Transcription – Comment se débarrasser de tous ses problèmes techniques Mon équipe info – Geoffrey JACHIMIAK

Maxence : Comment se débarrasser de tous ses problèmes techniques ? C’est ce qu’on va voir en détail dans cette vidéo. Je suis actuellement avec Geoffrey JACHIMIAK en direct de Paris. Je connais Geoffrey déjà depuis plusieurs années. Tu as également une entreprise qui s’appelle « ABCVita » et qui se gère de tous les problèmes techniques. Généralement, le blocage qui arrive le plus fréquemment possible c’est quand les gens ont l’idée de leur business, ils se disent : « Mais oui, mais moi, je ne suis pas un geek » ou alors « je suis une burne en technique. Comment je fais pour développer mon activité à succès ? ».

On va voir tout ça dans cette vidéo. Salut, Geoff.

Geoffrey : ça va Maxence ?

Maxence : Alors est-ce que tu peux rapidement te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas ou qui aimeraient en savoir plus pour savoir comment es-tu venu, aujourd’hui, à proposer des services vis-à-vis de la technique, qu’on ne soit plus embêté par tout cette tâche souvent que l’on n’aime pas.

Geoffrey : Donc, quand je suis arrivé à Paris, j’avais typiquement un boulot de développeur. Donc, j’étais déjà dans la technique.

Maxence : Donc, tu étais geek à la base. En tout cas, tu as une affinité avec le sujet.

Geoffrey : C’est ça, exactement. Et à un moment, j’ai voulu monter ma propre activité et j’ai découvert l’infoprenariat. Et finalement, en fait, j’ai rapidement travaillé comme « homme de l’ombre » on va dire pour des infopreneurs influents et j’intervenais notamment sur les problématiques techniques. Chemin se faisant du coup, j’ai migré vers les partenariats donc créer des lancements où on recrute des partenaires et il y avait toujours cette problématique technique qui était récurrente sur les lancements et puis je voyais qu’il y a avait des gens qui commençaient à débuter, que l’infoprenariat se popularisait et que la technique, elle est toujours un problème récurrent. Donc, je me suis dit : « Bon ben, il est peut-être temps de faire quelque chose ». Donc à la base, ABCVita, c’était notre marque, on va dire, qui faisait des lancements pour les infopreneurs influents et on a décidé de créer quelque part une sous-marque qui s’appelle « monéquipe.info » qui s’adresse uniquement aux problématiques techniques. Du coup, aujourd’hui, on est en capacité d’aider les infopreneurs qui ont des problématiques techniques ou qui ont juste une idée et qui veulent une solution qui fonctionne.

Maxence : Ok. Alors vis-à-vis de l’infoprenariat, au tout début, tu as travaillé avec des gros infopreneurs. Comment tu t’es intéressé au sujet de l’infoprenariat ? C’est par hasard, en postulant ou tu as fait pas mal de recherches sur le sujet ? Comment tu t’es intéressé au sujet ?

Geoffrey : Oui, j’avais au début envie de monter ma boîte depuis un petit moment. Je ne savais pas quoi ni comment et puis, j’étais tombé sur une marketeur américain justement qui expliquait comment lui il avait monté son business sur la séduction pour les mecs célibataires.

Maxence : Ok !

Geoffrey : Je me suis dit : « Ok, ça c’est intéressant ». Et j’ai découvert que le marché francophone se développait à peu près à cette même période-là. Donc je me suis dit : « Aller, je fais le grand saut ». J’en avais marre de faire du développement dans mon coin, dans mon bureau à Paris. Donc je me suis dit : « Aller, c’est parti, on teste. Et puis on verra bien ce qu’il se passe » et c’est six années d’expériences formidables. Voilà.

Maxence : Ok, excellent ! Alors, première question qui me vient à l’esprit : souvent, il y a un petit battle en quelque sorte où il y a des personnes qui prônent plutôt les outils US, d’autres personnes qui sont plutôt made in France et qui n’utilisent que ça. Moi, personnellement, c’est vrai que j’ai démarré avec les outils américains, parce que ça fait depuis début 2011 que je suis dans la thématique. Ensuite, il y a eu pas mal d’outils français qui ont eu lieu. Toi, quelle est ta tendance par rapport à ça ? Est-ce que tu recommandes les deux ? Tu t’en fous que ce soit français, américain. Par contre, moi, c’est ce que j’ai vu, c’est que d’une manière générale, si vous démarrez français, c’est mieux de continuer français. Si vous démarrez américain, c’est mieux de continuer américain vis-à-vis de la comptabilité…De la compatibilité, pardon. Toi, quel est ton feedback vis-à-vis de ça ? Est-ce que tu recommandes les deux ? Qu’est-ce que tu ressens dans ton business.

Geoffrey : Ok. Alors, déjà, première problématique, c’est au niveau de l’utilisateur, donc vous-même qui regardez, c’est : est-ce que vous êtes à l’aise avec l’anglais ou pas ? Ça va déjà quand même orienter le choix de l’outil. Les gens qui ne comprennent absolument pas l’anglais, je leur recommande…

Maxence : C’est vrai

Geoffrey : de partir sur un outil francophone. Ce sera beaucoup plus simple pour discuter avec le support en cas de problème. Sinon, au-delà de ça, moi, je suis partant pour tester en fait tout type d’outil et je garde ceux qui m’apportent satisfaction, tout simplement. J’ai travaillé pendant très longtemps par exemple avec GetResponse qui est un autorépondeur anglophone que j’utilise encore aujourd’hui, parce que de manière générale, j’en suis satisfait. Ça ne m’empêche pas d’en utiliser d’autres, qu’ils soient français ou anglophones, mais l’usage fait que pour l’instant, je suis satisfait de cet outil-là, donc à titre personnel, je le garde.

Maintenant, il va y avoir des problématiques en fonction des besoins du client tout simplement. Il y a certaines choses qu’on va pouvoir faire avec certains outils, mais pas avec d’autres. Donc, il y a à la fois un – et c’est ce qu’on essaie d’offrir justement à travail Monéquipe.info – notre expertise sur quels sont les outils qu’on peut vous recommander de manière générale et si vous avez une problématique particulière, quel est l’outil qui est le plus à même de répondre à cette problématique et de pouvoir être implémenté facilement, rapidement, à moindre coût. Donc voilà, on essaie vraiment de s’adapter en fait à la problématique aussi du client et pas juste à recommander un outil de manière bête et méchante, parce que des fois, justement, ça ne conviendrait pas.

Maxence : Tu as évoqué un truc juste avant. Evidemment, si vous ne parlez que français, dirigez-vous plutôt vers les outils français évidemment. Et si vous parlez également anglais, vous avez le choix et faites celui qui correspond le mieux pour vous.

Alors, vis-à-vis de tes services, quelles sont, grosso modo, les principales objections du moins les principaux problèmes techniques qu’ont les gens ? Est-ce que c’est plutôt vis-à-vis d’une plateforme précise ? Est-ce que c’est plutôt l’espace membre ? Est-ce que c’est plutôt, je ne sais pas moi, du SAV de client ? Quel est un petit peu le ressenti que tu as ?

Geoffrey : Ok. Alors, la première problématique qu’on va rencontrer, c’est que des gens qui débutent notamment ne sont pas prêts à déléguer. C’est-à-dire que mentalement pour eux, c’est compliqué de dire : « Je vais donner mes identifiants » potentiellement des identifiants de mon système de paiement par exemple « à des gens que, potentiellement, je ne connais pas ». Et c’est pour ça aussi que, du coup, on a beaucoup plus de facilité à travailler par recommandation puisque ce sont des partenaires avec qui déjà les gens ont créé une certaine forme de confiance et ces partenaires-là, ils nous recommandent. Donc ils se disent : « Ok, on peut lui faire confiance a priori ». Donc, c’est aussi comme ça qu’on recrute la plupart de nos clients, par recommandation.

Deuxième point qui revient régulièrement, c’est la problématique du coût. C’est-à-dire que quand les gens débutent, ils se disent : « Ok, alors cet outil-là, je peux le prendre, parce qu’il est dans mon budget. Celui-là, je ne peux pas parce qu’il est trop cher ». Alors que la vraie question à se poser, c’est quel est le retour sur investissement finalement et surtout quel est le temps que je vais perdre à mettre en place cet outil.

Il y a des gens qui ont du temps, donc très bien, ils peuvent se permettre de prendre par exemple une solution gratuite et qu’ils vont devoir configurer eux-mêmes et du coup ne pas faire appel par exemple à notre équipe, parce que du coup ça représente justement un coût trop important pour eux. Alors que pour d’autres, c’est un investissement, c’est-à-dire qu’ils sont par exemple des formations à remplir, ils ont déjà des formations qui se vendent et leur temps est précieux en fait. Donc, eux, ils préfèrent investir dans des outils, dans notre équipe, parce que eux, ils savent que derrière ils vont avoir un retour sur investissement qui est rapide et qui leur permettra de se concentrer sur ce qui apporte vraiment de la valeur dans leur activité. Donc, effectivement, des fois, ce ne sera pas forcément adapté à votre cas si vous débutez et que vous n’avez pas le budget, ou que vous n’avez pas encore ne serait-ce qu’une idée de business et que vous pensez que juste en mettant en place la technique, ça va amener derrière le coût du chiffre d’affaires. Il faut faire les choses dans le bon ordre, je dirais. Et le bon ordre, des fois, c’est de, peut-être juste effectivement, démarrer avec son propre temps et un tuto gratuit si on ne peut faire que ça pour l’instant. Je dirais qu’il n’y a pas de mauvais chemin. De toute façon, on apprend tous de nos expériences et parfois de nos « échecs » mais pour moi ça reste des expériences.

Maxence : Alors, est-ce que tu peux nous redire le premier si tu te souviens ? Parce que je voulais rebondir sur quelque chose, mais ça m’a échappé de mon esprit. Tu as évoqué le retour sur investissement. Clairement, j’ai une personne qui bosse pour moi, quasiment à temps plein vis-à-vis de la technique. Et c’est ça, je regarde le retour sur investissement. Alors, je comprends quand on est débutant, on veut faire tout soi-même, parce qu’on voit ça comme une « dépense » et non comme un retour sur investissement. Aujourd’hui, dans le business en ligne, il faut investir un minimum d’argent. Certes, pas des centaines de milliers d’euros comme un achat ni des dizaines de milliers d’euros comme un business en dur, mais démarrer avec zéro, c’est de la flûte. Je sais que c’est souvent le cas sur internet. Pourquoi ? Parce que, voilà, il y a souvent quelques objections dans la technique. C’est mieux d’avoir quelqu’un qui vous aide, qui maîtrise le sujet plutôt que se la jouer en solo, perdre son énergie, des journées et puis surtout envie de fracasser son ordinateur ou son mac contre un mur, parce que ça nous rend fou la technique par rapport à ça.

Geoffrey : Yes. Et alors, du coup, le premier point qu’on citait c’était celui de la confiance.

Maxence : Ah oui. Voilà, ça me revient. Excellent, merci ! Donc, moi, j’utilise par exemple LastPass ou j’aime bien utiliser… Je vous donne l’exemple de ce que je fais dans mon entreprise… Donc sur YouTube, je donne un compte administrateur. Donc, les gens, en fait, ils ont accès à ma chaîne YouTube, les personnes qui bossent pour moi, mais ils ne peuvent pas supprimer une vidéo. Ils peuvent répondre aux commentaires, ils ne peuvent pas modifier la description ni, plus important, supprimer la vidéo. Donc même si un jour, le mec il tape une couille, donne mon identifiant ailleurs, eh bien, heureusement, les vidéos ne seront pas supprimées. C’est la première chose.

Deuxième chose, vis-à-vis des emails, j’aime bien segmenter, donc j’ai sept boîtes emails. Une pour les paris sportifs, une pour le business, une pour les transcriptions textes des vidéos, une pour les montages vidéos. A chaque fois, il y a différents identifiants et mot de passe. Vous pouvez utiliser LastPass. Toi, qu’est-ce que… Est-ce que les gens utilisent quelque chose ? Est-ce que tu recommandes aussi LastPass ? Comment tu fais pour « avoir les identifiants des gens » pour que eux ils se disent : Waouh, si Geoffrey ou son équipe les égarent et qu’il y a quelqu’un qui les a, comment vous procédez par rapport à cette sécurité de cette transmission des identifiants et mot de passe ?

Geoffrey : Donc, nous, du coup, quand les clients viennent chez nous, on leur crée un compte LastPass pour eux qu’ils n’ont plus qu’à remplir typiquement. Et après, il y a des gens qui ne sont vraiment pas à l’aise avec LastPass parce que des fois il faut confirmer l’email, enfin, c’est un peu long, un peu compliqué pour les gens qui n’ont pas l’habitude. Donc du coup, ils nous envoient directement les identifiants, on les met dans le coffre-fort et après on n’en parle plus, ça ne sort plus du coffre-fort.

Maxence : Voilà, vous vous pouvez faire ça également. Il y a certains outils, je pense à Clickfunnels, alors à moins que j’ai mal compris, mais typiquement, il y a une personne de mon équipe qui y a accès, parce qu’à ma connaissance, peut-être que j’ignore quelque chose, mais on ne peut pas donner un compte administrateur. C’est-à-dire qu’on est obligé de donner son vrai identifiant et mot de passe. Donc, donnez-le, évidemment, qu’à quelqu’un de recommandation, si c’est le cas ou vraiment quelqu’un en qui vous avez confiance, parce que quand c’est votre business, le nerf de la guerre, vous ne pouvez pas vous permettre que ça aille dans les mains de n’importe qui.

Geoffrey : D’accord.

Maxence : Egalement, quelles sont les différentes erreurs que tu vois de manière générale ? Autre chose, si vous êtes un homme ou une femme, est-ce que de manière générale, tu vois plutôt des hommes ou des femmes ? Il y avait ma chérie qui t’avait posé une question aussi qui était intéressante : est-ce que si on est une femme, est-ce que tu t’aperçois que les femmes utilisent plutôt un type d’outil spécifique utilisé par les hommes. Est-ce que tu as quelques tendances par rapport à ça ou est-ce que tu as beaucoup plus de clients femmes que de clients hommes. Parce qu’on pourrait se dire, intuitivement, les femmes sont encore moins brillantes que les hommes en technique. On pourrait se dire ça, est-ce que c’est une légende ou un mythe ? Qu’est-ce que tu as exactement dans ton avatar client ?

Geoffrey : Alors, ça fait un petit moment que je n’ai pas regardé les stats, mais c’est vrai que mon intuition, c’est qu’on a quand même un peu plus de femmes que d’hommes dans notre carnet de clients.

Maxence : Donc un peu plus de femmes, ce qui est logique en soi, puisque logiquement… Si vous êtes une femme, n’hésitez pas à le dire dans les commentaires sous la vidéo. Logiquement, vous êtes encore moins familiarisée qu’un homme vis-à-vis de la technique, donc jusque-là logique.

Geoffrey : C’est vrai que de manière générale, les femmes ont moins d’affinité, on va dire, avec la technique. Elles s’énervent plus, elles perdent plus de temps. Le mec, ça peut peut-être plus représenter un challenge pour lui et donc il va mettre un peu plus les mains dans le cambouis, mais encore une fois c’est une généralité. Ce n’est pas un mythe. Ça n’a pas vocation à être précis pour le cas de chaque personne. Donc si vous êtes une femme et que vous n’êtes pas d’accord, ne vous vexez pas. Tout va bien. Mais principalement, des femmes. Après, pour les outils en particulier, non là, c’est devient trop pointue comme question. Je pense qu’on n’a pas assez de clients pour pouvoir dresser des statistiques à ce niveau-là pour l’instant.

Maxence : Ok. Alors autre chose sur lequel je voulais revenir dans cette vidéo. Tu as un service sur les abandons de panier.

Geoffrey : Oui.

Maxence : Donc, tu as mis en place une séquence d’emails. Alors, est-ce que tu peux nous expliquer comment ça se passe exactement ? Quel est l’intérêt aussi d’avoir tout cela pour augmenter son chiffre d’affaires ? Tu as travaillé avec des gros infopreneurs aussi par le passé, donc tu as pu voir chaque fois comment on peut récupérer de l’argent qui était quasiment dû au sein de son entreprise, parce que soit le prospect était chaud ou soit il y a eu des couilles techniques par rapport à ça. Alors, explique-nous en détail ton service, la séquence d’emails qui va avec et surtout quel est l’intérêt d’avoir ça dans son business. Donc, moi, personnellement, je l’utilise et ça fait un carton, un véritable tabac donc je le recommande. Donc, vis-à-vis aussi de Stunning.co.

Geoffrey : Yes. Donc, avec Stunning, un des principaux avantages, c’est qu’on va pouvoir notamment pour tout ce qui est abonnement, quand il y a un paiement qui a échoué, on va pouvoir relancer automatiquement le client pour lui dire de contacter sa banque s’il y a un problème avec sa banque ou mettre à jour sa carte de crédit, si la carte de crédit a expiré ou elle est sur le point d’expirer. On peut également lui dire de contacter sa banque de réapprovisionner son compte si c’est un problème, je ne sais pas, de plafond ou de compte non approvisionné. Donc l’idée, c’est de contacter par email ou par sms pour récupérer un maximum d’argent qui reste finalement dans la nature sinon, c’est la fin.

Donc, ça, c’est un outil Stunning.co qui existe. Vous pouvez souscrire et vous pouvez le configurer vous-même, mais sinon nous on a un package qui permet de le configurer à votre place et du coup, vous n’avez pas besoin de réfléchir à « qu’est-ce que je mets dans les modèles, combien d’emails il faut que j’envoie ». Enfin, on a déjà tout configuré pour vous. On a un package qui est prêt à l’emploi pour ça et vous n’avez plus qu’à cliquer sur le bouton « Commander » et dans les 48 heures, il sera en ligne et ça roule, vous récupérer de l’argent.

Maxence : Typiquement, comment ça s’écrit Stunning ? Donc s-t-u-n-n-i-n-g.c-o et comme ça vous permettra… Si vous vendez déjà des produits sur internet, mettez-le en place. Pour quelles raisons ? Parce que cette séquence d’emails en abandon de panier, va forcément vous rapporter de l’argent tous les mois par rapport à ça et c’est extrêmement simple à configurer.

Geoffrey : Yes.

Maxence : Alors, autre question que vous posez certainement, vous dites : Merci Geoff vis-à-vis de tous les conseils que tu nous as délivrés jusqu’ici. Moi, j’entends parler de Clickfunnels, Learnybox, Stripe, Paypal, les espaces membres, DeadLine Funnel, Proof, SG autorépondeur, Aweber ou bref, que sais-je… des dizaines et des dizaines d’outils. Est-ce que tu peux nous dire sur quoi tu arrives à intervenir vis-à-vis de la technique ? Il a peut-être des gens qui disent : « Je veux justement » ou « je cherchais quelqu’un pour me débarrasser de toute cette technique qui m’emmerde et qui me frustre au quotidien ». Est-ce que tu peux nous expliquer, grosso modo, dans les logiciels les plus connus là où tu peux être très technique et quels sont les noms de tous les logiciels que tu maîtrises pour les gens qui disent : « Ok, c’est ce que j’utilise. Top ! Je vais faire appel à toi ».

Geoffrey : Ok. Alors déjà, première correction, ce n’est pas moi qui maîtrise les logiciels, c’est l’équipe de manière générale.

Maxence : Oui, si ce n’est pas toi, c’est ça qui est bien, c’est que comme tu as une équipe, c’est un membre de ton équipe, au moins une personne de l’équipe en question qui maîtrise un logiciel précis.

Geoffrey : Voilà. Après, en termes d’outils, ça peut être effectivement comme tu as dit, du Clickfunnels, du Learnybox. En termes de systèmes de paiement, on travaille avec des prestataires comme Stripe, comme PayPal, comme Braintree, comme 2Checkout, comme…

Maxence : Clikbank, tu fais ?

Geoffrey : Bah Clikbank, il n’y a pas grand-chose à faire.

Maxence : Oui. Ok. D’accord.

Geoffrey : On peut configurer le compte en tout cas, mais il n’y a pas grand-chose à faire, on va dire, sur la partie technique. D’autant plus que la plupart maintenant des… Que ce soit d’ailleurs dans Clickfunnels ou dans Learnybox, je crois aussi même maintenant, Clikbank est déjà intégré donc il suffit de configurer l’intérieur du compte Clikbank et après on le connecte avec le système où les clients, enfin, les prospects arrivent pour être transformés en clients et ça roule pour l’encaissement. De toute façon, tous les outils, on va dire, de base de l’infopreneur, ceux qu’on voit régulièrement que ce soit les outils webinaires comme WebinaireJam, LearnyConference, ClickWebinar,…

Maxence : GoToWebinar, que ce soit les systèmes d’autorépondeur, les systèmes de paiement les plus récurrents. Maintenant on a suffisamment vu passer de clients pour être à l’aise avec ces outils-là. Pareil sur WordPress où on a déjà une bonne petite liste d’extensions maintenant avec quelqu’un où on travaille sur WordPress. Ce qu’il faut savoir, par contre, c’est que si on voit un outil « exotique » avec lequel vous venez, on va se poser la question à juste titre – ce n’est pas une volonté de notre part de dénigrer ou quoi mais – est-ce que cet outil-là que vous utilisez, il vous rend service dans votre business actuellement ou est-ce qu’il vous freine en fait. Parce que nous, on connait les solutions qui marchent et qui sont faciles à mettre en place, mais des fois on va voir arriver d’autres solutions qui soit sont meilleures et du coup on s’y intéresse soit, au contraire, plus obsolètes on va dire, et on va plutôt vous pousser dans le sens de : « Ce serait peut-être plus intéressant pour vous de changer si, en termes économiques et en termes de temps, on va avoir justement un retour sur investissement assez rapide ». Alors bien sûr si vous avez un système avec, je ne sais pas moi, 500 vidéos, 300 formations et qu’on vous dit : « Tiens, ce serait bien d’aller sur LearnyBox ». On va peut-être se poser la question deux fois avant de vous dire il faut migrer.

Maxence : Absolument ! Surtout, ne réinventez pas la roue quand il y a quelque chose qui fonctionne. Je me souviens, des fois, il y a des membres de mon club privé business qui me disent : « J’aimerais utiliser Stripe pour le moyen de paiement, mais je n’aimerais pas utiliser Learnybox ou Clickfunnels », parce que ça coûte plus ou moins 100€ par mois et qu’ils vont essayer plugger, si j’ai bien compris, avec Kleor que je ne connais même pas. En gros, les 100€ dans les mois, ils vont les perdre, parce qu’ils vont perdre une journée ou payer quelqu’un dans la technique pour plugger le truc. Et du coup, souvent, dites-vous toujours : est-ce que ça vous aide dans votre business. Il y a toujours cette vision long-terme, parce que généralement, on se complique la vie en voulant économiser des bouts de chandelle.

Geoffrey : C’est ça en fait. C’est-à-dire qu’on a une vision très court terme en se disant : « Ok, donc là, c’est “gratuit“. Cette solution est gratuite. Du coup, je n’ai pas besoin de payer un abonnement en plus ». Mais ce qu’il faut savoir c’est que cet abonnement il existe, parce qu’il apporte une valeur, il automatise le travail de quelqu’un d’autre finalement. Donc si à la place vous êtes obligé de payer quelqu’un pour faire le même boulot et que ça prend une heure, deux heures, trois heures, dix heures…

Maxence : Au final, c’est comme si vous aviez payé l’outil et que vous ne vous aurez pas compliqué la vie.

Geoffrey : Oui, c’est ça. Exactement. D’ailleurs, un dernier outil que je peux recommander, parce qu’on me demande souvent : « Mais comment tu fais pour prendre tes rendez-vous ? C’est génial ». C’est youcanbook.me et donc c’est un outil que vous pouvez connecter à votre Google agenda. Donc, ce n’est pas forcément un outil pour vendre ou quoi, mais ça veut vraiment vous permettre d’être plus…

Maxence : Alors, est-ce que tu peux l’épeler et ensuite, on va bien l’expliquer en détails, parce qu’il est excellent et il va vous intéresser encore plus si vous êtes en plus coach.

Geoffrey : Exactement. Donc y-o-u-c-a-n-b-o-o-k-m-e.com.

Maxence : .com. Ok. .com ou .fr mais je crois que c’est .com.

Geoffrey : De toute façon, si vous cherchez sur Google, il va retrouver tout de suite. Et donc, l’avantage de cet outil, en fait, c’est que vous allez le connecter à votre agenda électronique et il va automatiquement… Enfin, il y a pas mal de choses que vous pouvez configurer notamment les plages de rendez-vous que vous voulez définir. Et automatiquement, je ne sais pas si vous avez déjà renseigné un rendez-vous pour aller chercher les enfants entre 15h et 16h, normalement cette plage-là est bloquée donc personne ne pourra prendre de rendez-vous à ce moment-là. Donc c’est un outil qui est vraiment intuitif et ça éviter les allers retours interminables de : « Est-ce que t’es dispo le mardi à 18h ? – Non, je ne suis pas dispo. Est-ce qu’on peut faire plutôt l’après-midi » et ainsi de suite. Donc, c’est un super outil pour gagner du temps quand on veut prendre des rendez-vous.

Maxence : Donc utilisez-le et surtout si vous travaillez aussi avec des prestataires, c’est toujours pratique, parce que ce n’est pas toujours évident de pouvoir plugger les différents agendas de tout le monde vis-à-vis des différents modes de vie.

Geoffrey : Exactement !

Maxence : Ok. Alors autre question que vous vous posez certainement, vous dites : J’ai bien compris ton service Geoff. Moi, je suis dans la technique et j’aime bien quand c’est réactif. Quel est le délai de réponse ou comment ça se passe si demain je suis membre de ton service en technique ? Est-ce que vous me faites la tâche sous 24h chrono, est-ce que c’est 48h. En gros, comment ça se passe exactement ? Parce que je sais qu’il y a des gens, des fois, ils sont pressés, ils veulent que ce soit fait maintenant et pas dans six semaines. Donc, comment vous procédez par rapport à ça et dis-nous tout, comment se passe le service en détails.

Geoffrey : Ok. Donc de manière générale, on a un délai d’intervention de 48 heures ouvrées. C’est-à-dire que vous envoyez votre ticket et au bout de 48h, vous allez recevoir déjà une première réponse. Si c’est un ticket simple, ce sera résolu. Si c’est un ticket « compliqué », je dis compliqué mais ça peut prendre plusieurs formes. Si par exemple vous dites : voilà, j’ai 45 vidéos à mettre en ligne, on ne va pas mettre 48 heures ouvrées pour mettre en ligne 45 vidéos. Ça va prendre un peu plus de temps mais on va démarrer sous 48 heures. Qu’est-ce qu’il faut savoir d’autres ? C’est que si vous avez une demande qui est urgente, on peut prendre aussi les demandes urgentes, mais notre service n’a pas vocation à être un service d’urgence. Donc, il y a une limitation par rapport à ça, c’est-à-dire que premièrement, on se réserve le droit de refuser les demandes urgentes si pour une raison X ou Y, en termes de planning, ça ne passe pas. Deuxièmement, elles seront facturées au « double », c’est-à-dire que pour ne pas pénaliser les clients réguliers, parce que sinon tout le monde va demander une demande urgente…

Maxence : Alors, petit astuce que tu peux faire, je ne sais pas si tu as une offre premium, mais mettre une offre beaucoup plus chère et par contre service d’urgence. C’est peut-être une chose que tu peux mettre en place, parce que c’est vrai que des gens… Je pense à moi ou même d’autres infopreneurs, on a les bons moyens financiers, des fois, un truc urgent, même si tu paies 100€ de l’heure, ça ne te gêne pas parce que ça va te rapporter 5 000€ dans la suite. Donc n’hésite pas à mettre ton offre Premium même si tu as deux clients, c’est toujours une super offre.

Geoffrey : C’est peut être une idée de mettre ça en avant en offre Premium. Du coup, sur le principe de base, vous avez un forfait régulier, vous avez une urgence, vous envoyez « urgent » dans le modèle, dans le titre du mail, on sait que c’est une urgence, on vous facture le double, mais c’est traité le plus rapidement possible. En général, c’est dans la journée. Si ce n’est pas possible, c’est le lendemain, mais on regarde aussi la pertinence de l’urgence, parce que des fois, on a des clients qui nous sollicitent en nous disant : « C’est urgent », mais il n’y a pas d’impact derrière sur les ventes ou sur… Donc, voilà, on gère aussi nos propres priorités.

Maxence : C’est juste : j’ai oublié un mot de passe ou une connerie comme ça.

Geoffrey : Voilà. Des fois, ça n’a pas forcément… Enfin, on n’a pas le même niveau de vision de l’urgence de notre côté que le client peut la voir du sien. Donc on essaie d’être là en bon gestionnaire pour ne pas pénaliser les autres clients à côté qui ont vraiment de vraies urgences ou qui ont des problèmes de fond qu’on va traiter en avance.

Maxence : Alors, est-ce que tu fais des Skype, parce que je sais aussi qu’il y a beaucoup de personnes qui aiment bien échanger justement avec un membre de l’équipe, parce qu’expliquer un problème des fois, on peut écrire un long roman, une page Word et puis au final, on aimerait mieux avec un petit Skype, montrer l’écran et en trois minutes, c’est réglé. Moi, je sais que je suis quelqu’un… Je préfère montrer, parce que l’expliquer des fois, ça me prendrait deux pages Word et puis j’aurais mal expliqué plutôt que le montrer en réel. Si on veut un Skype justement avec un membre de ton équipe, comment on fait ?

Geoffrey : Alors, le mieux et l’idéal, c’est de le planifier à l’avance, bien évidemment. Mais il y quand même des cas où tu es pris à la gorge et c’est trop compliqué, j’ai envie de dire, tente ta chance sur le tchat. On a…

Maxence : Ah, tu as un chat. Précise-le bien.

Geoffrey : On est sur Skype. Donc quand les clients ont un problème, ils nous envoient un message et dès qu’il y a technicien qui est disponible, il répond et soit il transforme le truc en ticket soit il le traite en direct si à ce moment-là tout le monde est connecté en même temps.

Maxence : D’accord.

Geoffrey : Donc il peut faire, effectivement, du partage d’écran…

Maxence : Tu te fais une session, je veux dire, par exemple de 9h à 17h, du lundi au vendredi, vous êtes en chat…

Geoffrey : Non. C’est… En fait, si tu veux, tous les techniciens sont connectés sur Skype toute la journée, mais ils ne peuvent pas répondre toute la journée puisqu’ils ont des priorités…

Maxence : Puisque de temps en temps ils doivent se concentrer sur la tâche en question.

Geoffrey : Voilà. Ils ont des demandes ou même des fois, ils sont déjà en rendez-vous avec un autre client. Dès que quelqu’un est disponible, en tout cas, il vient te répondre. Et après, si on transforme ça en ticket, ça peut être géré « hors-ligne » soit sinon on prend directement l’appel et puis on le fait, tout simplement.

Maxence : Ok. Merci une nouvelle fois par rapport à tous tes conseils. Si vous êtes en galère de technique ou encore vous aimerez vraiment vous en débarrasser, je vous invite à rejoindre les différents services de Geoff.

Aujourd’hui, être infopreneur ou vendre ses produits sur internet, c’est un véritable métier, ça a totalement changé depuis de nombreuses années. Si vous voulez vraiment démultiplier vos résultats, vous savez, vous devez vous concentrer sur énormément de choses notamment la vente, le marketing, la satisfaction clientèle, créer de bons produits et services. Clairement, je ne vais pas vous le cacher, moi, j’ai bien une personne qui bosse à temps plein pour moi vis-à-vis de la technique. Il a tout le temps des réglages à faire, des choses comme ça. Donc, c’est quelque chose que vous devez déléguer. Vous ne pouvez pas du tout vous concentrer là-dessus avec votre business et c’est important d’avoir accès à tout ça.

Alors dernier point juste avant qu’on clôture cette vidéo. S’il y a des gens qui se disent : Moi, je n’ai pas besoin, pour deux ou trois heures de « services », mais j’aimerais avoir un mec quasiment à temps complet de ton équipe Monéquipe.info. Est-ce que c’est quelque chose que tu proposes ? Si quelqu’un dit : « Oui, mais moi, j’ai besoin d’une personne, mais ce n’est pas trois ou cinq heures par semaines, mais c’est plutôt 20, 25 heures. Est-ce que c’est un service que tu proposes et comment ça se passe ?

Geoffrey : Sur le principe en fait, on a suivi toutes offres, on va dire. On l’a déjà fait pour certains clients et on continuera de le faire de manière générale s’il y a de la demande. Après, bien sûr, ça a un coût, c’est-à-dire que…

Maxence : Oui, ça va peut-être être 2, 3, 4, 5 000€ pour un mois précis, mais vous avez toutes les torchés.

Geoffrey : Voilà. Le truc, ce qu’il faut bien comprendre, c’est que ce n’est pas la même chose d’avoir quelqu’un disponible juste quelques heures ou quelqu’un qu’on embauche « à temps plein » pour vous. Ce n’est pas les mêmes responsabilités qui sont derrière. L’avantage derrière, c’est que vous avez de la disponibilité. D’ailleurs, ça m’incite à préciser un dernier point : la raison pour laquelle on travaille en équipe, c’est parce que, pour moi, c’est quelque chose d’important de savoir que si demain vous avez une demande et que votre interlocuteur habituel – puisque des fois avez un interlocuteur habituel – il n’est pas là, que vous puissiez avoir un back-up, que vous ne soyez pas planté. C’est le problème quand on bosse avec un freelance. Moi j’ai déjà dans le cas où…

Maxence : Que s’il est en vacances, boom, on est cuit pendant deux semaines.

Geoffrey : C’est ça. Et puis même, quand c’est moi le freelance, je n’ai pas envie d’être appelé pendant mes vacances. Voilà. Je vois bien les deux faces, on va dire, de la pièce. Donc, je ne voulais pas reproduire ça et c’est ce qu’on essaie de mettre en œuvre au quotidien avec Monéquipe.info.

Maxence : Ça c’est top par rapport à ça, parce que je fais aussi quelques tâches notamment les transcriptions textes de mes vidéos avec Maïka Assistance. Et typiquement, je ne vois jamais quand les gens sont en vacances, parce que comme c’est exactement comme toi, comme c’est une équipe, quand une personne fait mon travail, elle n’est pas là, au final c’est une autre personne, donc au final c’est comme s’il y avait jamais personne qui allait en vacances. Donc ça, c’est royal. N’hésitez pas, quand vous misez dans de l’humain, pour des tâches précises sur votre business, privilégiez les équipes plutôt qu’une personne précise, parce que quand il y a des jours fériés ainsi de suite, c’est la merde.

Geoffrey : Exactement !

Maxence : Merci une nouvelle fois.

Geoffrey : Merci à toi.

Maxence : Si vous avez apprécié la vidéo, cliquez sur le bouton « like » juste en dessous. Et si vous êtes là et que vous voulez vraiment vous débarrasser toutes les tâches techniques, cliquez sur le lien à l’intérieur de la vidéo YouTube. Ça va vous rediriger vers la page de présentation où justement tu as tout le package et tu montres en détail si vous voulez avoir juste quelques heures, bref. Tous les outils aussi, il y a tous les logos, tout y est expliqué, comme ça, ça vous permettra en quoi exactement vous faites vis-à-vis de tous les outils sur le web.

Si vous visionnez cette vidéo depuis un smartphone ou une autre plateforme, il y a le (i) comme info en haut à droite de la vidéo ou encore tout est dans la description juste en dessous.

Donc on vous dit à tout de suite sur la page de présentation pour donc vous débarrasser de toute la technique et surtout avoir un business en or qui génère du cash sans vous prendre la tête avec la technique.

A tout de suite !

Geoffrey : Yes.