Stratégie du Permanent Portfolio : Avantages et Inconvénients

Stratégie du Permanent Portfolio : Avantages et Inconvénients

Le rêve de tout investisseur, débutant ou expérimenté, est de construire un portefeuille d’actifs qui maximise le rendement tout en minimisant les risques. Autrement dit, le but est d’optimiser le couple rendement/risque. C’est un peu tout le jeu de l’investissement. Lors de la constitution d'un portefeuille long terme, la diversification entre divers actifs est une stratégie clé et utilisée par la plupart des investisseurs. Mais quelle est la meilleure stratégie de diversification ? Il y a tellement de facteurs à prendre en compte et de types d'actifs parmi lesquels choisir (actions, obligations, cryptomonnaie, matières premières, devises...) qu’arriver à construire un portefeuille cohérent et optimal peut vite devenir un casse-tête.

Chaque investisseur souhaite constituer un portefeuille offrant des rendements élevés, un risque faible et une volatilité raisonnable, mais c'est évidemment plus facile à dire qu'à faire.

Une des stratégies d’allocation d'actifs les plus connues et utilisées s'appelle le “permanent portfolio”, qui a été introduit par le conseiller financier Harry Browne au début des années 80. C’est aussi une des stratégies les plus simples à comprendre et à mettre en place, d’où sa popularité. L'objectif du portefeuille permanent est d’avoir de bonnes performances, quelle que soit la situation économique, c’est-à-dire tant en périodes de boom qu’en récession. Il vise également à fournir à la fois de la croissance et une faible volatilité. Historiquement, la stratégie a été couronnée de succès.

Voyons plus en détail ce qu’est le “permanent portfolio”, comment en créer un, ainsi que les avantages et les inconvénients de la stratégie.

De quoi le permanent portfolio est-il composé ?

Le portefeuille permanent est diversifié à parts égales avec des métaux précieux, des bons du Trésor, des obligations d'État et des actions. La répartition est la suivante :

  • 25 % d'actions américaines (grandes capitalisations)
  • 25 % d'obligations d’État long terme
  • 25 % d'or
  • 25 % de bons du Trésor (obligations court terme) ou cash (liquidités)

Bien que ces investissements puissent être volatils et entraîner des pertes, leurs valeurs ne sont pas fortement corrélées, donc en détenant une part égale de chacun, les investisseurs peuvent être en mesure d'éviter des pertes importantes tout en bénéficiant de bonnes performances. L'idée est qu'au moins un actif du portefeuille fonctionne toujours.

Ainsi, chaque classe d'actifs se comporte bien dans des conditions différentes :

  • Les actions ont tendance à bien se comporter en période de prospérité économique et sont bonnes pour la croissance.
  • L'or a tendance à protéger des dévaluations monétaires, à bien performer en période d'inflation et pendant les périodes de croissance.
  • Les obligations sont un investissement sûr qui se comporte bien en période de déflation et se porte bien en période de croissance.
  • Les liquidités protègent des pertes pendant les récessions et les périodes de déflation, et sont liquides.
À lire
5 astuces faciles pour payer moins d’impôts avec la bourse !

L'or et les obligations sont généralement des valeurs refuges pendant les récessions et les périodes d'inflation, tandis que le marché boursier assure la croissance pendant les booms économiques. La trésorerie est stable et crée une source de financement pour le rééquilibrage et les ralentissements.

Une autre façon de voir les choses est de catégoriser les quatre classes d'actifs en quatre conditions économiques :

  • Prospérité : les actions se comportent bien en période de prospérité, car le sentiment du public est positivement corrélé aux hausses des marchés boursiers.
  • Inflation : l'or se comporte bien en période d'inflation parce que le pouvoir d'achat en dollar diminue, de sorte que les gens affluent vers l'or comme valeur refuge.
  • Déflation : lorsque le prix des biens et services diminue, la déflation se produit. Les obligations à long terme se comportent bien dans cet environnement, car les taux d'intérêt baissent, ce qui augmente mécaniquement la valeur des obligations.
  • Récession : les liquidités sont bonnes à conserver pendant une récession alors que les autres actifs sont au plus bas. Les investisseurs peuvent acheter des actifs pendant qu'ils sont en baisse et avoir encore de l'argent de côté s'ils en ont besoin.

Plutôt que d'essayer de prédire le marché et d’investir les fonds en conséquence, le permanent portfolio est une stratégie simple pour un investissement à long terme : il suffit de le mettre en place une fois et, de temps en temps, rééquilibrer les positions.

Performances historiques

Le permanent portfolio a historiquement fonctionné comme prévu. Il croît régulièrement au fil du temps et ne subit pas de pertes importantes en période de ralentissement. Par exemple, lors du krach boursier de 1987, l'utilisation du portefeuille n'aurait encouru que des pertes de 4,5 %, alors qu'un portefeuille composé de 60 % d’actions aurait perdu 13,4 %, et beaucoup plus pour un portefeuille 100% actions.

En général, le permanent portfolio a un rendement légèrement inférieur à celui d'un portefeuille à dominante actions, mais il comporte moins de risque et de volatilité.

Le permanent portfolio a un rendement annuel moyen de 7,36 % sur 20 ans, tandis que le S&P500 fait 9 % en moyenne.

Avantages du Permanent Portfolio

La constitution d'un portefeuille permanent présente plusieurs avantages. 

  • C’est tout d’abord une stratégie simple à définir et à “oublier”. Une fois le portefeuille mis en place, l’investisseur n'a besoin de le rééquilibrer qu'environ une fois par an.
  • Il permet aussi d’éviter des pertes importantes grâce à la diversification tout en bénéficiant de bons rendements au fil du temps. Le portefeuille est conçu pour minimiser la volatilité tout en augmentant sa valeur à long terme.
  • Bien que les actifs tels que les actions puissent croître considérablement, ils peuvent également connaître des baisses importantes. Le permanent portfolio croît plus lentement au fil du temps tout en minimisant ces pertes.
À lire
Les actionnaires vont-ils recevoir leurs dividendes ? La vérité !

Inconvénients du Permanent Portfolio

Comme toute stratégie d'investissement, le permanent portfolio présente certains inconvénients.

  • Les actions ont tendance à croître plus au fil du temps que les autres actifs inclus dans le portefeuille, de sorte que les investisseurs manquent une partie de cette croissance en n'ayant qu'une allocation d'actions de 25 %. Pour preuve, le S&P500 (principal indice actions américaines) a un meilleur rendement annuel moyen sur 20 ans.
  • Le permanent portfolio ne comprend que des actions américaines, de sorte que les investisseurs ne bénéficient pas d'une exposition aux marchés émergents et aux actions internationales. Lorsque Harry Browne a développé le concept, les actions internationales n'étaient pas un investissement populaire, il ne les aurait donc pas incluses dans son allocation.
  • Un autre inconvénient potentiel est que le permanent portfolio de base ne comprend que des obligations du Trésor américain. D'autres types d'obligations peuvent également être de bons choix pour la diversification.
  • Bien que l'argent liquide soit un actif assez sûr à conserver pendant une récession, ce type de ralentissement économique n'arrive pas souvent, et quand cela se passe, les rebonds sont souvent rapides. En détenant une telle quantité de liquidités, les investisseurs passent à côté d'opportunités de croissance.
  • Dans l'ensemble, le permanent portfolio est assez conservateur. Les investisseurs pourraient avoir des rendements plus élevés en utilisant d’autres stratégies, sans pour autant prendre beaucoup plus de risques. Allouer davantage aux actions et aux investissements alternatifs est susceptible de générer une croissance plus importante.

Comment construire un permanent portfolio ?

Bien que la stratégie du permanent portfolio indique le pourcentage de capital à allouer aux différentes classes d'actifs, les investisseurs doivent toujours sélectionner des actifs spécifiques dans lesquels investir. Par exemple, les investisseurs peuvent choisir des actions individuelles pour leur portefeuille, ou ils peuvent investir dans des fonds ou ETF qui incluent uniquement des actions américaines. L'avantage des ETF est qu'ils sont faciles à acheter et à vendre, qu'ils minimisent les frais et qu'ils offrent une diversification.

À lire
Le guide ultime des options en bourse

Voici un exemple de quatre fonds qui reflètent l'allocation d'actifs du portefeuille de base :

  • 25 % dans l’ETF Vanguard Total Stock Market Index Fund (VTI). Le fonds VTI est un portefeuille diversifié d'investissements dans des actions américaines réparties dans tous les secteurs et toutes les capitalisations boursières, vous offrant une large exposition aux actions US.
  • 25 % dans l’ETF Vanguard Long-Term Treasury Index Fund (VGLT). Le fonds VGLT est un ETF d'obligations du Trésor qui investit dans des titres du Trésor à long terme, c'est-à-dire des obligations dont les dates d'échéance sont comprises entre 10 et 30 ans.
  • 25 % dans l’ETF Vanguard Short-Term Treasury Index Fund (VGSH). Le fonds VGSH est un actif équivalent à des liquidités dans le portefeuille. Le fonds investit dans des titres de créance du Trésor à court terme, y compris des obligations et d'autres actifs, avec des échéances inférieures à trois ans. Alternativement, vous pouvez choisir de détenir des liquidités non investies à la place.
  • 25 % dans l'ETF Aberdeen Standard Physical Gold Shares (SGOL) ou encore l’ETF SPDR Gold Trust. Il existe de nombreuses façons d'investir dans l'or. Le fonds SGOL est un excellent choix d'ETF sur l'or. L'objectif du fonds est de suivre les rendements des lingots d'or, ou de l'or physique, offrant la couverture contre l'inflation requise par la stratégie de portefeuille.

La gestion d'un portefeuille permanent est assez simple une fois celui-ci mis en place. C'est une bonne idée de rééquilibrer le portefeuille au moins une fois par an pour s'assurer que les allocations de 25 % restent les mêmes. Si un segment du portefeuille a augmenté à 35% par exemple, et que les trois autres ont été réduits respectivement à  21%, 22 % et 22 % (pour un total de 100 %), alors il faudra vendre une partie du segment à 35 % pour l’amener à 25%, puis acheter un peu des trois autres pour qu’ils soient aussi à 25%.

À lire également : Fiscalité en bourse : Quel impôt pour un résident français ?

maxence-rigottier-vivre-site-internet-portrait02-2021

Maxence Rigottier

Grâce à son expertise business et financière, Maxence Rigottier est devenu multimillionnaire internet. Chef d’entreprise depuis 11 ans, Maxence Rigottier est spécialiste du business en ligne. Il investit notamment en bourse sur les marchés américains, l'or, les cryptomonnaies et est investisseur immobilier possédant 6 biens à Tallinn en Estonie.

Vos cadeaux offerts

Sidebar-banniere-horizontal-vivre-du-web
Sidebar-banniere-horizontal-2500-jour
sidebar-banniere-horizontal-expatriation-1
side-rp
Sidebar-banniere-horizontal-ferme-million
side-acb-2
Les emails privés de Maxence Rigottier

Mes formations et programmes

Sidebar Bannière Vertical Club Privé Business
campagnes-vertical
sidebar-banniere-vertical-formation-expatriation-1
Sidebar Bannière Vertical Club Privé Revenus Passifs
Sidebar Bannière Vertical Club Quanti Trading
immobilier-vertical
Sidebar Bannière Vertical Accompagnement Coaching Business
Sidebar Bannière Vertical Séminaire Business Internet en Or 3.0
Sidebar Bannière Vertical Mastermind
Sidebar Banniere Vertical Mentorat
BOURSE US - IMMOBILIER À L'ÉTRANGEROR - BITCOIN - AFFLIATION INTERNET

BOURSE US - IMMOBILIER À L'ÉTRANGER

OR - BITCOIN - AFFLIATION INTERNET

J'envoie l'E-Mail tout de suite. Ça y est ! C'est parti ! Enjoy !

Pin It on Pinterest