Transcription – De 0 à 150 000 abonnés YouTube en 2 ans !
Autodisciple – RAJ

Maxence : Mais c’est qui est là ? C’est Raj, Raj d’Autodisciple. Donc, de 0 à 150 000 abonnés YouTube. C’est ce qu’on va voir en détails dans cette vidéo et on va revenir aussi sur ton histoire donc comment tu as démarré sur YouTube et tu as donc buzzé en l’espace de deux ans seulement. Donc, bravo à toi une nouvelle fois.

Alors pour la petite anecdote, j’ai rencontré Raj c’était en 2014. Donc, il y a déjà trois ans à une soirée avec Olivier Roland, Michael Ferrari, Robin Collignon et Pinault Bio.

Raj : Ouais !

Maxence : Et voilà, cette époque là, tu n’avais pas du tout de chaîne YouTube encore.

Raj : Ah c’est vrai ! C’est vrai que je n’avais pas.

Maxence : Ouais ! Donc, chapeau à toi une nouvelle fois. On va revenir avec tout ça en détails.

Donc, juste avant, cliquez sur le bouton « s’abonner » pour rejoindre plusieurs dizaines de milliers d’entrepreneurs abonnés à la chaîne YouTube.

Donc, salut Raj, est-ce que tu peux tout d’abord te présenter et nous expliquer avant que tu crée cette chaîne Autodisciple, il y a pas mal d’années qui se sont écoulées. Qu’est-ce que tu as fait par le passé ? Expliques-nous tout et un petit peu ton histoire, ton parcours de tes débuts jusqu’à aujourd’hui.

Raj : Depuis le début, ça va être long, mais ouais, c’est vrai qu’on s’est rencontré il y a pas mal d’années, c’est vrai que j’ai oublié …

Maxence : Ouais 2014 ouais, mi-2014.

Raj : Ouais ! A l’époque, je n’avais pas du tout, c’est vrai que je n’avais rien et j’ai découvert ta chaîne à ce moment là. C’est vrai que tu as pas mal monté aussi sur YouTube entre temps non ?

Maxence : Ouais, exactement !

Raj : Tu avais une chaîne YouTube déjà mais c’était surtout le blog à l’époque, il y a pas longtemps.

Maxence : Alors non, 2014, pareil, je n’avais pas de chaîne sur le webmarketing, que les paris sportifs et la course à pied.

Raj : Ouais, c’est ça !

Maxence : Donc, j’ai démarré début 2015 pour le webmarketing, ouais. Absolument !

Raj : Sinon, qu’est-ce que j’avais fait avant de faire Autodisciple. Donc, Autodisciple c’est une chaîne que j’ai créée il y a quasiment deux ans maintenant. Au début, c’était un peu un test, mais je me suis dit : « tiens, je vais essayer de lancer es vidéos, voir un peu comment les gens réagissent ». Et donc, après, je me suis fixé le défi en l’espace d’un an de passer de 3 000 abonnés à 100 000 abonnés et donc de faire plein de vidéos, plein de défis par rapport à ça. Donc, j’ai réussi en un an et un mois.

Et sinon, avant ça, je faisais pas mal de trucs différents. A la base, j’ai fait une école d’ingénieur et je travaillais un petit peu dans le textile, enfin, voilà, dans ce domaine, la teinturerie, etc. Tu vois ?

Maxence : Tu n’as pas été aussi dans le business de la séduction un moment donné ?

Raj : Juste après mon école d’ingénieur, j’ai essayé plusieurs types de blog en fait ! Je connaissais déjà Olivier et d’autres gens qui avaient un peu réussi des blogs, vivre de leurs blogs. Du coup, j’ai essayé plusieurs trucs et à un moment, j’ai fait aussi un truc ouais sur les rencontres hommes-femmes. Et ça m’a permis de me lancer aussi et d’avoir une petite communauté au début et en gros, sur ma chaîne Autodisciple actuellement, d’avoir les quelques centaines de premiers abonnés qui sont quand même très importants. Et voilà, puis Autodisciple, je travaille à fond dessus et voilà.

Maxence : Alors première question qui vous vient peut-être à l’esprit, vous vous dites : ok Raj, donc, Autodisciple, comment ça t’es venu ? Dis-nous tout. Est-ce que c’est un jour tu t’es levé, tu as eu cette inspiration, comment ça t’es arrivé d’appeler cette chaîne YouTube comme ça ?

Raj : Alors le nom, je ne sais plus du tout, mais je me rappelle juste que quand je l’ai trouvé, voilà, je savais que c’était …

Maxence : Tu t’es dit c’est de la bomba !

Raj : Voilà ! Souvent, je commence des trucs par rapport aux noms. Quand j’ai un bon nom, je sais que ça, enfin, ça définit beaucoup de choses le titre. Même dans une vidéo, le titre d’une vidéo, ça définit beaucoup le contenu que tu vas faire et le fait de savoir si ça va être une bonne ou une mauvaise vidéo. Et donc, pour moi, ça va être un point déclenchant de trouver ce titre et du coup, je me suis dis que c’était bien. Et Autodisciple, c’est par rapport à, ce n’est pas seulement l’autodiscipline, c’est le fait de ne pas avoir de guide, de maitre, enfin, juste faire un petit peu les choses comme on veut. Et enfin, être son propre maitre, son propre disciple en fait.

Maxence : Ok !

Raj : Et en plus, ça parle un peu à tout le monde, on comprend tout de suite ce que ça veut dire, même si c’est un mot qui n’existe pas en fait.

Maxence : Ouais, c’est assez dans l’esprit des gens, on comprend directement.

Raj : ça c’est clair !

Maxence : Alors là tu as dit juste avant de 3 000 à 10 000 abonnés en l’espace d’un an. Personnellement à part toi, alors il y a forcément des gros YouTubeurs qui y arrivent, mais c’est très rare.

Raj : Il y en a quelques uns ouais.

Maxence : Voilà ! Pourquoi tu t’es fixé un objectif aussi grand ? Comment tu as réalisé en fait à réussir cet objectif ? Parce que généralement, voilà, c’est très compliqué d’arriver à avoir en si peu de temps, en démarrant de 0, 10 000 abonnés. Qu’est-ce que tu as compris sur YouTube, donc, dans les rouages pour vraiment buzzer avec cette plateforme ?

Raj : Ben, quand je me suis fixé le défi, je n’avais pas forcément compris grand-chose tu vois. Mais ce que je me suis dit c’est que j’avais déjà une petite communauté, je me suis dit, si je me fixe cet objectif par rapport à eux, ça va mettre une pression sociale, mais une bonne pression sociale.

Maxence : Ok !

Raj : Et si tu veux, c’est un des trucs que… j’ai lu pas mal de livres dans le développement personnel et sur la psychologie positive, etc… Il y a un truc que tu apprends c’est que fondamentalement, ce qui nous influence le plus dans la plupart des cas c’est beaucoup la pression sociale. Alors ça on a tendance à trouver ça pas bien et à être énervé contre ça. Effectivement, ça nous pousse à faire des trucs, à avoir peur, à faire des trucs qui ne sont pas bien pour nous, etc. Mais si tu le retournes, si utilises cette pression sociale de manière positive, tu peux faire des trucs assez ouf. Et moi je me suis dit, si je me fous de cette pression sociale avec mes abonnés en disant : « ben, tiens, je vais arriver à avoir beaucoup plus d’abonnés en un an », ça va me forcer à trouver les moyens en fait d’y arriver. Et du coup, je ne savais pas forcément, puis, j’ai appris sur le top quoi. J’ai appris en testant, en faisant beaucoup de vidéos. Moi, il y a un concept, c’est le concept des projets de 30 jours qui n’est pas beaucoup utilisé sur YouTube et que moi je trouve hyper intéressant. Essayer un truc pendant trente jours …

Maxence : Donc toi ouais, c’est ces défis de 30 jours qui t’ont véritablement fait exploser le défi.

Raj : Ouais !

Maxence : prendre une douche froide, vivre avec le bitcoin. Je crois que tu avais dit pas de relation sexuelle ou pas de masturbation, je ne sais plus.

Raj : Ouais, pendant 60 jours. …

Maxence : ok ! Donc, du coup, à chaque fois c’est les défis qui font que les gens ils se sont dit : « Waouh, je vous suis, je veux savoir la suite, je veux connaitre la fin ».

Raj : Ouais ! Il y a de ça et il y a aussi, par exemple celui qui a le plus marché, c’est de dire oui à tout pendant 30 jours.

Maxence : Alors ouais, explique-nous tout. Est-ce que les gens, ils ont été « sadiques » avec toi ou au contraire au final non quand on dit oui à tout, les gens sont assez sympa et enfin, ne demandent pas grand-chose.

Raj : Ah non, les gens sont carrément, ben, en fait au début…

Maxence : Donne-moi 500 € : oui ! Au car je suis dans la merde.

Raj : Ben en fait, c’est que quand tu fais ça, les gens te le rendent juste après.

Maxence : D’accord ! Ok pour blaguer ?

Raj : Ben, en vrai, personne n’ose vraiment te demander 500 € comme ça à partir de rien quoi. Et moi en gros au début, je ne le disais à personne. Après, je le disais un petit peu à mes amis. Et en gros, les inconnus de manière générale, s’ils ne savent pas que tu fais un projet où tu dis oui à tout, ils ne te demandent rien de ouf en fait. Tu te ballades dans la rue, il n’y a pas quelqu’un qui te demande 500 € comme ça. Et tes potes. A priori tu as des bons potes, même s’ils te demandent 500 €, ils te les rendent juste après, ils ne vont pas oser …

Maxence : Ouais c’est juste pour la blague.

Raj : Donc en fin de compte, ce n’est pas si dangereux que ça. Tu vois ?

Maxence : D’accord

Raj : Les gens qui ne te connaissent pas et les gens qui connaissent, ils sont un peu tes amis. Donc, voilà !

Maxence : Donc, là, tu as fait différents défis par rapport à ça. Donc, vis-à-vis aussi du Bitcoin, tu as dû avoir le vent en poupe par rapport à ça aussi.

Raj : Ben ouais, j’ai eu de la chance parce qu’en fait, je crois que j’ai fait ce projet vraiment à un moment où ça intéressait un peu tout le monde en fait. C’est un peu…, c’est la phase en fait, quand j’ai commencé le projet, je crois que le Bitcoin il était à 800 € et quand j’ai fini, enfin, à ce moment il est à 4 000 quoi. Donc, c’était plutôt dans l’année quoi. Et donc, à la fin du projet il devait être à 1 000, 2 000, il était en train d’exploser. Donc, les médias se sont vraiment emparés du sujet à ce moment là et c’est un truc qui te permet de faire…

Maxence : Ouais, donc, ça t’a permis de faire buzzer, voilà, ouais absolument.

Raj : Et du coup, ben, par chance, je suis arrivé au bon moment j’ai fait plein de vidéos sur le sujet. C’est vrai que ça intéresse beaucoup les gens. De comprendre en fait, surtout de le voir concrètement comment ça marche. Parce qu’il y a beaucoup de vidéos qui sont sur le sujet ou des vidéos qui le défendent ou des trucs un peu geek sur le sujet. Moi, je voulais faire un truc hyper pratique, concret, enfin, voir comment ça fait de payer son café, de manger, de vivre simplement avec des bitcoins. Et je pense que ouais, du coup, je suis arrivé au bon moment avec ça.

Maxence : Donc, c’est ça qui est top à chaque fois. Ça vous permet de développer votre audience à travers la plateforme et là en l’occurrence, toi c’est YouTube. Alors autre question : aujourd’hui on est criblé par rapport aux sms, Snapchat, Instagram, Facebook Messenger, les emails, bref, on est à chaque fois distrait dans des dizaines et des dizaines de notifications. Pour la petite anecdote, avec Raj, quand je t’avais contacté, je crois que tu m’avais peut-être répondu 10 jours après. Je ne m’en souvenais même plus. Mais par contre, je me suis dit : « ok, c’est un mec qui incarne ce qu’il dit : Autodisciple ».

Et du coup, je voulais que tu nous donnes ton retour d’expérience parce que, à ma grande surprise, tu ne délègues pas. Tu arrives à gérer ton business alors que tu as une audience comme assez conséquente. Tu as déjà plus de 10 ou 11 millions de vues. Donc, ça commence vraiment à être sympa. Comment tu gères tout ça ? Est-ce que tu te dis : je me connecte une fois par jour. Est-ce que, voilà, comment tu procèdes vis-à-vis de tout ça. Donc, notifications : commentaires YouTube, Facebook Messenger, emails, Snapchat, Instagram. Est-ce que par exemple tu es sur YouTube, dis-nous tout.

Raj : En ce moment, je n’ai pas exactement de méthode hyper précise. Mais c’est vrai que de manière générale sur les messages, c’est bien que j’ai bien pris… mais c’est vrai qu’il y a un truc qui s’appelle la communication asynchrone, c’est le fait que de manière générale, c’est bien de ne pas être toujours dans la réponse immédiate à tout le monde. Notamment sur Facebook, tu vois les gens attendent une personne immédiatement, je pense que c’est bien d’attendre et d’y réfléchir quand tu es posé, bref, de répondre que quand on est posé, ne pas être dans la réaction en fait tout le temps. Donc, j’essaye au maximum de ne pas être dans la réaction et après, faire le tour aussi c’est quand tu as beaucoup d’abonnés, enfin, beaucoup de gens qui te suivent sur YouTube et que c’est relativement grand public. De toute façon je ne peux pas répondre à tout le monde aussi quoi. Il ya aussi ce problème là. Donc, déjà il y a un filtrage aussi qui fait que …

Maxence : D’accord !

Raj : Moi, au début, je répondais à tous les commentaires, je répondais à tous les messages, etc….

Maxence : Rapidement, tu as dis : ok, bon je vais passer 24 heures sur 24 à répondre à mes commentaires YouTube.

Raj : Ben, au bout des 20, 30, enfin, vers 50 000, tu comprends que c’est mort que tu n’y arriveras pas. Donc voilà, c’est comme ça, tu ne peux pas répondre à tout le monde, sinon, tu passes ta vie à faire ça.

Du coup, il y a des gens qui nous prennent un peu mal des fois, mais bon, ben, c’est comme ça. Et sinon, …

Maxence : Ils te disent : aye il prend la grosse tête !

Raj : Exactement ! Alors que c’est juste que physiquement, tu ne peux pas répondre à tout le monde quoi. Et non, sinon, à part ça …

Maxence : Donc, juste toi, ta seule astuce, que tu mets personnellement c’est donc de ne pas être dans la réponse immédiate. Mais ouais, tu es quand même assez connecté par exemple sur ton smartphone.

Alors je me souviens, peut-être Olivier Roland il avait fait un snap où il disait voilà : regardez le téléphone de Raj, c’est dans les années 2000, donc, le petit Nokia 3210 ou quelque chose de similaire. Est-ce que tu as un smartphone et du coup tu coupes des applications ou non tu as toutes les applications comme tout le monde.

Raj : Non, j’ai quand même toutes les applications parce que c’est quand même important, ouais, j’ai tout sauf Snapchat quoi. C’est important je pense d’utiliser tout. Enfin, les gens sont un petit peu partout quand même. Il ne faut juste pas de checker ces trucs toutes les heures quoi. Alors moi, j’avais une méthode qui, en voyage, en fait j’étais en voyage là récemment, donc c’est un petit peu différent en voyage. De toute façon, j’étais au Cambodge, je n’avais pas forcément beaucoup accès à internet, donc, les problèmes ne se posaient pas. Mais sinon, quand je suis posé quelque part, enfin, dans une ville, je vais plutôt essayer de me fixer d’utiliser internet que le matin et dans tous les cas, même si je ne sais pas dans un moment où j’ai un programme particulier par rapport à ça, dans tous les cas, je ne vais pas utiliser mon téléphone même s’il y a internet, genre le soir. Le soir, je vais essayer de me consacrer à la famille, d’être avec les gens, passer un bon moment et ne pas …

Maxence : Ouais donc, par exemple, avant de dormir tu ne te fais jamais d’ordinateur, c’est très rare pour ne pas avoir …

Raj : Je m’endors en lisant.

Maxence : Ok ! Petite lecture du soir et hop au dodo !

Raj : Ouais, c’est plus efficace.

Maxence : Ok ! Excellent. Alors autre chose que, si vous connaissez un petit peu Raj, ce qui est fort probable, vous vous dites : bon, ben, tu as lu pas mal de livres, tout contrairement à moi. Alors si tu pouvais citer donc trois livres vis-à-vis du business qui t’ont marqué, trois livres par rapport au développement personnel et ensuite trois livres vis-à-vis des relations ou relation de couple. Donc, neuf livres au total, vis-à-vis de tout ça.

Raj : Ok, je vais essayer !

Maxence : Si tu trouves.

Raj : Trois livres de business : alors je dirais celui auquel je pense en premier ça serait Zero to One qui est le livre de Peter Thiel, qui est assez connu déjà, qui est traduit en français d’ailleurs. De Zéro à Un et donc, il parle du fonctionnement des startups et aussi beaucoup du concept d’idées contrariennes, pourquoi est-ce qu’il faut, pourquoi souvent un business qui réussit c’est souvent un business qui est basé sur un secret et sur une idée avec lesquelles 90 % des gens ne sont pas d’accord. Et que souvent une bonne manière de créer un business, c’est voilà avoir ce genre de croyance contrarienne parce que du coup il y a moins de concurrence et du coup tu peux faire un truc que les autres ne font pas, parce qu’ils pensent que ce n’est pas une bonne idée. Donc, Zero to One est un excellent livre même d’ailleurs pour les gens qui n’ont pas forcément envie d’entreprendre, pour juste comprendre un peu le fonctionnement de l’économie et des startups aujourd’hui. Je pense que c’est un bon livre.

Un autre livre, c’est Hackers & Painters, qui est écrit par Paul Graham qui est le fondateur du Y Combinator qui est en gros le plus gros accélérateur de startup dans le monde. Et qui est aussi très intéressant, qui fait le lien entre les peintres, entre l’art, l’informatique et des startupeurs aujourd’hui. Que si voilà on apprend plein de truc, et c’est dense, c’est profond, c’est intelligent.

En troisième livre, je ne sais pas, j’hésiterais entre La semaine de 4 heures et Lean start-up. La semaine de 4 heures, bon, ben tout le monde connait quoi, c’est un livre qui apprend à créer une entreprise en étant un peu libre et comprendre que le but ce n’est pas forcément de travailler comme un dingue pour devenir milliardaire ou à l’opposé d’être salarié, d’avoir un petit salaire en ayant des horaires très réguliers, mais qui a un peu une voie différente. Une voie qui consiste à se débrouiller pour avoir un business assez automatisé et qui te permets de juste faire ce que tu veux et d’être riche de temps en fait. Enfin, c’est toujours un très bon livre même s’il y a des trucs qui sont un peu datés, c’est vrai c’est un très bon livre. Et Lean start-up, c’est un livre qui explique pourquoi il faut se lancer rapidement, pourquoi est-ce qu’il faut prendre un maximum de feedback plutôt que d’être le type d’entrepreneur qui se dit : tiens je vais rester dans ma cave pendant un an, je vais travailler sur un projet et puis je vais sortir le truc et ça va trop marcher. Ce qui n’arrive jamais en fait dans la réalité.

Maxence : Ouais qui malheureusement n’a pas du tout l’empathie du marché et c’est souvent le flop total à la sortie du produit ouais !

Raj : C’est ça ! donc …

Maxence : Donc, ça pour le business, ces trois livres là ?

Raj : Quatre du coup…

Maxence : Quatre livres. Ensuite, développement personnel.

Raj : Ouais tu m’as dit développement personnel.

Alors ce livre dont je parle tout le temps que je lis vraiment beaucoup c’est Willpower Instinct qui est un livre écrit par Kelly McGonigal, voilà qui a fait une conférence TED sur le sujet du stress d’ailleurs.

Maxence : Ok !

Raj : Donc, Willpower Instinct c’est un livre qui résume beaucoup d’études sur le sujet de la volonté, de la suffisance de la volonté en fait. Parce que souvent, on parle de volonté un petit peu comme ça, légèrement on demande des conseils sur le sujet, mais en fait il y a vraiment des expériences psychologiques qui sont faites et on voit ce qui marche, ce qui ne marche pas, que plus méditer, manger tel aliment, faire tel ou tel truc dans telle ou telle manière et aux guises de l’appréciation sociale, etc. Bon on a des expériences qui nous disent ben, ça augmente nos volontés de tel pourcentage ou pas. Et donc, c’est bien d’avoir en fait toutes ces sciences résumées dans un livre et surtout c’est très bien écrit. C’est du bon storytelling. C’est un peu marrant et il y a des exercices pratiques. Donc je vous dis, c’est surement le meilleur livre sur le sujet de la volonté.

Maxence : Donc, en gros l’idée c’est quoi ? Au démarrage de la journée, on a un certain réservoir de volonté et petit à petit ça baisse considérablement.

Raj : Voilà ! Ça par exemple c’est un des concepts qui est expliqué dans le livre, mais il y en a plein d’autres, quoi. Il y a voilà…, pourquoi est-ce que finalement, on réagit beaucoup plus à la honte et l’honneur qu’à des trucs plus privés ? Pourquoi est-ce que c’est bien de s’engager publiquement ? Enfin, plein de trucs comme ça… Pourquoi est-ce que c’est bien de ne pas s’auto-flageller aussi quand on a raté un défi ? Enfin, plein de trucs comme ça qui sont expliqués et ouais, c’est un très bon livre.

Deuxième livre dans le genre développement personnel, je conseillerais pas mal aux gens de lire des trucs qui sont un peu en dehors du…, qui sont peut-être plus dans la philosophie plus les romans, moi je conseillerais un livre qui s’appelle 00 :15 :55 dont je parle aussi beaucoup. C’est aussi, donc, c’est plus de la philosophie et c’est plus un livre qui nous parle de notre rapport avec les probabilités, pourquoi est-ce qu’on comprend mal les probabilités dans la vie de tous jours.

Maxence : Et c’est un livre que j’ai lu mais il y a au moins dix ans, donc, c’est un livre très rare on dirait. C’est un des rares livres que j’ai lu qui est excellent ou souvent en fait on surestime des évènements qui ont lieu ou on sous-estime d’autres évènements vis-à-vis des probabilités.

Raj : Et c’est vraiment penser différemment, moi, je trouve ça utile en fait. Comprendre que juste comprendre ce truc simple qui est très mauvais pour voir l’avenir en fait.

Et sinon, à part, ça, qu’est-ce que je conseillerais de vraiment bien dans 00 :16 :38 peut-être pas un livre de développement personnel pur mais peut-être un truc sur la nutrition, du genre un livre comme Food Rules qui est un truc très court qui explique des règles pour bien manger, écrit par Michael Pollan qui est un mec qui a vraiment tout étudié et carrément tout lu sur le sujet de la nutrition et qui résume un petit peu ça ben en expliquant en gros que la nutrition c’est une science jeune et qu’il y a des règles simples à suivre…

Maxence : Alors qu’est-ce qu’il dit par exemple de bannir le sucre, les produits laitiers, le gluten ou est-ce que c’est de la flute.

Raj : Mais justement, il n’est pas vraiment extrême. Il dit juste que déjà la base de toutes… et il est largement suffisant pour 90% des gens avant de s’intéresser à autre chose, c’est déjà de manger surtout des végétaux, manger en petite quantité et manger de la nourriture non industrielle.

Maxence : Donc, manger vivant en quelque sorte.

Raj : Ouais, c’est ça. Et déjà si tu fais ça, c’est déjà très bien. il faut déjà se concentrer sur ça. Et une fois que tu fais ça vraiment, que vraiment tu ne manges pas toujours dehors et toujours les trucs industriels, etc., voilà, tu peux commencer à te poser peut-être des questions sur d’autres trucs du genre le sucre raffiné, etc. Mais déjà la base, c’est ça. c’est juste ces trois trucs là, parce que c’est un peu les seules choses qui font vraiment consensus en matière de nutrition et le reste globalement, c’est possible que dans 10, 20 ans, on nous dise exactement le contraire et que voilà, qu’on ne sait pas vraiment comment ça marche. Donc, c’est un truc intéressant, c’est un tout petit livre aussi. Et justement ce que tu apprends dans d’autres livres, notamment Willpower Instinct quand même un lien entre l’alimentation, la volonté, enfin, tout ça et marcher ensemble en fait.

Maxence : Ok, donc ça c’est vis-à-vis du développement personnel et relation de couple, est-ce que tu as trois livres à nous conseiller pour vraiment voilà être parfait ou être mieux possible.

Raj : Ouais, sur le couple je n’ai pas lu, le seul que j’ai lu vraiment dans les relations de couples c’est …

Maxence : Les relations sociales de manière générale.

Raj : Ouais, c’est plus ouais. Alors un que j’aime vraiment bien, ça s’appelle, alors je crois que c’est Art of Connection de Wayne Elise Juggler qui est un livre fait pour les hommes qui veulent aborder ou rencontrer des femmes. Mais c’est totalement non transposable pour une femme qui voudrait l’utiliser et qui en fait explique un peu comment fonctionne les relations sociales et qui le fait de manière pas robotique, pas trop systématique, mais en même temps avec des conseils concrets et voilà… Enfin, c’est un très bon livre qui permet de faire des rencontres en fait naturellement. Et donc, ça, ça serait le meilleur.

Ensuite, il y en a un sur les relations sociales de manière générale. Voilà, j’en n’ai pas lu assez. J’ai lu Les hommes viennent de mars et les femmes viennent de Vénus, mais moi, je n’étais pas forcément fan fan. Bon, après, il y a des livres comme Sex at Dawn qui est très intéressant aussi. Donc, c’est plus sur la sexualité et qui parle en fait de psychologie évolutive et comment…, dans quel contexte on va évoluer et pourquoi est-ce qu’on est comme on est, pourquoi est-ce que les relations entre les hommes et les femmes c’est aussi compliqué et pourquoi est-ce qu’on est un peu de nature entre nous qui sont en contradiction. Je pense que c’est un très bon livre juste pour comprendre comment on fonctionne et comprendre qu’on n’est pas anormaux, bizarres sur certains trucs.

Maxence : Qu’on est totalement différent homme femme. On ne parle pas le même langage ouais, il faut être clair et net.

Raj : Ce livre Sex at Dawn, il ne dit pas forcément ça. Il a plutôt tendance à nous rapprocher, à dire qu’on est naturellement proche, mais qu’après, il y a des différences culturelles qui sont très importantes. Mais surtout, enfin, c’est un livre qui parle du baiser, de la monogamie, du fait que ce soit naturel ou pas. Et qui du coup, est assez éclairant sur plein de sujets.

Maxence : Alors, est-ce que tu as lu des livres sur le poly-amour par exemple.

Raj : Non, pas directement. Celui-ci c’en est un peu un, mais pas directement.

Maxence : D’accord ! Ok !

Raj : Et sinon, troisième livre que je pourrais conseiller sur ce qui est des relations, il y en a un qui est intéressant qui est assez marrant, c’est un tout petit livre qui s’appelle Optimal Cupid qui, pour le coup, je ne suis pas…. C’est intéressant surtout par ce que c’est écrit par un mathématicien qui hacke un petit peu un site de rencontre américain qui s’appelle OkCupid. Et c’est une lecture marrante parce que c’est une introduction aussi aux algorithmes pour les gens qui veulent comprendre un petit peu l’informatique. Voilà, c’est un truc très bien. C’est un bon livre de vulgarisation de ce que c’est qu’un algorithme et ce qu’on peut faire avec l’informatique en fait dans la vie de tous les jours. Et c’est aussi un truc qui offre une vision un petit peu différente des relations en fait. Optimal Cupid c’est un bon livre aussi sur le sujet.

Maxence : En tout cas, merci pour ces neuf livres à lire. Donc, n’hésitez pas, voilà, il y a trois livres développement personnel, trois livres vis-à-vis du business et trois livres vis-à-vis des relations de manière générale.

Alors autre chose si tu pouvais nous donner trois conseils hormis Laurent Breard si tu regardes cette vidéo, majorité 99% des infopreneurs, on est souvent en mode chinois, donc on bosse 50 heures ou 60 heures au plus par semaine. Voilà ! Quels sont les conseils au final, on a tous 24 heures par jour également on délègue et ainsi de suite, mais pour être productif efficace si tu avais trois conseils à nous donner, quels seraient ces différents conseils.

Raj : Le tout premier, c’est un peu bateau mais c’est faire un truc que tu aimes faire, un truc par lequel tu es passionné.

Maxence : Ok ! Dans quoi ne pas avoir cette impression de travailler et à chaque fois être dans le plaisir de ce qu’on fait.

Raj : Ouais ! Vraiment faire un truc que tu dis si tu avais du temps libre et si tu avais plein d’argent et que tu ferais quand même ce truc là précisément. Essayer d’aller dans cette direction là.

Maxence : La question à se poser en gros c’est : si vous aviez tous l’argent du monde, est-ce que vous feriez ce que vous êtes en train de faire aujourd’hui ? Et si c’est le cas, ben bingo vous êtes, vous faites quelque chose qui vous passionne, ça c’est parfait.

Raj : Ouais ! Je dirais ça principalement. L’autre truc c’est quand tu travailles d’essayer d’être déconnecté au maximum. Voilà, d’avoir de longues phases de déconnexion. C’est-à-dire non seulement couper les réseaux sociaux, mais même ton portable et enfin, voilà avoir des moments où tu sais que tu ne va pas être dérangé pendant plusieurs heures. Parce que ça fait travailler complètement différemment et surtout, on sous-estime énormément l’impact que tu pourrais avoir une interruption de quelques secondes. Vraiment, …

Maxence : Tu avais fait une vidéo sur le sujet qui est excellente. Est-ce que tu as quelques chiffres par rapport à ça, on pourrait se dire, j’ai été interrompu 3 secondes, 5 secondes par rapport à une petite notification Facebook, le petit truc rouge, le petit snap ou le petit email est-ce que tu as quelques chiffres ?

Raj : Non, il n’y a pas de chiffre scientifique, mais c’est un truc qu’on peut tous expérimenter quoi. En fait, c’est plus tu fais une tâche qui a de la valeur, c’est-à-dire que tu vas demander une grosse concentration intellectuelle, plus la micro-interruption de quelques secondes est désastreuse. Et ça dépend, il y a des domaines où c’est plus visible que d’autres. Par exemple, si tu, les gens qui font de l’informatique qui codent, pour eux c’est vraiment évident parce qu’ils doivent maintenir beaucoup d’informations dans leur tête au moment où ils sont en train d’écrire leur code, mais enfin par exemple quelqu’un qui écrivait, il serait en train d’écrire un livre, un artiste, quelqu’un qui fait une tâche intellectuelle assez importante, enfin, tu peux vraiment perdre peut-être une journée de travail simplement parce que quelqu’un t’a interrompu au mauvais moment tu vois. Parce que quand tu fais du travail vraiment profond, vraiment efficace qui apporte vraiment de la valeur, tu ne peux pas être interrompu quoi. Ça a trop de trop lourdes conséquences en fait.

Maxence : D’accord ! Et donc, à chaque fois être focus sur une tâche précise et couper toutes les sources de distraction pour pouvoir être focus sur ce qu’on fait.

Raj : Et sinon, le dernier truc c’est d’essayer de… Alors le gros problème en fait quand on est entrepreneur, c’est que du coup on n’a pas de patron, on n’a pas d’obligation, dès fois on n’a pas de deadline même.

Maxence : Ouais on peut se lever à l’heure qu’on veut, on fait ce qu’on veut avec qui on veut quand on veut et où on veut. Donc, cette autodiscipline qu’il faut avoir au quotidien, ouais.

Raj : Et du coup le troisième truc, ce serait de faire en sorte d’avoir justement une pression sociale positive en prenant des engagements publics, pas trop en prendre non plus. Tu vas en prendre quelques uns que tu sais que tu vas pouvoir tenir et utiliser ça pour « être cadré » par les autres, par l’environnement. Voilà les conseils que je donnerais quoi, ne pas sous-estimer ça.

Maxence : Ok ! Ben merci une nouvelle fois. Alors maintenant, par rapport à YouTube, est-ce que tu as déjà contacté des influenceurs ? Est-ce que tu es déjà allé vers le YouTube Space et pouvoir un petit peu bénéficier des différents locaux de YouTube ? Et comment ça se passe exactement, à quel seuil d’abonnés YouTube on peut bénéficier des locaux ? Est-ce qu’il faut réserver deux mois à l’avance ? Comment ça se passe exactement ?

Raj : Ouais, ça fait un moment que je ne suis pas allé au YouTube Space donc je ne sais plus trop comment ça fonctionne.

Maxence : C’est 10 000 abonnés donc, si je me souviens bien.

Raj : Je crois que maintenant, c’est ça, avant c’était moins. Je crois que c’est 10 000 abonnés maintenant.

Maxence : Je crois que c’était 1 000 au tout début et après c’est maintenant 10 000 puisque moi on m’a contacté, comme j’ai deux chaînes à plus de 20 000 et 13 000.

Raj : C’est bien ! En fait, ils ont du très bon matériel. C’est bien pour les gens qui vivent à Paris, 00 :25 :28 il n’y a que Paris je crois.

Maxence : Et est-ce qu’on rencontre alors des gros YouTubeurs ou c’est un mythe ? Quand je dis des gros YouTubeurs, des YouTubeurs au moins entre 100 000 et un million d’abonnés.

Raj : Si, mais moi après je ne suis pas allé assez souvent te dire, mais si si, clairement si tu vas au Space et que tu y es souvent, tu vas forcément en croiser.

Maxence : D’accord !

Raj : Après c’est bien aussi pour les gens qui veulent vraiment du bon beau matériel, mais après moi la raison pour laquelle je n’y vais plus aujourd’hui c’est parce que en fait, ça te permet de faire des vidéos vraiment très pro avec un fond vert, un fond blanc ou un fond noir et un truc comme ça. Et en fait, ce n’est pas vraiment ce que je veux voir sur ma chaîne quoi, j’aime bien le côté…

Maxence : Ah ouais tu te dis c’est trop perfectionniste ou très très pro et toi tu veux garder le côté humain plus à la cool pépère.

Raj : Ouais ! C’est ça, c’est un peu trop impersonnel et après, oui, il y a des gens qui y vont …

Maxence : Et tu y vas juste comme ça ou tu réserves quelques jours à l’avance ?

Raj : Le Space pour tourner il faut réserver, ça c’est sûr. Après, je crois qu’ils ont ouvert récemment, je ne sais pas quel jour de la semaine, mais il y a un jour de la semaine où tu peux y aller comme ça dans une sorte de café ou tu peux rencontrer aussi d’autres YouTubeurs. Donc, ouais on peut y aller, parfois c’est…

Maxence : Il faudrait que j’aille voir un jour ouais, ça peut être pas mal ouais.

Alors également, tu as un programme d’accompagnement par rapport à tes différents clients vis-à-vis du développement personnel ; quelles sont les trois erreurs majeures que tu vois chez des gens qui rejoignent tes programmes.

Raj : Alors, moi, j’ai un seul programme moi c’est résolution. Et en fait je fais des vidéos que je lance toutes les semaines avec chaque mois un thème différent. Déjà, la raison à la base pour laquelle moi je l’ai créé c’est pour surtout permettre aux gens d’avoir un truc sur le long terme. Je pense que la grosse erreur c’est de se dire qu’on va s’intéresser au développement personnel pour genre une petite période et après on va faire autre chose. Ce qui est en général n’est pas très utile. Enfin, surtout sur des trucs comme la nutrition, voilà.

Maxence : Ok, du gros Top Case où les gens n’ont pas forcément la volonté du changement.

Raj : Ouais c’est ça. C’est surtout la question du long terme tu vois. Et d’autre fois c’est déjà de la capacité à s’engager sur le long terme, sur quelque chose.

La deuxième, je dirais c’est de négliger les tout-petits efforts. Tu vois souvent on a envie de faire des trucs un peu grandiose ou un peu impressionnant ou un peu dont on va pouvoir parler, etc. Alors que souvent, ce qui va être important en matière de rapport qualité humaine, que ce soit la productivité, que ce soit le fait de mieux manger, que ce soit le fait de méditer tous les matins ou genre, lire des trucs. Souvent, ce sont vraiment les plus ridicules les plus infimes qui vont avoir un vrai impact et qui comptent vraiment. Il y a un livre qui parle bien de ça c’est L’effet cumulé.

Maxence : Ok !

Raj : Et qui vraiment explique dans tous domaines pourquoi est-ce que c’est vraiment les petits choix qu’on va faire qui sont de manger plutôt un fruit plutôt que manger n’importe quoi. Enfin, ouais, tous les petits choix qu’on va faire tous les jours qui comptent le plus ou qui sont les plus importants par rapport aux grandes décisions qui finalement sont négligeables par rapport à toutes les microdécisions qu’on prend tous les jours.

Maxence : Ouais souvent les gens ils veulent des résultats spectaculaires et c’est pour ça que les régimes ne marchent pas vis-à-vis de la nutrition parce qu’il y a le côté privation et ensuite on retombe directement dans le quotidien plus ou moins.

Raj : Sinon, la troisième grosse erreur, comme je disais tout à l’heure c’est de croire qu’enfin, comment dire, tout dépend d’eux et qu’ils n’ont pas besoin d’un système, qu’ils n’ont pas besoin d’un environnement social qui va les aider à aller dans la bonne direction et croire qu’en fait …

Maxence : On est plus malin que la moyenne en gros. C’est souvent ça non ?

Raj : Ouais, c’est ça, mais surtout croire qu’en gros il y a des personnalités qui peuvent être très autodisciplinées, puis de l’autre il y a des gens qui seront un peu fainéants, etc. Alors qu’en réalité, il y a juste des gens qui font le choix d’être dans le bon système dans le bon environnement et dans les bonnes, tu sais c’est des trucs basiques quoi, ce genre, c’est d’avoir un livre à côté de chez soi, juste à côté du lit et d’avoir une petite lumière pour lire ce livre. Enfin, des trucs basiques comme ça. Le fait d’avoir un espace où je vais pouvoir méditer tous les matins et te sentir bien. Le fait d’avoir bien pour bien dormir tu vois d’avoir un truc où tu vas bien pouvoir fermer les lumières et être dans le noir complet, enfin, des trucs comme ça. Le quartier où tu vis, enfin, des trucs basiques comme ça. Finalement, c’est les trucs les plus importants tu vois en matière de développement personnel. Tu vois, c’est comment changer le système autour de toi. Et ça, c’est un truc que je pense qui est très très négligé par tout le monde de manière générale. On sous-estime a quel point on n’a pas de personnalité en fait ou très peu de personnalité et à quel point on est beaucoup en maitre de situation. C’est souvent la situation qui nous oriente à faire des choses bien ou des choses pas bien.

Maxence : D’accord, alors qu’au préalable, on pourrait penser qu’on va faire telle ou telle chose, mais au final c’est la situation donnée qui nous amène à faire ça ou ça.

Raj : Ouais, c’est sans doute oui que je m’intéresse beaucoup en ce moment. Et c’est vraiment impressionnant de voir à quel point…, il y a un truc connu par exemple, c’est l’expérience de la prison tu vois, du genre …

Maxence : Alors qu’est-ce que c’est cette expérience ? Dis-nous tout !

Raj : Il y a un film qui a été fait là-dessus qui s’appelle La vague et en fait c’est une vraie histoire, enfin. Tu prends des gens tout à fait normaux très éduqués très gentils très bien et tu prends la moitié, tu leur donnes le rôle de gardiens et l’autre moitié tu leur donnes le rôle de prisonniers. Ben, en fait le mec pète un câble et les gardiens deviennent méchants et sadiques et tout le monde devient fou.

Maxence : Alors qu’à la base tout le monde est normal.

Raj : Ouais, c’est çà ! Et enfin, vraiment c’est juste une question de situation. Donc, c’est vrai, en matière de morale malheureusement, mais c’est aussi vrai en matière de volonté et de productivité. On dépend beaucoup de la situation dans laquelle on se met quoi.

Maxence : D’accord ! Avoir toujours ça en tête, ça fera une bonne différence au long terme.

Ok ! Donc pour finir sur une dernière question. Là tu es rentré donc du Cambodge. Tu voyages assez régulièrement. En gros, voilà, c’est quoi la journée quotidienne de Raj. Voilà, vous vous posez peut-être la question en disant comment tu t’organises ? Est-ce que tu dors 6 heures par nuit ? Est-ce que tu es un mec du matin, c’est quoi exactement le quotidien ? Ta routine donc vis-à-vis de ta journée ou même ta semaine.

Raj : Ouais, donc, on me pose beaucoup la question en fait, le truc c’est que c’est assez variable, en vrai je fonctionne beaucoup par des projets de 30 jours ou 60 jours. Alors en ce moment je suis dans un truc qui s’appelle le rêve lucide, j’essaie de le pratiquer lucide.

Maxence : Ouais c’est quoi exactement le rêve lucide ?

Raj : Alors un rêve lucide c’est quand tu rêves au milieu de la nuit et que tu réalises que tu es en train de rêver. Et du coup, tu peux interagir avec ton rêve soit pour le contrôler soit pour interroger les personnages qui sont dans ton rêve. Enfin, bref, tu es conscient que tu es en train de rêver et du coup, voilà, tu as un peu plus de liberté de contrôle, mais aussi tu es un peu plus, du coup, le rêve devient un peu plus réaliste souvent. Il va être un peu plus prenant et plus clair d’une certaine manière. Donc, c’est un truc vraiment incroyable quand tu l’expérimentes tu as vraiment envie de le réessayer absolument. Souvent les gens y arrivent par hasard en fait sans forcément connaître ce que c’est.

Maxence : Donc tu rêves et ensuite tu arrives à contrôler le rêve ou ils te prennent dedans.

Raj : Ouais, au moins tu peux contrôler toi dans le rêve.

Maxence : Chapeau !

Raj : C’est un peu comme dans le film matrix qu’en gros tu réalises que tu es dans la matrice. Et donc, du coup, ben, en ce moment, mes habitudes sont beaucoup organisées par rapport à cela. C’est-à-dire que j’ai, voilà, le soir, je m’endors avec un petit, je ne sais pas comment on appelle ça, mais tu sais les trucs noirs que tu mets sur les yeux mais …

Maxence : Ah oui, un petit bandeau pour bien voir le noir.

Raj : Sauf que là, ça t’ajoute aussi une lumière, ça t’envoie de la lumière au milieu de la nuit pour te faire prendre conscience que tu es en train de rêver. Juste avant de m’endormir, je m’endors souvent, en lisant un livre qui est un peu en rapport avec le sujet. Et aussi, je vais me répéter dans ma tête, je vais essayer de compter jusqu’à un certain nombre de fois. Et je vais compter un je rêve, deux je rêve, trois je rêve, ainsi de suite parfois jusqu’à 500, 600 000. Et donc ça c’est mes habitudes de la nuit. Et le matin, mon habitude du moment, le truc que je fais vraiment quasiment avant même de me réveiller, enfin, quand j’ai les yeux encore fermés, c’est un journal de rêve qui est vraiment juste à côté de mon lit avec un stylo à l’intérieur et dès que je commence un peu à me réveiller, je note mes rêves en fait par écrit.

Maxence : Alors tu as un petit journal, un carnet de bord où tu écris au quotidien.

Raj : Ouais, c’est ça !

Et donc, on ce moment je l’utilise comme journal de rêve et ça augmente ta mémoire de rêves assez rapidement de faire ça. Et voilà ! Donc, en gros toutes mes habitudes aujourd’hui sont par rapport à ça. Et aussi un autre truc que je fais pendant la journée, c’est que à un moment j’essaie de me demander si je suis en train de rêver ou si c’est la réalité tu vois ? Toucher les objets, je me demande si est-ce que ce truc là c’est vrai.

Du coup, quand tu fais ça pendant la journée, ça devient une habitude et du coup, la nuit aussi tu le fais par habitude.

Maxence : Donc, tu touches des choses la nuit du coup.

Raj : Non, toucher les choses c’est un très mauvais test. Parce qu’en fait, le cerveau est très bon pour te faire croire qu’enfin, là tu vois ça pourrait être un rêve comme par exemple. Un très mauvais test aussi c’est de se pincer. En fait, on peut très bien avoir mal dans un rêve, c’est une mauvaise idée.

Les bons tests, enfin, pour moi, un test qui marche bien, j’appelle ça le test de la stabilité. Je vais regarder un truc, je regarde ailleurs, je regarde à nouveau le truc, et je vais voir si ça n’a pas trop bougé.

Dans les rêves en fait rien n’est stable. Quand tu regardes un truc que tu regardes ailleurs et que tu reviens, ça n’a rien à voir. C’est parce qu’il n’y a pas de contact avec la réalité. Et que c’est toi qui produis ce que tu vois. Donc, ça c’est un bon test et c’est mon test préféré. Sinon, après, il y a d’autres trucs, je peux compter tes doigts, tu peux essayer de lire, tu peux essayer de traverser ta main avec ta main, il y a pleins de trucs différents quoi.

Maxence : Et dans ton quotidien tu arrives à être présent aussi, voilà, à bien avoir conscience de ce que tu fais ?

Raj : Dans quel sens ?

Maxence : Parce que moi personnellement, suivant je suis pris dedans. Et ça m’arrive ; il y a des choses que je ne sais même plus ce que j’ai fait il y a quinze minutes avant parce que je n’ai plus cette conscience ou cette présence par rapport à la tâche que je fais. Donc, tu arrives à être bien conscient lorsque tu le fais.

Raj : Non, non, je pense que je suis assez présent. Le rêve lucide aussi te permet de faire ça parce que du coup quand tu poses la question est-ce que c’est vrai ou pas, du coup, tu es forcément obligé de pauser, tu es obligé de t’arrêter. Du coup, ça aide aussi à ça. Sinon, bluffer ou méditer aussi, ça aide aussi à être plus présent. Ouais, non je n’ai pas trop ce problème là perso.

Maxence : Ok ! Ben écoutes, parfait, donc, merci pour tous tes conseils.

Donc, si vous avez apprécié la vidéo, cliquez sur le bouton like juste en dessous. Merci par avance ! Partagez-là, ça permettra d’avoir votre feedback, donc merci par avance pour cliquer sur le petit pouce juste en dessous.

Et juste avant de vous laisser, je vous invite à télécharger vis-à-vis des pages de ventes la plateforme clickfunnel, je vous ai mis un lien de recommandation. Ça vous permettra comme Raj quand vous avez une grosse audience de pouvoir la monétiser par la suite et du coup par la même occasion de pouvoir vivre de votre chaîne YouTube, vivre de votre activité. Si vous visionnez cette vidéo depuis YouTube ou un smartphone, il y a le (i) comme info en haut à droite de la vidéo ou encore tout est dans la description juste en dessous.

Donc, à tout de suite sur la page de présentation de Clickfunnel et je mettrais aussi les différents liens pour retrouver la chaîne YouTube de Raj et tu as même une deuxième chaîne YouTube que tu as créé il n’y pas longtemps, qui s’appelle ?

Raj : Ouais, ouais, elle s’appelle Douce lecture, c’est un truc de lecture.

Maxence : Ok ! Et là tu es capé pour bien avancer sur cette chaîne.

Raj : Ouais, ben c’est un truc qu’on fait à côté. Donc, c’est des vidéos par semaine, il n’y a pas de stratégie ou quoi que ce soit.

Maxence : Ok ! C’est pur plaisir et contribution.

Raj : Ouais en publié !

Maxence : Ok ! A tout de suite sur la chaîne YouTube de Raj et à tout de suite sur Clickfunnel ! Belle journée !