Transcription – Comment devenir riche en partant de zéro.

C’est ce qu’on va voir en détails dans cette vidéo.

Donc je suis actuellement avec Pierre Ollier dans mon appartement à Malte. On va revenir sur la psychologie et le mindset. Donc l’état d’esprit par rapport à l’argent et casser aussi ses croyances limitantes.

Juste avant, cliquez bien sur le bouton « s’abonner » pour rejoindre plusieurs milliers d’entrepreneurs abonnés à la chaine YouTube.

MAXENCE : Salut Pierre

PIERRE : Salut Maxence

MAXENCE : Si vous nous suivez depuis un petit moment, on a déjà réalisé d’autres interviews comme « comment investir dans l’or » ou encore sur d’autres thématiques. N’hésitez pas à bien regarder ces différentes vidéos. Et pour les personnes qui ne te connaissent pas, je te laisse rapidement nous présenter ton histoire puisqu’il y a peut-être des personnes qui se disent « mais qui est Pierre Ollier ? »

PIERRE : Je m’appelle Pierre Ollier, j’ai 33 ans. Je suis aujourd’hui indépendant financièrement mais ça n’a pas été toujours le cas puisqu’auparavant, j’ai débuté ma carrière vraiment en bas de l’échelle. C’est-à-dire que j’étais salarié, je faisais du porte à porte au Havre, et je gagnais moins de 1200 € nets. Je crois que c’était 1184 € nets par mois où je vendais des assurances. Vraiment j’ai commencé en mode Monsieur tout le monde et puis, je me suis dit ce serait quand même sympa d’un petit peu évoluer. J’avais des ambitions dans ma vie et je me suis dit, quoi de mieux pour apprendre un petit peu à s’enrichir que de d’évoluer vers le secteur de la banque. Donc je suis devenu banquier, j’ai fait Stripe pendant 7 ans. Et quand j’étais banquier, j’ai rencontré différents investisseurs, j’ai lu des livres et je me suis rendu compte que l’investissement immobilier, c’était quelque chose de très puissant. J’ai commencé à acheter mes premiers appartements et en fait, ce qui se passait, c’est que j’avais mon salaire qui tombait tous les mois donc quand je prenais mon relevé de comptes, boum, mon salaire et juste en dessous, j’avais un virement d’un locataire. Je me suis dit mais en fait, j’ai touché des revenus alors que je n’étais pas présent. Et c’est là que j’ai découvert en fait si tu veux, la magie des revenus passifs

MAXENCE : Donc ce qui a vraiment été une révélation pour toi, c’est de voir une seconde ligne en dessous du salaire. C’était un revenu d’un loyer locatif et là, ça a transformé un petit peu ton état d’esprit, ton mindset vis à vis de l’argent et la construction des actifs qui vont avec.

PIERRE : Oui, tout à fait. Parce qu’en fait, ça parait tout bête, mais tant que tu ne l’as jamais expérimenté… La seule façon de gagner de l’argent, c’est celle qu’on m’avait apprise moi à l’école. Tu vois les gens de ma famille, je n’avais personne qui était propriétaire ou investisseur. La seule façon qu’on m’avait apprise c’est va à l’école, il faut que tu obtiennes un bon diplôme, il faut que tu sois sérieux ; derrière tu vas rentrer dans une entreprise, tu vas monter les échelons au fur et à mesure. Sauf que moi, je me suis vite aperçu que le monde de l’entreprise ne me plaisait pas. J’avais du mal avec l’autorité, j’avais du mal avec mon patron. Le fait de devoir respecter des horaires stricts, c’est un schéma de vie qui ne me correspondait pas et je me suis toujours posé cette question : comment est-ce qu’on peut faire pour avoir un petit peu plus de liberté, et c’est comme ça que je me suis dirigé vers l’indépendance financière. Je n’étais pas, si tu veux, avide d’argent ; c’est plus vraiment, j’en avais marre de mon boulot et j’avais envie de faire autre chose. Donc dans un premier temps, mon objectif c’était de devenir indépendant financièrement.

MAXENCE : Alors du coup, peut-être une question qui vous vient à l’esprit, vous dites : Merci Pierre, quels sont les principaux actifs que tu as mis en place pour devenir indépendant financièrement puis ensuite, gagner des dizaines de milliers d’euros par mois.

PIERRE : Je pars du principe que si vous voulez devenir indépendant financièrement, il ne faut pas tout miser sur un seul business. Donc moi ce que j’ai fait, c’est que j’ai fait l’acquisition de différents actifs. Qu’est-ce-que c’est un actif ? C’est quelque chose qui va mettre de l’argent dans votre poche tous les mois, que vous soyez en train de travailler ou non. Donc un exemple d’actif c’est j’ai un appartement, je l’achète, cet appartement s’autofinance puisque le locataire rembourse le crédit. Et comme j’ai des bonnes rentabilités sur les appartements, je vais avoir un excédent de cashflow – donc c’est de la marge – ce qui fait que ça me fait des revenus passifs. J’ai développé des revenus via des business sur internet, j’ai développé des revenus via l’affiliation, j’ai également des revenus en bourse. C’est comme ça que j’ai multiplié, j’ai monté plusieurs business et aujourd’hui ce qui se passe, c’est que je me retrouve à la tête d’une multitude d’actifs, ce qui fait que ça génère beaucoup de cash tous les mois et j’ai largement dépassé le stade de l’indépendance financière. Mais à la base, c’était vraiment un peu un accident, c’est à dire que les actifs au début, tu les mets en place. Pendant deux ans ou trois ans, tu bosses, tu n’as pas forcément énormément de résultats et puis d’un coup, boum, ça jaillit et là, tu passes à la vitesse supérieure. Dès que tu as quitté ton job, de toute façon, après ton cerveau est en mode focus et tu es concentré à aller chercher les actifs, aller développer des business. Et là, après c’est une courbe exponentielle.

MAXENCE : Merci Pierre par rapport à ce petit feedback. Moi je connais bien personnellement Pierre. Vis à vis de ta présentation où tu gagnais moins de 1200 € quand tu as démarré au Havre et aujourd’hui tu es à 45.000 € par mois donc 1500 € par jour, ce qui est vraiment une excellente envolée – félicitations à toi une nouvelle fois – et du coup, comment tu as cassé ces croyances limitantes, du moins augmenté ce récipient financier pour t’enrichir au fil des mois.

PIERRE : C’est une excellente question Maxence. Ce qui s’est passé, c’est que ça s’est fait progressivement. Tu touches un premier loyer donc au départ tu es content, tu as un excédent de loyer. Tu vas toucher par exemple 200 ou 300 € de revenus alternatifs, après tu en mets en place un deuxième puis un troisième ; et au fur et à mesure, tu gagnes de l’expérience. Donc aujourd’hui les premiers appartements que j’ai achetés n’avaient pas de rentabilité extraordinaire mais par exemple la dernière acquisition que j’ai faite dans l’immobilier, elle génère 24% de rendement. Qu’est-ce-que ça veut dire ? Je vais vous faire simple. J’ai un de mes studios que je loue à l’année à des étudiants et que je loue aussi l’été à des touristes. Ce studio, l’été, il est loué 100 € par nuit. Ce qu’il faut savoir c’est que des studios comme ça, je n’en ai pas un mais j’ai deux au même endroit puisque j’ai divisé un appartement en deux. Donc 100 € par nuit pendant 30 jours, ça fait 3000 € ; fois deux studios, ça fait 6000 € donc 6000 € de loyers qui rentrent. Et de l’autre côté, je rembourse pour l’ensemble de ces deux studios, 580 € par mois, donc ça fait déjà 5200. Alors évidemment, ce n’est pas 5200 € nets puisque j’ai de la taxe foncière, des charges de copro, il y a aussi quelques impôts à payer donc des petites charges, mais ça reste quand même très confortable. Donc vous voyez, on apprend à développer son état d’esprit et à voir les opportunités là où les autres ne les voient pas. Ce qu’il faut savoir, c’est que par exemple cet appartement quand je l’ai vu, les autres personnes ne voyaient pas du tout l’opportunité. Ils m’ont même mis en garde en disant « Attention Pierre, tu fais une grosse erreur » parce qu’en fait, c’était un véritable taudis qui a été rénové et les gens avait vraiment très peur. Donc c’est vraiment en faisant comme ça, tu travailles, petit à petit, vous mettez quelque chose en place et ensuite vous l’améliorez. Maintenant, ne cherchez pas à forcement créer de nouveaux business, utilisez ce qui fonctionne déjà. L’immobilier, ça fonctionnait déjà il y a 2000 ans. Il y a 2000 ans, il y avait déjà des propriétaires et des locataires. Je n’ai rien inventé mais c’est juste que je me suis adapté à la demande actuelle de ce que veulent les locataires.

MAXENCE : Ok. Vis-à-vis de l’intelligence financière, on parle souvent d’éducation financière donc apprendre l’argent pour en attirer d’avantage et avoir une vie abondante. Toi, quels sont les différents conseils que tu pourrais nous donner ?

PIERRE : Ça part souvent d’un faux constat. Ce qui se passe, c’est que la plupart des gens pensent qu’ils sont payés pour leur temps. Souvent tu entends les gens dire « Moi je gagne 10 € de l’heure, moi je gagne 15 € de l’heure, moi je gagne 20 € de l’heure, moi je suis cadre et je gagne tant » donc les gens se situent, situent leur grille de salaire, leurs revenus par rapport à leur temps et par rapport à leur niveau de diplôme, et je pense que c’est vraiment un faux concept. En fait, on ne vous paie pas pour votre temps, on ne vous paie pas pour votre diplôme, on vous paie pour la valeur que vous apportez au marché. C’est-à-dire que si vous faites gagner par exemple un million d’euros à une entreprise, probablement que cette entreprise sera OK pour vous payer 200.000 € ; vous lui faites gagner un million, c’est un beau retour. Maintenant, si vous arrivez à faire gagner un million d’euros à une entreprise – je caricature – en 10 minutes, vous avez apporté de la valeur en très peu de temps. Souvent en fait, les gens se disent : Pour apporter de la valeur sur le marché – si par exemple, je ne sais pas, vous êtes comptable, vous êtes avocat ou vous avez un business – ça demande du temps. Et donc les gens pensent qu’ils échangent leur temps. Non, on vous paie pour la valeur. La valeur met du temps à être créée et du coup, les gens pensent qu’ils sont payés pour leur temps. Non, vous êtes payés pour la valeur que vous apportez sur le marché. Et donc ce qu’il faut bien comprendre, c’est que dans le même laps de temps, si vous devenez une meilleure personne et si vous développez votre éducation financière, qu’est ce qui va se passer, vous pouvez tout à fait dans le même laps de temps, par exemple, donner deux fois plus de valeur au marché, donner trois fois plus de valeur. Je vais prendre un exemple tout simple avec cette vidéo. On la tourne une fois avec Maxence mais c’est une vidéo qui sera vue plusieurs milliers de fois. Et pourtant on a travaillé une seule fois donc vous voyez, en une seule fois, on peut apporter de la valeur par exemple à plusieurs milliers de personnes. Donc il faut que vous trouviez comme ça, des idées de business que vous pouvez automatiser et des business à fort levier comme l’immobilier, les business en ligne, la bourse, etc.

MAXENCE : OK. Vis-à-vis un petit peu de la valeur horaire, moi je sais que personnellement, je délègue. Et à chaque fois que je m’estime, je me dis, wow, je ne peux absolument pas faire ça puisque si je le fais, c’est vraiment une perte de temps par rapport à ma valeur ajoutée dans la société. Comment tu procèdes, comme tu définis un petit peu ta valeur horaire pour donc soit déléguer, soit se dire c’est tellement important que ce soit qui prenne l’initiative ; et inversement, ça a tellement peu de valeur que je le délègue pour pouvoir me concentrer puis avoir plus de temps libre pour moi-même.

PIERRE : Aujourd’hui je ne pense plus du tout en termes de valeur horaire. C’est un concept que j’appelle la vélocité de la monnaie et le taux de rendement sur investissement. C’est-à-dire qu’aujourd’hui, pour te donner un exemple tout simple, si je mets 5000 € dans un appartement, que l’appartement a une rentabilité de 25% après impôts etc., je sais que cet appartement sera remboursé en 5 ans et qu’à la fin, je serai copropriétaire d’un capital de 100 000 €. Donc j’ai transformé 5000 € en 100 000 €, voilà. Et finalement, combien de temps ça prend, c’est plutôt… au bout de combien de temps je mets de l’argent sur la table, au bout de combien de temps je récupère ce que j’appelle mon deposit. Tu mets 5000 €, tu touches tes premiers loyers très rapidement ; déjà en moins de 6 mois, j’ai récupéré ma mise de départ. Et ensuite en 5 ans, j’ai multiplié ces 5000 €, je les ai transformés en 100 000 €. Donc je suis vraiment aujourd’hui en train de chercher uniquement des business ou des actifs qui ont vraiment une forte croissance potentielle. L’exemple tu vas l’avoir dans les business en ligne, par exemple pour les gens qui te suivent sur ta chaine. Si vous vendez des produits à 50 €, ça va être difficile pour vous de vous enrichir. Maintenant si vous proposez des formations à 1000 € ou des formations à 2000 €, vous allez devoir convaincre un nombre minimum de personnes et voilà, ça ferait moins de SAV. Donc, peut-être dès fois, se développer en se disant 1000 €, 2000 €, c’est peut-être cher. Non, parce que si de l’autre côté, vous apprenez à une personne, par exemple, comment gagner 20 000 €, comment gagner 30 000 € ou 40 000 € en lançant un business – et c’est tout à fait possible – finalement, l’investissement de base n’est pas énorme. Et vous pouvez comme ça, augmenter votre valeur plutôt de chercher à augmenter votre salaire horaire.

MAXENCE : Merci pour ces petits feedback. Toujours avoir ce côté vélocité, ça fait une grosse différence sur long terme. Un autre point que vous posez certainement et que j’aime bien dire aussi dans mes différentes vidéos : Nous sommes la moyenne des 5 personnes que l’on côtoie le plus. Quels sont tes différents mentors et qu’est-ce-que tu penses par rapport à ça, vis à vis de l’environnement qui est pour moi la chose la plus importante pour son business, ou même sa vie personnelle ou sa vie pro.

PIERRE : Ça c’est quelque chose qui était très difficile, au début pour moi. Parce que quand j’ai commencé, je n’avais pas des personnes, si tu veux, investisseurs, entrepreneurs. J’étais vraiment entouré de salariés et quand j’ai commencé à vouloir investir dans l’immobilier ou monter des business en ligne, les gens ne comprenaient pas ce que je faisais. Et très souvent, les gens se moquaient même de moi en me disant « mais ça ne marchera pas ». Je me souviens qu’il y a même une personne de ma famille qui m’a dit – en plus elle était banquière – Pierre, je ne mettrais pas un centime sur un de tes business. Elle m’a dit ça comme ça, ça ne fonctionne pas, moi je suis banquière, ça ne marchera pas. Et aujourd’hui ça me fait rigoler parce que je vois le chemin qui a été parcouru depuis et un petit peu la revanche qui a été prise par rapport à ça. Moi ce que j’ai fait, j’ai lu dans un premier temps, des livres de développement personnel pour changer un petit peu mon état d’esprit. Parce que quand tu n’as pas d’entrepreneurs, quand tu n’as pas d’investisseurs autour de toi, comment tu fais. Surtout moi, quand j’ai commencé à l’époque, il n’y avait pas tout ce qu’on trouve aujourd’hui sur internet. Je lisais des livres comme des livres de Jim Rohn, qui est un conférencier à succès, qui est mort aujourd’hui ; des livres de Robert Kiyosaki, qui m’ont vraiment aidé à voir les choses différemment. Et quand je les lisais au début, je me sentais un peu mal parce que c’est là que je me suis rendu compte qu’il avait un écart entre ma vie où j’étais en mode salarié, et puis la vie que je voulais, c’est à dire être indépendant financièrement, profiter de mes proches, avoir des loisirs, vraiment du temps pour moi. Et petit à petit, je me suis dit, je vais mettre en place des actions concrètes dans ma vie, je vais commencer par aller visiter un premier bien immobilier. Et la première fois que j’ai fait ça, je me suis retrouvé un peu avec le syndrome de l’imposteur. Je me suis dit mais qu’est-ce que je fais là à visiter un bien, je ne suis pas investisseur, etc. Tu te dis ce n’est pas pour moi, je n’ai rien à faire ici, tu te sens un peu…

MAXENCE : Tu sens le manque de légitimité.

PIERRE : Voilà, exactement. Mais en même temps, c’est un passage normal et au départ il faut bien en passer par là. Donc voilà, vous commencez, vous mettez des actions en place. Au début vous ne savez pas trop où aller et petit à petit, vous allez comme ça affiner votre objectif. Et derrière, j’avais des mentors, j’ai suivi beaucoup de personnes aux Etats-Unis. Maintenant je côtoie aujourd’hui beaucoup d’entrepreneurs, beaucoup d’investisseurs et j’ai développé… comme c’est un réseau… ce qui fait que c’est beaucoup plus simple. Si par exemple j’ai envie d’ouvrir une société, je peux passer un coup de fil à un entrepreneur, hop, il va me dire appelle tel et tel contact, et en l’espace de 10 minutes, c’est réglé. Si jamais j’ai un problème sur un de mes business immobilier, je peux appeler un avocat qui va m’expliquer voilà ce qu’il faut que tu fasses, voilà ton contrat, je te l’envoie par e-mail et boum, c’est réglé. Au fur et à mesure, vous allez comme ça vous construire une équipe. Et moi ce que je vous recommande, c’est d’assister à des évènements, à des séminaires, à des rencontres d’entrepreneurs ; mais c’est d’aller rencontrer des gens plus avancés que vous. Moi je peux vous dire que très souvent, quand je suis dans une réunion d’entrepreneurs, je suis toujours le mec qui en sait le moins, je suis vraiment le cancre. Très souvent, je fréquente des gens qui gagnent beaucoup plus d’argent que moi. Pourquoi ? Parce que ces personnes ont déjà les résultats que moi j’aimerais bien obtenir donc je ne vais pas aller fréquenter, en termes de business, des gens qui feront moins d’argent que moi. Ça ne veut pas dire que ce sont des mauvaises personnes les gens qui gagnent moins d’argent, mais en termes de business, ce n’est pas à eux que je vais demander conseil. Vous voyez, il faut demander conseil aux gens qui ont des résultats que vous voulez obtenir.

MAXENCE : Toujours, c’est très important, aller voir et modéliser les différents concepts des gens qui ont le succès que vous aimeriez obtenir dans les prochains mois ou les prochaines années. Ayez toujours ça en tête, c’est très important. Et avec le recul, souvent on parle aussi de traversée du désert où on se dit, wow… Quels conseils tu pourrais donner aux personnes ou quels conseils tu aurais donné à Pierre, à ses débuts, vis à vis de la traversée du désert ? Parce que je sais que c’est quelque chose qui bloque et qui arrête beaucoup de projets d’entreprise ou même dans l’immobilier. En gros, quels sont les différentes erreurs que tu identifies ou que tu aimerais donner aux personnes qui souvent se disent « C’est quand la fin de cette traversée du désert ? »

PIERRE : En fait, la traversée du désert, je suis prêt à parier que si aujourd’hui, vous regardez cette vidéo et que vous n’avez pas encore de revenu passif en place, c’est probablement parce que vous n’avez rien à vendre. Il faut bien comprendre que l’indépendance financière est basée sur la vente. Alors la vente, je sais que c’est tabou dans la francophonie ; quand tu vends, tu n’es pas bien. Mais quand tu vends quelque chose de bien… tu vas manger dans un restaurant, on te prépare un super plat, t’as passé un bon moment convivial avec tes amis, tu règles l’addition, ça parait normal. Le restaurateur t’a vendu quelque chose mais il a créé de la valeur pour toi. Quand vous vendez un produit, c’est pareil. Moi par exemple, je vends, quelque part, des produits… Quand je vends mon appartement, qu’est-ce-que je fais ? J’ai des personnes qui ont besoin de se loger. Souvent ils trouvent des logements qui sont pas terribles avec une déco de grand-mère, qui sont excentrés, qui ne sont pas lumineux, qui n’ont pas la machine à café, on leur rajoute des charges ou c’est compliqué, etc. Eh bien moi, je leur propose des forfaits tout compris, un appart ultra rénové, ultra design ; le mec n’a plus qu’à venir et à poser ses valises et ça y est, il est chez lui. Donc vous voyez, j’ai quelque chose à proposer. Et il faut bien comprendre qu’aujourd’hui, si vous avez quelque chose à vendre, vous allez être obligé de passer par internet. Souvent on me dit, je suis dans le business de l’immobilier mais c’est carrément du business internet. Aujourd’hui, mes locataires, je les trouve par internet en mettant des petites annonces sur Leboncoin, en mettant des petites annonces pour de la location courte durée sur Booking et Airbnb. Et donc il faut apprendre à vendre, apprendre à développer votre marketing, avoir des belles photos, avoir des textes qui donnent envie aux gens de venir. Vous avez une personne qui est au Japon, elle a envie de venir chez vous ; comment est-ce qu’elle se décide, par exemple, entre votre appartement et celui d’un autre ? Tout simplement sur les photos et sur les titres de l’annonce. Donc souvent les gens qui n’ont pas de revenus passifs sont des gens qui n’ont rien à vendre, pareil sur les business en ligne. Si aujourd’hui, vous faites des vidéos comme fait Maxence mais que vous n’avez pas de produit, d’offre à proposer… quand je dis un produit à proposer, c’est-à-dire vous avez un bon de commande, les gens peuvent mettre leur numéro de carte bancaire.

MAXENCE : Et si ce n’est pas le cas, malheureusement, comment vous voulez recevoir l’argent si c’est strictement impossible pour vous en donner.

PIERRE : La seule façon que vous avez, sinon, c’est d’avoir une fiche de paie. Mais si vous passez de l’autre côté de l’entreprenariat, moi c’est là que j’ai eu un déclic, j’ai dit qu’à un moment donné, il faut que j’ai des pages. Par exemple quand j’utilise un site de réservation en ligne, il y a une page où les gens peuvent mettre leur numéro de carte bancaire et payer. Et c’est comme ça que vous allez recevoir de l’argent, en apportant de la valeur sur le marché. Les gens veulent cette valeur et du coup, ils paient pour venir chez vous, dans vos appartements ; ou ils paient, par exemple, pour acheter l’une de vos formations. C’est comme ça que ça fonctionne mais multipliez le nombre d’actifs, multipliez le nombre de produits que vous avez à vendre, et c’est comme ça que vous allez vous enrichir.

MAXENCE : Et pour finir sur une dernière question… Si tu repartais de zéro aujourd’hui, est-ce-que tu referais la même chose, donc démarrer via l’immobilier ; ou est-ce que non, tu ferais directement le business en ligne, peut-être que tu utiliserais la bourse etc. ? Quelles sont les actifs que tu utiliserais si tu redémarrais de zéro à l’heure d’aujourd’hui ?

PIERRE : C’est une question que je me suis posée parce que quand vous êtes entrepreneur ou investisseur, il peut y avoir aussi un blocage en se disant je ne me lance pas parce que j’ai peur de tout perdre. Et moi en fait, je suis OK. C’est à dire que dans ma tête, j’ai validé que si je perds mon business, si je perds mes appartements, si je perds tout mon argent, bref, je me retrouve à zéro, à poil, je suis capable de repartir de zéro. Pour redevenir indépendamment financièrement, aujourd’hui ça me prendrait 6 mois. Pourquoi ? Parce que j’ai les connaissances. Qu’est-ce-que je ferais ? J’irais déjà commencer par acheter des appartements. Ou mettons même, je n’ai même pas de boulot, on va dire que je n’ai rien. Si je n’ai rien, on va dire que je vais prendre un petit boulot pendant trois mois, histoire d’avoir un CDI et d’avoir des revenus. Et ensuite j’irais voir mon banquier, je dirais « J’ai un CDI, prêtez-moi de l’argent pour que je puisse acheter un appartement ». Cet appartement ensuite, ce que je ferais, c’est que je le diviserais en deux et déjà, je commencerais par toucher mes premiers loyers.

Ensuite, je pourrais… mettons par exemple, en ce moment j’aime bien faire du sport, je pourrais tout à fait monter une chaine sur le fitness en expliquant comment je m’entraine, créer des formations par rapport à ça et expliquer aux gens comment faire pour bien se nourrir, comment faire pour bien s’entrainer. Et il y a des gens qui seraient prêts à payer pour s’entrainer comme moi je fais, par exemple. Et donc j’aurais, boum, un deuxième actif.

Troisième chose que je ferais avec les revenus que j’ai généré, par exemple, avec mon business en ligne, je me constituerais un petit apport, je retournerais voir le banquier en disant « Est-ce-que vous me prêtez de l’argent maintenant, en sachant que j’ai acheté un appartement qui s’autofinance. Et hop, il m’en prêterait et j’en achèterais un second, etc., etc.

Donc vous voyez l’idée. C’est qu’à la base, ce qu’il faut bien comprendre, c’est que la clé si vous voulez investir dans l’immobilier, c’est d’avoir juste des revenus stables pendant quelques temps et là vous allez obtenir des financements. Et si votre banquier est OK pour vous prêter un million d’euros, vous allez avoir un million d’euros dans l’immobilier, c’est aussi simple que ça. Et si aujourd’hui vous n’avez pas d’immobilier, c’est peut-être qu’il vous faut simplement mettre en place, avoir une source de revenus stable et aller voir votre banquier pour qu’il vous prête.

MAXENCE : Et souvent, ayez toujours ça à l’esprit, c’est la vitesse d’implémentation qui va vous permette d’avoir du succès. A quelle vitesse que vous allez pouvoir implémenter les choses dans votre activité, dans votre projet, dans votre business. Et à contrario, parce ce que c’est souvent une question qu’on me pose, on a dû te la poser aussi pas mal de fois : « Maintenant que tu as de l’argent, est-ce-que tu n’as plus du tout de problème ? » Comment tu gères par rapport à cela, dis-nous tout !

PIERRE : Evidemment, je rencontre des problèmes mais je ne les appelle pas comme ça. Je parle que c’est plus… plutôt des challenges. C’est-à-dire que je vais avoir un locataire, par exemple, qui n’est pas content ; je vais avoir un locataire, par exemple, qui a un retard de paiement ou tu vas avoir sur un business, par exemple, un client qui n’a pas reçu ses accès à son programme donc tu dois renvoyer un e-mail. En fait, à partir du moment où vous allez devenir indépendant financièrement, comme je vous l’ai dit, vous vendez quelque chose. Donc si vous vendez quelque chose, c’est que vous avez des clients. Les clients ils vous demandent des choses, ça paraît normal. Vous prenez n’importe quel magasin, il y a toujours… par exemple, tu vas dans un supermarché, t’as toujours un accueil où tu peux demander un truc. C’est pareil et c’est normal. Et ces trucs-là, il faut vous dire que ça fait partie de votre business donc ces choses-là, vous pouvez tout à fait les déléguer. Aujourd’hui, clairement je ne m’en sortirais pas tout seul si je devais moi-même gérer mes appartements, c’est impossible. J’ai des personnes, par exemple, pour faire la remise des clés, j’ai des personnes qui s’occupent des quittances de loyers, j’ai des personnes qui font visiter les biens. Et quand j’ai un problème, aujourd’hui, la question n°1 que je pose c’est est-ce-que je ne peux pas le déléguer à une personne qui va le faire, qui va régler ça à ma place. La deuxième chose que je me dis, c’est est-ce-que je ne peux pas automatiser un processus pour que ce problème, finalement, je ne l’ai plus. Par exemple, les gens qui ne reçoivent pas un accès sur une formation en ligne, est-ce-que il n’y a pas un logiciel qui est capable de traiter ça. Mais c’est bien parce que tous ces petits problèmes, derrière si vous arrivez à en résoudre beaucoup et que vous faites par exemple des business en ligne, vous pouvez carrément en faire une formation. Par exemple toi, il y avait des gens qui avaient des problèmes pour monter leur site internet ou qui avaient des problèmes pour ouvrir leurs sociétés à l’étranger, tu étais confronté à ces thématiques ; et du coup t’as créé une formation, tu expliques comment résoudre tout ça. Donc les entrepreneurs sont à la recherche des problèmes. Parce que si vous aidez les gens à obtenir ce qu’ils veulent dans leur vie, et retenez bien ça, vous allez être une opportunité pour eux. Et si vous devenez une opportunité pour eux, vous allez forcement devenir riche, c’est automatique. Si vous êtes la ressource que tout le monde s’arrache, c’est le jackpot pour vous. Posez-vous la question, quand vous voyez un problème, comment est-ce-que moi je peux apporter une solution et comment est-ce-que je peux aider les gens justement à sortir de ce problème. Et vous allez voir que si vous pensez comme ça, vous allez vraiment passer un autre niveau.

MAXENCE : Je rebondis par rapport à tes propos, vis-à-vis de problématiques qu’on me soumet. C’est pour ça que j’avais créé une formation qui s’appelle Patrimoine en Or, où on me demandait souvent « Maxence, comment on fait pour avoir une société à l’étranger, comment on fait pour avoir un compte bancaire à l’étranger, comment je réalise des investissements pour assurer ma retraite ? » Donc comme tu l’évoquais juste avant, il y a vraiment une demande. Et j’ai créé cette formation parce que j’étais passé par là et je me suis dit, je vais pouvoir vous aider et le mettre en place. D’autres personnes qui me disaient « Maxence, comment on gagne sa vie avec un site web, comment on gagne sa vie avec une chaine YouTube », donc c’est aussi pour cette raison que j’ai créé le Club Privé BUSINESS.

PIERRE : C’est pareil. Dans l’immobilier, j’avais plusieurs appartements et les gens me demandaient… Tu sais, ils voyaient un jeune qui a plusieurs appartements. Donc ils s’imaginent toujours que quand t’as des biens immobiliers, t’as forcement les cheveux blancs et t’as forcement 50 ou 60 ans. Donc quand ils voyaient un petit jeune, ils m’ont dit « T’as plusieurs appartements mais comment tu fais, t’es salarié, t’es riche, t’as des gens qui sont millionnaires dans ta famille ? » Je dis non, je fais des crédits, je trouve des affaires qui s’autofinancent. Et en fait, on me posait tellement la question tout le temps que du coup, j’en ai fait des formations. En fait ce que les gens veulent, moi ce que j’ai remarqué, c’est vraiment un plan d’action, étape par étape. Du coup, quand je structure mes programmes, ce que je fais c’est que je montre aux gens vraiment au début comment on trouve une bonne affaire, comment ensuite on va voir le banquier pour obtenir le financement, comment est-ce qu’on rénove le bien… derrière, comment est-ce qu’on met la petite annonce. Donc tu vois, je filme par exemple. Je fais vraiment de la télé-réalité, c’est à dire que je rentre chez moi, il y a des travaux, on casse un mur, je montre comment ça se passe. Parce que la théorie, les gens ils en bouffent assez sur Wikipédia et sur Google, ce qu’ils veulent c’est des choses concrètes. Ils veulent savoir comment moi je fais donc finalement, je leur montre exactement ce que je fais, je filme tout et les gens n’ont plus qu’à recopier. Et je sais que les gens sont assez friands de ce type de programme parce qu’il n’y a plus qu’à recopier quoi. C’est vraiment une méthode, une recette de cuisine.

MAXENCE : C’est comme si vous étiez par-dessus l’épaule du formateur et ça, c’est assez royal.

PIERRE : Et c’est ce que je vous encourage à faire si vous aussi, vous voulez créer des formations en ligne.

MAXENCE : Exactement. Et du coup, avec Pierre, qu’est-ce qu’on a mis en place récemment ? C’est un pack vis à vis de différentes formations sur l’immobilier, sur l’expatriation puisque on a eu beaucoup de demandes. Et à chaque fois on s’est dit « Mais on est obligés d’aider ces différents personnes » et on a mis en place donc le pack Nouveau Rentier Offshore, où vous avez accès à différentes formations sur l’immobilier, sur l’expatriation à l’étranger, sur la création d’un compte bancaire à l’étranger, sur tout ce qui est compte multidevises, plein d’éléments comme celui-ci.

PIERRE : C’est important, parce que voilà, pourquoi est-ce qu’on en est arrivé à faire ça. En fait Maxence, je me suis rendu compte qu’il proposait des choses qui étaient très complémentaires à ce que je faisais. C’est-à-dire que moi, j’explique aux gens comment devenir indépendant financièrement dans l’immobilier. Mais beaucoup plus, là en ce moment, j’ai un des membres de mon programme Raflez la mise dans l’immobilier qui fait une acquisition à 1,5 millions d’euros. Donc, vraiment, on a tous types de niveaux, on a des gens qui débutent. Une fois que vous générez de l’argent, si vous résidez en Europe, probablement vous avez une fiscalité, une pression qui est assez forte. Donc vous-vous posez peut-être la question de savoir est-ce-que vous créez votre entreprise en France ou ailleurs ; et Maxence, justement, c’est un spécialiste puisqu’il a créé plusieurs sociétés à l’étranger donc il a des contacts, il a rencontré des avocats fiscalistes donc c’était vraiment des formations complémentaires. Et d’ailleurs, souvent on me posait des questions par rapport à la banque. C’est à dire que j’avais beaucoup des gens qui me demandaient « Est-ce que ce n’est pas risqué aujourd’hui, les comptes bancaires, en France, etc., on entend plein de choses par rapport à ça » ; donc j’avais créé un programme pour expliquer aux gens comment ouvrir des comptes bancaires à l’étranger, comment ne plus avoir son argent en euros. Parce que vous savez, en ce moment la Banque Centrale fait de la planche à billets, ce qui fait que l’euro a été dévalué donc comment protéger son argent par rapport à ça. J’avais aussi des gens qui me posaient des questions sur comment investir dans l’or. Et voilà, toutes ces méthodes, finalement on a fait un pack avec tout ça et également une formation de Maxence qui explique aux gens comment gérer leur budget. Parce que je peux vous dire, on connait des entrepreneurs, vraiment des gens qui gagnent très bien leur vie, des gens qui gagnent même plus que Maxence et moi réunis, mais ça va vous paraitre fou, il y a des gens qui sont capables de claquer plus de 100 000 € par mois, ils dépensent tout leur argent. Donc Maxence lui, a fait une formation sur la gestion de budget où il explique un petit peu comment mettre tout ça en place.

MAXENCE : Maintenant, je vous invite à cliquer sur le lien juste en dessous, dans la description YouTube, ça vous permettra d’être redirigé directement sur la page de présentation du pack Nouveau Rentier Offshore. Et par la même occasion, vous allez pouvoir regarder plus de 70 avis en vidéos, de personnes qui ont eu des résultats en appliquant les différents programmes et les différentes formations. Donc à tout de suite sur la page de présentation et on vous dit à très vite !

Bye-bye !