100 000 NOUVEAUX PROSPECTS QUALIFIÉS en 60 JOURS GRATUITEMENT ! Le DÉFI 21 JOURS de YOGA

100 000 NOUVEAUX PROSPECTS QUALIFIÉS en 60 JOURS GRATUITEMENT ! Le DÉFI 21 JOURS de YOGA

[av_section min_height='100' min_height_px='500px' padding='default' shadow='no-shadow' bottom_border='no-border-styling' bottom_border_diagonal_color='#333333' bottom_border_diagonal_direction='' bottom_border_style='' custom_margin='0px' custom_margin_sync='true' custom_arrow_bg='' id='' color='main_color' background='bg_color' custom_bg='' background_gradient_color1='' background_gradient_color2='' background_gradient_direction='vertical' src='https://vivre-de-son-site-internet.com/wp-content/uploads/100-000-nouveaux-prospects-qualifies-en-60-jours-gratuitement-le-defi-21-jours-de-yoga.jpg' attachment='8864' attachment_size='full' attach='scroll' position='top left' repeat='no-repeat' video='' video_ratio='16:9' overlay_opacity='0.2' overlay_color='#a72423' overlay_pattern='' overlay_custom_pattern='' av_element_hidden_in_editor='0' av_uid='av-jus92beq']

100 000 NOUVEAUX PROSPECTS QUALIFIÉS en 60 JOURS GRATUITEMENT ! Le DÉFI 21 JOURS de YOGAjus8zznp
Jean-françois Ruiz & Peggy

[av_video src='https://www.youtube.com/watch?v=jX9fZjGcRaI' mobile_image='' attachment='' attachment_size='' format='16-9' width='16' height='9' conditional_play='' av_uid='av-jus908eu']

jus90rwm

Transcription – 100 000 NOUVEAUX PROSPECTS QUALIFIÉS en 60 JOURS GRATUITEMENT ! Le DÉFI 21 JOURS de YOGA

De 0 à 100 00 prospects en 60 jours. On va voir tout ça en détail dans cette vidéo. Je suis actuellement avec Jean-François et Peggy qui vont nous expliquer tout ça à travers leur activité sur le yoga.

Juste avant qu’on voie tout ça en détail dans cette vidéo, je vous invite à cliquer sur le bouton « s’abonner » juste en dessous, ça vous permettra de recevoir librement et gratuitement toutes mes prochaines vidéos sur YouTube et de rejoindre plusieurs milliers de web-entrepreneurs abonnés à la chaîne YouTube.

Je connais Jean-François et Peggy depuis plusieurs années, notamment à travers le Web2Connect que j’ai démarré en 2013. Là, on est au congrès des infopreneurs à Budapest pour la troisième édition. J’ai participé aux dernières éditions. Je vous invite vraiment à venir dans le futur parce que ce sont d’excellents événements pour networker, être à la pointe au sein de votre marché.

Aujourd’hui, on ne va pas revenir sur le congrès des infopreneurs ou le Web2Connect. Ça va être principalement par rapport au yoga. Je vais vous laisser rapidement vous présenter. Comment ça t’est venu à l’esprit de démarrer et comment en 60 jours à travers un défi yoga de 21 jours vous avez récupéré plus de 100 000 prospects. On va voir toute la stratégie et les résultats. Salut Peggy. Je te laisse présenter et ensuite donner la parole à Jean-François.

Peggy : salut Maxence. Bonjour à tous. Comment on a eu l’idée de faire ce défi 21 jours de yoga ? Tout simplement, on fait de la veille. En faisant de la veille, on s’est aperçus que beaucoup de personnes faisaient du fitness et qui faisaient des défis aux Etats-Unis, en France. On s’est dit, comme on est prof de yoga et qu’à la base on est sur ce marché du yoga, ça peut être intéressant. On s’est aperçu que c’est en lien avec le défi, le challenge, quelque chose qui est assez social proof, c’est-à-dire j’envoie ensuite à ma copine, regarde, essaie de faire telle posture et cette posture.

On s’est inspiré de ce qui se passe dans le fitness et on l’a mis à notre sauce Peggy et Jeff. Notre sauce, c’est une posture par jour pendant 21 jours pour à l’arrivée de ces 21 jours pouvoir faire un vrai enchaînement de yoga, parce qu’en yoga on sait qu’il y a les extensions, les flexions, les torsions. On a fait un enchaînement équilibré pour notre corps et pour que les gens puissent assez rapidement les bienfaits du yoga, parce que c’est ça aussi à la base le but de notre entreprise.

Maxence : au début, c’est venu d’une frustration personnelle ou d’une opportunité du marché ?

Peggy : c’est une opportunité. On s’est dit, c’est un super truc, on va le transformer en défi. On va faire un défi.

Jean-François : la mission qu’on s’est fixée par rapport au yoga, c’est de le faire connaître au plus grand nombre. Comment on peut le faire connaître au plus grand nombre ? Le défi, c’était une bonne occasion parce qu’on s’adresse à tous, aussi bien des débutants et des gens qui en font depuis un certain temps, qui peuvent découvrir le yoga et un enchaînement spécifique qu’ils peuvent réaliser même après le défi. La formule, quand les gens ont terminé le défi, ils peuvent le répéter jour après jour.

Peggy : c’est à eux.

Jean-François : ils l’ont intégré dans leur vie. On dit souvent qu’il faut 21 jours pour intégrer une nouvelle habitude. Donc c’est pour ça qu’on a fait ça.

Peggy : on a fait ce que tu as fait au tout début de la vidéo, c’est-à-dire, cliquez…

Maxence : un gros appel à l’action.

Peggy : à chaque fois, on a fait des appels à l’action.

Maxence : excellent. Vous vous pouvez peut-être la question suivante. Au moment où vous avez démarré ce défi, à travers ces différentes vidéos quotidiennes, quel était le niveau de votre activité ? Est-ce que vous aviez 5000 contacts, 10 000 contacts, 15 000 contacts ? Combien il y avait de fans sur la page Facebook ? Est-ce que vous vous souvenez des chiffres ?

Peggy : 100 00 peut-être

Maxence : donc 100 00 contacts à ce moment-là.

Jean-François : même pas, je crois, on était à 75 000.

Maxence : donc 75 000 contacts au démarrage du défi. Et à la fin du défi, avec la vague du défi, 175 000 contacts.

Jean-François : il ne faut pas mélanger. 75 000, c’est le nombre de fans sur la page Facebook. De mémoire, je crois qu’on devait avoir 40 000 leads.

Maxence : donc 40 000 contacts.

Jean-François : 40 000 contacts en base, effectivement.

Maxence : vous avez triplé le nombre d’inscrits quasiment.

Jean-François : oui.

Peggy : ce qu’on n’a pas dit, c’est que pour nous il y a une saisonnalité dans le yoga. Donc, observez votre marché. Nous, on a lancé le défi de 21 jours de yoga début août, mi-août. On a commencé à en parler et ensuite, on a vraiment mis en place le défi début septembre et début septembre, c’est notamment une des périodes où tout le monde veut commencer à se mettre en mouvement, veut faire un sport, c’est la rentrée des classes.

C’est donc important de regarder s’il y a aussi une saisonnalité dans votre marché. Nous, pour le yoga, c’est septembre et janvier.

Maxence : nouvelle année scolaire ou résolution de début d’année.

Peggy : voilà.

Maxence : comme pas mal de thématique. Pour obtenir ces 40 000 premiers contacts, juste avant ce défi, c’était 100 % la publicité Facebook. Comment vous avez procédé ?

Jean-François : on va dire qu’une grande majorité, c’était la publicité Facebook. On a fait aussi des partenariats. Mais la majorité c’était effectivement Facebook.

Maxence : par rapport au défi, combien de personnes ont partagé ? On a dit 100 000 contacts en 60 jours. Quel a été le ROI par rapport au défi, est-ce que c’était deux euros par contact, trois euros par contact ?

Jean-François : on a fait une « opération blanche ». On a investi sur ce défi 30 000 euros et au final on a dû récupérer cette somme-là avec les ventes qu’on a faites à la fin du défi. A la fin du défi, on propose à l’ensemble des personnes qui ont participé d’assister à un cours en ligne, une conférence dans lequel on va pratiquer le yoga et leur permettre d’aller plus loin, d’approfondir. Si ça leur a plu de faire du yoga avec le défi, ils peuvent acheter notre programme « j’apprends le yoga en 10 leçons ». C’est comme ça qu’on rentabilise les investissements que l’on fait dans le défi. On a fait une opération blanche.

Peggy : sauf qu’on a gagné des leads.

Maxence : 100 00 leads gratuits, c’est quand même… même si ça reste une opération blanche à court terme, sur le long terme c’est quand même assez énorme.

Peggy : et en plus ce sont des gens qui sont qualifiés, qui ont envie de progresser, qui sont passionnés par le yoga ou qui découvrent le yoga. Mais en tout cas ce sont des gens qui ont un appétit pour ce qu’on fait.

Maxence : vous vous pouvez peut-être la question suivante, quelle était le tarif de ce programme vendu à la fin du défi ? Est-ce qu’il y avait des ventes additionnelles avant, après ? Est-ce qu’il y avait par exemple un order bump ou d’autres upsell ou downsell ? Quel était ce processus de vente ?

Jean-François : il y avait une promotion. Notre programme « j’apprends le yoga en 10 leçons », il vaut 300 euros et on l’a proposé à tarif

Maxence : donc 150 euros

Jean-François : voilà 150 euros. Est-ce qu’on avait fait un order bump ? Je ne crois pas. Non, non, je ne crois pas. De mémoire.

Maxence : est-ce qu’il y avait un, deux ou trois ventes additionnelles après la vente ?

Jean-François : je ne suis même pas sûr.

Peggy : en fait, tu viens de nous dire qu’on est peut-être passé à côté

Maxence : passé à côté de 6000 euros minimum !

Jean-François : par contre on l’a refait après et là, on a rajouté effectivement un upsell et on a augmenté le pack. Mais sur le coup, je ne crois pas.

Peggy : ce qu’il faut dire, c’est qu’on a teaser pendant l’été en disant qu’il allait y avoir un défi. Ensuite, on a fait le défi avec une posture par jour pendant 21 jours et au bout des 21 jours, on leur a proposé d’aller plus vite avec nous, lors d’un webinaire, ce qu’on appelle des webinaires de contenu vente.

A lire également :  Comment Jean-Marc GAGNE au MOINS 15000 EUROS par AN avec l'AFFILIATION de PRODUITS PHYSIQUES ?

On leur donne à peu près ¾ d’heure, une heure de contenu où on leur propose d’autres postures, de passer un excellent moment avec nous, parce que Sébastien le marketeur français nous a dit que c’était important que les gens qui sont avec nous passent un bon moment et avec Jeff c’est ce qu’on fait aussi.

Pendant ¾ d’heure, une heure dans ce webinaire de vente, on passe un bon moment, on leur montre de nouvelles techniques, notamment les techniques de pranayama qui sont liées à la respiration et ensuite, on passe à la vente. On leur dit : si les 21 jours vous ont plu, l’heure qu’on a passée ensemble vous a plu, suivez-nous dans notre programme « j’apprends le yoga en 10 leçons ». Et c’est là où on a pu faire l’équilibre entre notre investissement sur Facebook et les ventes.

Jean-François : on a aussi eu des partenaires. Ça a représenté un peu moins de 10 000 leads, mais quand même.

Maxence : 10 % des leads sont venus des partenaires. Peut-être que les partenaires avaient des leads un peu plus qualifiés et ont acheté. Est-ce que vous avez pu tracker ou ça n’a pas été possible ?

Jean-François : si, si bien sûr qu’on a tracké. On n’a pas fait une analyse fine là-dessus, mais grosso modo, je dirais qu’en termes de conversion, le trafic partenaire en général ça marche mieux. Il n’y a pas de secret là-dessus, mais ce n’était pas vraiment…

Maxence : juste un tout petit peu plus. Un peu mieux, mais pas une grosse différence.

Peggy : on a eu pas mal de retours de gens qui nous disaient, je cherchais à faire du yoga et vous êtes tombé pile-poil au bon moment, et ça, c’était du trafic froid à la base, et qui a été transformé grâce au défi.

Jean-François : on a eu une grosse viralité.

Maxence : explique-nous cette viralité, parce que c’est 100 000 leads, c’est quand même énorme. Comment s’est-elle produite ? Est-ce qu’il y a eu une vidéo en particulier qui a plus buzzé que les autres ? Comment ça s’est traduit ?

Maxence : l’élément clé du défi, ç’a été l’événement Facebook. On avait observé sur le fitness, c’est qu’ils disent : bon, le défi va démarrer tel jour à telle heure et donc, d’ici invitez vos amis, parlez-en autour de vous et comme ça, vous serez tous en même temps sur le top départ pour faire le défi. Je crois que sur ce défi-là, il y a eu plus de 300 000 personnes qui avaient été invitées à participer au défi. Sur Facebook, on peut inviter ses amis assez facilement, il suffit de cliquer sur un bouton et on peut inviter ses amis. Ça eut une viralité assez importante, viralité qui a été amplifiée par de la publicité. On peut aussi acheter sur Facebook des participations aux événements.

Maxence : invité par rapport à Facebook ou invité qui rentre dans une liste email

Jean-François : non, invité par rapport à Facebook.

Maxence : les tarifs sont moins élevés je suppose qu’un lead classique ?

Jean-François : oui, mais pas que ça. J’ai été assez surpris, un peu même déçu. Je me disais que ça doit coûter carrément moins cher.

Maxence : logiquement puisqu’on ne les a pas dans sa base de données.

Jean-François : mais en fait non. C’est un peu moins cher, mais tu es un effet plus viral. Tu t’y retrouves dans la viralité.

Peggy : j’aimerais ajouter que dans notre marché, on s’adresse aux femmes. C’est pour ça que c’est important de savoir si vous vous adressez aux hommes ou aux femmes ou peut-être aux deux. Nous, c’est 99 % de femmes. Il faut connaître la psychologue féminine.

Maxence : qui est différente des hommes, c’est clair

Peggy : en tant que femme, on aime bien faire les choses entre copines, ou mère-fille, ou entre sœurs. A partir du moment on a compris ça, on sait que la viralité chez les femmes est très importante. Le défi, c’est quelque chose de très facile à viraliser auprès des femmes. C’est comme les séminaires, les événements, les femmes aiment bien y aller avec une ou deux copines, avec leur mère, mais on le voit aussi dans nos cours de yoga, elles viennent toujours à deux ou à trois. C’est quelque chose qui est très féminin.

Jean-François : il y a eu aussi des participations en famille, ce qui est assez drôle. Tiens on invite, si vous n’avez jamais fait de yoga, allez-y c’est gratuit, défi 21 jours de yoga. Faites-le avec des amis ou en famille et vous allez voir que c’est hyper drôle parce que ça fait de petites rencontres et certains nous ont fait des retours qui étaient super sympa.

Peggy : avec des enfants de 4 ans notamment.

Jean-François : on avait invité aussi les gens à poster leurs photos du défi sur l’événement Facebook. Du coup, c’était à lui qui fait la plus belle photo.

Peggy : c’était pour gagner un tapis. On a fait gagner quelque chose.

Maxence : un petit jeu-concours

Peggy : oui voilà, les gens qui nous envoyaient les photos qui avaient le plus de like gagnaient le tapis. On a pu envoyer un tapis de superbe bonne qualité d’ailleurs à une fille.

Maxence : donc ça, c’était beau aussi pour la viralité.

Jean-François : oui c’était bien. Je pense que ça n’a pas eu autant d’effet qu’on aurait cru. Les gens l’ont fait naturellement. C’est là où tu te dis que le produit est bon. Les gens le font parce qu’ils aiment.

Maxence : c’est fabuleux

Jean-François : oui c’était vraiment cool. C’était trop mignon de voir les petits et leur mère qui prenaient leur petit en photo qui faisait les postures de yoga.

Maxence : concernant les formats des vidéos, est-ce que vous avez fait un format de 3 minutes, 5 minutes, 10 minutes ? Est-ce que vous conseillez un petit format très court si demain vous voulez vous lancer dans ce type défi ou alors non, il n’y a pas de souci, vous pouvez quand même faire des vidéos plutôt longues et ça ne pose aucun problème ?

Peggy : pour nous, le défi, on s’est dit que ça devait durer entre 2 et 5 minutes, ce qui était un véritable challenge pour nous parce que le premier jour, ça va parce que c’est seulement une posture, mais quand on arrive à la 21èmejournée, on a 21 postures à enchaîner en 5 minutes pour voir la dernière posture. Pour nous, c’était un challenge.

Maxence : chaque nouvelle vidéo…

Peggy : on répétait l’enchaînement, voilà. On répétait l’enchaînement en rapide.

Jean-François : ça permettait aux gens de bien mémoriser. On refait à chaque vidéo toute la séquence, mais on ne détaille pas tout. C’est en accéléré.

Peggy : et c’est la dernière posture sur laquelle on passe plus de temps et où on rappelle les points de sécurité, les vraies explications. Pour le défi, c’est 5 minutes.

Maxence : 5 minutes. Et pour d’autres défis en fitness qui vous ont inspiré, c’est pareil autour de 5 minutes, ou max 10 minutes.

Jean-François : oui, ce sont des vidéos courtes. D’ailleurs, c’est ce qu’on a mis dans l’événement, 5 minutes par jour. C’est 5 minutes par jour, la vidéo fait 5 minutes. Par contre, si vous pratiquez toute la séquence en vitesse normale, il faut ¾ d’heure, en respectant un rythme de respiration, etc.

Nous, on l’a fait en 5 minutes, on arrive tout l’enchaînement en 5 minutes

Peggy : mais ce n’est pas conseillé, ce n’est pas du tout ça.

Maxence : c’est juste pour raccourcir la durée de la vidéo.

Peggy : en tout cas, si vous êtes intéressé pour voir comment on a monté le défi, il faut tout simplement aller voir, vous inscrire et au moins vous verrez comment on a fait l’enchaînement de yoga.

Maxence : quels sont les conseils que vous donneriez à des gens qui aimeraient se lancer ? On va prendre un exemple précis : un défi 21 jours pour le golf. Si demain je devais recommencer un défi, voyez les erreurs que j’éviterai maintenant parce que j’ai l’expérience. Vous n’aviez qu’un produit, donc vous auriez pu optimiser le processus de vente, mais par rapport à la structure du défi, à l’interaction avec les gens. Est-ce que vous vous dites, si je recommence, je vais changer ça et ça ?

Peggy : j’en ai une en fait ! quand on a fait la vidéo pour inviter les gens à s’inscrire au défi, donc le défi qu’on a lancé deux semaines ou trois semaines avant le début réel du défi, on avait fait une vidéo, mais avec un fond derrière nous super moche. On était en extérieur à Barcelone à la plage et je ne sais pas pourquoi on a choisi un fond super moche.

Maxence : pour la vidéo de teasing, ce n’est pas fameux

Peggy : et en plus on parle quand même à des femmes et elles sont quand même sensibles à l’harmonie, à la beauté et là, c’était super moche. J’ai eu plein de retours

A lire également :  Comment Magali a gagné 1500 EUROS en 48 heures avec SEULEMENT 50 VISITES par JOUR ?

Maxence : qui vous disait quoi ? il faut changer de fond

Peggy : voilà. Donc, faites attention au cadre dans lequel vous faites votre défi. Surtout nous, c’est du yoga, donc c’est quand même plutôt un environnement assez calme.

Maxence : c’est plus un avatar femme.

Peggy : le défi, on l’a fait au parc donc là, il y avait du vert, le calme, tout ce qu’il fallait, mais notre vidéo de lancement pour inviter les gens à s’inscrire à suivre le défi, elle ne donnait pas forcément super envie. Ça, c’était une première chose. Je sais que Jeff est…

Jean-François : je suis moins sensible à ça.

Peggy : il n’est pas sensible à ça.

Jean-François : mais j’étais plus sensible à la problématique de la déliverabilité parce qu’on a décidé de faire le premier défi avec simplement un autorépondeur. On envoie chaque jour un email avec le lien vers la posture du jour.

Maxence : ce qu’on appelle un follow-up, une séquence d’emails automatisée pendant 21 jours.

Jean-François : c’est ça. D’un côté l’avantage est que la personne est habituée à recevoir des emails de toi, elle les ouvre, clique dedans. Donc ça, c’est top pour la déliverabilité. Le problème, c’est que quand vous faites un volume comme on a fait là, eh bien les fournisseurs d’accès n’aiment pas trop ça. On a eu de gros problèmes de déliverabilité avec Aweber. Avec SG, ça n’aurait pas été possible vu les volumes. Ils recevaient l’email trois jours après.

Maxence : ça aurait fait péter le serveur.

Peggy : et puis c’était surtout des adresses mail

Jean-François : il y en a qui sont sur des messageries wanadoo.fr

Maxence : Yahoo, orange, Alice ADSL…

Peggy : voilà

Jean-François : caramail

Maxence : ça n’existe plus. Catastrophique. C’est à cause de l’avatar femme !!! les gens qui ne sont pas geek, si vous n’êtes pas dans le domaine d’Internet, moi aussi je vois des adresses, je ne savais même plus que ça existe.

Jean-François : ç’a été terrible parce qu’en termes de support…

Maxence : il y a un gros taux de non-ouverture

Jean-François : non, ils ne recevaient même pas. Ils ont eu par exemple les 3, 4, 5 premières, mais après le volume augmentant, et en plus, le fournisseur d’accès Internet ils voient que tous les jours il y a un email et il y a de plus en plus d’emails

Maxence : donc ça fait spam en quelque sorte

Jean-François : oui, ce sont des comportements qui sont assimilés à du spam alors que non, ce n’en est pas puisque les gens veulent le défi. Du coup, on a eu de vrais soucis par rapport à ça et on a dû faire beaucoup de support. On a dû renvoyer je ne sais combien, des dizaines de milliers d’emails pour permettre aux gens d’avoir le lien.

Maxence : voici les liens de la vidéo d’aujourd’hui…

Jean-François : et à la fin, carrément on a mis les vidéos sur la page de l’événement parce que par email ça ne marchait pas.

Peggy : contrairement aux gens qui te suivent, ce sont des gens qui ne sont pas forcément passionnés d’Internet et pas hyper débrouillards et à l’aise avec l’outil informatique. Donc ils ne comprenaient rien. Même des fois dans Gmail ça tombait dans les spams et ils ne savaient même pas qu’ils avaient une boîte à spam.

Maxence : c’est le problème des gens

Peggy : il fallait les guides pour aller dans le spam.

Jean-François : les gens s’inscrivaient avec des adresses Gmail, du coup ça marchait beaucoup mieux. On n’a pas eu de problèmes avec Gmail, ça marche.

Maxence : généralement, Gmail c’est excellent.

Peggy : ç’a été une des choses les plus galère.

Jean-François : après on en a refait un, un défi 14 jours, et là, on a créé un espace membre dans lequel chaque jour tu as une vidéo. Et que tu reçoives l’email ou pas, la vidéo est dans ton espace membre. Tu n’as qu’à te connecter et voilà.

Peggy : après il y a eu la problématique de l’espace membre, on revient toujours à la même histoire où les gens ne comprennent pas qu’il faut s’inscrire dans un espace membre et ils ne savent pas ce qu’est un espace membre.

Maxence : ils ne savent même pas ce qu’est un espace membre. Alors quel est l’avatar juste par curiosité ? Femme de 50 ans ?

Peggy : oui, chez nous on a beaucoup de femmes qui ont entre 40 et 65 ans. Donc il faut essayer d’aller au plus simple possible pour pas qu’elles se perdent.

Jean-François : sur le deuxième défi avec l’espace membre, on a dû perdre peut-être 1/5èmedes gens qui n’ont pas réussi à créer leur espace membre.

Maxence : donc 20 % des gens à peu près. C’est important d’avoir ça en tête pour ne pas perdre cette viralité et tous les gens intéressés par ce que vous faites.

Jean-François : oui c’est ça. Pour ça, on a fait des petites vidéos qui expliquent, un tutoriel cliquez ici, cliquez là. Ça a permis d’aider toutes les personnes qui n’arrivaient pas à le faire.

Maxence : pour votre retour d’expérience. Juste pour finir sur une dernière question : ça, c’était il y a quasiment un an, aujourd’hui vous avez quasiment 300 000 prospects qualifiés par rapport au yoga.

Jean-François : yoga et dév perso, parce qu’en fait on a vraiment deux casquettes. On est principalement connu sur le yoga parce qu’une bonne partie de notre base est sur le yoga

Maxence : et vous avez maintenant en plus le développement personnel

Jean-François : voilà, on fait l’académie du développement personnel.

Maxence : avec le soleil de l’énergie. Quels sont les chiffres après ces deux défis, 21 jours et 14 jours ? Vous avez mis en place une gamme de produits, quels ont été les différents chiffres depuis le 1erjanvier 2016 ?

Jean-François : les chiffres de quoi ?

Maxence : combien de nouveaux prospects ? Combien en termes de vente ? La valeur par prospect ?

Jean-François : je ne sais pas si on va te le dire en fait. Tu ne vas pas nous croire.

Maxence : s’il y a 300 000 contacts, je dirais 1,2 million, ce qui ferait 4 euros par contact. Ce qui serait pas mal.

Jean-François : c’est ça à peu près.

Maxence : combien d’euros investis par rapport à ces 300 000 ?

Jean-François : on investit énormément, actuellement on doit avoir un budget de 120 000 euros par mois.

Maxence : 120 000 euros par mois et vous récupérez combien ? 240 000, 250 000, 300 000 ?

Jean-François : on est à peu près à 200 et quelques.

Maxence : un ROI multiplié à deux. Est-ce que vous avez l’impression d’avoir épuisé le marché du coup ou pas ?

Peggy : non pas du tout.

Jean-François : on a encore énormément de choses à faire. Enormément. Aujourd’hui, on est à 300 000 contacts, notre objectif, au-delà du chiffre d’affaires

Maxence : le but est surtout d’impacter le maximum de monde

Jean-François : donc tant qu’on peut réinvestir, on réinvestit parce qu’on sait qu’on fait connaître les bienfaits du yoga et du développement personnel au plus grand nombre. On aimerait d’ici la fin de l’année un million de contacts. Je pense qu’on peut encore aller bien au-delà. Avant de saturer le marché en développement personnel en francophonie, il y a de la marge.

Peggy : ce qu’on a aussi envie de faire, c’est une fondation. Le but est aussi de créer une fondation. En France, si tu veux faire une fondation qui est reconnue par l’Etat, c’est de nombreux papiers à remplir et ensuite, il faut 1,2 million d’euros pour monter ta fondation

Jean-François : ou 1,5 million, je crois.

Maxence : l’objectif c’est de monter une fondation

Peggy : c’est une fondation, je ne sais pas encore comment on va l’appeler, mais c’est une fondation pour montrer que les hommes et les femmes ont besoin des deux. Nous, on travaille en couple et moi, en tant que femme, je vois l’avantage de travailler avec un homme, je vois en lui la beauté de l’homme dans le travail, ce qu’il peut apporter dans le travail et Jeff voit aussi mon côté femme et ce que la femme apporte dans le monde du travail. Et comment ces deux parties peuvent travailler ensemble pour faire des choses extras, plutôt que d’être un peu concurrent où l’homme se dit, moi je fais de la stratégie, moi je fais ça et la femme qui dit, moi je fais de la création. Ça, c’est très stéréotypé. C’est ce qu’on voit dans l’infoprenariat où souvent les hommes sont dans l’achat de trafic, dans la stratégie…

Maxence : dans les chiffres, moi je suis vraiment à fond là-dedans

Peggy : et à côté tu as les femmes qui sont créatrices de produits, qui ont de vraies idées. Elles savent faire le pont entre différentes choses, savent mixer…

A lire également :  BUSINESS sans BLOG ! De 0 à 1000, 2000 euros ou PLUS en 30 JOURS avec FACEBOOK !

Jean-François : elles sont bien meilleures dans la relation et dans l’intuition.

Maxence : nous, c’est carré…

Jean-François : on a beaucoup moins de capacités et de facilités à comprendre le réel besoin du prospect dans l’empathie. En réalité, cette fondation, elle aurait pour but de permettre, parce que ce sont deux polarités finalement, le féminin, le masculin, et cette fondation aurait pour objectif d’équilibrer ces deux polarités

Peggy : à l’intérieur de soi. Je suis assez yin même si de temps en temps tu m’as dit que j’étais un peu fonceuse aussi. J’ai quand même beaucoup de yin. Voir Jeff travailler m’a permis de prendre cette polarité yang et de la mélanger à l’intérieur de moi en fonction de la situation. Par exemple, si je dois prendre la parole en public, j’ai mon côté yin qui va être sur la communication, la jovialité que j’ai assez naturellement, mais derrière il va falloir que j’aille cherche mon yang en m’affirmant, en passant à l’action, donc réussir à mélanger ces deux côtés de moi, ces deux polarités, qu’elles soient équilibrées et qu’elles jouent ensemble.

Jean-François : il s’agit de révéler le potentiel de ces deux polarités en chaque être humain.

Peggy : ça ne peut se faire qu’en s’observant les uns les autres, voyant la beauté de l’un et de l’autre.

Maxence : merci, juste peut-être une question qui vous vient à l’esprit, comment vous arrivez à gérer cet afflux massif de clients. Est-ce qu’il y a une personne dédiée à 100 % sur le SAV, connexion ? Il y a peu de personnes qui l’évoquent, c’est ce qu’on pourrait appeler la surcroissance. Comment vous gérez ça, parce que tu as évoqué 120 000 euros par mois en publicité Facebook, ce qui fait 10 000 euros de vente par jour ? Je suppose qu’il y a pas mal d’emails en SAV ou des questions. Comment vous gérez la croissance exponentielle de l’entreprise ?

Peggy : quand on monte son entreprise et qu’il y a une sorte de croissance, au début, on ne s’en rend pas vraiment compte. On empile de plus en plus d’heures. C’est plutôt ça le truc. Donc on ne s’en rend pas vraiment compte. Nous, on est coaché. Et à un moment donné justement, la personne qui nous fait des feedbacks nous dit que tout ce qui est ressources humaines, c’est quelque chose de très important et qui est souvent le plus difficiles à trouver, à maintenir.

Si tu délègues, il faut vraiment que tu aies des partenaires qui soient vraiment compétents.

Jean-François : aujourd’hui, on a 5 personnes qui travaillent avec nous, qui gèrent le support. Ce qu’il faut savoir, c’est que 4 d’entre elles sont nos clientes.

Maxence : excellente stratégie, je fais pareil. Recruter dans vos clients. Si vous avez une thématique comme la voile, vous n’allez pas trouver quelqu’un sur la voile comme ça dans la rue. Ce sont vos clients qui sont les experts et surtout c’est souvent des gens qui sont passionnés, donc ils vont vraiment le faire avec le cœur, et ça va faire une grosse différence.

Jean-François : et ils connaissent aussi votre prisme particulier

Maxence : votre patte personnelle

Jean-François : c’est ça. Elles ont les mêmes valeurs. Elles voient comment on travaille et il n’y a pas tellement besoin de faire des mois et des mois de formation parce qu’elles sont déjà dans le moule.

Peggy : il y a déjà un socle qui est très important, c’est ce qu’on n’a pas notamment aujourd’hui dans les grandes entreprises où les valeurs, etc. il n’y a pas d’unité. Alors que là, comme ce sont déjà tes clientes, il y a déjà une unité. C’est un peu déjà un socle très fort. La seule chose qu’on a eu à faire finalement, c’est de leur donner confiance. Des fois, ils te mettent tellement sur un piédestal, ils pensent que tu es tellement au niveau qu’ils se disent est-ce que je vais être au niveau, est-ce que je vais assurer pour répondre à leurs demandes ?

Parmi nos clientes, on a beaucoup de femmes qui travaillaient, qui se sont arrêtées parce qu’elles ont eu un, deux, trois enfants. Elles sont mères au foyer, elles n’ont plus d’activité, et là, c’est un peu le stress de retourner dans le monde du travail, est-ce que je vais être capable de. Je pense que Jeff a bien accompagné les personnes qui travaillent avec nous en leur donnant confiance et aujourd’hui, elles se débrouillent comme des chefs.

Jean-François : après, il y a aussi utilisation des technologies qui permettent de gérer un support correctement. Nous, on utilise Zendesk

Maxence : c’est quoi exactement ? Je connais juste de nom, mais je n’ai jamais utilisé.

Jean-François : quand quelqu’un t’envoie un email, ça lui délivre un numéro de ticket, comme si tu allais au docteur, au supermarché. Tu prends un ticket et il y a un tableau de bord où tu as des suivis, des tickets et tu as différents étals : le ticket vient d’arriver, le ticket est en attente, le ticket a été résolu et tu as tout un historique comme ça de la relation client. Des fois, tu reçois un email, tu ne sais pas de quoi la personne parle, là tu as tout l’historique et tu peux remonter, savoir qu’elle fait partie de tel programme, elle a eu ces réactions-là par le passé et donc tu peux mieux servir, avoir une meilleure relation client parce que tu as cinq personnes. Il y en a un qui a répondu au premier ticket, le deuxième c’est une autre personne. Le troisième il arrive là, il ne sait pas qui c’est. Il y a toute cette gestion-là. Depuis le début de l’année, on a dû traiter plus de 40 000 tickets.

Maxence : ce qui fait 6000 tickets par mois en moyenne, donc 200 tickets par jour. Il faut avoir du monde derrière. Si c’est 5 minutes par ticket, ça fait combien ? 1000 minutes.

Peggy : ça dépend. La personne peut te dire, j’ai perdu le lien machin, est-ce que vous pouvez me le renvoyer ? Ça, c’est facile.

Jean-François : à chaque fois ça crée un ticket, mais c’est facile à traiter.

Peggy : mais après, des fois c’est un peu des embrouilles, donc tu es obligé de comprendre et tu peux aussi arriver à appeler la cliente parce que tu n’arrives vraiment pas par email à répondre. Tu vois que la cliente commence à s’énerver, qu’elle commence à paniquer, donc nous, maintenant on appelle. On dit aux filles du sport d’appeler. Ça rassure et la personne est encore beaucoup plus contente.

Jean-François : je pense qu’à un moment donné, il ne faut pas hésiter à décrocher le téléphone. Même quand ça va bien.

Peggy : on fait des appels client aussi.

Jean-François : ça permet de passer ce cap supplémentaire de la relation client. je pense que c’est important

Maxence : merci pour votre retour d’expérience.

Si vous avez aimé la vidéo, je vous invite à cliquer sur le bouton « like » juste en dessous, c’est le petit pouce bleu juste en dessous. Ça nous permettra d’avoir votre feed-back. Merci par avance.

Pour vous retrouver, Défi yoga 21 jours. Est-ce qu’il y a un autre site ?

Jean-François : vous pouvez nous retrouver sur Facebook, c’est Yoga Week End, pour la partie yoga.

Maxence : c’est la page principale avec 130 00 fans ?

Jean-François : on est à 160 000 sur Yoga Week End. Mais on a deux autres pages aussi sur la télé du développement personnel. La télé du développement personnel sur Facebook uniquement. Et après, on a l’académie du développement personnel. C’est là où il y a tous nos programmes en développement personnel. Ça existe sur Facebook. Le site est encore en construction à l’heure où on fait cette interview. J’espère qu’il sera disponible quand vous verrez cette interview : academie-developpement-personnel.com

Maxence : juste avant de vous laisser, je vous invite à télécharger votre cadeau de bienvenue. Je m’explique comment je gagne 465,09 euros par jour en moyenne avec mes différents sites web. Il y a un lien à l’intérieur de la vidéo YouTube. Cliquez sur ce lien, ça va vous rediriger vers une autre page où il suffit d’indiquer votre prénom et votre adresse email. Vous allez recevoir directement cette vidéo bonus dans votre boîte mail.

Si vous visionnez cette vidéo depuis YouTube ou un smartphone, il y a le « i » comme info en haut à droite de la vidéo YouTube ou encore tout est dans la description juste en dessous. Je mettrai également les différents si ça vous intéresse ou si vous vous dites j’aimerais bien me lancer un peu dans le yoga et me remettre en forme ou le développement personnel également.

Au plaisir et à très vite. Bye bye.

Peggy : au revoir.

[av_masonry_entries link='category,2,3,4,1,5' wc_prod_visible='' prod_order_by='' prod_order='' sort='no' items='3' columns='3' paginate='none' query_orderby='date' query_order='DESC' size='fixed' orientation='av-orientation-square' gap='large' overlay_fx='' id='' caption_elements='title' caption_styling='overlay' caption_display='on-hover' color='' custom_bg='' av-medium-columns='' av-small-columns='' av-mini-columns='']

Rejoignez les entrepreneurs à succès !

Vos cadeaux offerts

Sidebar-banniere-90-thematiques
Sidebar-banniere-2500-par-jour
Sidebar-banniere-expatriation
Sidebar-banniere-de-fermier-a-millionnaire

Mes formations et programmes

Sidebar-banniere-vertical-club-prive-business
Sidebar-banniere-vertical-expatriation
Sidebar-banniere-vertical-club-revenus-passifs
Sidebar-banniere-vertical-bourse
Sidebar-banniere-vertical-seminaire-business-or
Sidebar-banniere-vertical-consulting
Sidebar-banniere-vertical-mastermind
Sidebar-banniere-vertical-mentorat

Pin It on Pinterest

Share This