personnes vous l’avez proposé et comment vous l’avez proposé. C’est vraiment ces deux éléments-là.

La vidéo, c’est à peu près ces deux éléments, mais sur une vingtaine de minutes. Il y a 1000 techniques, jusqu’à même l’orientation du texte qui est analysée, les mots en gras qui sont choisis spécifiquement. Je vous donne un trick, c’est un bonus pour tes auditeurs. Par exemple, sur une slide où il va y avoir : cette vidéo ne sera pas disponible indéfiniment sur le net, c’est pourquoi je vous conseille de la regarder dès maintenant. Le mot « regarder », il est en gras et le mot « maintenant » il est en gras.

En fait, la personne dans sa tête, inconsciemment, elle va oublier les mots qui sont avant, au milieu et après, elle va juste se dire regarder maintenant. Du coup, il y a un paragraphe de 4 lignes, et il y a 2 ou 3 mots entre regarder et maintenant, et dans sa tête c’est : regarder maintenant. L’inconscient. Elle est figée, elle regarde la vidéo. C’est une astuce parmi tant d’autres, mais c’en est un trick à un million, car en mettant des choses comme ça dans votre business, vous pouvez croître exponentiellement.

Maxence : vous voyez la clé de la VTH ; trafic si vous maîtrisez un peu Facebook c’est bon et ensuite n’hésitez pas à rejoindre Business Révolution. 1000 techniques de copywriting et vous pourrez vendre n’importe quoi grâce à ces différentes techniques.

La viralité de ses produits

Pour finir sur une dernière question, je voulais que tu reviennes sur la viralité de Facebook. Tu as évoqué 100 000 euros de chiffre d’affaires en trois mois, 50 000 euros de marge. Mais sur ces 100 000 euros de chiffre d’affaires, tu as certainement eu 30 000 euros qui sont par ricochet la viralité, donc les partages, les commentaires, ou encore du retrageting. Explique-nous tout sur cette viralité. C’est là aussi la puissance de Facebook d’avoir des euros sur des investissements qui n’ont pas eu lieu.

Franck : Business Révolution, c’est le système le plus traditionnel, le plus simple, c’est : trafic, vidéo de vente, VTH et derrière ça génère des ventes. C’est tout. Vous n’avez pas besoin de site. Juste une page Facebook pour faire la publicité. Simon, comme il aime le dire, c’est : je suis moi et du coup vous ne pouvez pas faire comme tout le monde. Du coup, j’ai ajouté ce que j’appelle la preuve sociale, la viralité, le social dans mon business du chien. J’ai donc fait plus que simplement avoir une page pour faire de la publicité. J’ai ajouté une stratégie virale sur ma page. Vous pouvez aller voir. Aujourd’hui sur cette page, on poste 3-4 fois par jour. En moyenne, on est entre 1000 et 3000 réactions, likes par post, 200 à 500 commentaires et 200 à 2000 partages. Tous les posts. Vous pouvez aller vérifier.

Maxence : ce qui est gigantesque. On mettra le lien dans la description. Moi, j’ai vu ça de mes propres yeux, j’ai été choqué ! positivement.

Franck : bien sûr, il y a des stratégies, on ne peut pas tout vous dire dans la vidéo, mais à chaque fois que je fais un post, il y a un lien qui renvoie vers la vidéo. Ces posts-là, naturellement, ils peuvent générer des ventes. Ce n’est pas forcément pour mes propres fans, mais vous l’avez compris, les likes et les partages, ça augmente la visibilité sur les amis de ces fans. Si on prend un post qui a eu 1000 partages, ça va générer plusieurs milliers de vues potentielles de la méthode du chien gratuitement. Si je ne mettais pas de lien, les gens verraient le post partagé, OK c’est cool, mais potentiellement, moi ça ne m’intéressait pas beaucoup parce que je ne gagnerais pas d’argent, je ne vendrais pas ma méthode. De mettre un lien à chaque fois, les gens peuvent accéder. Ils ne sont pas obligés, mais ils peuvent y accéder, donc ça génère des ventes automatiquement.

Ce chiffre que tu as dit, à peu près 30 000, il est difficile à cerner, même si je track beaucoup de choses. J’estime entre 20 et 30 % ce que la viralité gratuite m’a généré. Donc on peut dire que ça m’a généré 20 à 30 000 euros de marge en trois mois par rapport à cet écosystème que j’ai su insuffler et cette stratégie que j’ai créée. Et là, je vous parle de gratuité totale. Je ne dis pas que c’est facile, je ne dis pas que ça ne prend pas de temps, mais en tout cas, je n’ai pas payé pour que ces gens aiment. Encore une fois, on ne parle pas de publicité sur ces posts. Ils l’ont vu.

Maxence : moi je l’ai vu de mes propres yeux. Je confirme.

Franck : il n’y a pas de publicité qui est cochée ou quoi que ce soit. Ça fonctionne quand on sait les faire et là je vais vous sortir un chiffre qui a même impacté, parce que j’ai deux ad manager, un à Paris et un en Irlande, et quand je les ai, je les ai presque une fois par semaine, je leur ai indiqué les chiffres, ils n’ont jamais vu ça. Pourquoi ? Parce qu’en moyenne sur une page Facebook, il y a à peu près 10 % de reach. C’est quoi le reach ? C’est la portée des publications. En gros, si vous avez une page à 1000 fans, en moyenne, vous n’allez avoir que 100 fans qui vont voir cette publication, et encore au plus vous montez en nombre de fans, 1000, 10 000, 50 000, et moins le reach est élevé. Sur une page comme moi, où j’ai pratiquement 100 000, la moyenne est plus proche des 7 %, des 10-12 %, sauf que moi, en moyenne j’ai entre 40 et 60 % de reach.

Maxence : ce qui est totalement gigantesque. Imaginez.

Franck : vous l’avez vu aussi, en gros 80-90 000 fans, les posts sont vus entre 40-50 000 et 150 000 personnes, sauf faire de publicité.

Maxence : c’est fabuleux. On remet dans le contexte. Il y a 5 mois, tu ne savais même pas que tu allais lancer ce business. C’est assez incroyable.

Franck : et je rajouterais un truc même si ça sort de la publicité, mon business model je l’ai fait évoluer et je me suis dit que j’avais la capacité à devenir le numéro 1 francophone sur l’éducation canine, ce qui est déjà le cas et de devenir numéro 1 sur le chien. A un moment donné, je m’étais dit : c’est cool, j’adore l’infoproduit, mais je pense qu’avec le chien, je peux impacter beaucoup plus avec un produit physique. Je voulais atteindre les 100 K pour aller moi-même aller chercher des partenaires, mais là, dans le milieu international, physique, avec de vrais salariés, de vrais locaux. Vous savez toutes ces charges qui font chier. Là, je suis à 95 000, je crois, à l’instant de la vidéo, et j’attendais vraiment les 100 K, mais je n’ai pas eu le temps de les attendre que j’ai déjà été contacté par 4 boîtes, dont le numéro 1 européen.

J’étais en contact téléphonique jeudi dernier avec le directeur marketing et là il est en train de me faire une proposition pour qu’on fasse un partenariat massif et même quelque chose qu’il n’a jamais proposé parce qu’ils ont également halluciné de nos chiffres, parce que eux, ça fait 4 ans qu’ils sont là, je crois qu’ils sont 12 ou 14 salariés, et ils ont deux pages avec 40 000 et 80 000 fans et ils génèrent moins d’argent que ce que je génère, pas sur l’année, ils gagnent moins d’argent que ce que j’ai pu faire et surtout si on parle de marge.

Voilà aujourd’hui la puissance de l’Internet quand on maîtrise des outils et notamment Facebook, le marketing, la publicité Facebook. Voilà ce qu’on est capable de faire. Au-delà de générer des ventes, on impacte des gens. Moi j’ai amélioré la vie de plusieurs milliers de personnes parce que leur chien les écoute, il ne saute pas sur des enfants, il ne court pas, il ne traverse pas la route. Il y a aussi des accidents, là il n’y en a plus. Et surtout ça génère des partenariats. Je suis en train de voir pour créer un produit physique sous la marque Un bonheur de chien.

N’oubliez pas qu’il y a 5 mois, je ne connaissais presque rien. En exagérant, c’est depuis le début de l’année, mais il y a 5 mois je ne savais pas que j’allais faire ça. Si j‘ai pu le faire, vous pouvez le faire. Et même si aujourd’hui vous vous dites, oui, mais je n’ai rien, moi je n’ai pas d’argent, je ne sais pas quoi, eh bien vous pouvez le faire parce qu’il y a 5 mois j’étais presque comme vous.

Ses conseils pour investir dans la VTH

Maxence : on va revenir sur cette objection qui arrive, quelle que soit la thématique. Je n’ai pas d’argent. Combien tu conseilles en termes de budget, 20 euros par jour, 30 euros par jour, 100 euros par jour pour tester cette VTH pour qu’on se dise : là, je suis complètement à côté de la plaque, là je n’ai pas trop cramé mon fric ; là j’ai quand même suffisamment. Evidemment si vous mettez un euro par jour, vous êtes dans le cercueil pour avoir un échantillon suffisant. Quel est ce juste milieu pour pouvoir démarrer sans trop se brûler les ailes ?

Franck : j’ai l’habitude de répondre à cette question par rapport à votre objectif. Ça va être difficile parce que je ne peux pas répondre à une question comme ça. Grosso modo, si votre objectif est de faire quelques milliers d’euros par mois

Maxence : on va dire 5000 euros

Franck : 1000 euros, 2000 euros de marge ou 5000 euros de marge. A priori, à la louche, si vous avez un bon copywriting, une bonne vidéo de vente, parce que c’est vraiment ça, le produit à la limite presque on s’en fiche, c’est vraiment la vidéo, ça demande du temps, on va dire que vous allez sur un ROI à peu près de 2. Ça voudrait dire qu’il faudrait générer 10 000 euros de chiffre d’affaires. Il va aussi falloir investir pratiquement la moitié. Le ROI dans un sens, c’est aussi un ROI dans l’autre. En gros, pour faire une vente à 67 euros, il va falloir investir à peu près une trentaine d’euros. À partir de là, on est revenu et vous êtes capable de vous dire : si je veux gagner 1000 euros, ça fait une quinzaine de ventes, et que la vente me coûte 30 euros, il faut que je fasse 15 x 30 donc à peu près 450 euros d’investissement sur le mois.

Maxence : 15 euros par jour

Franck : voilà à peu près 15 euros par jour. Ça ferait à peu près une vente par jour, un peu plus, un peu moins. Ça dépend de votre objectif. Ce que je conseille dans Business Révolution, toute la formation, il y a plusieurs modules, il y a un budget pour le débutant, un profil avancé.

Le premier profil débutant est plus sur 20-30 euros par jour sur 2-3 audiences. Et le profil avancé, il est entre 50 et 200 euros sur 5 à 10 audiences. Ça détermine le volume potentiel de chiffre d’affaires que vous pouvez générer. Encore une fois, si vous vous posez cette question, je sais que vous êtes beaucoup à vous la poser, c’est que vous n’avez rien compris et que vous ne serez jamais entrepreneur. Désolé d’être cash comme ça avec vous, mais à un moment donné, si vous voulez sortir de votre train-train quotidien, du salariat, il va falloir les poser sur la table.

Déjà, il faut avoir ce mindset. Si vous voulez réussir, il faut investir. J’aime souvent dire : investissez sur vous, investissez dans votre business, et vous réussirez. Tous les plus grands de ce monde, vous voyez qu’ils ont réussi, Steve Jobs, Mark Zuckerberg, Bill Gates, l’iceberg, vous ne voyez qu’une partie de ce qu’on voit, mais en dessous, vous connaissez l’iceberg ? C’est comme ça, et ça, personne ne le voit, ou en tout cas, on veut se le cacher.

Un conseil : le mindset, c’est ça, c’est si vous vous posez encore cette question, je n’ai pas d’argent…

Maxence : trouvez un putain de moyen !

Franck : c’est ça. Si vous avez vraiment besoin de ces 1000 euros pour acheter une formation ou ces 2000 euros, ou 500 euros parce que vous savez tout faire, mais vous n’avez pas d’argent pour investir dans Facebook, suivant la ville où vous êtes, si vous êtes sur la Côte d’Azur, vous allez vendre des glaces le soir. Si vous êtes dans le nord, vous faites serveur dans une boîte de nuit. Vous êtes je ne sais où, vous allez faire je ne sais quoi. Bref, vous vous débrouillez, parce que de toute façon, si vous n’avez pas cette âme entrepreneuriale, cette âme de fonceur, de trouver des solutions et arrêter de vous mettre des problèmes, vous n’avancerez jamais. Désolé d’être cash, mais c’est la réalité. Et je vais vous faire gagner de l’argent, de l’énergie.

Maxence : Internet, vous avez pu le voir, au fil des années, ça s’est vraiment développé. Vous avez aussi différentes études de cas. N’oubliez pas : investissez. Là, on est dans un séminaire, on a pris de notre temps et on va passer au niveau supérieur par la suite. Trouvez à chaque fois un moyen. Peut-être, économisez des restos ou des dépenses inutiles

Franck : arrêtez de fumer

Maxence : vous allez voir 10 balles par jour pour investir dans la publicité Facebook. Merci, Franck, une nouvelle fois.

Vos cadeaux offerts

Sidebar-banniere-horizontal-vivre-du-web
Sidebar-banniere-horizontal-2500-jour
Sidebar-banniere-horizontal-expatriation
Sidebar-banniere-horizontal-revenus-passifs
Sidebar-banniere-horizontal-ferme-million
Accompagnement et coaching business par Maxence Rigottier
Les emails privés de Maxence Rigottier

Mes formations et programmes

Sidebar-banniere-vertical-v2-club-prive-business
Sidebar-banniere-vertical-v2-expatriation
Sidebar-banniere-vertical-v2-club-revenus-passifs
Sidebar-banniere-vertical-v2-bourse
Accompagnement et coaching business par Maxence Rigottier
Sidebar-banniere-vertical-v2-seminaire-business-or
Sidebar-banniere-vertical-v2-mastermind
Sidebar-banniere-vertical-v2-mentorat
BOURSE US - IMMOBILIER À L'ÉTRANGER
OR - BITCOIN - AFFLIATION INTERNET

BOURSE US - IMMOBILIER À L'ÉTRANGER

OR - BITCOIN - AFFLIATION INTERNET

J'envoie l'E-Mail tout de suite. Ça y est ! C'est parti ! Enjoy !

Pin It on Pinterest