SALARIAT ou CDI : POURQUOI en être ALLERGIQUE ?

Transcription – Au revoir vos rêves :

Dans cette nouvelle vidéo, je vais vous expliquer comment le salariat crucifie vos rêves et vous empêche d’être libre.

Ici, Maxence Rigottier du blog vivre-de-son-site-internet.com.

Aujourd’hui, je vais vous expliquer à travers une étude de cas détaillé comment le salariat vous crucifie par rapport à la réalisation de vos rêves et vous empêche d’être libre.

Dans la vie en général et sur Internet, vous avez deux écoles :

– la première est l’école prudente. Quand on lance un projet ou une activité, si on veut vivre de son savoir, de son expertise, de son site, de son blog, on vous dit d’avoir un plan B et un plan C, au cas où ça ne fonctionne pas.

– la seconde école, dont je fais partie vous dit : non, brûlez les bateaux et mettez 100% de votre énergie dans votre activité, votre passion, votre projet pour qu’il soit viable et surtout pour que vous réussissiez.

Il y a plusieurs options. Si vous faites partie des gens qui veulent avoir un complément de revenus sur Internet, évidemment je vous dis de garder votre emploi. Vous faites partie des webentrepreneurs qui veulent juste faire un complément de revenus. Par contre, si vous faites partie des webentrepreneurs qui veulent vivre de leur activité, de leur site Web, de leur blog, je leur dis : stoppez le salariat.

Pourquoi ? Vous devez déjà vous poser la question suivante : est-ce que les personnes qui génèrent 30 000, 40 000, 50 000, 100 000 euros annuels sont salariées ? La réponse est non parce que pour réussir sur Internet, il faut avoir du temps. Quand vous êtes salarié, vous n’avez souvent pas de temps.

Je vais vous expliquer pourquoi ça vous crucifie dans vos projets. Si vous échouez en ce moment par rapport à votre site Web, à votre projet, c’est avant tout parce que vous êtes salarié.

Vous êtes d’accord avec le fait que, vous, moi, tout le monde, a 24 heures par jour. Je vais prendre des chiffres classiques, honnêtes et qui vous paraissent tout à fait atteignables. Quand vous dormez, vous dormez environ 8 heures. S’il y a 24 heures par jour, on est d’accord que l’on a toujours vu qu’il y a 24 heures par jour, il reste donc 16 heures. Quand il ne reste que 16 heures dans une journée, et que vous vous avez besoin de 2 heures le matin pour vous préparer, aller à votre travail pendant 7 heures, 2 heures + 7 heures, ça fait déjà 9 heures. Vous avez certainement 1 heure de pause déjeuner, ça fait donc 10 heures. Et le soir, vous rentrez du boulot, vous mangez, ce qui va vous prendre encore 2 heures. Ça fait donc 12 heures.

On est passé de 24 heures moins 8 heures de sommeil à 16 heures. 16 heures – 7 heures de travail, ça fait 9 heures. 1 heure pour manger le midi, ça fait 8 heures. 2 heures le matin le temps de se préparer, emmener les enfants à l’école, de se doucher, de prendre le petit déjeuner, de faire une activité et 2 heures le soir pareil pour manger, s’occuper des enfants, pour faire une activité. Il vous reste seulement 4 malheureuses heures pour faire votre projet et pour créer votre entreprise.

On est d’accord que ce n’est pas avec 4 malheureuses heures où vous avez eu votre esprit, votre cerveau qui a été lessivé pendant la journée que vous allez créer votre entreprise. C’est du pipeau. Pourquoi ? Parce que votre esprit est lessivé, vous avez peut-être envie de passer du temps avec votre femme, vos enfants, vous avez un loisir. Votre cerveau ne peut pas être 24H à fond et quand vous avez un emploi salarié, vous avez toute votre énergie qui est focalisée là-dedans.

C’est extrêmement important que vous ayez cela en tête. Vous avez seulement très peu de temps pour votre entreprise. C’est pour cela que je déconseille à des entrepreneurs qui gagnent 10 000, 15 000, 20 000 euros avec leur site Web de continuer à travailler en tant que salarié, je leur dis : mais démissionne ! Demain tu poses ta démission. En plus, en France on a une chance inouïe, on peut faire des ruptures à l’amiable qui permettent de toucher le chômage pendant 2 ans. Ce sont des choses inouïes par rapport à d’autres pays. Donc, oui il faut démissionner de votre job pour passer au next level par rapport à l’entrepreneuriat et notamment le webentreprenariat.

Dites-vous bien que même si vous échouez, c’est pour cela que je n’ai jamais compris l’école zéro risque, on a des plans B et des plans C. Il y aura toujours des plans B et des plans C, je vais vous expliquer pourquoi.

Demandez-vous :

1) combien valez-vous de l’heure ?

2) quelle est votre expertise ? Même si demain vous quittez votre job, si vous êtes expert dans votre boulot, mais que vous ratez votre projet, vous allez retrouver un autre emploi dans la foulée.

Une nouvelle fois, c’est quelle est la valeur que vous avez dans la société, quelle est l’estime de vous, quelle est la valeur de la vie que vous avez à votre esprit. On n’a qu’une vie, on n’a qu’une chance, le temps est révolu à jamais. C’est important que vous preniez cela en considération.

Si demain vous avez un grave accident, si demain vous décédez pour une quelconque raison, vous êtes passé complètement à côté de vos rêves. Le salariat vous crucifie et vous empêche d’être libre. C’est important de l’avoir en tête et surtout vous le comprenez à travers cette vidéo. Vous avez seulement 4 heures avec votre cerveau lessivé, abasourdi, qui n’en peut plus pour réaliser vos rêves. C’est quasiment proche de l’impossible et c’est cela la grosse différence entre les entrepreneurs qui réussissent sur Internet ceux qui échouent.

Un autre point. Souvent on me dit : pour toi, Maxence c’est simple, tu n’as pas d’enfant, tu es jeune, tu habites à Malte donc c’est moins cher qu’à Paris. Une nouvelle fois, c’est : qu’est-ce qui est important pour vous ? Est-ce que vous allez continuer sur Internet en vous disant : je vais me faire crucifier avec un trou à rats à Paris. Je suis assez direct avec vous, mais c’est vraiment pour faire réveiller votre inconscient. Oui, vous pouvez vivre dans des pays moins chers, c’est à vous de voir. Vous n’êtes pas non plus obligé, vous pouvez rester dans des pays chers. Mais, il y a d’autres alternatives. Et c’est le salariat qui vous empêche de vivre ces alternatives.

Quand vous êtes sur Internet et que vous avez cassé vos contraintes géographiques, horaires, hiérarchiques, vous pouvez vivre en Thaïlande ou dans d’autres pays où c’est beaucoup plus cheap, où vous n’avez pas besoin d’avoir 3 000 euros par mois pour arriver à survivre, comme si vous habitiez en plein centre de Paris. C’est important d’avoir tout cela en tête.

J’espère que je suis en train de vous faire réfléchir. Quand vous avez un business qui commence à tourner, quand vous voulez réussir, c’est important de quitter votre job, de faire des démissions à l’amiable. Je fais vraiment partie de la catégorie « on brûle les bateaux ». On n’est pas là pour être dans des zones de confort avec plans B, C ou D. C’est cela qui vous crucifie pour réaliser vos rêves et qui empêche d’être libre.

Là où je rejoins cette première catégorie de personnes par rapport au zéro risque, c’est quand vous avez une estime de vous-même importante, quand vous avez mis de la valeur personnelle au sein de votre esprit, quand vous avez confiance en vous même si vous échouez votre projet en ligne, même si vous échouez sur votre site Web, votre blog, vous retrouverez tout le temps un emploi. Je ne comprends toujours pas pourquoi il y a tant de gens qui se s’entêtent dans le salariat parce que vous retrouverez un emploi dans une autre boîte !

Merci d’avoir suivi cette vidéo. J’espère qu’elle vous a aidé. N’hésitez pas à me dire de quel coté vous êtes, si c’est plus dans le côté on brûle les bateaux, comme moi j’aime bien le dire, ou si vous êtes plutôt dans la catégorie on va mettre un plan B, un plan C, etc., et ensuite vous avez votre entreprise qui patine et en plus la chose la plus dégueulasse pour vous, c’est que vous n’êtes absolument pas libre et vous avez un petit réveil le matin qui arrive à votre oreille pour vous lever.

J’espère que cette vidéo vous a plu et va vous permettre de réfléchir par rapport à la valeur de la vie et l’importance de réaliser vos rêves pour réussir sur Internet et dans la vie en général.

Maintenant, je vous invite à télécharger ma vidéo bonus, 10 techniques pour faire exploser le nombre d’inscrits à la newsletter de votre site Web. Il y a un lien qui s’affiche à l’intérieur de la vidéo YouTube. Cliquez maintenant sur le lien à l’intérieur de la vidéo YouTube, ça va vous rediriger vers une autre page où il suffit juste d’indiquer votre prénom et votre adresse email.

Vous allez apprendre comment capter une audience depuis YouTube, comment tripler au minimum le nombre d’inscrits sur votre site Web avec votre trafic existant. Je filme mon écran. Je vous dévoile tout. Vous allez découvrir et surtout appliquer tous les outils qu’utilise l’élite de la blogosphère française pour faire exploser le nombre d’inscrits à votre mailing-list. À tout de suite de l’autre côté pour la vidéo bonus. A tout de suite !

5 réponses
  1. Ludovic
    Ludovic dit :

    Très bonne réflexion, moi aussi j’ai remarqué que les 35 heures nous tuent tous notre temps libre.
    Ce qui est pas mal aussi pour joindre les deux c’est de travailler à temps partiel, 24h par semaine par exemple.
    A+.

    Répondre
  2. cedric
    cedric dit :

    Amusant cet article Maxence, en le lisant j’ai l’impression de revivre ma vie « antérieure », quand j’étais salarié à l’aéroport de Roissy et que je voulais en même temps vivre de ma passion, celle de créer des sites internet. C’était juste pas possible, et encore plus trash qu’un emploi avec des horaires administratifs. Parce qu’à l’aéroport, le rythme de travail n’est jamais stable. Pour ma part j’attaquais bien souvent mes journées à 3h du matin. Je découpais mes nuits en deux fois par jour. Rien de pire pour être tout le temps cassé. Et le pire c’est que j’étais paye une misère. Quant à cette activité d’infographiste, je gagnais des clopinettes faute de temps et d’énergie pour m’y consacrer pleinement.

    Depuis que j’ai quitté la France pour vivre au Népal, j’ai goûté à la liberté et j’ai pu développer mon activité d’infographiste et maintenant j’en vis et j’en jouis : auparavant, je devais racler les fonds de tiroir pour me payer un malheureux ciné; aujourd’hui ce sont deux restos par semaine + une séance de SPA.

    Bien sûr la période de transition a été un peu stressante, mais au final je ne regrette vraiment rien !!!

    Répondre
  3. Jean Marc
    Jean Marc dit :

    Coucou,

    Un plan en plus pour ceux qui sont salariés de la fonction publique, il y a aussi les disponibilités que l’on peut prendre sur 1 an et renouvelable plusieurs fois.

    Cela peut être une bonne sécurité et un plan B si cela ne fonctionne pas.

    C’est ce que j’ai fait avant de demander ma démission…

    A+

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *