Pourquoi avoir un COACH pour DÉVELOPPER votre BUSINESS ? avec Franck MARCHEIX

Transcription – Pourquoi avoir un coach pour développer votre business ?

Maxence : dans cette nouvelle vidéo, on va voir ensemble quelle est l’importance d’avoir un coach dans votre business. Ici Maxence Rigottier. Je suis actuellement avec Franck Marcheix. On est au Brainstorming Mastermind Immobilier organisé par Oliver Seban. Je vais te laisser te présenter parce que tu es coach de coach, c’est donc une expertise assez sympathique et peu commune.

Juste avant qu’on voie tout ça dans cette vidéo je vous invite à cliquer sur le bouton « s’abonner » juste en dessous. Ça vous permettra de rejoindre des centaines et des centaines d’entrepreneurs qui suivent la chaîne YouTube et de recevoir toutes mes vidéos gratuites au fil du temps.

Retrouvez Franck sur son site « Confidences de Coach » en cliquant sur l’image juste en-dessous :

Capture d’écran 2016-02-18 à 14.23.38

Franck : salut

Maxence : est-ce que tu peux rapidement te présenter pour les personnes qui se demandent qu’est-ce que ça peut bien être coach de coach ?

Franck : pour me présenter complètement, je dirais tout d’abord que ma spécialité, c’est le travail autour de l’hypnose et de la communication d’influence, c’est-à-dire comment réussir à s’influencer soi-même de manière positive et réussir à influencer les autres de manière positive pour générer un meilleur business. On va donc plutôt parler de coaching en développement de business.

Après, j’ai beaucoup travaillé avec les coachs pour les aider à développer leur propre business parce que ça fait déjà un peu plus de 10 ans que je suis installé et je me suis rendu compte que beaucoup de coachs qui s’installaient avaient du mal à développer leur business et à installer leur marque, être à l’aise avec leur marque, être l’aise avec leur positionnement, et ressemblaient au coach du coin. Quand il y a une fournée de coachs qui débarquent à la fin d’une année parce qu’il y a plusieurs écoles de coaching qui certifient des coachs, quand ils arrivent sur le marché, ce sont tous les mêmes.

Maxence : comment je me distingue ?

Franck : exactement. Je ne sais pas si ça se voit, assez fan de Star Wars. Tu vois, moi c’est ce que j’appelle le syndrome de la guerre des clones, globalement ils sont tous pareils et la problématique est : comment je vais faire pour me différencier tout en restant aligné avec mes valeurs, avec ce que je fais, ce qui est important pour moi, la manière dont j’ai envie d’accompagner mes clients ? Comment je me différencie et comment les gens vont me choisir moi pour ce que je propose par rapport à un autre coach qui est plus ancien ou qui vient de sortir ?

C’est vraiment réussir à sortir du lot pour générer beaucoup plus de business et du coup être à l’aise, générer une forme de liberté financière par rapport aux gens qui n’ont plus de question à se poser.

Les clients vont venir de plus en plus comme une forme de bouche à oreille. C’est ce que j’appelle le marketing hypnotique. C’est comment je fais pour que les gens parlent de moi, peut-être même s’ils n’ont jamais parlé de moi, s’ils n’ont jamais travaillé avec moi, ils vont quand même avoir entendu parler de moi parce qu’il y a une forme de réseau qui se crée et à un moment, c’est : ah oui, Franck Marcheix, je le connais. Je n’ai jamais bossé avec, mais j’ai plutôt entendu du bien de lui, il faut que tu ailles bosser avec lui parce que ça va avancer, bouger. Donc on va me conseiller alors que si ça se trouve on n’a jamais travaillé avec moi.

Maxence : c’est vraiment la grosse importance du bouche-à-oreille.

Franck : c’est fondamental. Si tu n’as pas de bouche à oreille, que ce soit sur Internet ou en face à face, ça, ne marche pas. Quand tu achètes une voiture ou une télé, une des premières choses que tu vas faire, ça va être de demander à des potes : je dois changer de télé, c’est quoi la dernière que tu as achetée ?

Maxence : pareil pour un téléphone

Franck : j’ai envie d’aller au cinéma, c’est quoi les derniers films que tu as vus ? Tout ça, c’est du bouche-à-oreille. Je vais au restaurant, tiens ce soit on va manger au restaurant… oui, Franck, tu as raison, on va aller au resto et on va dans tel resto parce que j’ai un copain qui m’a dit que celui-là avait l’air sympa. Tout ça, ce n’est que du bouche-à-oreille.

Ce qui est assez amusant quand on développe du business, c’est qu’on a plutôt tendance à parler du bouche-à-oreille pour des restaurants, pour des achats d’impulsion, un téléphone. Mais quand on installe une activité, c’est rare qu’on pense au bouche-à-oreille de cette manière-là. On va plutôt y penser en se disant qu’il faut d’abord que j’aie plein de clients qui soient contents de moi pour ensuite avoir du bouche-à-oreille. Et c’est là où je ne suis pas du tout d’abord. Dans chacune de mes conférences et séminaires, c’est ce dont je parle en priorité, c’est de dire : ce qui compte, ce n’est pas ce que vous savez faire, ce n’est pas le nombre de clients que vous avez déjà accompagné, c’est plutôt : qu’est-ce que les gens pensent de ce que vous êtes capable de réaliser ?

Maxence : ça change tout, je suis d’abord.

Franck : ça a fait un next step, c’est comment tu passes à l’étape d’après. C’est de te dire à un moment : les gens s’intéressent à moi, non pas parce que je sais réellement faire les choses, mais les gens s’intéressent à moi parce qu’ils sont persuadés que je suis capable de faire ces choses-là. Et donc, ils me contactent en me disant : j’ai entendu de vous, j’ai vu des vidéos sur Internet de vous, j’ai envie de bosser avec vous et pourtant des fois, ils ne me connaissent ni d’Ève ni d’Adam, ou des fois parce qu’ils ont entendu parler par différents réseaux qu’il faut faire ça.

Je suis intervenu à Berlin, j’ai coaché une trentaine de dirigeants. Dans cette salle, il y avait à peu près 700 millions de chiffre d’affaires.

Maxence : sympa

Franck : avec une trentaine de dirigeants, tu vois un peu le panier moyen en termes de chiffre d’affaires.

Maxence : 20 millions d’euros.

Franck : j’ai pu intervenir dans ce séminaire pendant deux jours. J’avais deux interventions en matinée et l’après-midi, c’était du team building avec les dirigeants parce que celui qui organisait ça avait vu des vidéos de moi et avait entendu parler de moi dans un autre cercle que je ne connaissais même pas.

Maxence : en gros, c’est la recommandation.

Franck : la recommandation, mais une recommandation énorme parce que je ne savais même pas que cette personne qui m’a recommandé me connaissait parce que je n’avais jamais bossé avec elle. Mais elle-même avait entendu parler de moi d’autres cercles et ça a fait une boucle. La boucle s’est bouclée, il m’a appelé. On s’est mis d’accord sur comment ça allait se faire et voilà, j’ai été coaché. En plus, j’ai passé deux jours géniaux à Berlin avec une trentaine de mecs super qui étaient vraiment un groupe génial d’entrepreneurs. Tu imagines 700 millions de chiffre d’affaires. Ce sont des mecs qui ont des idées toutes les secondes.

Maxence : c’est une vision qui doit être assez surréaliste.

Franck : extraordinaire. Ça s’est produit en octobre de l’année dernière, octobre 2015. C’était génial. Je me suis éclaté. Ça m’a donné un boost supplémentaire parce qu’ils ont aimé l’intervention, donc certains des dirigeants m’ont dit : j’aimerais bien que tu interviennes soit personnellement pour moi parce que j’ai besoin que tu m’aides sur tel ou tel point, ou alors j’ai besoin que tu interviennes dans mon entreprise parce que j’ai envie de développer tel ou tel truc.

C’est ça l’importance de prendre un coach pour développer son business. C’est d’avoir cette forme de vision en méta et le coach n’est pas intégré à l’entreprise, donc il va pouvoir dire et faire des choses pour personne d’autre dans l’entreprise ne serait capable de faire.

Maxence : c’est revoir la vision et les objectifs précédents et les améliorer pour aller au next level.

Franck : encore plus loin.

Maxence : quels sont les trois principaux bénéfices pour une personne qui se dit : il faudrait peut-être que j’engage un coach pour mon business, pour me développer, pour décoller ? Quels seraient les principaux bénéfices d’avoir un coach dans son business parce que je pense qu’il n’y a pas énormément de gens qui en ont hormis les immenses boîtes ?

Franck : oui voilà, en France c’est encore assez confidentiel. Le coaching corporate, d’entreprise, ça se fait. Il y a plutôt de grosses agences de coach qui vont développer ça dans les entreprises. Mais ce n’est pas encore suffisamment développé à mon goût parce que je pense qu’il y a beaucoup plus de demandes qui sont implicites, qui n’ont pas encore généré de commande et qui n’ont pas encore généré de coaching, et ça, c’est assez dommage.

Pour parler des bénéfices, ça va être difficile de les hiérarchiser, mais le bénéfice central c’est d’abord d’être bien avec soi-même. Ça, c’est quelque chose qui est fondamental. Souvent avant de démarrer un coaching, on va identifier qu’il y a une forme de souffrance, quelque chose qui ne fonctionne pas bien. On n’est pas à l’aise avec les valeurs de l’entreprise dans laquelle on est ou peut-être que l’entreprise que l’on vient de créer, si on est entrepreneur, ne fait pas le chiffre d’affaires qu’on veut, etc. Il y a quelque chose qui ne se passe pas bien en soi et donc on n’est pas à l’aise avec soi-même, avec un environnement, une situation. Le premier gros bénéfice, c’est : je suis bien avec moi-même.

Et ensuite, d’autres bénéfices qui vont plutôt être des bénéfices secondaires, mais qui sont quand même super sympa, c’est que plus on va développer ce coaching et plus on va avancer dans ce coaching, et plus on va s’améliorer au sens vraiment large du terme parce que ça peut être à tous niveaux. Je peux prendre la parole plus facilement. Je peux vendre plus facilement. Je peux convaincre plus facilement. Je peux être amené à influencer. Encore une fois, je suis exigeant là dessus, mais positivement, dans un poste gagnant-gagnant. Moi, je vends mon idée et l’autre est content d’acheter mon idée. On est vraiment dans une notion d’influence positive.

Là aussi, je vais créer une notion de nouvelle ouverture, ce qu’on appelle souvent l’ouverture du champ du possible. À un moment, quand on est confronté à des problèmes, on a l’impression d’être comme dans un carcan, enfermé, ligoté, et on a l’impression de ne pas pouvoir bouger ni avancer. Souvent le coach va permettre d’aider son client à trouver le moyen de se défaire de ce carcan, de cet emprisonnement et tout plein de choses qui paraissaient impossibles, voire même auxquelles on ne pensait même pas, deviennent possibles, et même réalisables.

Les bénéfices sont donc immenses à choisir de prendre un coach. Après, je dirais qu’il y a une vraie vigilance à avoir, c’est : soyez à l’aise avec le coach que vous allez choisir. Choisissez-le vous-même. Si vous êtes en n-1, si vous avez quelqu’un au-dessus de vous qui vous dit qu’il faudrait faire un coaching, c’est à vous de choisir le coach et d’être à l’aise avec le coach. Et si vous êtes entrepreneur, là vous avez tout plein de choix, mais en tout cas, c’est le vôtre. Je dois être bien avec lui. Et attention, un coach ne doit pas être gentil.

Maxence : de temps en temps, il faut taper du poing sur la table…

Franck : le coach n’est pas là pour être gentil, mais pour être efficace. Ça veut dire qu’il est là pour vous dire des choses que vous devez entendre, des choses que vous devez faire ou des choses par lesquelles vous devez passer. Oubliez le côté bisounours du coach qui est là pour vous caresser, ce n’est pas un consultant qui vient vous donner des conseils. Un coach est là pour vous poser de bonnes questions, vous faire réfléchir, voire même vous perturber parce que c’est dans une forme de zone d’inconfort, voire quelquefois dans une zone de panique, que de nouvelles opportunités vont se créer. Le coach est là pour vous pousser dans cette zone de panique, dans cette zone d’inconfort parce que c’est dans cette zone-là qu’il va se passer des choses nouvelles.

Le vrai rôle du coach est là-dedans, donc n’hésitez pas à foncer et choisissez le bon coach pour vous. Il y en a plein, des centaines. Faites appel au bouche-à-oreille, écoutez les gens autour de vous pour voir. Est-ce que tu en connais un ? Si tu en connais un, il s’appelle comment ? Est-ce que tu peux me donner son téléphone ?

Maxence : qu’est-ce que tu as aimé sur lui ? Qu’est-ce que tu as amélioré ?

Pour finir, sur une dernière question, quelles sont les principales frustrations que tu vois dans les séminaires, les coachings et tu te dis : encore un point, et c’est la centième, la millième fois qu’on me sort cette même frustration ?

Franck : la frustration centrale chez les entrepreneurs, c’est le fait d’être bloqué dans une forme de décision et de dire : je n’arrive pas à passer à l’étape d’après parce que je ne sais pas quelle est la bonne décision à prendre. C’est une frustration…

Maxence : rester au même niveau en quelque sorte.

Franck : ils restent au même niveau parce qu’ils se disent : si je fais ça, ça ne me va pas complètement ; si je fais ça, ça ne me va pas complètement non plus. Ils restent pendant des mois à hésiter entre deux décisions alors que les leaders foncent parce que ce sont des habitués de la décision. Ils sont bloqués dans une sorte de quelle est la bonne décision ?

En définitive, ils ne prennent pas la bonne, mais la moins mauvaise, c’est-à-dire celle avec laquelle ils vont pouvoir créer le plus de compromis. La solution n’est pas là. La solution, c’est de se dire : une décision, elle se prend émotionnellement. Les neurosciences nous l’ont démontré. Une décision se prend très rapidement, c’est émotionnel. Ça prend moins d’une minute pour prendre une décision parce que c’est moins esprit rapide qui va tout de suite fonctionner. Là où un entrepreneur peut passer à l’étape d’après, c’est de prendre conscience que ce qui bloque ce sont les conséquences. Ce qui fait peut ce sont les conséquences de la décision. On a pris la décision, on sait qu’il faut qu’on fasse ça, mais on a peur de ce qu’il va se passer derrière parce qu’on n’assume pas forcément le fait qu’on fait peut-être renvoyer telle personne, il faut qu’on lâche tel type de produit…

Maxence : investir telle somme d’argent.

Franck : pendant un certain temps, je vais peut-être réduire mon niveau de vie. Il n’y a pas longtemps, j’ai coaché un dirigeant qui a créé une énorme entreprise et il a quasiment tout mis sur la table. À un moment il faut se dire : je sais que pendant un certain temps, il va falloir que je sois beaucoup plus vigilant qu’avant avec mon niveau de vie, il faut que je fasse attention.

La dernière fois que je l’ai vue, ç’a été : Franck, c’est difficile, j’aimerais bien m’acheter une nouvelle voiture. Émotionnellement, j’ai vraiment envie de vivre ça, mais je sais que ce n’est pas le bon moment parce que tout ce que je gagne aujourd’hui, il faut que je le réinvestisse pour être sûr de mettre en sécurité ma boîte. Eh bien, là, c’est une souffrance par laquelle il va passer et c’est aussi un coût. Il sait que pour que ça marche bien, pendant ce laps de temps, il va falloir qu’il soit plus vigilant que d’habitude jusqu’à ce que ça explose, parce qu’il sait que ça va exploser, c’est une belle entreprise et à ce moment-là, il sera réellement en open-bar.

Maxence : il suffit juste parfois de se priver quelques mois.

Franck : là le coach devient intéressant et puissant parce qu’il ne peut pas échanger avec sa famille là-dessus ; il ne peut pas échanger avec des amis là-dessus ; il ne peut pas échanger avec ses enfants là-dessus. La seule personne avec qui il peut être parfaitement authentique, la seule personne avec qui il peut être lui-même et dire ce qu’il est en train de traverser, c’est son coach.

Les leaders qui sont chefs de famille, ça peut être des femmes ou des hommes qui sont chefs de famille parce qu’ils rapportent beaucoup d’argent à la maison, ne peuvent pas montrer cette forme de fragilité parce qu’ils ont beaucoup de mal à exprimer cette forme de fragilité. Et du coup, la seule personne avec qui il peut vraiment se lâcher c’est leur coach. On voit vraiment la différence entre ceux qui le font avec leur coach et ceux qui ne le font avec personne.

Maxence : ça fait vraiment une grosse différence sur le long terme.

Franck : je sais que dans ta chaîne, il y a plein de gens qui sont entrepreneurs, qui s’intéressent à l’entrepreneuriat, à l’investissement et ils se reconnaîtront tous là dedans. On est très très seul en haut de la pyramide. Si vous avez des salariés ou si vous êtes tout seul en solo entrepreneur, vous êtes quand même en haut de votre propre pyramide et on est souvent tout seul.

C’est donc aussi important de se retrouver, créer des partenariats, des liens, des potes, des copains avec qui on est vraiment content d’échanger pour avancer encore plus. Ça, c’est bien. C’est une forme de – j’avance avec l’autre. Mais, un coach est vraiment là uniquement pour vous. C’est autre chose que simplement une relation avec laquelle on va juste être. On va pouvoir aller un peu plus loin que les clubs d’affaires ou les choses comme ça. Un coach, c’est encore plus efficace parce que beaucoup plus puissant. Il est là exclusivement pour vous.

Maxence : merci pour ton retour d’expérience. Si aujourd’hui, vous n’avez pas de coach et que vous voulez passer le niveau supérieur, faire décoller votre activité, comme tu l’as parfaitement évoqué, c’est important d’avoir des regards extérieurs par rapport à votre activité parce que de temps en temps on est avec des œillères et on se dit, mais qu’est-ce que je pourrais bien faire pour faire décoller mon activité, pour faire fois 2, fois 3 assez rapidement. C’est en se faisant coacher, en ayant des avis extérieurs qu’on se dit : si on m’avait dit ça il y a trois mois, il y a six mois, j’aurais été encore beaucoup plus loin. Des fois, ce sont des choses évidentes et on ne le sait pas, on l’ignore et c’est avec un coach, avec des avis extérieurs qu’on a de superbes résultats.

Merci d’avoir suivi cette vidéo. Si vous l’avez aimée, cliquez sur le bouton « like », le bouton « j’aime » juste en dessous. Où est-ce qu’on peut te retrouver s’il y a des gens qui se disent merci Franck j’aimerais que tu sois mon coach.

Franck : le plus simple, c’est mon site professionnel : franckmarcheix.com. Tu pourras le mettre en dessous si tu le souhaites.

Maxence : pas de souci

Franck : ou alors sur confidences de coach, là c’est plus des conseils que je partage en vidéo pour montrer le monde du coaching à ceux qui ne me connaissent pas, ou à ceux qui connaissent déjà et qui ont envie d’aller un peu plus loin. Confidences de coach ou franckmarcheix. Ça sera un plaisir. Rencontrez-moi. Venez me voir dans un séminaire ou appelez-moi. Ça sera vraiment avec grand plaisir. Je vous dis à très bientôt.

Maxence : cliquez sur le lien dans la description. Je mettrai les différents sites web de Franck.

 

Et juste avant de vous laisser, je vous invite à télécharger la vidéo privée « comment j’ai gagné 71 495 euros avec deux sites Web, de paris sportifs, et de course à pied ». Cliquez sur le lien à l’intérieur de la vidéo YouTube. Indiquez votre prénom et votre adresse email. Vous allez recevoir instantanément votre cadeau de bienvenue.

Si vous visionnez cette vidéo depuis un smartphone ou YouTube, il y a le lien juste en dessous dans la description ou le « i » comme info en haut à droite de la vidéo. Au plaisir et à tout de suite pour la vidéo bonus. Bye bye !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *