Transcription – Comment voler en business class au prix de l’éco
Guillaume Schaer

Maxence : Excellent ! Ce n’est pas bête comme stratégie : Comment voler au prix de l’éco pour le business class. Je suis avec Guillaume SCHAER, on va voir aussi comment payer moins cher vos billets d’avion.

Juste avant, cliquez sur le bouton « s’abonner » pour rejoindre plusieurs dizaines de milliers d’entrepreneurs abonnés à la chaîne YouTube. J’ai rencontré Guillaume, c’était à un séminaire de Max PICCININI : « Croissance max » à peu près un an environ. Honnêtement, quand j’ai vu le concept, je me suis dit : c’est génial. Donc, là, à l’heure d’aujourd’hui, tu n’es que sur le marché anglophone, tu te tâtes à aller sur le marché francophone et tu vas nous donner les subtilités, les conseils pour déjà payer moins cher ses billets d’avion, puisque tu as créé un site sur le sujet et également nous donner toutes les subtilités pour soit payer au prix de l’éco un business class ou quasiment le même prix, c’est assez sidérant, tu me donneras quelques exemples. Je te laisse rapidement te présenter et puis nous expliquer aussi comment c’est venu et comment ça s’appelle ton métier par rapport à ce que tu fais vis-à-vis des billets d’avion. Salut Guillaume !

Guillaume : Salut Maxence ! Merci de m’avoir accueilli ici aujourd’hui. Donc, je m’appelle Guillaume et je suis un travel hacker.  Le principe du Travel Hacking, c’est trouver des systèmes, des possibilités d’optimiser tes billets d’avion et ton voyage pour payer moins cher et maximiser ton espérance de voyage. C’est-à-dire que dans certains cas, tu vas pouvoir voyager en business, moins cher que l’éco, c’est possible. Je l’ai déjà fait plein de fois.

Maxence : Hallucinant ! Incroyable, mais vrai. Chapeau une nouvelle fois.

Guillaume : Tu vas pouvoir voyager en first aussi. En première, c’est toujours encore mieux. On va en parler un peu plus en détails que le business, mais bon, après, il y a encore même un niveau du dessus, en tout cas pour les billets d’avion. Après, on peut voir aussi qu’on peut utiliser ces différents systèmes pour optimiser les hôtels. C’est-à-dire que moi, ça m’arrive régulièrement d’aller dans les hôtels et de ne pas avoir à payer, ou de payer clairement moins cher que le prix normal. Je te donne un exemple : j’ai un ami qui est allé à un autre séminaire de Max PICCININI qu’il a organisé à Monaco en janvier.

Maxence : ok !

Guillaume : Je lui ai trouvé un hôtel au Fairmont, qui est un magnifique hôtel cinq étoiles, vue sur la méditerranée.

Maxence : A Monaco, donc, ce qui quand même coûte une blinde en quelques sortes.

Guillaume : A Monaco, coûte une blinde, prix normal d’une chambre : 500 € la nuit. Il a payé 500 € pour trois nuits.

Maxence : D’accord ! Donc, moins 66%. Donc, là, ça commence à être sympa.

Guillaume : Exactement ! Moins 66%, ça commence à être sympa. Après, il y a d’autres exemples assez sympas au niveau des billets d’avion où tu peux voyager de manière juste hallucinante. Là, j’ai un client qui part pour le nouvel an à Tokyo où son billet en éco est à 1 200 € à peu près.

Maxence : ok !

Guillaume : Là, j’ai réussi à lui trouver un billet, il va payer 1 400 € pour être en business, sachant que le billet en business normalement coûte à peu près 4 000 €.

Maxence : Ah oui, d’accord ! Grosse grosse réduction – 90%.

Guillaume : Exactement, grosse réduction, pouvoir vraiment profiter mieux, parce qu’après, ce n’est pas simplement le fait de payer moins cher, c’est surtout tout l’expérience qui va autour. C’est-à-dire que : typiquement, je te donne un autre exemple. Récemment, j’ai pris un vol depuis Genève, là où j’habite pour partir sur Frankfort et après continuer sur les Etats-Unis. Et au moment où j’arrive à Frankfort, le problème, c’est que quand tu arrives à Frankfort, l’avion, souvent, ils te le mettent au fin fond de l’aéroport.

Maxence : ok !

Guillaume : C’est-à-dire qu’ensuite, tu as un bus qui vient te chercher, tu perds presque encore 20 minutes pour être de nouveau au terminal. Enfin, tu perds beaucoup de temps. Et j’ai su à ce moment-là – enfin, je savais déjà que la suite de mon voyage allait être agréable-, mais là, j’ai su que la suite de mon voyage allait être vraiment très agréable, quand tout le monde est entré dans le bus et qu’au pied de l’avion, il y avait une porsche cayenne qui m’attendait.

Maxence : ok ! Excellent !

Guillaume : Et donc, à partir de là, tu as la Porsche cayenne qui vient te chercher, qui t’emmène ensuite à la lounge où tu peux te reposer, tu as un restaurant, tu peux manger …

Maxence : Tu peux même dormir, je suppose.

Guillaume : Tu peux dormir, tu as des lits. Tu peux vraiment profiter, te reposer avant ton vol suivant et avec tout le confort d’un siège qui se transforme en lit. De différents avantages aussi au niveau du menu où tu manges bien mieux qu’en économique. Donc, là, typiquement, ce vol-là, c’était un vol où je partais sur Houston dans le Texas.

Maxence : ok !

Guillaume : Et au moment où je rentrais dans l’avion, ils te donnent, quand tu es en première sur British ou sur Lufthansa et sur d’autres compagnies, ils te donnent un pyjama pour être plus confortable.

Maxence : ok ! Carrément, la petite tenue pour être comme dans son lit.

Guillaume : La petite tenue exactement. Et donc, j’arrive, je suis rentré dans l’avion, je m’installe, je me suis changé pour être tranquille. Et puis là, on décolle. Puis au bout d’un moment, avant le repas, l’hôtesse vient me voir et puis on discute un peu, je lui explique que c’était effectivement la première fois que je volais sur la 380 de Lufthansa.

Maxence : Ok, d’accord !

Guillaume : Elle me dit : ah, mais dans ce cas-là, mais si vous voulez, je peux vous faire visiter l’avion. Ce qui est très sympa. Puis alors, je lui ai dit : je vais quand même me changer, puisque j’étais en pyjama avec le petit insigne 1st class dessus. Tu te dis : bon, tu vas peut-être éviter d’aller parader en économique. Je lui ai dit : non, je vais vite me changer, elle me dit : mais non, c’est bon, vous êtes habillé là, c’est bon. Donc, effectivement, on est descendu, j’ai fait tout le tour, elle m’a fait visiter tout le tour de l’avion avec en éco, ils étaient en train de servir le repas…

Maxence : ok !

Guillaume : Ensuite remonté par l’arrière pour rentrer sur la business et ensuite revenir sur la first pour voir un peu les côtés assez sympathiques de cet avion. C’est vrai qu’après, ça amène aussi d’autres avantages de pouvoir voler, de temps en temps aussi découvrir le poste de pilotage. Alors, plus on vole, habituellement on ne peut plus visiter le poste de pilotage quand l’avion est en vol.

Maxence : ok !

Guillaume : Surtout quand on va vers les Etats-Unis. Mais tu peux clairement au sol ou récemment encore j’étais invité par Swiss pour l’inauguration de leur nouvel avion où là, j’ai eu l’opportunité, même d’aller m’asseoir dans le poste de pilotage, de faire des tests.

Maxence : ok ! Ça c’est top !

Guillaume : Et après, on a fait un petit vol de découverte de l’avion qui était magnifique où on est descendu depuis Genève jusque sur Nice et remonté pour pouvoir vraiment profiter et découvrir autre chose. Mais ce qui est intéressant surtout c’est que le travel hacking te permet vraiment de maximiser ton expérience de voyage. Ça ne sera pas toujours moins cher, même si ça m’est arrivé d’avoir des billets clairement moins chers. Un exemple récemment, j’ai deux enfants, mais ma fille a maintenant presque trois ans. Quand elle avait un an, donc mon fils n’était pas encore né, on est partis pour faire le nouvel an à Dubaï. Alors, il faut savoir qu’un enfant, quand il a moins d’un an, tu vas l’avoir dans ce qu’ils appellent dans le bassinet, c’est la petite … ça veut dire qu’il n’a pas de siège, tu le gardes sur tes genoux et il a ce genre de petit lit. Et normalement, tu paies 10% du prix de ton billet.

Maxence : D’accord !

Guillaume : Alors là, on a pris un vol avec Etihad en business. Alors, c’était la première fois qu’on voyageait sur un grand vol comme ça de six heures avec un enfant et on s’est dit : comment est-ce qu’on va faire. On va faire un vol direct. On a fait un vol direct donc Genève et Abou Dhabi qui était un vol de nuit, puis après, on est rentré sur Zurich, simplement parce que le vol sur Zurich était un vol de nuit. C’est-à-dire : plus simple avec un enfant de voler de nuit que de jour. Effectivement, c’était pratique, mais ce qui est assez hallucinant, c’est qu’avec nos méthodes de travel hacking, au final, c’est le billet de ma fille, qui n’avait, je te rappelle pas de siège, qui a coûté le plus cher.

Maxence : Ah ouais, donc en gros, tes deux autres billets quasiment offerts.

Guillaume : Voilà ! En fait, le billet d’un enfant – moins de deux ans qui n’a pas de siège, la plupart des compagnies, en tout cas chez Etihad – c’est 10% du prix du billet normal. Prix du billet normal, en l’occurrence, donc, celui qu’on avait acheté, le prix normal que d’autres personnes auraient payé, on était dans les 8 – 9000 €.

Maxence : Ok !

Guillaume : Donc, pour son billet on a payé 900 €.

Maxence : Alors comment tu as fait du coup pour avoir quasiment …

Guillaume : Et nos billets ont coûté moins cher. Alors, ce qui était intéressant, en fait, c’est qu’on a utilisé des miles.

Maxence : Ok !

Guillaume : Là tu vas me dire oui, mais bon, les miles il faut voler, c’est un peu difficile, il y a différentes méthodes pour en avoir, mais il faut voler. C’est vrai que la plupart des gens imaginent que le seul moyen d’avoir des miles c’est de voler, de passer du temps dans les avions, mais ce n’est qu’un seul moyen. Il y en a plein d’autres. Et un autre moyen, simplement, c’est les cartes de crédits.

Maxence : Ok !

Guillaume : C’est-à-dire que tu vas avoir des cartes de crédits, qui, quand tu les utilises vont te donner des points ou des miles directement que tu vas ensuite pouvoir utiliser pour des billets primes. Après, la question c’est quel type de carte de crédit utiliser tu veux utiliser et comment est-ce que tu peux optimiser tout ça. Je sais que la plupart des gens qui nous suivent aujourd’hui …

Maxence : Ouais, on va prendre l’exemple, si on est résident français, comment on fait pour voler en business class au prix de l’éco, donc tu as expliqué les miles, quelles cartes utiliser, est-ce qu’il faut utiliser l’American Express, est-ce qu’il faut utiliser une autre CB ? A partir de combien de points on arrive à avoir une grosse réduction ou un tarif équivalent ? Explique-nous un petit peu tout le cheminement.

Guillaume : Là typiquement, tu parlais de l’American Express. C’est une des très bonnes cartes que tu retrouves dans d’autres pays aussi. Toi, je sais qu’en fonction d’où tu es, à Malte, ça peut être intéressant aussi, il y a un certain nombre de cartes. Ce qui est intéressant surtout c’est : si tu étais résident français, tu vas voir sur le site de Air France qui va te proposer différentes cartes de crédits qui chaque fois que tu les utilises, vont te ramener des miles directement Flying Blue chez Air France.

Maxence : Exact !

Guillaume : Ce qui est déjà pas mal, mais il y a un certain nombre de moyens d’optimiser tout cela. Et une des optimisations qui est intéressante, c’est de prendre une American Express qui n’est pas brandée, qui n’est pas avec la marque, liée à une marque d’une compagnie aérienne.

Maxence : ok !

Guillaume : L’idée de pourquoi tu vas faire cela, c’est qu’en fait American Express ont leur propre système de fidélité qui s’appelle Membership Rewards ou MR. Et quand tu utilises ta carte, tu vas recevoir des points du Membership Rewards.

Maxence : Donc, à chaque euro dépensé, on reçoit des points, c’est ça ?

Guillaume : Tu reçois des points, exactement. Alors, ça dépend de combien est-ce que tu paies avec ta carte par an. Ça dépend de différents facteurs. En gros, en moyenne c’est un euro un point, mais dans certains cas, ça va être deux euros pour un point. Enfin, différents critères en fonction du pays, en fonction de la carte que tu prends. Mais l’idée, c’est qu’à partir du moment où tu as ces points Membership Rewards, tu vas pouvoir les utiliser non pas pour une compagnie spécifique, mais tu vas pouvoir dire : tiens, j’ai par exemple 100 000 points, je vais pouvoir les transformer en 100 000 miles chez différents partenaires. C’est-à-dire que tu as le pouvoir de les transformer chez Flying Blue, si tout d’un coup tu as un billet qui est intéressant sur Air France. Par contre, si tu veux voler sur du British Airways, tu vas les transformer plutôt en avios ou en points chez American Airlines. Et en fait, en fonction d’où tu vas transférer tes points, tu vas pouvoir avoir plus ou moins de miles qui vont te permettre ensuite d’avoir accès à différents billets primes. Et ensuite, en fonction de quelle compagnie aérienne va émettre ce billet, tu vas payer plus ou moins de taxes. A l’époque, les miles, tu utilisais les miles et derrière, tu avais directement ton billet prime. Maintenant, tu vas dépenser des miles et après on va te dire : ben, tiens, il faut encore sortir 100, 200, 300, 1500, 2 000 € en plus pour avoir accès à ton billet d’avion en business ou en First, voire même en éco. Donc, déjà les miles, il faut éviter de les utiliser pour des billets en éco, parce que souvent, ce qu’il faut calculer c’est quelle est la valeur du mile. Donc, combien est-ce que tu vas dépenser de miles et combien tu vas devoir dépenser d’argent en plus par rapport à combien coûterait ton billet et quand tu feras un point des billets en éco, souvent, la valeur de tes miles, c’est le moment où la valeur est la plus basse. Il faut imaginer qu’un mile c’est une monnaie et chaque programme a sa valeur que tu peux ensuite calculer par rapport au prix du billet normal en fonction de si tu achetais le billet directement.

Pour revenir donc à l’American Express, quand tu vas utiliser ton American Express, tu vas avoir ces points que tu vas pouvoir transférer sur la compagnie aérienne qui a un : la disponibilité sur le vol qui t’intéresse, et deux : qui va te proposer la disponibilité avec le minimum d’argent à payer en plus.

Maxence : D’accord !

Guillaume : Parce qu’en fonction d’où tu utilises tes points, tu vas le payer plus ou moins cher…

Maxence : En gros, ce que tu veux dire c’est qu’un euro n’a pas la même valeur en fonction de la compagnie ou de là on va l’utiliser.

Guillaume : c’est exactement ça.

Maxence : ok !

Guillaume : c’est exactement ça, typiquement …

Maxence : Alors quelle serait la meilleure carte bancaire ? C’est l’American Express au final ou est-ce que tu en as une autre magique ?

Guillaume : Au final, en tout cas, la base effectivement qui marche dans la plupart des pays, que ça soit vous allez en France, en Suisse, à Maltes ou ailleurs, la base c’est l’American Express qui vous rapporte des points Membership Rewards. L’avantage de cette carte, c’est que justement, elle va vous permettre de transférer vos points Membership Rewards en miles quand vous souhaitez les utiliser. Ensuite, vous allez pouvoir choisir sur quelle compagnie aérienne vous allez pouvoir transférer. Si tu prends l’exemple, moi, j’aime beaucoup parler souvent de mon dealer colombien.

Maxence : ok !

Guillaume : Donc, ce n’est pas ce que tu penses. Dealer Colombien, c’est Avianca, la compagnie nationale colombienne qui fait partie de Star Alliance. Star Alliance, c’est Napo Airlines, c’est United, c’est Lufthansa, c’est Swiss aussi, Brussels Airlines, entre autres, enfin, après une certaine taille aussi un certain nombre d’autres compagnies partenaires. Et l’idée, c’est que tu vas pouvoir utiliser des miles chez eux sur des vols partenaires. Sachant que si tu prends par exemple un billet, enfin, si tu prends des miles chez Miles & More qui est Lufthansa, là, tu vas payer ton billet entre l’Europe et les Etats-Unis 100, 120 000 miles en business et entre 500 et 600 € de taxes. Versus, si tu le prends via LifeMiles, donc qui est le programme de Avianca, tu vas le payer aussi dans les 120 000 – enfin, il faudrait que je revérifie exactement les derniers taux, parce qu’ils changent régulièrement- mais si on part du principe, que c’est à peu près le même prix en miles. Par contre, au lieu de payer 500 € de taxes, tu ne payeras qu’à peu près 100, voire 50 € de taxes.

Maxence : D’accord ! Voilà, en fonction de la carte bancaire on a des taxes qui sont plus ou moins …

Guillaume : En fonction du programme de miles, exactement.

Maxence : Ouais programme de miles ouais, des taxes qui sont différentes.

Guillaume : Et donc après, tu ne vas pas avoir toujours accès aux mêmes disponibilités de vols.

Maxence : ok !

Guillaume : Mais certains programmes, typiquement comme LifeMiles font aussi un truc assez génial. C’est que régulièrement, ils te vendent des miles. C’est-à-dire qu’au lieu d’utiliser des cartes de crédits, tu peux directement aller chez la compagnie aérienne puis leur dire voilà : j’aimerai acheter des miles.

Maxence : genre 50 000 miles, je dis n’importe quoi à 3 000 €.

Guillaume : C’est trop cher, ça ne vaut pas la peine.

Maxence : D’accord ! Beaucoup moins cher, ok !

Guillaume : En gros, l’idée c’est que c’est surtout si on prend dans le cas de Star Alliance, c’est mon dealer colombien donc Avianca, qui eux vont te vendre régulièrement des miles, enfin, font régulièrement des prix promotionnels. Donc, il faut imaginer que tu vas pouvoir acheter pour à peu près 2 000 € de miles, un peu moins de 2 000 € de miles, ça va te faire suffisamment de miles pour un billet d’avion en business vers les Etats-Unis depuis l’Europe aller-retour ou vers l’Asie.

Maxence : D’accord ! Ok, donc, là, ça commence à être intéressant.

Guillaume : Là, ça commence à être intéressant. Par contre, quand il n’y a pas les promotions, là, c’est moins intéressant. Donc, en gros, ça veut dire qu’au final, tu ne vas pas acheter ton billet d’avion directement, mais tu vas acheter des miles. Et ensuite, tu vas prendre un billet prime sur une compagnie partenaire, parce que Avianca, ils sont bien, mais dans les partenaires, il y a quand même beaucoup mieux. Entre autres, ils ont accès à Lufthansa au first class, avec certaines limitations. Entre autres, la limitation, c’est que tu ne peux pas prendre, enfin, la disponibilité n’est là que 14 jours avant le vol. Donc, il faut être flexible.

Maxence : alors, c’est plutôt des vols last minute.

Guillaume : C’est plutôt des vols last minute exactement. Mais tu as souvent la business, après, ce que tu peux éventuellement faire, c’est que tu prends un billet business. Il faut savoir aussi que la plupart des billets primes que tu as pris avec les miles sont annulables. Donc, en fait, ce que tu vas faire, c’est que tu vas prendre un billet business pour la destination que tu veux. Puis, si une semaine ou deux semaines avant ton vol, tout d’un coup, il y a des disponibilités en first, eh bien, boum, tu vas annuler ton billet. Tu reprends un billet en first et là tu profites du chauffeur qui viendra te chercher à l’avion précédent, de la lounge. Il y a un truc qui est assez sympa à Frankfort quand tu es en first aussi, c’est qu’ils ont un certain nombre de lounges, mais ils ont aussi un terminal uniquement pour la first class.

Maxence : D’accord !

Guillaume : ça veut dire que tu es complètement pris en charge pour rentrer et passer la sécurité. Ça te prend à peu près deux minutes et demie, puisqu’il n’y a juste personne d’autre que toi. Puis, ensuite, tu es pris en charge avec le repas, tout ce que tu veux, le restaurant, avec ensuite le fait qu’on te prend ton passeport, on s’occupe de toutes les formalités de douanes pour toi. On t’amène ensuite, tu as encore – pour les personnes qui fument, je sais qu’il n’y en a plus beaucoup – mais tu as le lounge des cigares où tu vas avoir un certain nombre de cigares à disposition.

Maxence : ok ! Pour les amateurs de cigares, il y a des bons petits cigares à disposition.

Guillaume : C’est ça, pour les amateurs de champagnes, il y a tout ce qu’il faut. Il y a aussi après des petits whiskies, des petits trucs assez sympas. Et après, tu as les salles de bain où ils te donnent aussi le petit canard en plastique, souvenir : marqué Lufthansa first class, j’en ai quelques uns chez moi. Enfin, maintenant, c’est surtout ma fille qui joue avec.

Maxence : J’imagine !

Guillaume : Et après, ça rajoute des chouettes souvenirs. Et puis surtout, quand l’avion est prêt, on vient te chercher directement où que tu sois dans le lounge. On t’amène à l’étage du dessous et tu as une rangée de voitures principalement des Mercedes et des Porsch Cayenne. Et en gros, on dit : choisis celle que tu veux prendre et t’amène au pied de l’avion.

Maxence : ah ouais, ok !

Guillaume : Et souvent, tu es le dernier à rentrer dans l’avion, dès que tu rentres, les portes se ferment derrière et on part. En fait, c’est surtout ce que j’aime beaucoup là dedans, c’est l’expérience en plus, c’est le fait de ne pas avoir à attendre. Alors, le petit détail, je te parlais aussi du voyage Abou Dhabi et Dubaï, que j’ai fait avec ma fille. Ce qui est assez génial, c’est que là, on a utilisé en fait des miles chez American Airlines. American Airlines, c’est donc une compagnie qui est partenaire de British Airways et Iberia, entre autres dans Oneworld et qui ont le même type de concept que LifeMiles. C’est-à-dire qu’ils proposent des offres régulièrement où tu vas pouvoir acheter des miles. Quand tu achètes ces miles tu vas pouvoir ensuite les utiliser chez des compagnies partenaires. Là, en l’occurrence, j’ai acheté des miles American Airlines.

Maxence : ok !

Guillaume : Je les ai utilisé sur un vol vers Abou Dhabi pour le même prix, j’aurai pu rajouter encore un vol d’Abou Dhabi à Dehli par exemple pour faire une semaine de plus en Inde et ou un peu plus au Sud aux Maldives pour le même prix.

Maxence : ok ! Donc, ça, ça commence à être cool.

Guillaume : C’est ça. C’est ce qui te permet de faire plus de vacances ou plus de voyages. Et en fait, ça veut dire que là, on aurait pu ajouter le voyage sur les Maldives, enfin, on ne l’a pas fait, mais on aurait pu. Et donc, on a acheté ces miles en promotion pour ensuite les utiliser pour un billet prime sur le vol Etihad. Là, il y a deux ou trois spécificités, la grosse problématique en fait d’Etihad, c’est quand tu appelles, tu ne peux pas faire le booking en ligne depuis le site de American Airlines. Et quand tu appelles la hotline, donc, habituellement quand tu es en Europe, tu vas appeler la hotline, soit la France, soit l’Angleterre, soit la grosse hotline qui est aux Etats-Unis, eux ne trouvent pas habituellement la disponibilité sur Etihad. Par contre, une autre hotline qui marche très très bien et là skype aide beaucoup, c’est j’utilise la hotline qui est basée en Australie. Donc, il faut juste regarder en fonction du timing. Tu appelles en Australie. Tu vas avoir des agents en plus qui ont plus de temps parce qu’ils ont moins d’appels. Et là, eux ont tout de suite accès et ont l’habitude de trouver des billets sur Etihad. Et donc, en quelques minutes, ils te font le booking et ils préparent ta réservation. Et donc, là, ça te permet très rapidement d’avoir des billets à prix très raisonnable.

Maxence : ok ! Merci pour ces premiers conseils. Alors, il y a peut-être une question qui vous vient à l’esprit, vous vous dites : Guillaume, est-ce qu’il y a tout simplement des horaires ou quand on achète, on va payer moins cher. Est-ce que c’est un mythe, est-ce que c’est une légende ou non, il y a réellement des créneaux horaires où c’est beaucoup moins cher ?

Guillaume : sur les billets d’avion standard, il n’y a pas, enfin, c’est un mythe.

Maxence : C’est un mythe ! Ok !

Guillaume : Enfin, le fait que tout le monde te dit qu’il faut réserver le mardi entre deux heures et trois heures du matin, c’est un mythe. Il n’y a pas de preuve clairement et tu ne vois pas de tarif là-dessus. Par contre, ce qu’il faut imaginer quand même c’est que plus tu réserves à l’avance habituellement, plus les tarifs vont être intéressants. Ça c’est un peu la règle. Après, plus tu vas te rapprocher de la date, plus les tarifs vont fluctuer, mais souvent après, ils descendent relativement peu. Par contre, le problème pour une compagnie aérienne, c’est qu’à partir du moment où les portes de l’avion sont fermées, c’est une denrée périssable.

Maxence : Ouais, bah, il n’y a plus aucun intérêt.

Guillaume : Un siège d’avion c’est une denrée périssable, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent pas le revendre dès que les portes de l’avion sont fermées. Donc, ils jouent, les tarifs vont changer. Par contre, il y a un truc qui est assez génial, c’est ce qu’on appelle le positionnement. Je te donne un exemple. J’ai un ami qui voulait envoyer sa mère voir de la famille qui est à Dubaï. Ils sont basés ici à Paris. Par contre, je leur ai proposé de ne pas prendre le vol direct qui est Paris-Dubaï avec Air France qui, en business te coûte de tête à peu près 3 000 €, mais je leur ai dit : mais voilà, vous allez prendre le TGV jusqu’à Lyon.

Maxence : Ok !

Guillaume : Et ensuite, depuis Lyon, vous allez prendre le Air France sur Paris, puis ensuite le même vol que vous auriez pris avant pour descendre sur Dubaï. Alors oui, ça veut dire que tu fais une heure et demie pour descendre à Lyon à peu près, en plus arrivé jusqu’à l’aéroport, enfin, voilà…  Ça veut dire que ça te prend un peu plus de temps. Mais le départ de Lyon, comme il y a énormément de concurrences, parce que Emirates et entre autres fait beaucoup de concurrence depuis Lyon directement sur Dubaï, fait que ton billet d’avion en business depuis Lyon te coûte à peu près 1 200, 1500 €

Maxence : Alors, donc ouais, c’est relativement peu cher.

Guillaume : Voilà. Je t’ai parlé tout à l’heure de ce client qui va partir pour le nouvel an à Tokyo. Alors là, je lui ai proposé simplement un truc assez génial, je vais te parler un peu plus tard des quatre C. Je lui ai demandé : est-ce qu’il avait déjà découvert ou s’il connaissait déjà les pyramides en Egypte.

Maxence : Donc l’Egypte.

Guillaume : D’ailleurs, je t’ai posé la question l’autre jour par rapport à ton prochain voyage. Pourquoi est-ce que je t’ai posé cette question ? Simplement, parce que là, c’est un client qui est basé à Zurich. Pour le nouvel an, il pourrait prendre un billet de Zurich à Tokyo aller-retour, ça lui coûterait à peu près 4 000 € en business ou 1 200 en éco, surtout quand tu sais que quand tu as le nouvel an au milieu, les prix augmentent.

Maxence : Ouais, les prix flambent ouais.

Guillaume : Voilà, là je lui ai dit : ok ! Depuis Zurich, tu vas prendre un aller simple sur Le Caire, c’est-à-dire : là, ça lui coûtait à peu près 100 €. Il part un vendredi de novembre, en plus, il commence à faire froid Zurich, donc c’est le bon moment pour partir au soleil. Il part un vendredi. Le vendredi soir, il arrive au Caire, il se fait deux jours de visite puisqu’il ne connaît pas du tout. Il va aller voir les pyramides et le lundi matin, enfin, la nuit du dimanche au lundi, il a un vol qui fait Le Caire Zurich avec Swiss en business. Mais sur ce même billet, et c’est là que ça devient un peu compliqué à comprendre, c’est qu’en fait, on a prix un billet qui fait Le Caire Tokyo, via Zurich, avec un stop à Zurich à l’allée d’un mois. C’est-à-dire que…

Maxence : Donc du coup, en fait, il ne va pas aller au Caire, c’est un billet qu’il a acheté, mais qui ne sert à rien.

Guillaume : Non, ça veut dire qu’il descend avec son billet qu’il a acheté séparément en éco pour aller au Caire, il fait son weekend au Caire et ensuite le dimanche, il commence son voyage vers Tokyo. Sauf que techniquement, il prend juste l’avion du Caire à Zurich et il rentre chez lui. Mais ce voyage, il continue. C’est-à-dire qu’un mois plus tard, il revient à l’aéroport, il est toujours sur le même billet qu’il avait acheté qui commence, son billet part du Caire et là, il continue, il fait la suite, ils font le vol suivant de son billet. Comme tu achètes un billet thermal, si tu veux partir par exemple à San Francisco, tu vas prendre par exemple un billet Malte-Paris, Paris-San Francisco.

Maxence : Absolument ouais, c’est ça.

Guillaume : Et ça veut dire que tu pourrais sur ce même billet dire : voilà, j’aimerai m’arrêter un mois à Paris. Dans certains cas, les tarifs sont plus ou moins intéressants. Et là, ce qu’il va faire, c’est exactement la même chose. Lui, il fait un Le Caire-Zurich, et il fait un mois d’arrêt à Zurich et ensuite il va faire Zurich Tokyo. Ensuite, il fait le nouvel an à Tokyo. Il rentre sur Zurich et là, il a 24 heures à Zurich avant de prendre son vol suivant. Alors, là, il peut soit décider : oui, je redescends au Caire puis je vais faire autre chose, soit sinon : oh zut, j’ai raté mon avion. Alors, il faut savoir qu’à partir du moment où …

Maxence : Ce que souvent font les gens je pense qu’il n’a pas forcément envie de redescendre en Egypte.

Guillaume : Voilà ! Et ce qui fait que ce billet depuis Le Caire jusqu’à Tokyo, sachant que la partie Zurich-Tokyo, coûtait 4 000 €, Le Caire-Zurich, Zurich-Tokyo et retour est à peu près à 1400 €, sachant qu’il sera assis à côté de quelqu’un qui sera parti de Zurich et qui aura payé 4 000 € pour le même service. Et sauf qu’en plus de ça, il maximise son expérience de voyage, parce qu’en plus de ça, il va dans un pays supplémentaire.

Maxence : Ah ben absolument !

Guillaume : Ce n’est pas génial ?

Maxence : Ouais !

Guillaume : Et en fait, ça nous amène à un autre truc qui est assez génial dans le positionnement, c’est les quatre C.

Maxence : Alors qu’est-ce que c’est exactement ? Et puis ensuite, on reviendra, si tu as trois compagnies favorites par rapport au business class au prix de l’éco.

Guillaume : Alors les quatre C c’est Le Caire, Casablanca au Maroc, Colombo au Sri Lanka et Cape Town en Afrique du Sud. C’est les villes depuis lesquels la plupart du temps, les billets sont les moins chers.

Maxence : Ok, Donc, Casablanca, le Caire, Cape Town et au Sri Lanka, ça s’appelle …

Guillaume : Colombo !

Maxence : Colombo ! Ok !

Guillaume : Voilà ! Donc, c’est-à-dire que si tu arrives à te positionner. Donc, par exemple, prendre un aller simple ou un aller-retour en économique là-bas, tu arrives après à profiter d’un voyage en business à prix cassé, mais vraiment cassé. Comme par exemple, là, l’option de partir à Tokyo pour à peu près 1 300, 1 400 € y compris à nouvel an. Ou l’option de partir depuis Le Caire, tu as des options qui sont assez sympas avec… J’ai un ami qui habite à Dubaï et il veut aller pour le nouvel an –  c’est marrant, tout le monde veut partir à nouvel an -, il veut partir à Buenos Aires.

Maxence : Ok !

Guillaume : Le problème, c’est que le vol en éco de Dubaï à Buenos Aires va coûter à peu près 1 000, 1 500 € quelque chose comme ça. Et en business, il va te coûter 6 000 et des poussières. Donc, un gros budget. Là, je lui ai dit : ok, ce que tu vas faire, c’est que tu vas partir une semaine avant, tu vas aller visiter Le Caire, même chose parce que ça ne marche pas que sur du Tokyo, ça marche pour d’autres endroits. Et là, il va faire Le Caire-Dubaï, Dubaï-Buenos Aires, sachant que c’est le même vol qui est sur Dubaï-Buenos Aires, sauf qu’il va être à peu près à 2 000€. Donc, c’est un peu plus cher, mais il n’y a juste pas photo au niveau service, au niveau avantage aussi, autour de tout ça.

Maxence : Ok !

Guillaume : Parce que sachant que tu as ensuite un certain nombre d’avantages qui viennent autour. Quand on est parti avec Etihad avec ma fille, le petit détail génial, c’est qu’on n’est pas allé en voiture à l’aéroport, parce qu’on a le chauffeur qui vient nous chercher à la maison. Donc, tu as le chauffeur qui vient te chercher à la maison, surtout pratique, quand tu as une poussette, des sacs, des habits et autres, enfin, tout ce qu’il faut pour un enfant, ça évite beaucoup de bagages. Et ensuite quand on est arrivés à Abu Dhabi, on a la lounge d’arrivée où ça te permet de prendre une douche, de tranquillement manger quelque chose avant d’aller prendre ensuite le chauffeur qui t’amène où tu veux aux Emirats. Donc, c’est aussi un tout avec tout le service qui va autour. Un truc qui est assez génial, tu parlais des trois compagnies qui sont intéressantes, moi, j’aime beaucoup voler sur Emirates.

Maxence : Donc, un : Emirates.

Guillaume : Emirates, ils ont un service qui est assez génial, c’est que tu peux partir… Bon, tu as des vols un peu partout, après tu transites par Dubaï, mais une des options par où ça vaut la peine de partir, c’est de Nice. Pourquoi Nice ? Parce que quand tu pars de Nice et que tu es en business ou en first, tu vas avoir, même chose, le service de chauffeur, sauf que tu vas pouvoir dire : attention, ok, voilà, vous allez venir me chercher, voici mon adresse, je suis par exemple, on en a parlé tout à l’heure, au Fairmont à Monaco. Ils vont t’envoyer un chauffeur au Fairmont à Monaco, mais au lieu de t’amener directement à l’aéroport de Nice, ils vont t’amener à l’héliport de Monaco où ensuite ils t’emmènent en hélicoptère à l’aéroport de Nice, c’est compris dans le prix de ton billet.

Maxence : D’accord ! Ok, ça, ça va être un gros bonus pour pouvoir bien profiter de Monaco en même temps et un peu de luxe.

Guillaume : Exactement. Et en fait, ce que tu vas pouvoir faire, c’est que tu vas pouvoir utiliser tes points Membership Rewards, que tu as eus avec American Express pour les transférer sur des billets Emirates, pour justement acheter ce billet en business…

Une de mes compagnies favorite c’est Emirates. Simplement, ils ont un service qui est assez génial, c’est que si tu pars de Nice, en fait tu vas leur dire : venez me chercher au Fairmont à Monaco. On a vu qu’il peut avoir un tarif plus qu’intéressant et quand ils vont venir te chercher au Fairmont, le chauffeur, il ne va pas t’amener directement à l’aéroport à Nice, il va t’amener à l’héliport de Monaco, puis l’hélicoptère va te poser à l’aéroport de Nice, compris dans ton billet.

Maxence : Donc, bon petit luxe et confort en plus, totalement offert.

Guillaume : Exactement, et en fait, tu vas pouvoir utiliser les points que tu as eus avec l’American Express Membership Rewards pour les transférer sur des billets, enfin, sur Emirates pour pouvoir justement avoir ce type de billet à prix cassé.

Maxence : ok !

Guillaume : Après, il y a d’autres moyens. Il y a aussi les cartes liées directement à Emirates, mais ce qui est intéressant c’est de voir comment est-ce que tu vas pouvoir avoir des miles là-dessus et pour pouvoir avoir justement ce type de vol.

Une autre compagnie que j’aime beaucoup, j’en ai parlé déjà quelques fois, c’est Lufthansa, surtout en first et le service qui est autour. Par contre, il y a un autre service que j’ai découvert récemment qui est assez génial, c’est le niveau du dessus. Si tu passes à Frankfort, même si tu es en éco, tu peux leur demander le VIP service. Alors, c’est un budget, c’est 600 € pour 4 heures, mais c’est génial si tu es en transit. Même si tu es en vol en éco, ils vont venir te chercher au pied de l’avion en voiture, ils t’amènent dans une lounge spéciale où tu vas pouvoir travailler ou te reposer, prendre une douche, manger aussi à volonté. En fonction de vos tarifs, ils vont aussi gérer toutes les formalités de douanes pour toi. Et ça, c’est un service supplémentaire qu’ils te vendent à 600€ pour 4 heures par personne. Après, disons, si tu es à deux, ce n’est pas 1 200, c’est un peu moins cher. Mais ce qui est intéressant, c’est que ça te permet de gagner du temps, d’être pris en charge, de pouvoir profiter d’un petit côté de luxe et si tu fais le calcul, au final c’est 150 € par heure pour être très tranquille, ne voir personne en fait et éventuellement faire du réseautage. Là, je discutais avec un ami qui l’a fait la semaine dernière, et qui a croisé au passage une ou deux stars hollywoodienne.

Maxence : Donc, ce qui est excellent !

Guillaume : Qu’on ne citera pas aujourd’hui.

Maxence : Alors là, tu as mis la première compagnie, quelles seraient la deuxième et troisième que tu conseillerais juste après ?

Guillaume : Donc, ouais, j’ai dit Emirates, j’ai dit Lufthansa !

Maxence : Donc, Emirates, Lufthansa !

Guillaume : Et puis, alors après !

Maxence : La troisième sur le podium.

Guillaume : C’est difficile. Parce que ça dépend si on part si tu voles en business, ou en first ou en éco. J’aime beaucoup voler sur Singapore Airlines qui a aussi un niveau de service qui est assez génial. Swiss est très bien, alors, ça c’est mon côté aussi peut-être un peu chauvin, mais j’aime beaucoup le service qui te permet, enfin voilà, avec … mais pas en éco, voilà !

Maxence : Ok !

Guillaume : c’est vrai que si on comparait au niveau éco, sincèrement, je ne saurais pas dire quelle est la meilleure. Après, si tu compares sur des compagnies, enfin, c’est aussi les possibilités des services en business ou en first, effectivement je dirais : Emirates, Lufthansa et Singapore Airlines. Mais pas loin derrière, tu vas avoir Etihad, tu vas avoir Thaï aussi qui est assez génial, SAS African en fonction des vols et ce que beaucoup de personnes trouvent très étonnant : Turkish Airlines.

Maxence : Ok d’accord !

Guillaume : Turkish Airlines, c’est une super compagnie avec un niveau de service très très élevé et j’aime aussi beaucoup voler avec eux.

Maxence : Ok ! Alors, on va finir sur deux dernières questions. Tu as expliqué tout à l’heure l’importance des miles. Quel est le seuil pour acheter de manière honnête et faire une affaire en quelque sorte, qu’est-ce que c’est exactement et ensuite tu as créé un site qui s’appelle – quand je dis site, une plateforme équivalent de Skyscanner, Easyvols ou encore que sais-je – qui s’appelle Flight Mile Addict. Donc je te laisse nous réexpliquer un petit peu vis-à-vis des miles et après nous parler de cette plateforme que tu as créée et qui permet d’avoir des vols moins chers que sur les autres plateformes comparateurs de vols.

Guillaume : Ouais, alors les miles, c’est un système de fidélité. C’est un des programmes pour pousser les voyageurs à rester, à voyager toujours sur les mêmes compagnies ou sur leurs partenaires. C’est bêtement, c’est des points de fidélités qui dépendent de la distance à laquelle tu as voyagé, de la classe de réservation dans laquelle tu étais, est-ce que tu étais en business, en éco, en first ou on peut aussi en parler après, peut-être plus en détails une autre fois sur la résidence.

Maxence : Ok !

Guillaume : ça va te plaire, je pense que ça va être un de tes objectifs bientôt c’est de voyager sur la résidence.

Maxence : Absolument.

Guillaume : Et ensuite, ça va dépendre aussi en fonction des compagnies aériennes de quel est le prix que tu as payé pour ton billet d’avion. Mais …

Maxence : Ah tu veux dire que si par exemple, il y a un certain nombre de miles de 0 à 1 000 € et au-delà de 1 000, les miles valent un peu plus cher. Il y a des fourchettes…

Guillaume : Ça veut dire qu’en fonction des fourchettes, en fonction de la distance de ton vol et quel est le prix que tu as payé pour ton vol. Donc, quand tu es dans l’avion, les fesses dans l’avion, tu vas recevoir un certain nombre de miles en fonction de ces différents critères de où à où tu voles, quelle est la distance, quel est le prix que tu as payé ton billet d’avion et est-ce que tu es en éco, en business, en first ou au-dessus ? Et ces points, ensuite, tu vas pouvoir les utiliser pour des billets primes. C’est des billets qui ne sont pas gratuits, on ne parle plus malheureusement de billets gratuits, quoi que dans certains cas oui, mais voilà, mais souvent, c’est des billets où tu vas rajouter à peine quelques taxes, quelques frais de l’ordre de la centaine ou deux cents euros pour ensuite profiter de ton voyage en business ou en first. Tu m’as parlé que bientôt tu veux partir en Nouvelle-Zélande, là, on va avoir un petit truc assez sympa, on en discutera un peu plus et puis tu pourras faire un Facebook live directement depuis l’avion.

Maxence : Parfait ouais, c’est top !

Guillaume : Donc, les miles, tu vas pouvoir en avoir quand tu es dans l’avion. Tu vas pouvoir en avoir quand tu utilises ta carte de crédit. Alors, pour les infopreneurs qui nous suivent, qui dépensent beaucoup d’argent en Facebook Ads ou en Adwords, ce qui est génial, c’est que c’est un moyen d’utiliser votre carte American Express qui ramène des points Membership Rewards parce qu’en gros, dès que vous avez dépensé 100 ou 200 000 € de frais publicitaires, vous avez un billet d’avion en business pour l’Amérique Latine, les Etats-Unis ou l’Asie depuis l’Europe.

Maxence : Donc, très peu cher. Si vous regardez cette vidéo et que vous êtes dans le dropshipping ou Amazon FBA, là votre business, il tourne avec la pub, là clairement, vous pouvez avoir des millions de miles très rapidement.

Guillaume : Très rapidement, exactement ! Et donc, là, ça permet vraiment de choisir comment est-ce que tu vas optimiser ? Comment tu veux utiliser tes cartes. Et donc, la troisième option comme je disais, c’était d’acheter des miles, sachant que, même chose, quand tu achètes des miles à certaines compagnies qui vont te le vendre, comme je disais Avianca ou American Airlines, il y a aussi Alaska Airlines, qui régulièrement vendait des miles à prix promotionnel. Alors, faites attention, n’achetez pas les miles quand c’est les prix standards. Chaque fois, régulièrement, les compagnies aériennes vous les vendent à un prix « standard ». Ne les achetez pas à ce moment-là.

Maxence : Alors est-ce que tu as un exemple à nous montrer ce prix standard et prix non standard pour avoir une fourchette.

Guillaume : Je n’ai plus les idées en tête, mais en gros, sur du American Airlines ou du LifeMiles, quand ils font des promotions, tu achètes des miles pour à peu près 2 000 € qui donnent suffisamment pour faire un aller-retour vers les Etats-Unis.

Maxence : Ok !

Guillaume : Par contre, quand il n’y a pas la promotion, ce même nombre de miles coûte à peu près 3 à 4 000 €. Et donc, là, autant acheter un billet normal. Sachant que quand tu prends des billets primes, ça ne va pas te ramener de miles, donc, ça ne va pas te ramener de points. Donc, on ne peut pas non plus tout avoir. Ça, c’est un système que tu peux optimiser pour pouvoir justement voyager mieux, voyager de manière encore plus efficace et beaucoup plus agréable. Ensuite, tu parlais de ma plateforme.

Maxence : Ouais, si tu peux nous expliquer tout ça en détails pour des gens qui disent : oui, je souhaite payer des billets d’avion moins chers, dis-nous tout !

Guillaume : Alors, j’ai lancé un site qui s’appelle milesaddict.com, on mettra le lien dans la description.

Maxence : Le lien dans la description, il n’y a pas de souci.

Guillaume : Donc, dessus, c’est mon site d’explication où je te donne mes bons plans sur comment voyager moins cher. Récemment, j’ai mis des offres pour partir en Australie pour à peu près 1 200, 1 300 € en business. Ensuite, quand tu t’inscris sur le site, je t’envoie mon e-book que j’ai écrit qui s’appelle sleep for free où l’idée c’est des bons plans pour faire baisser énormément les prix de l’hôtel, c’est-à-dire : 10, 20, 30, 40, 50%, voire comme on a vu sur Fairmont : 60% de rabais, voire même dans certains cas aller gratuitement à l’hôtel. Mais le mieux que j’ai fait quand même, c’est de me faire payer par l’hôtel pour y aller.

Maxence : Ça c’est fort ! Chapeau !

Guillaume : Ouais ! C’est à dire que dans certains cas, tu vas aller à l’hôtel, tu vas payer quand tu es à l’hôtel, par contre, après, ils t’envoient un chèque. Et il arrive que ce chèque, le montant soit plus élevé que ce que tu as payé pour aller dormir chez eux.

Maxence : Donc en plus, tu fais du bénef.

Guillaume : Donc en plus, tu fais du bénef. C’est exactement ça. Et après, quand tu prends cet ebook, tu as un certain nombre d’informations que je t’envoie pour proposer ces différentes options pour pouvoir optimiser, pour que tu puisses apprendre aussi à voyager de cette manière.

Maxence : Par soi-même.

Guillaume : Par soi-même exactement ! Typiquement, un truc assez génial, c’est que régulièrement, dès que je vois passer des offres juste délirantes, j’en profite. J’en fais profiter ma liste. J’ai envoyé un email à toute ma liste il y a quelques semaines de ça, c’était à une heure du matin en plein weekend, je leur ai dit : voilà, j’espère que certains d’entre vous sont encore debout. Ceux qui sont debout, lâchez-tout et bookez maintenant. Il y avait une offre spéciale, je leur ai dit : je sais que dans une heure ou dans deux heures maximum, ça ne sera plus disponible. C’est ce qu’on appelle un air offers, ça veut dire que c’est un tarif erroné qui a été rentré par un agent de la compagnie aérienne. Et au lieu de mettre 7 000 €, il a tapé 700 €, un peu de chose près. Donc, le tarif c’était un Nice-Zurich, Zurich-San Francisco, avec Swiss en Business pour 700 € au lieu de 7 000 €. Sachant que tu paies le billet en éco plus cher que ça habituellement. Alors, j’ai eu un feedback que certaines personnes à qui j’ai envoyé la liste ont pu booké, ils m’ont dit : ah c’est génial, on a pu profiter, on a pu voyager, aller à San Francisco à ce prix-là. Donc, l’idée, c’est que régulièrement, j’envoie des alertes en fonction de ce que je trouve.

Maxence : Il faut juste être disponible et ensuite c’est top.

Guillaume : Voilà, ensuite, ce qu’il faut savoir aussi c’est que cette offre, elle était annulable. C’est-à-dire que tu pouvais booker tout de suite, c’est le type d’offre que j’appelle en fait, achète maintenant, réfléchis après. Parce que tu as 24 heures pour l’annuler. Donc, tu achètes tout de suite, et après, tu réfléchis est-ce que oui ou non, tu peux y aller.

Maxence : Alors comment tu fais pour l’annuler si tu veux l’annuler par exemple ?

Guillaume : Alors si tu veux l’annuler, tu prends ton téléphone, tu appelles la compagnie aérienne.

Maxence : Et on peut l’annuler après.

Guillaume : Et dans les 24 heures, tu peux annuler. Sachant que vu le tarif, ils n’ont aucun problème à t’annuler.

Maxence : J’imagine ouais ! J’imagine !

Guillaume : Donc il y a vraiment des différentes offres qu’on va pouvoir profiter. Et après, derrière, j’ai différentes formations en ligne un peu plus complexes avec aussi un service de conciergerie, puisque je travaille avec des entreprises où je leur propose mes services pour pouvoir leur optimiser les voyages de tous leurs employés.

Maxence : Alors explique-nous les différents services. Il y a peut-être des gens qui se disent : merci Guillaume, j’aimerais que tu m’aides ou que tu me coaches, pour justement voler en business class au prix de l’éco, peut-être avoir une ribambelle de miles. Voilà, explique-nous les deux ou trois services que tu as d’accompagnement par rapport à tout ça.

Guillaume : Alors, j’ai déjà toute une partie qui est proposée sur le site avec des informations gratuites, avec déjà des supers bons plans, dont l’offre dont je t’ai parlé l’autre jour là, 700 € pour San Francisco ou alors sinon, après, il y avait eu aussi d’autres offres. Pour l’Australie, il y a une des dernières offres qu’il faut que je poste, je crois que je vais la poster d’ici la fin de la journée. On a 1400 € en business

Maxence : Pour l’Australie.

Guillaume : pour l’Australie depuis lors.

Maxence : Ok ! Peu cher.

Guillaume : Voilà ! Donc, après, ce tarif est valable s’il y a deux personnes qui voyagent.

Maxence : Ok !

Guillaume : Donc, il y a deux ou trois petites spécificités, mais voilà, l’idée, c’est que j’envoie les offres après. Derrière, j’ai un service qui est une formation en ligne où je t’explique comment tu peux le faire de A à Z et comment est-ce que tu peux apprendre à optimiser tes voyages dessus. Et ensuite, derrière, j’ai le service de conciergerie où je travaille soit avec des individuels, donc, avec toi par exemple pour optimiser tes billets d’avion, et je travaille aussi avec des entreprises. Récemment, j’ai signé un contrat avec une entreprise qui a une trentaine d’employés qui voyagent dans le monde entier. En un mois, on a déjà réussi à faire descendre leur budget, enfin, leur dépense billets d’avion d’à peu près 20%.

Maxence : Ouais, donc, là, ça fait une grosse économie pour leur entreprise.

Guillaume : Ça fait une grosse économie et surtout, la grosse valeur ajoutée au niveau du temps. J’ai eu des retours, des feedbacks justement des employés : ah mais c’est une révolution pour nous d’avoir quelqu’un qui nous aide là-dessus. C’est juste hallucinant les types de tarifs que tu arrives à sortir et voilà. Donc, là, ça permet aussi d’optimiser et d’aider des entreprises à gérer cela. Après, moi, je collabore avec différentes agences de voyages pour pouvoir émettre les billets si nécessaire. Donc, derrière, il y a aussi le système de réservation qui est sur site internet où là n’importe qui peut aller sur le site. On donnera le lien tout à l’heure, ce sera en bas de la vidéo, pour pouvoir réserver des billets d’avion à un tarif… C’est un comparateur pour l’éco ou de la business qui va essayer d’optimiser les billets d’avion et tu as vu aussi que c’est souvent un peu moins cher que sur Skyscanner ou d’autres comparateurs.

Maxence : Ouais, c’est ça qui est top. Donc, moi, je l’utilise personnellement et je sais qu’on paye moins cher donc, autant payer moins cher exactement le même prix du billet.

Guillaume : Pour le même service exactement, voilà. Après, un autre truc qui est sympa, je pense que ça va être le dernier petit truc de la journée ; souvent, vous voyez qu’un aller-retour est moins cher qu’un aller simple, mais si vous devez aller deux fois de suite au même endroit, regardez pour intégrer un aller-retour au milieu d’un autre aller-retour. Typiquement, je suis venu à Paris aujourd’hui. Donc, j’ai fait un Genève-Paris, et ensuite, le retour du billet que j’avais fais ce matin est dans six mois. Et ce soir, j’ai un autre billet qui est un Paris-Genève dans l’autre sens, qui fait que le billet me coûte moins cher qu’un aller-retour si j’avais pris un aller-retour dans la journée.

Maxence : Ah ouais, d’accord ok ! Donc, ça c’est des petites subtilités à toujours mettre en place.

Guillaume : Des petites subtilités exactement. Donc, voilà ! Donc, il y a pas mal de petites subtilités, comparer, regarder pour émettre des billets voir s’ils peuvent être émis dans d’autres pays et puis à l’occaz, on parlera de la résidence. Pour ceux qui ne connaissent pas, cherchez sur YouTube Etihad Résidence, c’est juste hallucinant ! C’est votre petit studio dans l’avion, avec le coin salon avec un écran de 45 pouces, votre douche juste pour vous et un lit de 1m40 pour deux personnes. Sachant que normalement, un Londres-Abou Dhabi aller-retour, là-dessus c’est à peu près 20 000 €, non l’aller simple à 20 000 €. Par contre, moi, j’arrive à avoir des options pour aller sur l’Australie dans les 6- 7 000€.

Maxence : Ok ! D’accord ! Merci Guillaume une nouvelle fois. Donc, si vous avez aimé la vidéo, cliquez sur le petit pouce juste en dessous. Merci par avance. Partagez la vidéo à toutes les personnes qui aimeraient voler moins chers, vous-même, voilà, découvrir tous les conseils qu’on a pu voir dans cette vidéo.

Donc, on récapitule : étape numéro une : cliquez sur le petit pouce juste en dessous et étape numéro deux : donc, il y a un lien à l’intérieur de la vidéo YouTube, ça va vous rediriger vers la page de présentation des différents programmes d’accompagnent de Guillaume.

Si vous visionnez cette vidéo depuis un smartphone ou une autre plateforme, il y a le (i) comme info en haut à droite de la vidéo ou encore tout est dans la description juste en-dessous.

Donc, là, tu as mis ton service en anglais. Ne soyez pas surpris, mais tu te tâtes à être sur le marché francophone. Donc, on va voir petit à petit voilà. Déjà si vous parler un minimum anglais, en tout cas, c’est une chose que je vous conseille le plus rapidement possible, vous allez avoir des excellents conseils gratuits dans l’e-book que tu as également.

Guillaume : C’est ça, et si vous ne parlez pas anglais, commentez sur la vidéo, et comme ça, ça va me motiver encore plus à faire les traductions en français de tout le contenu.

Maxence : A tout de suite sur la page de présentation des différents programmes d’accompagnement et on vous dit à très vite ! A tout de suite sur la page de présentation ! Bye bye !