Comment TROUVER 1 IDÉE de BUSINESS qui CARTONNE ? L’ÉMANCIPATEUR

Maxence : comment trouver une idée de business pour cartonner sur internet ? Donc c’est ce qu’on va voir avec Albane de la chaîne YouTube L’émancipateur.

Albane : Hello !

Maxence : Donc on va voir tout ça en détails.
Juste avant, cliquez sur le bouton « s’abonner » pour rejoindre plusieurs dizaines de milliers d’entrepreneurs abonnés à la chaine YouTube.
Alors je vais vous raconter aussi une petite anecdote vis-à-vis d’Albane, c’était début 2016 donc au séminaire d’Olivier Seban sur l’immobilier.

Albane : Je savais que tu allais parler de ça.

Maxence : Et en fait ce qui est intéressant c’est que tu parlais pas mal d’éthiques ou de choses comme ça. Je te disais : je suis dans les paris sportifs. Et tu t’es dit : mais ce n’est pas éthique les paris sportifs. En gros, ça pue la merde. Ce qui était vraiment pour la petite anecdote, c’est que j’avais mon matériel vidéo. Parce qu’à l’époque, je n’avais pas encore d’équipe vidéo. Donc c’était moi-même qui amenais avec mon iPhone, mon trépied, mes micros et tout ce qui va avec. Et je t’avais prêté mon matériel vidéo. Voilà un non éthique qui te prête les matériels vidéos et j’ai vu que la vidéo, je crois, c’est peut-être la numéro 1 même sur ta chaîne YouTube, ou je ne sais pas si tu l’as sorti au final.

Albane : Non, c’est celle avec Olivier justement.

Maxence : Olivier Seban, mais c’était, ouais c’est une autre vidéo que tu avais réalisé par contre.

Albane : Ouais.

Maxence : Voilà, juste pour la petite anecdote c’est assez marrant, comme quoi voilà en termes d’accroche et.

Albane : Il n’est pas si méchant.

Maxence : Et voilà, et c’était juste par rapport à ça. Donc je voudrais que tu nous reviennes. Tu es venue avec un cahier, tu as bien tout détaillé.

Albane : Oui, les gens qui me connaissent savent que j’ai toujours mon cahier. Parce que j’ai besoin de voir des choses. Alors je dis : est-ce que je peux amener mon cahier Maxence s’il te plaît puisque sinon je me sens perdue. Donc merci d’avoir accepté.

Maxence : Pas de souci. Donc juste avant que tu vas nous expliquer tout ça en détails, puisque souvent, c’est une question aussi qu’on me pose : quand on démarre, donc là c’est vraiment plutôt une vidéo qui s’adresse, voilà à des gens qui ont un blocage sur l’idée, la niche pour être rentable sur le web. Eh bien voilà, on va voir tout ça en détails. Donc juste avant, ouais, dis-nous tout un petit peu, comment tu es arrivée aussi sur le web ? Qu’est-ce qui t’a drivé et motivé pour vivre aujourd’hui de ta chaîne YouTube ?

Albane : Ecoute, c’est marrant ça, parce que c’est toute une histoire en fait. Alors déjà je n’ai jamais supporté d’avoir un patron. Donc déjà c’était là. Donc, il fallait que je sois indépendante.

Maxence : Contrainte hiérarchique, patron, non je n’en veux pas.

Albane : Ce n’est pas possible. A chaque fois, je voulais refaire la stratégie des boites dans lesquelles j’étais. J’étais chez American Express, je voulais refaire la stratégie, je disais : non, mais reste à ta place, tu vois. Donc déjà, ça ne m’allait pas. Et il y a un truc en particulier, c’est marrant que tu me poses la question. C’est qu’en fait, moi le projet de ma vie, c’est de réaliser un film sur une cause qui me tient à cœur en fait, un truc un peu humanitaire en fait sur la violence conjugale. Bon désolée de casser l’ambiance, mais voilà. Et c’est vraiment le projet de ma vie. Je n’ai pas fini d’écrire le scénario et tout ça. Et en travaillant normalement dans la rat race, je n’avais pas le temps en fait de finir. Et j’ai commencé à cause de ça à chercher sur internet comment gagner de l’argent avec un blog et tout ça. Et de fil en aiguille, je suis arrivée à l’indépendance financière et tout ça et à apprendre comment gagner de l’argent sur internet en fait.

Maxence : Donc toi vraiment, ce qui te mettait hors de toi en quelque sorte, c’est vraiment les contraintes hiérarchiques, bosser pour un patron, ça ne te faisait pas rêver en quelque sorte.

Albane : Non, ça ne me faisait pas rêver du tout non.

Maxence : Donc si c’est la même chose pour vous et que vous êtes encore salarié, c’est fort probable, on va vous donner toutes les clés. Parce qu’aujourd’hui, c’est ça qui est magique. Donc moi, j’ai démarré sur internet en 2011. Donc il y a pas mal d’années. On en discutait dans une autre vidéo avec Sébastien, le marketeur français. Il a démarré en 2007. Donc dans ces années-là, Internet était moins développé. Aujourd’hui, voilà, tout le monde achète sur, consomme, voilà, si on n’a pas notre smartphone, c’est l’inverse, on a perdu son bébé, on fait comment un petit peu pour vivre. Et du coup, c’est ça aussi la magie. C’est que ça n’a jamais été aussi facile de gagner 2 000 €, 3 000 €, 5 000 € par mois ou plus. Ça vous parait peut-être fou, mais oui, ça n’a jamais été aussi facile. Plus les années passent et ça va être encore le cas dans les prochaines années parce qu’aujourd’hui, voilà, tout est ultra méga connecté et le comportement en fait des gens, moi-même, Albane ou vous-même, tout le monde, on consomme et on achète via internet.
Alors je te laisse un peu nous expliquer toutes les étapes des idées de business et je te laisse rebondir.

Albane : J’allais juste rebondir sur ce que tu disais. Parce que c’est tout à fait vrai. Moi avant, je n’aurais jamais cru que c’était si facile. Il faut, attention, il faut bosser.

Maxence : Il y a du boulot mais c’est beaucoup plus facile que lancer sa boulangerie ou sa pharmacie.

Albane : C’est clair, voilà. Et c’est moins risqué surtout parce qu’on peut commencer en investissant quasiment rien. Tout le monde vraiment peut investir ces sommes là. Il faut simplement connaître les bonnes méthodes et y aller, cravacher aussi, pas juste rêver. Mais c’est effectivement hyper facile. Parce que moi, tu vois, c’est ma première année où j’avais quelque chose à vendre. Et j’ai déjà fait presque 100 000 € là cette année. Et je compte peut-être arriver à 200 000 parce que je vais faire un lancement sur la fin de l’année tu vois. Et alors, j’ai toujours envie…

Maxence : Et je pense si vous voyez la tête d’Albane, je dirais, tu n’es pas geek. En tout cas, tu n’as pas l’impression de montrer. Si tu es un petit peu geek quand même ?

Albane : Oui pas sur la technique en tout cas, si c’est ça que tu veux dire.

Maxence : Ouais je parle technique pure.

Albane : Ouais, non, moi la technique je n’y comprends rien, ça me saoule et j’ai quand même réussi à voilà, donc.

Maxence : Donc toutes les femmes qui nous regardent, eh bien, ça va vous inspirer, voilà.

Albane : Vraiment, n’ayez pas peur. Si j’ai pu le faire, vous pouvez vraiment le faire, je vous promets. Donc tu veux que je te dise un petit peu en fait comment trouver une idée de business rentable.

Maxence : Ouais absolument.

Albane : C’est vrai que c’est un problème qui revient souvent, c’est le premier blocage finalement, ouais, j’aimerais bien, mais je ne sais pas sur quoi partir. Donc, il y a déjà une première erreur. J’aime bien partir comme ça. C’est que souvent, on entend qu’il faut lister ses passions un petit peu et ensuite les monétiser. Mais moi, enfin, c’est ce que je dis à mes clients, c’est ce que je dis sur ma chaîne, c’est qu’il ne faut pas faire comme ça. Parce que ce n’est pas une vision business. Alors c’est bien d’être passionné par son idée, mais attention, ce n’est pas que comme ça. Donc pour moi déjà, il y a quatre phases, comme tu peux le voir sur mon joli cahier. Il y a quatre phases parce que ce que je dis c’est qu’il ne faut pas simplement trouver une idée, il faut créer son offre unique en fait. Ça englobe vraiment plusieurs choses. Il ne faut pas juste penser à l’idée. Donc déjà premièrement, pour trouver une idée, ça peut partir de deux choses. Partir de soi ou partir du marché, partir un petit peu de ce qui manque plus en vision, vraiment de business un petit peu plus avancé pour ceux qui ont l’œil un peu plus affuté. Partir de ça, c’est peut-être ce qui est le plus simple. Donc je vais détailler différentes choses qu’on peut faire pour ça. Donc déjà, on peut partir de ce qu’on a réussi dans la vie. On est passé d’un point A à un point B. Par exemple, on avait des problèmes dans son couple et on a réussi à solutionner tout ça et à sauver son couple. C’est quelque chose qu’on peut forcément enseigner à d’autres personnes qui se retrouvent dans la situation où on était avant. Je vous invite à lister, à avoir un petit papier et un petit crayon et vraiment lister toutes les réussites que vous avez eues dans la vie. Alors ça peut prendre un moment. Mais déjà c’est super. Parce qu’on s’aperçoit qu’on a réussi vraiment pas mal de trucs. Tout le monde a réussi quelques choses qu’il peut enseigner à quelqu’un. On peut également partir de ce qu’on pratique au quotidien. Donc soit d’un mode de vie, d’une alimentation, par exemple comme mon petit collègue Cyril sur le véganisme.

Maxence : ok !

Albane : Il est vegan et tout ça et donc il y a un tas d’obstacle pour vraiment réussir à rester vegan et tout ça et il enseigne aux personnes ou quelques choses qu’on pratique dont un hobby, de la danse ou voilà, quelque chose comme ça qui nous passionne. Du coup, là on est un petit peu plus sur la passion. Ça peut partir aussi de son job. On n’en parle pas forcément assez, mais il y a justement des profs de danses. J’adore la danse. Je veux absolument quelqu’un qui fait de la batchata qui lance un business en ligne, j’achète tout de suite. A chaque fois, je passe un appel. A chaque fois que je peux. Donc si tu es prof de danse, prof de dessin, prof de n’importe quel loisir, tu peux parler de ça.

Maxence : Prof de chant.

Albane : Prof de chant, ça m’intéresse aussi. Tu peux lancer un business en ligne très facilement en fait en partant de ça. Et souvent, les gens n’y pensent pas forcément. Même si tu es par exemple commercial et que tu es un bon commercial, tu connais des techniques, tu peux les enseigner et ce n’est pas forcément qu’auprès de particuliers. Ça peut être auprès d’entreprises. Ça ne s’est pas très développé encore mais je pense que ça peut vraiment se développer l’infoprenariat auprès des entreprises en B to B en fait. Formation en ligne pour aider des commerciaux à exceller, ce genre de chose. Voilà !
Sinon, un truc hyper bien pour trouver son idée c’est, tu peux essayer de voir un petit peu pourquoi, je tutoie les gens, ça ne te dérange pas ?

Maxence : Non, n’hésite pas, il n’y a aucun souci.

Albane : J’y pense en même temps, je tutoie toujours les gens.
Tu peux essayer de voir en fait pourquoi les gens viennent te voir dans ton entourage. On a toujours des expertises en fait personnelles pour lesquelles les gens viennent nous demander conseils régulièrement. On a tous des trucs comme ça. Par exemple : comment tu fais pour bien accorder les couleurs ensemble quand tu t’habilles. Je ne sais pas, comment tu fais pour être si zen, être si calme, alors que tu as une vie de cadre dynamique. Enfin, il y a toujours des gens qui viennent te voir en disant comment tu fais pour ça régulièrement. Ça, ça peut être un très bon point de départ pour lancer un business en ligne. On va voir après comment voir si c’est rentable ou pas. Mais il faut déjà faire cet exercice-là pour commencer un premier balayage en fait des choses.
Et puis, le dernier point, on n’en parle pas forcément beaucoup et pourtant c’est super. Pour créer vraiment du lien avec la communauté, c’est ce que j’ai fait moi, c’est de partir en mode challenge. En mode, tu n’as pas encore réussi quelque chose, mais tu as vraiment décidé, tu t’es décidé à vraiment atteindre un objectif en fait.

Maxence : Ok !

Albane : Comme moi, mon challenge, la guideline un peu sur ma chaîne YouTube, c’était : j’ai décidé d’être financièrement indépendante, mais en tout cas de remplacer mon salaire dans un an. Je vais aller me renseigner à droite et à gauche, compacter les infos pour toi et voilà quand ça sera fait, j’aurais la trame. Et c’est ce que j’ai fait. Et en fait, ça engage les gens, parce qu’ils te suivent. Et souvent, on a peur de la légitimité. Mais il ne faut pas avoir peur de ça. Parce que ce qui crée la crédibilité, ce n’est pas l’expérience, ce n’est pas le nombre d’années que tu es sur internet.

Maxence : Ouais ce n’est pas parce que ça fait dix ans que tu es sur internet que voilà tu as pignon sur rue. Ouais, il y a plus de probabilité d’avoir une plus grosse communauté quelqu’un qui démarre que depuis un an.

Albane : Oui bien sûr.

Maxence : Mais voilà, ne pas avoir cette conscience comme un peu dans les grosses boites où ok, lui il a une grosse autorité parce que ça fait vingt ans qu’il est dans le métier et toi tu as une petite autorité parce que ça fait un an que tu es ici, ouais, ce n’est pas du tout comme ça le business en ligne. C’est la valeur que vous apportez aux autres.

Albane : C’est ça.

Maxence : Et c’est ça qui va vous permettre voilà de vous différencier.
Albane : Exactement, et la vision aussi qu’on a. Parce qu’on a tous une vision, on a tous une opinion, c’était plus tard que je voulais le

dire, mais je fais bien de le dire maintenant. Effectivement, si tu as une vision forte, si tu as une opinion forte, et c’est forcément le cas sur ton marché. Tu vas forcément apparaitre comme un leader et donc avoir plus de crédibilité et apporter de la valeur et de la valeur et vraiment avoir de l’empathie pour ta cible et lui apporter voilà, des choses qui sont cohérentes et qui sont ludiques et tout ça. Et tu auras tout de suite une crédibilité. Donc, il ne faut vraiment pas avoir peur de ça. Donc voilà. Ça, c’était une première chose pour trouver son idée de business. Est-ce que tu penses que ça les aide, Maxence.

Maxence : Absolument ! Alors est-ce que tu peux revenir ? On a fait un petit Snapchat juste avant de réaliser la vidéo.

Albane : Ouais !

Maxence : Tu avais donné quatre grands pôles.

Albane : Oui c’est vrai.

Maxence : Donc en terme de thématique, est-ce que tu peux les répéter, que ça va bien être concret pour les gens.

Albane : Ouais bien sûr. Alors effectivement, il y a quatre grandes thématiques dans lesquelles on peut trouver sa niche. Et on va voir que c’est très important de trouver une niche précise. Donc il y a déjà le pôle argent. Donc apprendre aux gens à gagner de l’argent. Donc comme là où on est nous avec Maxence. Quoi que toi, tu as aussi la course à pied je crois.

Maxence : Ouais, principalement, ça reste sur l’argent puisque paris sportifs et webmarketing, c’est gagner de l’argent absolument.

Albane : Voilà.

Maxence : Tous ce qui est bourse, poker, indépendance financière.

Albane : Immobilier.

Maxence : Immobilier, toutes les thématiques argent, excellent. Donc ça première thématique.

Albane : première thématique, mais il n’y a pas que ça. Parce que souvent les gens quand ils débarquent un peu dans l’infoprenariat, ils disent : ouais mais tu as appris à gagner de l’argent, c’est pour ça que tu gagnes de l’argent. Non, n’importe quoi. Il n’y a pas du tout que ça. Et d’ailleurs la santé, je me demande s’il n’y a pas encore plus de volume en cash dans la santé.

Maxence : Alors number 1 c’est la santé, donc tout ce qui est nutrition, on a pu donner quelques exemples. Vous devez connaitre de nombreuses chaînes YouTube ou page Facebook, paléo, végane…

Albane : Fitness.

Maxence : Fitness, toutes ces choses-là et moi j’ai des membres de mon club privé business qui font 300 000 €, 500 000 € minimum par an.

Albane : Ouais donc ça vaut aussi de l’argent.

Maxence : Donc 1 : voilà c’est peut-être fifty-fifty. Donc santé, thématique argent. Deux autres grands pôles ?

Albane : Deux autres grands pôles : les relations.

Maxence : Donc relation, ok !

Albane : Relation de couple, séduction, parentalité, relation avec les animaux même voilà.

Maxence : Ok !

Albane : Et le dernier c’est les loisirs.

Maxence : loisirs lucratifs, voile …

Albane : Photo.

Maxence : Photo, golf, vin.

Albane : Batchata

Maxence : Ouais tout ce qui est loisir. Et plus c’est lucratif mieux c’est. Puisque je prends l’exemple de la voile. J’aime bien donner cet exemple, puisqu’à ma connaissance, il n’y a encore personne. Vous seriez millionnaire, tout simplement parce que le prix d’un bateau, un simple bateau, un petit bateau, c’est minimum 100 000 € et l’entretien c’est 10% du prix du bateau. Donc si vous avez un bateau à 300 000 €, 30 000 € d’entretien. Est-ce qu’à votre avis, est-ce que des gens seraient prêt à investir dans une formation en ligne à 1 000 €, la réponse est oui.

Albane : Ouais, là où il y a de l’argent, il y a du pouvoir d’achat.

Maxence : Ouais c’est ça qui est top ouais, elle est là-dedans, c’est clair.

Albane : Voilà pour l’idée. Et il y a une chose que je précise tout le temps. Parce qu’il ne faut pas s’arrêter là en fait. Il y a une grosse erreur que font les débutants et ce n’est pas de leur faute, c’est parce que ce n’est pas une info qui est très répandue non plus. C’est qu’il faut vraiment que ça soit précis. Tu ne peux pas partir par exemple sur le développement personnel. J’en ai dans mon groupe des clients qui sont sur ça. A chaque fois, je leur dis non, ça ne peut pas. En fait, il y a deux manières d’aborder les choses. Il faut savoir si tu es spécialiste ou si tu es généraliste. Effectivement, si tu veux être développement personnel, tu vas être généraliste, tu vas être confronté à des gars comme David Laroche. Donc tu as intérêt d’avoir un sacré branding, un sacré positionnement.

Maxence : Un sacré niveau ouais. Parce que moi si je me lançais dans le développement personnel, je serais généraliste, mais comme tu l’as dit parce que je m’amènerais, voilà, je suis millionnaire, j’ai fait ci, j’ai fait ça. Mais je ne vais pas m’emmener débutant. Là il faut se spécialiser si on est plutôt « petite autorité perçue ».

Albane : Ouais ou alors il faut vraiment avoir un truc, mais on va dire ça c’est plus de la chance ou du talent. Donc ce n’est pas là-dessus que s’orienteraient les gens.

Maxence : Le niveau en fait voilà : mindset et ce que vous avez accompli par le passé.

Albane : Oui voilà, enfin, on peut toujours transformer ça, mais c’est plus difficile d’arriver sur.

Maxence : Mais c’est plus difficile, clairement d’être généraliste, parce que la question qu’on vous pose si on prend l’exemple du développement personnel, excuse-moi de t’avoir coupée, c’est qu’on va vous dire.

Albane : non je t’en prie.

Maxence : C’est quoi la différence avec David Laroche, Max Piccinini, Martin Latulippe ou Anthony Robins ou Roger Lannoy ou ce que vous voulez. Et du coup, il faut être capable de dire : ok, non, ça n’a rien à voir. En tout cas, voilà, c’est ce que je conseille. Et j’avais rencontré quelqu’un où j’ai fait des stages : Jacques Ferber qui a une partie du développement personnel. Donc c’est le tantra. Donc c’est quoi le tantrisme : c’est faire l’amour en pleine conscience. Et c’est assez marrant parce que justement dans le développement personnel, personne n’en parle. Et là, c’est une grosse niche. Donc voilà, il a un bon business et moi je trouve ces stages magiques, j’en ai fait quelques-uns. Parce que voilà, c’est une spécificité du développement personnel et il est le spécialiste du sujet.

Albane : A la limite quand on est débutant, moi je trouve que c’est plus facile d’aller sur une spécialité parce que …

Maxence : Complètement.

Albane : Du coup, tu vas forcément avoir ta niche à toi. C’est plus facile de se différencier et la différenciation, c’est ça qui va faire aussi que ça va être rentable. Parce que tu peux aller sur la meilleure niche du monde. Si tu fais pareil que tes concurrents, tu ne vas jamais sortir du lot et tu ne vas jamais pouvoir vraiment attirer l’argent ou tu vas plafonner en fait. Et ça, c’est une autre erreur que les gens font. Il faut vraiment axer sur le positionnement, la vision, le branding et qu’est-ce que toi tu vas apporter que les autres n’apportent pas ? Parce qu’il y a toujours des failles dans un marché. Souvent, on me demande : oui mais il y a des concurrents. C’est génial qu’il y ait des concurrents. Mais vaut qu’il y ait des concurrents. Et il y a forcément des failles dans le marché. Moi, c’était mon cas.

Maxence : Alors qu’est-ce que t’apportes Albane dans le webmarketing ? C’est une femme. Donc déjà tu as cette distinction.

Albane : C’est vrai.

Maxence : Homme ou femme, c’est con à dire mais quelle que soit la thématique, hormis le make up ou c’est l’inverse, si vous êtes un homme, vous avez une grosse distinction vis-à-vis des femmes.

Albane : Ouais c’est vrai.

Maxence : Je dis ça parce que souvent pour des vidéos, je dois mettre un petit peu de maquillage ou de la brillance parce que ma peau brille. Et je fais assez sourire pas mal de femmes en disant : tu ne connaissais pas ça ? Ok, je vais lancer ma chaîne YouTube, voilà.

Albane : Ah je veux tes astuces, moi aussi j’ai une peau qui brille.

Maxence : Je laissais un petit peu, c’est par rapport à tout ça. Donc je te laisse nous dire : c’est quoi ta distinction au final Albane dans le webmarketing.

Albane : Alors écoute, ma distinction et c’est justement, j’ai tout misé là-dessus, parce que j’ai très vite compris que déjà je débarquais dans un milieu d’hommes comme tu dis. Bon, ça faisait une différenciation, mais c’est quand même compliqué et qu’il y avait énormément d’offres, de super gros experts et comment je vais arriver là-dedans. Ça ne m’a pas fait peur, parce que je sais qu’il manquait quelque chose pour avoir fait les formations de différentes personnes et pour m’être dit en tant que cliente, oh c’est hyper compliqué, c’est hyper long, c’est hyper-ci. J’ai listé un peu les défauts et les forces aussi de ce que j’ai appris. Et c’est là où je me suis dit : tiens pourquoi je ne ferais pas ma propre formation de business en ligne finalement en apportant quelque chose de vraiment pas à pas. Et en fait, ma différenciation, c’est que j’ai vraiment créé ma formation lorsque j’étais tout juste plus débutante en fait. Donc j’avais toujours l’œil du débutant et je me rappelais toujours finalement de chaque étape. Parce que quand les experts font des grosses formations, forcément, et c’est naturel, ils ont avancé depuis longtemps et il y a des étapes qu’ils ont oubliées.
Maxence : Ouais qu’on saute pour les total débutants, parce que ça te parait tellement évident que …

Albane : Tellement logique, tellement évident, exactement.

Maxence : « ça s’efface même de ton esprit ».

Albane : Et c’est normal, parce que moi-même j’ai déjà oublié certaines choses. Et je me dis : heureusement que j’ai créé ma formation tout de suite, finalement, parce que je n’aurais pas pu le faire. Mon truc c’est vraiment de faire du pas à pas, c’est un peu comme tu vois : lancer ton business en ligne, tu traverses une rivière, à chaque fois je dis ça, pleine de crocodiles, pleine de vagues et tout ça. Et souvent, les experts, ils te dévorent, excuses-moi, pas tous. Mais souvent on te dit : vas-y jette toi à l’eau, nage, t’inquiètes tu vas y arriver, avec le mindset et tout. Ce qui n’est pas faux, mais moi je veux créer un pont avec toutes les planches et pas de planche manquante pour faciliter, on va dire : l’accès de l’autre côté. Voilà, c’est ce que je fais aussi pour le produit : lancement en kit un petit peu. Comment faire son lancement vraiment pas à pas avec toutes les trames, même si tu n’y connais rien et voilà.

Maxence : Ok ! donc souvenez-vous, récapitulatif un peu des quatre niches. Donc santé, ensuite, argent, ensuite, loisir lucratif et les relations. Et ça, ça fera une grosse différence sur le long terme par rapport à tout ça.
Alors autre question que vous vous posez certainement. Donc ouais mais pour avoir une niche rentable, il faut avoir une offre et encore mieux une offre irrésistible, c’est ce que je vous conseillerais systématiquement. Voilà, quels sont les conseils que tu peux donner par rapport à ça, pour avoir cette offre irrésistible dans les clients aussi que tu accompagnes pour que ça décolle le business et pas que ça soit en mode mollasson ou statu quo et après on est limite dégouté ou en dépression.

Albane : Ouais parce qu’il y a le stade des débutants qui se découragent, après le stade de ceux qui ont envie, mais qui n’arrivent pas à péter le plafond.

Maxence : Ouais qui font 2-3000 € par mois, ce n’est pas mal, mais ils ne sautent pas au plafond en disant : c’est magique.

Albane : Voilà, c’est ça. Et moi en fait, vraiment mon approche c’est de dire : allez tout de suite sur une offre chère. Donc pour proposer une offre chère, pour pouvoir faire un lancement en cas de vidéo derrière justement et générer comme moi mon premier lancement 50 000 € en une semaine, sans avoir des millions de prospects, vraiment très facilement en suivant la trame. Il faut absolument avoir d’abord une offre unique et une offre irrésistible. Pour moi l’offre unique c’est vraiment là où tu apportes une différence sur ton marché et tu sais vraiment le mettre en avant. Et l’offre irrésistible, c’est que moi je le sépare en deux en fait. C’est vraiment d’avoir une offre qui apporte au moins dix fois plus de valeur que le prix auquel tu vas la vendre. Voilà, et donc pour ça, il faut savoir justement retracer un petit peu tout ce qu’on sait et en faire un squelette de formation. Bon, je n’ai pas le temps d’en parler ici, mais c’est central aussi pour pouvoir lancer ça.

Maxence : Ok excellent. Alors autre question que vous vous posez certainement, c’est quoi les trois erreurs principales que tu vois dans les membres de tes différents programmes. Donc que ça soit voilà, business, croyances limitantes ou que sais-je. C’est quoi de manière générale le top 3 des points faibles que tu vois ?

Albane : Alors le premier, c’est comme je disais tout à l’heure, le manque de clarté en fait, de vouloir vraiment ratisser large et parler à tout le monde et quand on parle à tout le monde, on parle à n’importe qui, la fameuse phrase bien connue. Et c’est vraiment vrai. Il leur manque un avatar en fait, un client idéal. Moi, j’ai vraiment parlé à un client idéal, celui que je voulais moi qui était vraiment très précis, qui avait des frustrations bien précises, un parcours bien précis. Ça m’a permis dans mes pages de vente notamment de pouvoir décrire ces sensations, ces frustrations face à son problème et de tout de suite créer l’effet : waouh, cette personne me comprend. Et ça, c’est vraiment fort et ça marche à tous les coups. Donc avoir vraiment un avatar et le connaître et pas un avatar type carte d’identité, mais vraiment des valeurs, un parcours, des frustrations, etc.
La deuxième erreur la plus courante c’est liée à la confiance en soi, ça revient tout le temps. Mais il y a des techniques pour ça, autre que faire une thérapie pendant 25 ans ou faire, je ne sais pas combien d’heures de coaching. On n’a pas confiance en soi souvent parce qu’on n’a pas conscience de la valeur qu’on va apporter et on n’a pas conscience de la valeur qu’on a apportée parce qu’on n’a pas pris un petit carnet comme ça et un stylo. Et on n’a pas listé justement tout ce qu’on va pouvoir apporter dans une offre. Et si tu fais ça, tu vas t’apercevoir qu’effectivement, tu vas pouvoir apporter énormément de choses. Voilà. Donc déjà, faire l’inventaire un petit peu finalement de tout ce que tu peux apporter concrètement à ton avatar, penses toujours très fort à ce fameux avatar et vraiment mets tout ton cœur dans la valeur que tu vas lui apporter. Donc ça c’est les deux premiers points.
Et je dirais le troisième c’est un peu lié à la confiance en soi aussi finalement. C’est le fait d’avoir peur de ne pas avoir la légitimité et surtout du coup en conséquence de ne pas assumer ses forces et ses faiblesses. Et pour moi, ça c’est les deux points qui font d’une personne un leader, même si elle débarque de nulle part, quelqu’un qui arrive vraiment à fédérer une communauté, à créer du lien, à créer de l’admiration, mais surtout de l’inspiration. En fait, quand tu assumes tes forces, donc ton ambition, moi, je n’ai jamais caché mon ambition, etc., tu vois, ton ambition, tes qualités, ta façon de voir les choses aussi, même si ça ne plaît pas à tout le monde. Et tes faiblesses. Moi, j’aime bien dans les vidéos à chaque fois de dire que je galère à faire ci, ça, parce que je sais que ça rassure les gens.

Maxence : Ouais les faiblesses, la vulnérabilité, grosse connexion avec votre audience. Donc ça c’est quelque chose que je vous invite à mettre en place le plus souvent possible.

Albane : Ouais, carrément. Moi j’avais eu peur de faire certaines vidéos où je dévoilais un peu, mais genre, j’ai peur de faire des vidéos, au début, j’ai fait des vidéos comme ça. Et les gens m’ont dit : merci d’avoir fait ce genre de vidéo. Parce que du coup, on se sent moins seul, ça aide et ça crée un lien énorme. Donc c’est ça qui va faire de toi un leader finalement. Assumes tes forces, assumes tes faiblesses et voilà et n’aies pas peur d’assumer tes opinions. Parce qu’on s’en fou de l’avis des gens. Tout ce qui compte c’est ton avatar, c’est ton client idéal et c’est le message que tu as vraiment envie de passer pour impacter le monde finalement, pour finir sur une petite note un peu, voilà émouvante.

Maxence : Ok et voilà si tu avais un conseil à donner ou voilà une réussite donc au cours des douze derniers mois que tu dis à l’ancienne Albane, à la nouvelle Albane, ok, si j’avais su j’aurais encore plus accentué cette stratégie parce que ça m’a rapporté ou alors ça a eu un gros impact. Est-ce que c’est faire des vidéos YouTube, un Facebook live, un partenariat, un lancement de produit ? Donc, quel a été, si tu pouvais le donner une méthode qui au final ça t’a vraiment rapporté énormément. Et tu te dis : waouh, là j’ai vraiment accentué sur ça au cours des trois, six ou douze prochains mois parce que ça a déjà fait une grosse différence.

Albane : Ecoute, c’est une très bonne question parce que justement, je viens de définir toute ma stratégie 2018 par rapport à cette question-là. Donc définitivement, c’est les lancements, les super lancements en quatre vidéos.

Maxence : Ok !

Albane : Voilà, mon premier lancement dans les règles de l’art. J’en avais fait un avant, mais qui était un peu n’importe comment. Donc …

Maxence : Un peu bancal.

Albane : Voilà, il faut suivre vraiment les trames qui marchent qui ont déjà été éprouvées c’est très important. Et donc ce premier lancement, j’ai fait 50 000 € donc en une semaine un peu plus de travail, mais finalement pas tant de travail que ça, enfin, pas sur très longtemps. Et donc, je vais recommencer là et l’année prochaine, j’en ferai plusieurs et c’est pour ça aussi que j’ai décidé de sortir le produit de lancement pour aider les gens à suivre vraiment une trame parce que c’est très galère en fait les lancements quand on ne sait pas comment ça se passe. Il y a plein de choses à savoir, mais quand on sait c’est simple. Donc en fait, en gros, pour mon lancement, j’ai mis un euro dans la machine, puisque j’ai utilisé la pub Facebook aussi.

Maxence : Ok.

Albane : J’ai récupéré 100.

Maxence : Fois 100 tu as fait ?

Albane : Sur mon lancement, c’est ça.

Maxence : ok !

Albane : Bon, je ne dis pas pour tout le monde ça sera exactement ça, mais on va dire : j’ai trouvé quand même …

Maxence : Je vous le souhaite de mettre 1, récupérer 100 parce que si vous mettez 1 000, boum 100 000.

Albane : Non mais là je pense que je suis … oh mais c’est lié aussi à l’offre unique comme on l’a dit. Pour moi un lancement, ce n’est pas juste un lancement, c’est de l’offre unique, savoir comment cibler sur Facebook et tu n’as même pas besoin de partenaire, je n’avais pas de partenaire. Et ensuite, savoir l’articulation d’un lancement. Et j’ai recommencé avec le lancement de David Marouani que tu as interviewé je crois, speaker pro qui a fait plus de 100 000 € aussi sans liste, avec juste quelques partenaires, mais les 100 000 c’était sur la pub Facebook aussi, de l’offre unique et la bonne articulation de lancement. Donc lancement, je fais ça à fond cette année et j’encourage vraiment tout le monde.

Maxence : Donc lancement et publicité Facebook, ouais j’avais discuté avec David, David Marouani a priori, quand il mettait 100 €, ça lui faisait une vente. Donc c’est un programme à 1200, 1300 € donc il avait un ROI fois douze. Donc ce qui l’a aussi…

Albane : Plus que ça.

Maxence : je crois, c’est ce qu’il me disait.

Albane : Sur le lancement speaker pro, je crois qu’il a plus que ça.

Maxence : D’accord, voilà une moyenne, mais minimum fois treize, à moi c’est ce qu’il m’a dit, après, peut-être qu’il a …

Albane : Je crois que c’est plus.

Maxence : D’accord, si c’est plus, mais voilà…

Albane : C’est déjà bien, c’est déjà très bien.

Maxence : Pour vous montrer la puissance. Alors par contre, là, je vois de ce que tu as dit et ce que lui m’a dit également, et je n’ai pas compris. Pourquoi vous ne le mettez pas en evergreen ? Tu vas le mettre aussi en evergreen ou pas ?

Albane : Alors écoute, j’ai un débat.

Maxence : Albane elle est en mode salariat, elle ne veut pas de l’argent tous les jours. Elle veut juste une fois dans l’année un gros lancement.

Albane : Ce n’est pas ça, c’est stratégique. Je ne sais pas, je ne suis pas décidée encore. Mais pour moi, je trouve que la force d’un lancement, c’est le fait que ça soit un évènement aussi. Tu vois que les gens sachent qu’ils ne peuvent pas s’inscrire de l’année une fois que c’est fermée et que vraiment et que c’est vrai, tu vois. Et je suis attestée,

Maxence : Attestée…

Albane : Mais je suis persuadée que ça crée une dépression et qu’il y a, enfin …

Maxence : Pour moi, je conseille les deux. En fait, vous faites le classique et par contre une fois dans l’année, vous faites un gros lancement. Et du coup, vous en parlez sur Snapchat, votre compte Instagram, grosse publicité Facebook, quelques partenaires, une chaîne vidéo…

Albane : Tant que c’est un évènement.

Maxence : Voilà vraiment un évènement. Et le reste de l’année, au final, c’est juste la séquence d’emails en automatique. Donc certes, c’est moins fort. On est d’accord, je souhaite que ça soit encore plus fort, mais normalement c’est moins fort. En tout cas, moi dans mes chiffres, c’est moins fort qu’un vrai lancement. Mais au lieu de faire zéro, nothing, rien du tout, le reste du temps, vous allez peut-être faire une vente par jour, deux ventes par jour, une vente tous les trois jours en fonction de votre audience et clairement est-ce que vous crachez sur de l’argent qui tombe au quotidien. Je ne pense pas. Si vous êtes comme moi, donc, moi je conseille de faire les deux en fait. Pas la théorie du « ou », mais la théorie du « et ». Donc lancement orchestré en cas de vidéo.

Albane : Peut-être que je vais t’écouter.

Maxence : Et lancement en automatique. Si Albane m’écoute, elle va revenir un an après, elle va dire : putain, je fais encore de l’argent supplémentaire.

Albane : J’ai des très gros objectifs 2018 alors on va voir.

Maxence : Ouais donc, mais les deux, ça peut être pas mal absolument.

Albane : Ok

Maxence : Ok, ben merci une nouvelle fois. Donc si vous avez apprécié la vidéo, cliquez sur le petit pouce juste en-dessous. Merci par avance ! Tu as une formation justement sur le sujet sur des lancements.

Albane : Oui sur les lancements, j’ai découvert ça, j’ai l’impression que j’ai découvert une mine d’or.

Maxence : A qui ça s’adresse et qu’est-ce qu’il y a voilà grosso modo dans cette formation pour les gens qui se disent : je veux faire comme toi Albane, je veux encaisser des coups de 50 000 € en une semaine.

Albane : Ou plus de 100 000 comme David Marouani qui est encore plus fort que moi, sans liste.
Eh bien, écoute, ce qu’il y a dans cette formation, j’ai vraiment, alors ça s’appelle : la fabrique à lancements. Parce que je propose vraiment toutes les trames détaillées pas à pas pour pouvoir faire ces quatre vidéos. Donc comment sont articulées les vidéos, la trame de chaque email à envoyer, parce que c’est très important. Tout se joue sur la pression et c’est très précis finalement. Et si on loupe un truc, eh bien, ça peut faire un flop. Donc là moi, j’ai la trame qui fonctionne. Je veux vraiment quelque chose qui soit ludique, je leur mets un petit carnet, un petit boulet d’humour au lancement et tout ça, je vais vraiment faire un truc sympa qui soit agréable à suivre pour faciliter ça. Une checklist aussi sur l’offre unique. Parce que moi, pour moi, ça fait partie intégrante du lancement. Donc si aujourd’hui tu n’as pas d’offre, alors ça s’adresse plutôt aux personnes qui sont déjà infopreneurs et qui ont déjà une offre, mais si toutefois tu souhaites te lancer sur le business en ligne, déjà ça peut quand même te convenir, parce que je refais quand même un point très poussé sur l’offre unique. Comment définir son offre unique, etc. Et puis un module aussi sur Facebook, comment cibler Facebook et puis comment faire de super vidéos. Comment créer une histoire illustrative aussi qui soit inspirante, parce que …

Maxence : Story telling.

Albane : C’est un petit peu ma pâte aussi, comme tu as vu le lancement speaker pro de David ou pas ?

Maxence : Juste la vidéo de vente, je n’ai pas eu le temps de regarder le reste.

Albane : Voilà, on a fait un petit court métrage tous les deux. On n’est pas obligé de faire un court métrage à chaque fois, mais un petit court métrage émouvant qui fait pleurer et tout ça et en tout cas, avoir une histoire illustrative inspirante qui vient soutenir ton message, ça change des gros lancements testostereronés qui sont très bien aussi, mais ça change et les gens aiment bien et dans le produit on verra également créer ça étape par étape. Voilà !

Maxence : Et tu as plus de clients hommes ou femmes ou fifty-fifty à peu près.

Albane : Eh bien j’ai 60% d’hommes à peu près pour l’instant, donc plus ou moins …

Maxence : 60% hommes et 40% femmes. Ok comme ça, si vous regardez la vidéo, c’est fait pour vous que vous soyez un homme ou une femme.

Albane : Ah oui, c’est vraiment à tout le monde, ouais je ne m’adresse pas qu’aux femmes, même si c’est inspirant, machin, plus émotionnel et tout ça, j’ai mon petit côté testostérone aussi. Je n’aime pas le business de femme, ça m’énerve.

Maxence : Ok, excellent. Donc si vous voulez tout simplement visionner la page de présentation, rejoindre la formation vis-à-vis des lancements en quatre vidéos. Donc il y a un lien à l’intérieure de la vidéo YouTube, vous cliquez sur ce lien, ça va vous rediriger vers la page de présentation. Comme ça, ça va vous permettre de voir tout ça en intégralité. Si vous regardez cette vidéo depuis un smparthone ou une autre plateforme, il y a le (i) comme infos en haut à droite de la vidéo ou encore tout est dans la description juste en-dessous.
Donc on vous dit à tout de suite de l’autre côté et surtout bon cash, bon lancement et bon euro sur votre compte en banque.
A tout de suite !