5 astuces faciles pour payer moins d’impôts avec la bourse !

5 astuces faciles pour payer moins d’impôts avec la bourse !

Vous avez investi sur les marchés financiers, mais avez-vous anticipé la fiscalité permettant de payer moins d'impôts avec la bourse ? Tout se calcule... En maîtrisant plusieurs solutions fiscales, vous pouvez réduire votre imposition sur les plus-values et les dividendes. Vous possédez un compte titre ou un PEA ? Avez-vous l'intention de laisser une partie de vos finances à l'État ? Si, comme moi, vous préférez garder un maximum de cash sur vos comptes et le réinvestir, retrouvez 5 bons plans pour comprendre comment payer moins d’impôts avec la fiscalité en bourse.

1 – Comparez flat tax et barème progressif

Tout revenu de capital mobilier fait l'objet d'une imposition appelée également flax tax. La fiscalité des plus-values en France se base sur l’un des 2 régimes d'imposition suivants.

Comprendre ce qu’est le Prélèvement Forfaitaire Unique

Le PFU ou Prélèvement Forfaitaire Unique a été mis en place depuis le 1er janvier 2018. Il a remplacé l’imposition des plus values mobilières avec abattement pour durée de détention qui existait avant.

Maintenant, la fiscalité de la plus value et de la taxation des revenus du capital a été simplifiée. Quelles rémunérations sont concernées ? On y trouve des :

  • intérêts ;
  • dividendes ;
  • plus-values de cessions mobilières ;
  • obligations ;
  • assurances-vie.

Ce qu'on appelle flat-tax, c'est en fait le cumul de 2 taux appliqués sur les gains financiers :

  • les prélèvements sociaux à hauteur de 17,2 % ;
  • l'impôt sur le revenu pour 12,8 %.

La fiscalité des plus-values mobilières s'élève donc à 30 % au total. Il s'agit du régime d'imposition appliqué par défaut. Aussi, si vous ne faites aucune démarche, vous serez assujetti à 30 % de prélèvements. Voyons si on peut obtenir d’autres avantages fiscaux et payer moins d’impôts avec la bourse...

Maîtriser le barème progressif des impôts

Si vous ne voulez pas relever de la PFU, vous devez avertir votre administration fiscale lors de la déclaration des revenus. La part accordée à l'impôt est alors personnalisée et différente de 12,8 % pour être progressive selon la Tranche Marginale d'Imposition. Voici les assiettes de revenus fixées pour l'année 2020 ainsi que leur prélèvement :

  • 0 % pour la première tranche de revenus jusqu'à 10 064 € ;
  • 11 % de 10 065 € à 25 659 € ;
  • 30 % de 25 660 € à 73 369 € ;
  • 41 % de 73 370 € à 157 806 € ;
  • 45 % au-delà de 157 807 €.

On dit que le passage au tarif progressif est “exprès, irrévocable et global”, bref définitif pour l’année. Le contribuable doit donc prendre en compte l'impact du calcul en barème progressif sur l'ensemble de ses revenus financiers déclarés en même temps, comme par exemple :

  • les plus-values,
  • les intérêts,
  • les revenus des assurances vies
  • les autres gains de produits de placement.

Choisir entre flat tax et barème progressif pour baisser ses impôts sur le revenu

Votre foyer fiscal dégage des revenus globaux correspondant à une TMI inférieure à 12,8 % ? Partez sur le régime du barème progressif. En 2020, c'est le cas pour les 2 premières tranches de rémunérations imposables, à savoir jusqu'à 25 659 €. Vous bénéficiez alors d'une fiscalité sur les plus-values d'actions de  :

  • 17,2 % pour les revenus imposables des contribuables jusqu'à 10 064 € au lieu de 30 % en flat tax (gain de 12,8 %)
  • 28,2 % pour les revenus de la 2ème tranche d'imposition au lieu de 30 %, soit une minoration de 1,8 %.

Pour ces deux tranches, il est donc plus avantageux de privilégier le barème progressif. Par contre, pour les revenus taxés sur les paliers suivants, je vous conseille de rester sur la flat tax.

2 – Jouez sur l’abattement des dividendes en bourse

Parmi les placements boursiers, vous pouvez également privilégier l'achat d'actions d'entreprises cotées. Je vous ai déjà parlé des dividendes à plusieurs reprises : certaines sociétés ont fait le choix d’en verser à leurs actionnaires. Mais pas question de partir sur un montant d’impôt maxi…

La fiscalité du prélèvement forfaitaire sur les dividendes

En investissant sur des sociétés ayant fait le choix de rémunérer leurs propriétaires, vous pouvez percevoir des dividendes pour l'achat d'actions dans un Compte Titre Ordinaire (CTO). Comme pour les plus-values classiques, ils sont soumis à la flat tax de 30 %.

Dans ce cas, ces gains financiers sont à communiquer sur votre déclaration dans la rubrique des “revenus des actions et des parts”. Où trouver ce montant ? Les plateformes en ligne envoient généralement un Imprimé Fiscal Unique (IFU). Par contre, certains courtiers tels que Interactive Brokers ou Degiro, n’en éditent pas. Vous devez regarder le relevé d'opérations et faire le calcul des bénéfices réels vous-même.

Étudier l'impact de l'abattement autorisé sur les dividendes

Les dividendes encaissés sur un compte-titre sont imposables : ce sont des revenus de capitaux mobiliers. Lorsque vous choisissez le barème progressif, vous avez droit à un abattement de 40 % sur les dividendes perçus. Vous déclarez donc la rémunération versée par le courtier (et non la somme attribuée par la société). Comment calculer votre gain net ? Partez du montant brut et appliquez-lui :

  • un abattement de 40 % ;
  • une soustraction de prélèvements sociaux pour 17,20 % ;
  • une déduction des dépenses et frais liés à l'acquisition et à la conservation.

La fiscalité des dividendes avec le barème progressif prévoit donc des abattements et des économies d’impôt. Vous avez là une autre forme d’avantage fiscal pour un compte titre.

3 – Déduisez les moins-values pendant plusieurs années pour payer moins d’impôts avec la bourse

Lorsque les positions sont à la baisse et que vous constatez une moins-value en fin d'année, réjouissez-vous, réductions en vue !

Clôturer ses positions en fin d'année

Vous détenez un portefeuille de titres avec des actions en moins-value ? C’est l’occasion de clôturer les positions avec des pertes latentes le dernier jour ouvré de l'année. Pour reprendre ces valeurs, il ne vous reste plus qu'à racheter les mêmes actions le premier jour ouvré de la nouvelle année. Vous paierez des frais de courtage, mais vous devez les comparer aux moins values réalisées. Étrange méthode à première vue... mais efficace !

Reporter la moins-value sur les années à venir

Je vous explique… Par ce jeu d'écriture, vous pouvez diminuer votre plus-value de l'année suivante avec le déficit constaté au 31 décembre. Vous baissez l'impôt à payer sur ces gains financiers. Pratique ! Votre plue-value est inférieure à la perte de fin d'année ? Utilisez l’excédent, car la perte se reporte pendant 10 ans. Vous en retirez des avantages réels. C’est un super plan pour votre portefeuille !

4 – Oubliez la fiscalité du PEA !

Des déductions fiscales du PEA limitées

Le Plan d'Épargne en Actions (PEA) est vanté par les établissements financiers classiques : ce sont les fameuses niches fiscales ! Ils mettent en avant sa "fiscalité avantageuse" puisqu'il est exonéré d'impôt sur le revenu au-delà de 5 années de détention. Avant cette période, il fait l'objet de flat tax ou du barème progressif. On se retrouve sur le même schéma d'imposition que celui des comptes titres. Mais alors, qu'est-ce qui ne colle pas avec le PEA ?

Investir en PEA : une bonne idée pour payer moins d’impôts avec la bourse ?

L'imposition du PEA est une chose, mais vous devez raisonner en termes de bénéfices réels et non en examinant uniquement les chiffres tape-à-l’œil. D’abord, placer des fonds sur un PEA limite les investissements à des actions françaises et européennes. Le rendement de celles-ci est bien moins intéressant que celui des actions US. En achetant des titres US, vous pariez sur des produits financiers à haute rentabilité. L'écart des gains est largement compensé.

De plus, tout prélèvement avant la période des 5 ans entraîne sa clôture. Vous perdez l'intérêt de la date d'ouverture puisqu’il commence à courir au moment du premier versement. Plafonné à 150 000 €, vous ne pouvez plus l'alimenter au bout de 8 ans.

Enfin, avec un compte PEA, les stratégies d'investissement sont réduites. Vous vous privez de bonus ou de l'effet de levier, par exemple.

Cela fait beaucoup d’inconvénients pour un actif financier qui est vanté comme le produit boursier champion de la défiscalisation. Vous ne trouvez pas ?

5 – Partez vous installer dans un pays à fiscalité favorable !

Le meilleur moyen de bénéficier d’un traitement favorable pour votre compte-titre, c'est de s’expatrier dans un pays faiblement fiscalisé. C'est le choix que j'ai fait en partant vivre à Tallinn et que je ne regrette absolument pas.

Investir à titre personnel en profitant de mesures fiscales favorables

Par exemple, en résidant en Estonie et en ouvrant un compte d'investissement, vous pouvez tout à fait placer vos liquidités en bourse avec des conditions fiscales avantageuses. Cette pratique s’adresse aux particuliers. Si vous laissez votre argent sur ce compte sans percevoir les plus-values, vous n'êtes pas imposé. Vous profitez donc de l'effet boule de neige des intérêts composés. Votre capital grossit à vue d’œil. Par contre, si vous retirez des fonds, vous serez taxé à hauteur de 20 %... La simulation est vite faite !

Créer une société pour ses opérations financières et commerciales

Choisir de s'expatrier dans un pays comme l'Estonie ou Malte permet de bénéficier d'un régime défiscalisé, plus particulièrement en installant son entreprise. C'est ce que j'ai mis en place en créant une seule société pour l'ensemble de mes business et mes investissements. Avec cette structure, je peux passer toutes mes opérations financières sans payer aucun impôt. En déléguant la gestion de l'entité à mon comptable, je profite de mes placements passifs. Tous les gains générés par mon portefeuille de compte-titre sont réinvestis au fur et à mesure. Ici aussi, la puissance des intérêts composés fait une sacrée différence !

Réduire ses impôts en s'appuyant de la fiscalité en bourse est, finalement, peu contraignant. Même en déclarant vos revenus en France, vous pouvez payer moins d’impôts avec la bourse. De cette manière, à vous les stratégies gagnantes et les opérations de réinvestissement pour placer un maximum de cash. Même en période de crise, votre portefeuille s'étoffe petit à petit pour récolter les fruits lorsque la tendance boursière vous est favorable. Prenez l'exemple sur les techniques qui ont fait leurs preuves. Vous voulez en savoir plus ? Rejoignez-moi du côté du Club Privé Revenus Passifs et adoptez une attitude de winner !

Vos cadeaux offerts

Sidebar-banniere-horizontal-vivre-du-web
Sidebar-banniere-horizontal-2500-jour
Sidebar-banniere-horizontal-expatriation
Sidebar-banniere-horizontal-revenus-passifs
Sidebar-banniere-horizontal-ferme-million
Accompagnement et coaching business par Maxence Rigottier
Les emails privés de Maxence Rigottier

Mes formations et programmes

Sidebar-banniere-vertical-v2-club-prive-business
Sidebar-banniere-vertical-v2-expatriation
Sidebar-banniere-vertical-v2-club-revenus-passifs
Sidebar-banniere-vertical-v2-bourse
Accompagnement et coaching business par Maxence Rigottier
Sidebar-banniere-vertical-v2-seminaire-business-or
Sidebar-banniere-vertical-v2-mastermind
Sidebar-banniere-vertical-v2-mentorat
BOURSE US - IMMOBILIER À L'ÉTRANGER
OR - BITCOIN - AFFLIATION INTERNET

BOURSE US - IMMOBILIER À L'ÉTRANGER

OR - BITCOIN - AFFLIATION INTERNET

J'envoie l'E-Mail tout de suite. Ça y est ! C'est parti ! Enjoy !

Pin It on Pinterest