Comment gérer son ENTREPRISE pendant 10 jours et GAGNER du CASH SANS INTERNET ?

Transcription – Comment gérer son entreprise avec 10 jours sans Internet ?

Maxence : dans cette nouvelle vidéo, on va voir ensemble à travers une étude de cas comment gérer votre entreprise pendant 10 jours sans Internet. Ici, Maxence Rigottier du site vivre-de-son-site-internet.com.

Et aujourd’hui, dans cette nouvelle vidéo, je suis avec François Jurjon qui a un site sur la randonnée qui s’appelle Randonner malin. Récemment, il était en vacances pendant 10 jours avec zéro connexion Internet. Il va nous expliquer comment il a géré son entreprise et notamment son site Web pour que ça puisse toujours continuer à tourner sans avoir le moindre souci. Je vais laisser François se présenter et nous expliquer les différentes procédures qu’il a mises en place pour être 10 jours sans Internet, malgré un site Web qui lui rapporte environ 70 000 euros par an.

Salut François

François : salut Maxence. Pour me présenter, Maxence a dit déjà une grande partie. J’ai un blog sur la randonnée, principalement j’offre des conseils pratiques pour la randonnée. Comme j’aime randonner, j’aime aussi être au calme, et comme l’a dit Maxence, j’aime bien me ressourcer en étant quelque part où il n’y a pas de connexion Internet et de me passer de tous ces moyens, téléphonie, Internet, pour être plus tranquille et passer de meilleures vacances, même si j’aime mon blog, mon boulot. Ça permet de se ressourcer.

J’ai récemment été 10 jours dans le Diyois, donc autour de Die que vous connaissez surement pour la Clairette de Die. J’ai fait 10 jours sans Internet à part pour regarder la météo, mais absolument pas pour bosser. C’était juste pour regarder la météo, des trucs à faire autour, mais pas du tout pour le boulot.

Maxence : quelles sont les premières procédures que tu as mises en place parce qu’on pourrait se dire, waouh, mais comment je vais faire, des clients vont m’écrire, comment je gère la publication des articles, comment je peux continuer à faire tourner mon business à travers mon site Web, malgré une coupure totale pendant 10 jours ?

François : la première chose qui m’aide vraiment, c’est que j’ai une assistante qui est prestataire pour moi. Elle peut gérer une partie de mon business pendant que je ne suis pas là. Ça m’aide pas mal.

Une autre chose qui est annexe et qui m’a permis de couper c’est de ne pas avoir accès facilement à mes emails, à mon blog, à tous les outils que j’utilise sur Internet. Ça permet de ne pas avoir de notifications, de voir des emails passer en se disant que c’est éventuellement un problème. Il faut aussi avoir l’envie de partir sans regarder Internet. C’est l’assistante qui m’a vraiment beaucoup aidé.

Ensuite, j’ai une autre personne qui est entrée en jeu qui est un de mes clients, mais que j’ai aussi recrutée pour m’aider avec le support client. Pendant 10 jours, il a géré le support client pour moi. Je sais que c’est une personne qui travaille très bien, qui a fait le produit que je vends qui est une formation. Il l’a faite entièrement, il l’a bien appliquée donc je sais qu’il maîtrise. Il est très gentil en plus, il a une autoentreprise dans l’assistanat, donc c’est assez facile pour moi de faire appel à lui.

Ce sont vraiment ces deux personnes qui m’ont aidé. Et après, c’est surtout enlever toutes les croyances limitantes en dramatisant

Maxence : il va se passer des catastrophes

François : voilà. Si on prend 10 jours moyens sur l’année, en général il ne se passe rien d’exceptionnel et au pire s’il se passe quelque chose, ça va coûter un peu de temps, un peu d’argent ou les deux. C’est se dire : est-ce que je suis prêt à payer 100 euros si quelque chose se passe mal pendant mon séjour, pour avoir des vacances tranquilles. Dans mon cas, c’est le cas. C’est donc quelque chose que j’ai dû voir dans le livre de Tim Ferriss, la semaine de 4 heures. Il explique de mettre une somme, parce que pour un business c’est souvent ce qui est représentatif, et de se dire qu’au-delà de cette somme, ça devient une tâche urgente qui est importante, pour laquelle j’ai besoin d’être interrompu pendant mes vacances et en deçà de cette somme, personne ne me dérange et je passe des vacances tranquilles.

Maxence : la somme que tu m’avais évoquée c’était 500 euros ?

François : c’est à peu près ça. On avait dit à peu près, parce que mon assistante connaît mon business, mais elle a du mal à évaluer certaines choses en termes d’argent, même moi d’ailleurs. S’il se passe ça, est-ce que ça coûte beaucoup d’argent, est-ce que ça ne coûte pas beaucoup d’argent ? C’est dur de différencier si c’est important ou pas. J’ai mis une somme pour être tranquille. Je ne sais plus si c’est 500 euros ou plusieurs centaines d’euros. C’est une somme de cet ordre-là.

Maxence : pour récapituler, tu as une assistante. Si aujourd’hui vous avez un petit business qui vous rapporte 25 000, 30 000 euros ou plus, n’hésitez pas à prendre une assistante. Moi j’ai un assistant pour mon site de paris sportifs. Je le paie 300 euros par mois et il fait toute la partie SAV et répond à des questions des lecteurs et des clients que je reçois par email. Généralement, je gagne une heure par jour et surtout ça enlève un poids de son esprit, ce qui est quelque chose d’extrêmement important.

Tu as une assistante que tu paies quelques centaines d’euros par mois par rapport au SAV ?

François : SAV oui, mais c’est même tout le temps, pas seulement les vacances, j’ai quelqu’un qui gère. C’est gérer une partie de mes emails, tous les emails où il n’y a pas besoin de que ça soit moi qui réponds, du style j’ai perdu mon mot de passe, j’ai perdu les guides, ou alors des questions qui sont en lien avec un article que j’ai déjà écrit. Pour les questions techniques, c’est encore moi qui réponds parce que j’apporte une vraie valeur ajoutée. Le SAV, c’est souvent des questions techniques, donc j’y réponds, sauf en vacances où j’avais pris quelqu’un, un ancien client de la formation qui répondait à ma place pendant que j’étais en vacances. C’est facile à mettre en place.

Maxence : prenez un assistant, une assistante si ce n’est pas le cas. Si vous êtes en vacances, avoir quelqu’un spécifiquement qui répond à toutes les questions de vos clients. Se casser les croyances limitantes du style ce n’est pas possible que je puisse tenir une semaine ou 10 jours sans Internet, parce qu’on a peur que tout va tomber, que quelque chose va brûler. C’est important d’avoir tout ça en tête.

Vous vous posez peut-être la question suivante : 10 jours c’est excellent, mais est-ce que tu as déjà démarré une expérience de 2-3 jours pour voir ou direct c’était la première fois et tu as commencé avec 10 jours ?

François : je fais 2-3 jours régulièrement. Quand je suis en week-end, je fais de vrais week-ends, c’est-à-dire que je ne regarde pas mes mails, Internet, rien en rapport avec le boulot. Pour moi, c’est vraiment nécessaire pour couper, séparer le professionnel du personnel, même si ça se rassemble au final parce que ce que je fais dans mon boulot c’est aussi ma passion. Je préfère couper et ça me permet d’être plus productif et plus motivé quand je suis au boulot et de ne pas avoir l’esprit divisé entre ce que je suis en train de faire pour mes loisirs et le boulot qui est à venir ou le boulot passé.

Quand tu vois un email, par curiosité naturellement tu le lis et tu te dis : ah mince ! ça t’occupe l’esprit, parfois tu n’as pas le temps d’y répondre, tu te dis que tu y répondras lundi et tu le fermes, mais ça continue à rester dans ta tête et ça prend de l’énergie qui n’est pas nécessaire parce qu’au final, ça ne changera rien pour la personne en face, tu répondras toujours lundi.

Pour les gens qui ont un peu peur, je pense que c’est bien de commencer avec un week-end. Si les gens ont vraiment des soucis pour le faire, le mieux est d’aller dans un endroit où il n’y a pas accès à Internet. Là, c’est réglé, c’est par force.

Maxence : en campagne profonde ou un endroit où il n’y a quasiment pas d’accès Internet, au mieux vous n’êtes pas addicté.

François : c’est vraiment ça, ça force le pas.

Maxence : tu m’évoquais un outil de productivité. Tu as vu une grosse évolution en consultant tes emails ou les réseaux sociaux, qu’est-ce que tu utilises ?

François : Rescue Time. Ça permet de savoir combien de temps on a passé sur chaque fenêtre qu’on a ouverte sur son ordinateur, Gmail, Excel, Word, WordPress. Après on peut la paramétrer et ça donne un chiffre de productivité, par exemple 40 %, 60 %, et ça divise le temps entre des tâches qui demandent beaucoup de concentration, c’est à chacun de paramétrer, ou des tâches qui sont considérées distractives comme Facebook. Il faut prendre le chiffre avec des pincettes parce qu’on peut travailler sur Facebook et il nous dit, tu n’as rien fait, tu étais sur Facebook !

C’est un petit outil de productivité qui est bien. Il y en a un autre que j’utilise qui est beaucoup plus radical, qui s’appelle Freedom, et ça permet de couper pendant un certain temps l’accès à Internet. On a une petite fenêtre et on dit, voilà pendant les prochaines 40 minutes je ne veux plus d’accès à Internet, clac on clique sur Start et puis on n’a plus accès à Internet. Il faut redémarrer l’ordinateur pour avoir accès à Internet, donc la plupart du temps, on ne le fait pas.

Maxence : ça calme ! Si aujourd’hui vous en avez un peu marre ou si vous êtes un peu addicté à vos emails, à Facebook – moi j’en fais partie de ces personnes-là – c’est important de se déconnecter 24 heures, 48 heures ou mettre des procédures comme l’a expliqué François. Il avait mis un seuil à 500 euros, donc ça peut être 200, 2000, 3000 euros et vous passez des moments où vous vous ressourcez parce que c’est ça la beauté d’Internet, c’est qu’on peut travailler quand on veut, avec qui on veut, où on veut.

Mais, le petit syndrome, c’est qu’il y a le côté addict où on a du mal à s’en passer et ce n’est pas le meilleur moyen pour se ressourcer par rapport à ses projets. Si aujourd’hui vous êtes salarié, il y a de grandes chances que quand vous avez fini votre boulot, le soir, vous ne vous dites pas, oui j’ai telle ou telle idée et du coup, vous avez le cerveau assez frais pour reprendre le lendemain matin.

C’est important de faire des breaks pour se sentir beaucoup mieux, et surtout plus productif et heureux par rapport à votre business.

Merci d’avoir suivi cette vidéo.

François : désolé, Maxence, je voulais juste rajouter pour les gens qui n’ont pas les moyens, qui se disent qu’ils n’ont pas les moyens de se payer une assistante, mais j’aimerais quand même passer des vacances tranquilles, ou je vais faire des vacances et je ne suis pas sûr d’avoir accès à Internet, je conseille de prendre une personne, une assistante ou un assistant pendant juste les vacances.

Vous considérez que c’est un investissement pour les vacances. Ça ne doit pas coûter très cher, à moins que vous ayez un gros business, mais dans ce cas, ça veut dire que vous avez les moyens de payer une assistante. Vous pouvez aussi si votre business s’y prête bien prendre un ami, un proche, un frère, un parent, qui peut prendre le relai pendant vos vacances, une semaine, 15 jours, ça peut vous aider ou au moins à regarder qu’il n’y ait pas quelque chose qui aille mal, si c’est ça qui vous inquiète.

Maxence : partagez la vidéo juste en dessous, n’hésitez pas à laisser votre retour d’expérience si aujourd’hui vous avez déjà tenté de faire 2-3 jours, une semaine, 10 jours sans Internet, et si oui, vous avez eu des problèmes, ou non tout s’est bien passé, il y a de grandes chances pour que ça soit le cas. Pour ma part, je vous dis au plaisir pour de nouvelles vidéos. À très vite.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *