Comment VIVRE de ses REVENUS PASSIFS ?

Comment VIVRE de ses REVENUS PASSIFS ?

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo. On va voir ensemble comment vivre de ses revenus passifs. Je suis toujours au Congrès des infopreneurs avec mon frère, Jonathan.

Salut Jonathan. Est-ce que tu peux rapidement te présenter ?

Jonathan : salut tout le monde. Est-ce que ça vous intéresserait de pouvoir travailler quand vous en avez envie, de ne pas être obligé de vous lever le matin, de faire des trucs que vous n’avez pas envie ? C’est possible grâce à la magie des revenus passifs. Imaginez que vous avez des revenus qui tombent même quand vous dormez, même quand vous êtes en vacances.

La puissance des revenus passifs

C’est vraiment un truc extraordinaire. Je me suis penché sur cette question, parce que j’étais comme beaucoup de gens, je vendais mon temps, je faisais du salariat principalement sur Internet, notamment avec Maxence. Je faisais ses montages vidéo et à un moment, j’en avais un peu marre de tout le temps être devant mon ordi, de faire plein de trucs. Je bosse, je bosse et je ne m’enrichis pas. En plus, je suis fatigué, j’en ai un peu marre. Il y a forcément un truc qui cloche.

Dans la vie, il faut toujours se poser une question quand il y a un truc qui ne va pas : qu’est-ce que je fais de travers ? Qu’est-ce qui merde ? Qu’est-ce que je pourrais modifier ? Qu’est-ce que je pourrais changer pour rectifier le tir ?

Je me suis dit que je faisais très peu de revenus passifs, et c’est pour ça que je galère. Il n’y a rien qui tourne en ma faveur. Je me suis rendu compte avec mon site de méditation qui s’appelle Méditer pour être heureux – je vous invite à le rejoindre si vous voulez apprendre la méditation, à moins vous prendre la tête et être plus serein, vivre en paix au quotidien – à chaque fois que je faisais une vente, même si ce n’était que 20 euros, 40 euros, c’est de l’argent qui tombait sans effort.

Parfois, je me levais le matin, 40 euros. Je n’avais pas besoin de passer deux heures sur mon écran à faire des trucs. C’était sans effort. Pourquoi sans effort ? Parce que le produit avait été créé avant, tout le processus était automatisé. A la limite, si le client a une question, vous lui répondez, mais le gros du travail a été fait.

La différence avec le salariat

Qu’est-ce qui fait la différence avec le salariat ?

Quand je fais un montage vidéo, ce travail-là n’est pas duplicable. C’est vraiment un principe clé qu’il faut que vous reteniez et que vous puissiez appliquer, c’est faire des choses qui sont duplicables. Vous y passez du temps pour le faire une fois bien et ensuite vous pouvez le reproposer à d’autres personnes. Si vous apportez de la valeur à 50 personnes, ce même produit, vous le revendez 50 fois, vous êtes payé 50 fois, 100 fois. En plus, ce qui est génial, c’est que ça joue en votre faveur. Si quelqu’un achète dans six mois, un an, à nouveau c’est de l’argent qui tombe sans effort.

Je suis en train de développer mon portefeuille de produit. J’ai aussi créé une nouvelle chaîne où je vais partager avec vous tout ça. Si vous voulez vous abonner, ça s’appelle : vivre de ses revenus passifs. Vous tapez ça dans YouTube, vous allez le trouver. Je pense qu’on mettra un lien juste en dessous. Je vous montrerai tout simplement mon écran. Ce n’est pas pour vous raconter des cracs ou je ne sais quoi, c’est vraiment vous montrer le cas concret, comment on fait pour générer des revenus passifs.

Je vous parlerai notamment de Airbnb. Ça, c’est mon épouse qui s’en occupe, mais j’y ai contribué un peu. C’est aussi un bon plan si vous avez une chambre disponible ou si vous n’en avez pas, de louer un appartement qui est plus grand pour pouvoir faire Airbnb. Pour vous, ça sera plus confortable, plus grand. En général, au m2 ça revient moins cher sur les plus grandes surfaces. En plus, quand il y aura quelqu’un, vous pourrez le louer, ça va vous diminuer votre loyer. C’est vraiment un bon plan à faire. C’est une des stratégies pour baisser votre loyer. En plus, c’est sympa de rencontrer des gens qui sont de différentes nationalités. Ça vous permet de rencontrer de nouvelles personnes et vous êtes payé pour ça, donc c’est excellent.

Nos débuts en 2011

Maxence : peut-être que vous vous demandez quand on a démarré sur Internet. On va voir aussi rapidement notre histoire. On a démarré début 2011. Pourquoi ? Tu as donné l’exemple d’Internet par rapport au salariat, mais c’est la même chose si vous n’êtes pas sur Internet.

Jonathan : c’est pire parce que vous avez les temps de transport où vous n’êtes pas payé en plus.

Maxence : c’est encore un level au-dessus, parce que vous avez certainement une heure ou deux de transport ou même des interruptions, alors que la magie d’Internet, si vous êtes freelance, vous pouvez démarrer en 5 minutes et vous pouvez aussi travailler depuis n’importe où dans le monde.

Jonathan : je dirais que le freelance sur Internet, si vous restez dans le mode salariat, c’est ce qu’il y a de mieux dans la catégorie salariat, mais vous restez dans la catégorie salariat. Si vous démarrez, au début vous n’avez pas de formation, vous n’avez rien, aucun produit, il faut faire un minimum de salariat et être en ligne, c’est ce qu’il y a de mieux et essayer d’avoir le meilleur taux horaire possible.

Si vous avez un bon taux horaire, vous avez besoin de faire moins d’heures et vous avez plus de temps pour commencer à vous créer vos produits, votre portefeuille de produits dans différentes thématiques et qui va jouer en votre faveur.

Comme ça, au fil du temps, vous aurez votre catalogue de produits. S’il y en a un qui ne marche pas, vous en avez un autre, etc. et vous êtes tranquille.

Maxence : ayez toujours ça en tête, le salariat, ça doit vraiment être la dernière option.

Jonathan : si vous n’avez pas le choix.

Maxence : quand vous dites que vous n’avez pas le choix, vraiment il y a un moment, sacrifier une petite portion de sa vie pour être au minimum à vendre son temps et créer des actifs qui vont vous rapporter sur le long terme. Je vous dis ça, parce que nous, on a grandi, et c’est peut-être votre cas aujourd’hui, dans un petit village de moins de 85 habitants. Je répète, on a grandi dans un petit village de moins de 85 habitants.

Jonathan : où il n’y a pas Internet à ce jour en 2016.

Maxence : il y a Internet, mais pas l’ADSL. C’était un petit village à 20 km de Chalon-sur-Saône en Seine et Loire, de 0 à 18 ans pour toi et moi, de 0 à 19 ans. Si vous êtes comme nous, vous avez de grandes chances que vous parents soient salariés, fonctionnaires ou dans le privé, du coup, vous avez le mindset du CDI jusqu’à la retraite, jusqu’en 2070.

Jonathan : on a dû vous dire…

Maxence : de bosser, 5 semaines de congés payés.

Jonathan : ne t’embête pas avec ça, faire un site Internet, c’est compliqué et puis, si ça ne marche pas, comment tu vas faire ? Là, au moins tu as ta paie, tu ne risques pas grand-chose. Qu’est-ce que tu vas t’embêter avec ça ! Vous avez dû entendre ce genre de choses.

Maxence : ça ne va pas marcher

Jonathan : ça ne va pas marcher, ce n’est pas si simple que ça.

Maxence : toutes les croyances limitantes qu’on peut entendre. Quand on vous a assommé pendant 19 ans, c’est un peu comme le journal de 20 h, les infos, quand on vous assomme tous les soirs, tous les soirs, une heure, une heure, il y a un moment donné vous êtes flingué, destroy. Même si vous voulez dire dire le contraire, et que vous regardez, vous êtes totalement flingué. Du coup, ça prend du temps de rayer le disque et intégrer de nouvelles croyances.

Jonathan : si on vous l’a répété encore et encore, parce qu’il n’y a pas que la famille, c’est l’environnement

Maxence : la société, l’école, votre travail, la télé

Jonathan : exactement. Si vous ne faites pas de recherches par vous-même, à moins que votre famille soit au courant et le fasse, mais sinon personne ne va vous parler de revenus passifs. Et pourtant ce n’est pas plus compliqué que ça quand on a compris le truc. Le salariat, on a forcément compris le truc. Tout le monde nous en a parlé, nous a rabâché des trucs, donc ça, on sait faire. Les revenus passifs, personne n’en parle et pourtant ce n’est pas si compliqué que ça.

Il faut faire un travail une fois, bien comme il faut. J’ai un ami qui s’appelle Jean-Philippe Touzeau qui est écrivain. C’est exactement ça. Il écrit son livre, des histoires, une fois, et ensuite à vie, temps qu’il y a des gens qui achètent ses livres…

Maxence : c’est ce qu’on appelle des royalties

Jonathan : voilà, des royalties, mais sur Amazon, sur le Kindle, les royalties, c’est 70 %, donc c’est intéressant. Si vous vendez votre livre 3 euros, vous touchez 2 euros et quelques. Si vous en vendez des dizaines de milliers, ce qui est le cas de Jean-Philippe, c’est cool et surtout c’est vraiment passif parce que c’est Amazon qui s’occupe de tout. Vous, vous n’avez qu’à écrire vos histoires et vous pouvez même utiliser des ghost writers, des gens qui vont le faire et justement ça, c’est le next level, vous utilisez le temps des autres puisqu’ils ne savent pas faire, ils n’ont pas ce mindset des revenus passifs. Vous pouvez tout simplement le temps des autres. C’est ce que Maxence fait très bien.

Le déclic

Je me suis dit, il faut que j’arrête le salariat, parce que c’est avec des horaires, et je n’ai pas forcément envie. Il y a des jours où je suis chaud patate, je peux bosser à fond et il y a des jours, je préfère aller me balader avec ma femme en ville parce qu’il faut beau. Les jours où il pleut, je préfère me concentrer sur mes sites. Plutôt que ça soit carré, tel jour à telle heure, comme c’est le cas si vous vendez votre temps. Avoir beaucoup plus de liberté, de possibilité et surtout c’est beaucoup plus efficace sur le long terme.

À lire
Combien investir pour GAGNER 1000€ par MOIS de REVENUS PASSIFS

Pensez à tout ce que vous avez fait, les heures que vous avez passées, si ce travail-là avait été duplicable, au lieu que ça ne serve qu’à une personne, ça serve ne serait-ce qu’à 10 personnes, 15 personnes, mais ça vous faciliterait la vie énormément. J’aime bien l’exemple du ghost writer parce que c’est extrêmement parlant.

Vous payez quelqu’un 1000 dollars, c’est ce que faisait Jean-Philippe, il le faut peut-être encore d’ailleurs, cette personne vous lui donnez la trame, elle va écrire le bouquin. C’est du boulot, c’est galère écrire un bouquin, donc vous payez une fois. Cette personne va toucher les 1000 dollars à la fin du mois, donc elle peut payer sa nourriture, son loyer et ensuite, c’est fini, le mois d’après il faut recommencer encore et encore alors que Jean-Philippe, ou d’autres, à chaque fois qu’il va faire une vente, il va toucher quelque chose, une commission. C’est vraiment flagrant.

Il faut arrêter d’être du mauvais côté de la barrière, sinon c’est normal qu’il y ait des personnes en burn-out, en stress, qui en ont marre. Ce n’est pas de votre faute, c’est n’importe qui dans cette situation.

C’est chiant de se lever tous les jours, de prendre le train, si vous êtes en région parisienne, c’est une heure le matin, une heure le soir, je pense à ma tante. Vous avez la pause déjeuner vite fait, donc à nouveau vous n’êtes pas libre. Vous ne faites pas ce que vous voulez parce que vous êtes dans le cadre de votre travail. C’est comme ça tout le temps, tous les ans, ça ne s’arrête jamais. Il n’y a aucune porte de sortie. Il y a la porte de sortie, c’est la retraite, mais c’est de décennies plus tard. C’est horrible, ce n’est pas choquant en soi qu’il y ait beaucoup de gens qui stressent, qui dépriment, qui ne sont pas bien. C’est structurellement une mauvaise façon de faire, de fonctionner.

C’est vraiment cela que je veux partager parce que je l’ai vécu, tout simplement. Je pense dans des conditions beaucoup plus faciles que beaucoup de salariés. Les conditions les pires que j’ai vécues, c’est quand j’étais étudiant et que je bossais dans un fast-food, j’étais payé un salaire minimum, on me faisait venir des fois pour 2-3 heures, donc j’étais payé 2-3 heures, mais ça me prenait 4-5 heures parce qu’il y avait le temps de transport, on me faisait parfois venir deux fois dans la journée, au salaire minimum. Là, vous touchez le fond, vous ne pouvez pas faire pire.

L'intérêt d'Internet pour mieux gérer son travail et sa vie

Ensuite, vous pouvez travailler en ligne. Comme ça, vous améliorez vos conditions puisque vous ne perdez pas de temps dans les transports, vous êtes flexibles, vous pouvez vous déplacer. Je faisais mon travail dans un fast-food dans une grande ville française, à Marseille, à Lyon aussi, vous devez payer votre loyer dans cette grande ville où le coût de la vie est cher, mais quand vous êtes en ligne, vous pouvez vous déplacer. Par exemple, moi, je vis à Tallinn, en Estonie, donc le coût de la vie est relativement plus faible.

Quand j’étais salarié, je faisais du 15 euros de l’heure avec Maxence, et les gens à Tallinn, ils gagnent 4 euros de l’heure. Donc forcément, vous avez un avantage sur eux. Ça serait idiot de rester à Paris, où là, 15 euros, ce n’est pas terrible. Ou à Genève ou Londres, où là, vous n’allez pas loin avec ça.

Vous avez cette liberté de pouvoir vous déplacer. Mais ça reste structurellement sur le long terme un mauvais système parce que c’est fatigant. Si je veux regagner plus d’argent, il faut que je repasse du temps sur mon ordi encore et encore. C’est exactement comme dans la finance, il faut commencer le plus tôt possible.

Vous créez votre portefeuille. On parle de portefeuille d’actions où vous allez toucher des dividendes. Souvent, c’est évoqué comme ça, mais c’est pareil pour le web-entrepreneuriat, c’est avoir votre portefeuille de produits, un système qui va générer du trafic.

Moi, j’ai ma page Facebook qui cartonne. Je publie tous les jours trois citations, un publie un article. Ce n’est pas toujours de nouveaux articles, mais des anciens articles. Les gens, ça ne les dérange pas, parce que la plupart des gens ne connaissaient pas mes anciens articles, parce qu’ils ne connaissaient pas ma page il y a un an ou six mois. Il n’y a pas de souci, ils redécouvrent mes anciens articles. Ce système-là me prend très peu de temps. Ça doit me prendre 10-15 minutes. Ça me génère du trafic en automatique sans rien faire. De temps en temps bien sûr, je publie un nouvel article, ça me prend une heure ou deux, parce que j’ai aussi appris à être plus efficace. Au tout début que j’ai commencé, ça m’aurait pris beaucoup plus de temps.

Les articles, c’est pareil, vous le faites une fois, et vous pouvez le réutiliser. C’est accessible à plein de personnes. Si vous allez parler à chaque personne de votre contenu, de votre article, une à une. C’est imbuvable, vous allez vous épuiser, vous tuer au travail, c’est un truc de malade. Alors qu’un article, ça reste, vous le faites une fois et c’est réutilisable encore et encore, comme je le fais sur mon site.

Pareil pour mes citations. Je suis en train de me faire un grand catalogue de citations parce que j’en fais deux par jour, mais ça ne me prend pas très longtemps, parce que j’ai mon système, j’ai l’habitude. Le truc, c’est qu’après tout est quasiment automatisé. Les citations, un an après, les méditations, ce n’est pas comme l’Equipe ou le Monde où c’est tout le temps des nouveautés, des actualités, donc il y a tout le temps à modifier, à refaire, moi ce n’est pas le cas. Ça fait des milliers d’années que ça existe la méditation, donc c’est ça qui est bien dans cette thématique.

Pareil pour vos produits. Vous avez votre système qui tourne et vous êtes tranquille. Bien sûr, il y a toujours des choses à faire, ce n’est pas le mythe où du jour au lendemain, c’est fini, vous ne faites plus rien. Il y a des jours où il y a des choses à faire. Je fais par exemple de nouvelles vidéos, de nouveaux trucs.

Mais l’idée centrale, c’est que ce sont des choses qui restent et qui n’ont pas besoin d’être refaites encore et encore. Ce sont des choses qui jouent en votre faveur. J’aime bien cette métaphore d’Olivier Roland qui dit au sujet de ses vidéos : chaque vidéo, c’est comme un petit soldat qui travaille à mon service. Je dirais pareil, chaque article, c’est comme un petit soldat qui travaille à votre service.

Les gens vont faire des recherches dans Google ou parfois, vous ne le savez pas, mais plus tard, quelqu’un va vous mettre un lien. C’est plein de petits soldats comme ça qui travaillent à votre service. C’est ça qu’il faut vraiment mettre en place si vous voulez construire votre liberté sur le long terme.

C’est comme l’investissement financier, si vous ne commencez jamais, vous n’atteignez jamais le point où vous êtes tranquille. Vous vous dites, merci, j’ai bien fait d’avoir commencé il y a 5 ou 10 ans, parce que là, maintenant, cool, je peux partir en vacances, je ne suis pas en train de faire en burn-out, à galérer. C’est vraiment important de mettre tout ça en place. Justement, je suis en train de construire des produits avec Maxence en webmarketing, en parallèle avec ma thématique sur la méditation. C’est aussi pour avoir différents piliers. Max Piccinini l’a bien expliqué. Là en ce moment, on est à Budapest, au congrès des infopreneurs, donc il y a eu différents speakers et Max Piccinini l’a bien expliqué, c’est d’avoir différents piliers.

Si je mise tout sur la méditation et pour une raison ou une autre Facebook me bannit alors que c’est ma principale source de trafic, il y a peu de chance, mais on ne sait pas, c’est bien d’avoir d’autres piliers, comme les produits de webmarketing que je fais avec Maxence. Je fais des investissements avec le angel business club. Je pense qu’on vous en reparlera parce que c’est quand même assez intéressant d’avoir accès à de petites entreprises triées sur le volet, avant qu’elles arrivent en bourse. Ça vous permet d’avoir des rendements importants.

Et c’est facile, parce qu’il y a des gens dans ces entreprises qui travaillent au quotidien, qui s’impliquent, qui bossent, qui sont dedans. Vous ne vous en occupez pas. Bien sûr, il y a un risque, c’est que l’entreprise ne marche pas et vous perdez votre investissement.

Mais c’est pareil dans vos produits. Il se peut qu’un de vos produits, vous ayez passé du temps à le faire, vous y avez mis toute votre énergie, votre cœur et vous voyez que les gens s’en foutent. Mais le truc, c’est de bien avoir le mindset. Même si vous vous êtes planté dans le produit, vous êtes dans la bonne catégorie, dans le bon mindset. Le jour où vous aurez pigé le truc, où le produit va cartonner, là, ça va déchirer ; alors que dans le salariat, même si vous êtes bon dans votre métier, ça reste structurellement que vous allez toujours devoir faire des efforts, toujours travailler, encore, encore, sans fin et vous allez vous épuiser.

Il y a des gens qui viennent vers la méditation parce qu’ils sont épuisés. C’est très bien qu’ils y viennent, mais en même temps, il faut qu’ils fassent des changements dans leur vie parce qu’on ne peut pas coller un patch avec la méditation sur un truc qui structurellement fait un burn-out. Trop travailler, trop faire de trucs, c’est épuisant. Moi, c’est parce que je l’ai vécu que j’en parle, sinon, avant je ne vous aurais pas dit ça. On en a un peu marre et on se dit que les autres s’enrichissent grâce à vous. Quand vous êtes salarié, vous enrichissez les autres puisqu’ils se servent de votre temps pour qu’ils gagnent de l’argent avec vos compétences.

Par exemple, vous êtes un bon copywriter en page de vente, vous allez être payé une fois pour votre page de vente, et la personne qui va vendre le produit, va encaisser à chaque fois. Elle vous aura payé une fois, mais si elle fait 100 ventes, elle aura encaissé de l’argent 100 fois pour votre travail et vous, vous aurez reçu de l’argent une fois.

À lire
TOP 3 pour PLACER son ARGENT à l'ÉTRANGER ?

Maxence : vous pouvez mettre un petit pourcentage sur le chiffre d’affaires. Là, c’est plus malin déjà.

Jonathan : c’est différent déjà, là on parle des revenus passifs. Chaque fois que vous faites une vente, indépendamment de votre temps, de votre effort, vous allez toucher de l’argent. Dans ce cas-là, c’est exactement ce qu’on est en train de faire avec Maxence. On crée de nouveaux produits dans lesquels j’apporte des compétences que Maxence n’a pas, mais au lieu de le faire en mode salariat où je suis payé une fois, et c’est bien pour Maxence, là on a fait des accords plus intéressants.

C’est plus juste aussi parce que ça me motive plus. Le produit, s’il est à mettre à jour, s’il y a des choses à faire, ça m’intéresse parce que je touche un pourcentage donc j’ai envie de ça se vende, que ça marche. Alors que si c’est du salariat, que ce soit bien fait, pas bien fait, une fois que j’ai touché mon argent, ça ne change rien à ma vie. C’est un truc gagnant, gagnant, négocié comme ça, des royalties.

Ce que vous pouvez faire aussi au début, moi j’ai le cas avec mon épouse Yoko, il y a moins de trois mois, elle était encore salariée. Elle a changé parce qu’elle a compris le truc. Elle en avait marre de se lever tous les matins. Je ne l’ai pas convaincu avec de beaux discours, elle l’a vu d’elle-même. C’est chiant, il y a des jours où on n’a pas envie d’y aller, mais on n’a pas le choix, surtout qu’au Japon, ce sont des conditions bien plus difficiles que la France. La France, c’est de la rigolade à côté. Elles étaient dans ces conditions-là, donc la force des choses a fait qu’elle me voyait en même temps, même si je faisais du salariat, et pas que du salariat parce que j’ai mon site en parallèle, que c’était quand même plus attractif que son mode de vie à elle. Elle est maintenant en ligne.

Débuter en construisant son trafic

Ce que je voulais vous dire, c’est que quand vous démarrez, vous n’avez pas de trafic, mais ce n’est pas dramatique en soi. Je vous conseille de construire votre propre source de trafic. Sur le long terme, c’est beaucoup plus intéressant. A court terme, vous pouvez toujours créer des produits et les vendre sur des plateformes qui ont du trafic. Je m’explique.

Moi, dans ma catégorie de la méditation, si vous n’avez pas beaucoup de trafic, vous pouvez très bien aller sur une plateforme comme Udemy. Pourquoi je vous en parle ? Parce qu’ils m’ont contacté pour faire des produits de méditation et les vendre sur leur plateforme. Moi, ça ne m’intéresse pas trop parce que j’ai déjà du trafic et ils prennent 50 % de commission. Mais si je n’avais pas de trafic du tout, je pense que c’est un bon plan. Qu’est-ce qu’il vaut mieux avoir ? 50 % de 30 euros ou 100 % de 0 ? C’est du bon sens. Utilisez des plateformes et du trafic.

Pareil pour la chambre qu’on loue avec mon épouse. Elle a aussi un appartement au Japon qu’elle gère. C’est un autre revenu passif. Airbnb, c’est un apporteur de trafic. On pourrait se dire qu’ils prennent une commission, mais en même temps, ils vous apportent du trafic.

L’idée qu’on a avec Yoko, c’est de le proposer directement sur le site de Yoko en japonais pour les Japonais. Donc là, il n’y a pas de commission à donner à Airbnb, c’est comme si vous aviez votre propre trafic, je n’ai pas de commission à reverser à Udemy. Quand je fais une vente, l’argent est pour moi parce que c’est mon propre trafic, mais au début vous n’avez pas ça, donc en attendant de le construire, parce que ça prend quand même du temps, il faut avoir des liens, que les gens vous connaissent, en plus, souvent on manque d’expérience parce que personne ne nous a formés à ça, donc on est maladroit, on se trompe, on fait des erreurs, ça prend du temps, c’est normal.

Allez là où il y a du trafic. Si vous vendez des produits physiques, au lieu de vous emmerder à faire une boutique d’e-commerce, au début vous n’allez avoir personne dessus, vous allez avoir un bon site, vos produits d’e-commerce, vos crèmes ou ce que vous vendez, mais il n’y aura personne dessus. Donc ça ne sert à rien. Allez plutôt là où il y a du trafic, c’est-à-dire sur Amazon, vous créez une boutique sur Amazon et les gens qui vont taper le nom de votre produit dans Amazon, ils vont vous trouver. Ça va en plus vous coûter moins cher. Bien sûr, il faudra reverser une commission à Amazon sur le court terme, mais c’est que rien, que de faire votre truc d’e-commerce.

Sur le long terme, je vous recommande d’avoir votre propre site parce que vous n’êtes pas dépendant d’Amazon. Amazon, je pense qu’ils prennent un peu du temps à vous payer, c’est ça qui est embêtant avec les plateformes, comme Udemy. Ils ne vous paient pas tout de suite parce qu’il y a des délais de garantie, donc souvent on vous paie 30, 60 jours après. C’est les inconvénients, mais ça reste toujours mieux que du salariat et que de ne rien faire. C’est un bon plan.

Je pense que c’est le cas de beaucoup de gens. Au congrès des infopreneurs, vous avez les gens très avancés, qui maîtrisent tous les rouages et il y a des gens qui débutent, qui ont plus de mal. Je pense que c’est la majorité. Ne vous bloquez pas là-dessus, allez là où il y a du trafic et proposez vos formations, vos produits. Commencez à avoir ce réflexe de créer des choses une fois et que ça soit duplicable.

C’est pareil pour les contenus gratuits. Quand vous avez une bonne idée, au lieu de la garder dans votre tête, au lieu d’en parler à un ami, faites une vidéo et partagez-la, mettez-la sur YouTube. Même si vous n’avez que 30 vues, ce n’est pas énorme, mais ça veut dire que ça aura bénéficié à 30 personnes au lieu que ça bénéficie à une personne, à la personne qui est avec vous. Quand vous avez vraiment une super idée, faites un article, une vidéo, mais faites quelque chose qui soit duplicable, qui reste.

J’ai discuté avec quelqu’un, c’était intéressant son concept. Elle prenait des notes. Je crois qu’elle s’appelle Nathalie. Elle habite à Cologne, elle a un blog sur l’Allemagne. Elle fait de la programmation. Et un truc intéressant, elle m’avait dit : je prends des notes pour moi-même, pour apprendre, je prends des notes sur tout ce que j’apprends en programmation et au lieu que ça reste sur mon disque dur, que ça ne serve qu’à moi, elle le publie sur un site.

C’est excellent, parce que ça ne demande pas plus d’effort. Il n’y a besoin de sortir des idées de je ne sais d’où, de se creuser la tête. Quand vous découvrez un truc sympa, vous avez une bonne idée, si je lis un bon bouquin, ou par exemple quelqu’un m’a parlé hier d’une application en méditation, au lieu que ça reste dans notre discussion entre nous deux, je lui ai dit : on va faire un vidéo et ça a bénéficié à plusieurs milliers de personnes, je crois, 2500, je ne sais plus le chiffre exact, au lieu que ça soit resté dans un truc stérile entre nous deux.

Les gens qui ont vu la vidéo sont contents parce qu’ils ont découvert une application qu’ils ne connaissaient pas. Je leur ai apporté de la valeur. Ils sont contents. Moi personnellement, ça ne m’a pas pris plus de temps, parce qu’on l’a fait en live Facebook. En plus, les gens vous voient, ils vous font leur retour. Par exemple, ils se demandaient comment ça s’épelle cette application, les fonctions. Ils demandent en direct, on répond en direct, ce qui veut dire que les gens qui vont revoir la vidéo ensuite, il y a de grandes chances qu’ils se posent les mêmes questions et ils auront la réponse en direct. C’est un truc qui tourne. Si quelqu’un fait une recherche dans six mois, un an sur les applications pour méditer, ma vidéo est toujours disponible. Vous avez comme ça des choses qui jouent en votre faveur et ça grossit, ça grossit.

Les gens qui ont un mode de vie cool, qui voyagent, qui gagnent bien leur vie, c’est exactement ça qu’ils font. Ils ne font pas du salariat à vendre leur temps, sinon parce qu’ils ne pourraient pas, il faudrait qu’ils aillent au bureau le matin ou l’après-midi. Ils ne pourraient pas se balader et gagner ce qu’ils gagnent. Quand vous êtes salarié, vous avez la limite de votre temps, parce qu’il faut que vous dormiez, que vous vous reposiez, donc vous ne pouvez pas gagner tant que ça. Vous pouvez faire du salariat où vous avez un excellent taux horaire. Par exemple, les médecins, les avocats.

Quand j’étais à Kyoto, j’étais dans une grande coloc, il y avait un médecin, un avocat. Ils ont de bons taux horaires, mais ils ont toujours ce problème intrinsèque du salariat qui est qu’ils n’ont pas de temps. Ils gagnaient bien leur vie, donc ils se font plaisir quand ils ont un peu de temps le week-end, mais la plupart du temps, ils étaient assez blasés.

Ils auraient préféré avoir des revenus passifs à la place et pouvoir être un peu plus en vacances, avoir du temps libre plutôt que d’être tous les matins au taquet, il faut se lever à 5 heures, il y a plein de trucs à faire. Leur mode de vie ne me donnait vraiment pas envie. Eux-mêmes, ça ne leur donne pas envie. C’est juste qu’ils ont fait les études, ils disent, je ne vais pas arrêter maintenant. En plus, ils n’ont pas forcément le mindset de chercher une solution.

Il y a des gens qui souffrent, mais en même temps, ils ne souffrent pas tant que ça au point de se dire il faut que je change un truc. Ça les embête, mais vu que tout le monde fait pareil autour d’eux, ils ne connaissent personne qui a un mode vie plus cool. Ils ne se posent pas plus la question que ça. Dans leur tête, ils se disent qu’ils n’ont pas le choix, car c’est tellement imprégné. Ils n’imaginent pas une autre option. Ça ne change pas.

À lire
Comment ACHETER de l'OR SANS RIQUES ?

Soyez plus malin. De toute façon, vous y serez amené tôt au tard, parce qu’à un moment, on s’épuise, on se fatigue. On a aussi besoin à des moments de se ressourcer, d’être au calme et si vous êtes dans le mode salariat, on ne va pas vous donner cette opportunité. Si un jour, vous n’avez pas envie d’y aller, qu’est-ce qui va se passer ? On va vous mettre un avertissement. On ne va pas vous dire, ah d’accord, je comprends, pas de souci, repose-toi aujourd’hui parce que tu n’es pas bien. Non, il faut y aller. Je trouve ça assez horrible, personnellement. Et c’est pour ça que je me suis dit, il faut en sortir. C’est vraiment un système qui est mauvais intrinsèquement et ça ne donne pas envie et ce n’est pas intéressant sur le long terme.

Créer ses premiers revenus passifs

On discutait hier au restaurant, il y a plein de gens, ils ont des idées magiques. Ils parlaient de nutrition, de toutes sortes de sujets. Ils connaissaient des trucs pointus, vitamines, huiles, et la discussion était entre eux, tranquille, sympa, mais il n’y en a pas un qui a pris sa caméra pour faire une vidéo et pour que cette discussion intéressante bénéficie à plus d’une personne dans le groupe. Ça aurait pu être un exemple de contenu intéressant. Vous êtes avec vos amis, vous avez une discussion sympa sur un sujet, vous apprenez un truc.

Maxence : faire des interviews, comme je le fais en ce moment sur la chaîne.

Jonathan : au lieu de ne rien dire, que ça reste entre vous, apportez de la valeur aux autres et cette valeur, c’est magique, elle est duplicable. Si vous avez peur de montrer votre tête, ce qui est un problème pour pas mal de monde, faites un article. Surtout en nutrition, ça ne pose pas de problème, si on ne vous voit pas. La vidéo, je pense que c’est mieux. C’est toujours mieux de faire un article de ne rien faire du tout.

C’est effarant le nombre de gens qui ont des compétences, qui savent plein de trucs sur un sujet, mais ils ne le disent pas, ne le partagent pas.

Maxence : c’est dommage.

Jonathan : ils savent des trucs, mais quand vous discutez avec les gens, ils vous sortent des trucs, des applications, des choses que vous n’auriez jamais imaginées, énormes, mais ils ne le disent pas. Ils ne le partagent pas. C’est dingue. Quel gâchis. Ça pourrait bénéficier à d’autres en plus, des gens qui tapent dans Google application pour classer, je ne sais plus quoi, ce qu’on m’a expliqué. Ils tapent ça et ils tombent sur la vidéo de cette personne, ça lui fait des vues. Quelqu’un le découvre. S’il est un peu malin et qu’il s’est formé en webmarketing, il va faire un appel à l’action, il va avoir des inscrits, des gens qu’il va pouvoir recontacter, qui sont intéressés par ce sujet-là.

Ça va faire boule de neige sur le temps, mais il faut juste prendre ce réflexe de faire des choses toujours duplicables et non des choses périssables. La discussion avec vos amis, c’est périssable, ce n’est pas duplicable, mais si vous enregistrez c’est duplicable, des gens peuvent le revoir. Si vous faites un article, c’est duplicable. Il y a une trace. La discussion part aux oubliettes et c’est perdu pour toujours, ce qui est dommage.

Il faut vraiment avoir cette logique-là, faire des choses qui vont pouvoir resservir encore et encore, et puis vous former, continuer d’apprendre, mais ça, on vous le dit, on vous le rabâche un peu partout. Vous le savez. Vous y mettre à créer des choses duplicables qui sont réutilisables.

C’est pareil dans le webmarketing, en entrepreneuriat, sur les marchés financiers. On met aussi en place des stratégies avec Maxence, si vous avez des revenus, pour épargner, investir de façon intelligente pour à nouveau que vous génériez des revenus passifs financiers. Il y a le angel business club. Il y a une autre stratégie qui vous pouvez faire, c’est le permanent portfolio.

Je ne vais pas entrer dans les détails dans cette vidéo. On va justement faire une vidéo là-dessus où on va aller dans le détail, on va donner précisément le nom des sicav, le nom de trackers, tout ce qu’on met en place, le nom de brokers précis en filmant l’écran, en montrant tout, pas un truc avec de grandes idées, dans les grandes lignes théoriques, mais un truc concret qui marche. On vous montrera tout ça.

En gros, le principe est que vous avez toujours votre portefeuille qui grossit, parce que vous avez 25 % en actions, 25 % en obligations, 25 % en cash et 25 % en or. S’il y a une période de déflation, l’économie va mal, l’or monte, et que vous en avez 25 % dans votre portefeuille, les actions baissent, mais l’or monte. Dès que votre or prend 35 % de votre portefeuille, admettons que les actions sont à 15 % parce que ça se casse la gueule, vous allez vendre de l’or et racheter des actions. Ce qui fait que vous vendez votre or quand c’est élevé, et vous achetez vos actions quand c’est bas.

Comme il y a des flux économiques, vous vous y retrouvez. C’est un portefeuille. Il y a des Américains qui l’ont fait, ça génère 9-10 % par an. C’est sympa, et sans effort. C’est complètement passif parce que vous achetez une fois. Je vous donnerai précisément dans la formation ce qu’il faut acheter chez quel broker. Vous faites les transactions une fois et après vous ne vous en occupez plus.

Le jour où il s’est passé un truc dans l’économie, on va vous le dire dans votre entourage, à moins que vous soyez en diète médiatique, mais vous le saurez s’il se passe un truc dans l’économie énorme et il faudra faire un switch. Par exemple, l’économie se casse la gueule, l’or monte, les actions baissent, il faudra que vous fassiez un switch, vous vendez une partie de votre or, pour acheter des actions quand c’est bas. C’est la seule action à faire. Le reste du temps, tranquille. Vous pouvez vous balader, aller au café. Je trouve ça vraiment extraordinaire. Il ne faut pas être bête à se compliquer la vie.

Une autre stratégie, c’est sur les indices. Vous investissez tous les mois la même somme. Ça n’a pas besoin d’être une grosse somme, par exemple 300 euros, mais ça peut être moins. Si c’est moins, faites-le dans ce cas tous les deux mois, tous les trois mois parce qu’il y a des frais de courtage.

Vous investissez une somme tous les mois. Quand la bourse monte, vu que la somme est fixe, vous achetez moins, les parts sont plus petites. Et quand la bourse est faible, vous en achetez plus. Ce qui fait que vous avez plus de titres quand c’est bas et moins quand c’est haut. Sur le long terme, vous êtes gagnant automatiquement. En plus, ça vous force à épargner tous les mois, ce qui est vraiment important pour vous construire un fond de sécurité, d’avoir un mur. Sinon, il faut toujours retravailler, revendre son temps, c’est assez épuisant.

Cette stratégie-là génère 6-7 %. Comparé au Livret A ou livret de dépôt, aux trucs des banques qui sont extrêmement faibles. Je crois que ça doit être maintenant 0,5 %, je ne sais plus exactement, parce que j’habite plus en France. Mais je sais que c’est extrêmement faible. 6-7 %, c’est beaucoup mieux et c’est de l’argent qui est liquide. Il n’est pas bloqué. Si vous avez un projet et vous voulez arrêter ce truc, vous voulez créer une nouvelle entreprise, vous pouvez faire un ordre à votre courtier et vendre tout ça, le récupérer. Ça va prendre quelques jours, le temps que le transfert d’argent arrive.

Pareil, le permanent portfolio, c’est de l’argent qui n’est pas bloqué. Même si vous avez des obligations, ce sont des trackers qui répliquent des portefeuilles d’obligations donc pour vous c’est liquide. Ce n’est pas une obligation où votre argent est bloqué 10 ans, 15 ans. Ce sont vraiment des stratégies excellentes. Ça rapporte plus et c’est liquide. Ce n’est pas liquide dans la journée comme ça avec votre carte bancaire, mais c’est liquide en quelques jours. C’est vraiment des trucs à mettre en place. Ce n’est pas de l’argent qui est bloqué comme l’immobilier. C’est vraiment des trucs tout bêtes à mettre en place. Il faut prendre le réflexe.

On a des habitudes. Le salariat, c’est une sorte d’habitude. C’est la facilité. La paie tombe tous les mois, il n’y a pas de grand risque. Mais en même temps, il n’y a pas de grands résultats. Si vous en avez marre, il va falloir changer, faire autre chose. C’est comme les gens qui stressent, qui ont trop de pensées, il va falloir qu’ils apprennent à se détendre, qu’ils changent leur façon de fonctionner. Sinon, il y aura toujours le même résultat. Si vous plantez des graines de carottes, vous allez avoir des carottes. Si vous voulez obtenir autre chose, il va falloir planter autre chose. C’est aussi bête que ça.

Sur ma chaîne, je vous donnerai toute mon évolution. J’ai déjà mis en place un certain nombre des choses. J’en parle sur la chaîne. Je vais mettre à jour au fur et à mesure. Là justement, on est en train de créer un produit avec Maxence, on est en train de le lancer. Je vous donnerai les résultats sur la chaîne.

Je vais faire des vidéos en vous montrant tout ce qu’on peut faire grâce à Internet et surtout le but ultime est de se construire quelque chose qui va durer pour être plus tranquille sur le long terme. Il n’y a plus besoin de continuer encore et encore à galérer, à travailler toute sa vie. Ce n’est pas drôle, ça ne fait pas rêver, ce n’est pas très intéressant, pas très passionnant.

Il faut essayer de se sortir de ça le plus tôt possible.

Maxence : merci pour ton retour d’expérience.

Vos cadeaux offerts

Sidebar-banniere-horizontal-vivre-du-web
Sidebar-banniere-horizontal-2500-jour
Sidebar-banniere-horizontal-expatriation
Sidebar-banniere-horizontal-ferme-million
Accompagnement et coaching business par Maxence Rigottier

Mes formations et programmes

Sidebar-banniere-vertical-v2-club-prive-business
Sidebar-banniere-vertical-v2-expatriation
Sidebar-banniere-vertical-v2-club-revenus-passifs
Sidebar-banniere-vertical-v2-bourse
Accompagnement et coaching business par Maxence Rigottier
Sidebar-banniere-vertical-v2-seminaire-business-or
Sidebar-banniere-vertical-v2-mastermind
Sidebar-banniere-vertical-v2-mentorat
Popup-business-02

BOURSE US - IMMOBILIER À L'ÉTRANGER

OR - BITCOIN - AFFLIATION INTERNET

6 INVESTISSEMENTS pour

GAGNER en moyenne 10% / AN

de REVENUS PASSIFS

J'envoie l'E-Mail tout de suite. Ça y est ! C'est parti ! Enjoy !

Pin It on Pinterest