Pourquoi UTILISER un ESPACE CO-WORKING pour DÉVELOPPER son BUSINESS ?

Transcription de l’interview avec Laurent Marchand :

Maxence : bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo. Aujourd’hui, on va voir ensemble pourquoi utiliser un espace de coworking pour votre business et arrêter d’être dans son lit ou chez soi pour travailler.

Je suis avec Laurent Marchand à Montpellier. On est dans un séminaire de deux jours. Je vais le laisser rapidement se présenter et nous expliquer comment il fait toute sa vie à travailler depuis chez lui et récemment, il m’expliquait tous les bénéfices de se mettre dans un espace de coworking pour être productif et plus efficace sur son business

Salut Laurent.

Laurent : salut Maxence.

Maxence : Est-ce que tu peux brièvement te présenter, qui est Laurent Marchand ?

Laurent : je suis entrepreneur depuis toujours. J’ai créé mon premier business en indépendant à 13-14 ans. Je me suis toujours débrouillé tout seul. J’ai calculé que j’ai dû être salarié dans toute ma vie à peu près un an et demi, si je regroupe tout.

Quelques photos de l’espace de co-working :

l'espace de co-working

l'espace de co-working

l'espace de co-working

l'espace de co-working

l'espace de co-working

 

Maxence : moi un an, toi un an et demi. Chapeau !

Laurent : et en fait, je n’ai jamais eu de bureau. J’ai toujours travaillé depuis chez moi. Je suis au bourreau de travail, donc je prenais toujours des appartements avec une pièce pour mon bureau, souvent une grande pièce. J’ai travaillé comme ça avec des gens, des assistants, des associés, et c’était toujours chez moi.

Et puis, le temps fait qu’au bout d’un moment on se dit d’abord que ça serait pas mal de sortir. Moi, j’avais un gros problème aussi, c’est que je travaille beaucoup parce que je me lève très tôt.

Maxence : tu te lèves à 4 heures du matin tu me disais

Laurent : je me lève à 4 heures. Il m’arrivait d’être au bureau juste après le café, donc à 4 h 15 et de travailler comme ça non-stop. Évidemment je m’arrêtais pour ma douche et pour le lien social parce que comme j’étais chez moi, c’était aussi avec ma famille et mes enfants. Je pouvais travailler comme ça jusqu’à 20 h, 20 h 30, 21 h, voire plus sur de gros coups de bourre. Je me disais qu’il me fallait sortir de chez moi, que mon univers soit dans un autre endroit pour que j’arrive à caler des heures de travail qui soient convenables pour me réserver du temps pour ma vie de famille.

Je sais que la plupart des coworkers viennent ici parce que chez eux, ils ont du mal à travailler. Moi, j’avais vraiment besoin d’un bureau parce qu’il fallait que je travaille moins et que je sois peut-être plus concentré sur des plages horaires précises. Et donc, c’est pour ça que j’ai eu cette idée-là.

C’est la suite de plein de choses. Avec Luc Marie Elissalde qui est mon associé, on se balade beaucoup, on fait des conférences, des ateliers un peu partout en Europe et on avait un partenaire et ami qui s’appelle Gabriella De Leeuw qui est très connu en Belgique et qui avait un espace coworking là-bas. C’est chez elle qu’on a découvert les bienfaits, l’intelligence du truc et en même temps un modèle économique juste génial.

On s’est dit : on va ouvrir deux espaces coworking, un ici à Montpellier, celui dans lequel vous êtes, et un autre à Bagnols-sur-Cèze à côté d’Avignon. Celui-ci est un peu le test 1, le prototype.

Maxence : je montrerai quelques images dans la vidéo pour que vous voyiez à quoi ça ressemble.

Laurent : l’idée est de s’en servir comme prototype, faire des tests, voir comment ça fonctionne, quelle ambiance on met, comment il faut s’organiser. Parfois on me demande quelles sont les particularités qu’il faut avoir pour créer une espace coworking qui marche. En fait, moi je croyais que c’était plus le lien social. En fait, c’est juste savoir faire la vaisselle parce qu’on passe tout le temps derrière les autres pour faire la vaisselle. Être patient sur plein de choses, mais surtout avoir envie de vivre dans une espèce d’organisation collective et ça, c’est vachement intéressant.

Du coup, on a fait ce premier-là. Il y en a un deuxième qui se monte début octobre à Bagnols qui est beaucoup plus grand qu’ici. On va essayer d’en créer d’autres dans toute la France avec Luc Marie parce que ça nous intéresse et ça nous fait marrer surtout.

Maxence : est-ce que tu peux nous expliquer un peu les tarifs ? Tu me disais qu’il y a un tarif au mois, au trimestre, donc il n’y a pas à l’année. Explique-nous un peu tout ça ?

Laurent : le modèle général des coworkings, c’est à la journée, voire à la demi-journée. Il y a même des coworkings qui font à l’heure. A la demi-journée, à la semaine, au mois et au trimestre.

Moi, j’ai décidé de démarrer au mois parce que je me suis dit que ça impliquait les gens à rester. Les gens prennent un mois minimum ou ils s’engagent sur trois mois, du coup ça fait descendre le prix. Un mois, c’est 350 euros à l’heure où je vous parle et trois mois c’est 299. L’idée est que quand on achète un mois, on achète 23 jours de crédits, parce que des gens ne peuvent pas être là tous les jours. On a un coworker qui travaille entre Montpellier et Paris. Donc ils ne peuvent pas être tout le temps disponible pour travailler ici. Donc à chaque fois on lui décompte les jours qu’il utilise ici.

Maxence : dans les un mois, on a 23 jours de crédits où on peut venir à l’heure qu’on souhaite ou il y a des horaires spécifiques ?

Laurent : on peut venir tout le temps, c’est ouvert toute la semaine.

Maxence : même le dimanche.

Laurent : alors non, parce que l’immeuble est fermé le week-end.

Maxence : donc du lundi ou vendredi, quand on vend.

Laurent : mais ici, on organise des choses le week-end, c’est-à-dire qu’il y a des gens qui viennent faire des cours de yoga, prendre la salle pour faire des conférences, des séminaires, ou des grosses réunions. On a hébergé une grosse réunion dimanche dernier. Du coup, on ouvre l’espace, mais les coworkers ne viennent pas travailler le week-end. On le déconseille. Il faut du temps pour la famille. L’idée est de se caler, donc si c’est pour faire exactement les mêmes bêtises chez soi qu’ici, ça ne sert à rien.

Donc c’est au mois ou au trimestre. Et dès qu’on s’engage sur un mois, bizarrement les gens ont envie de profiter du mois, donc ils viennent plus et c’est là où ça devient intéressant parce que c’est là où les gens se croisent avec la cuisine. Ils mangent ensemble, déjeunent ensemble, discutent, ils échangent et c’est là où la relation se fait. Tout l’intérêt du coworking c’est ça.

Après, ils croisent les réseaux, les compétences, les bonnes idées. Il y a un mec qui fait du webmarketing ici, il y en a d’autres qui font de la communication, d’autres qui font de l’administration pour les entreprises, de la comptabilité. Le mec de la webentreprise a un problème comptable il dit : attends excuse-moi je t’arrête deux minutes, est-ce que si je fais ça, c’est bon ? Toutes les réponses arrivent beaucoup plus vite.

Maxence : comme vous avez différents profils, c’est ça qui est magique, si quelqu’un a un problème de comptabilité, tu peux l’aider. Si un autre a un problème sur le marketing, il peut avoir une réponse. Ça amène une synergie entre vous.

Laurent : et nous, notre spécificité avec Luc Marie, c’est qu’on fait de la formation en développement personnel et aussi sur la gestion d’entreprise. Tous les coworkers ont un accès gratuit à toutes les formations que l’on fait. Ils peuvent sans problème accéder aux formations, on leur donne. Tous les événements qui sont organisés, aujourd’hui c’est un mastermind, tous les coworkers sont d’office invités, sauf quand c’est le mastermind des web-entrepreneurs, il y a des gens qui ne sont pas web-entrepreneurs, ils ne peuvent pas y aller, mais s’ils ont web-entrepreneurs, d’office ils ont invités.

Maxence : ça fait des bonus qui sont assez sympas.

Laurent : exactement.

Maxence : quels sont les bénéfices que tu as ressentis ? Tu t’es peut-être dit : pourquoi je ne l’ai pas fait plus tôt ?

Laurent : tu as raison, je me suis vraiment dit ça, waouh pourquoi je ne l’ai pas fait plus tôt ? La première fois… là il y a un distributeur d’eau, juste derrière mon bureau, et j’ai vu deux mecs d’un univers complètement différent, deux mecs au profil complètement différent changer et trouver le lien. Ce sont les deux coworkers qui sont arrivés ici, depuis ce jour-là, ils travaillent ensemble. Il y en a un qui fait travailler l’autre.

Maxence : ils sont partenaires en quelque sorte

Laurent : oui, il n’y avait aucune chance, je te jure Maxence, pour qu’ils se croisent dans la vie.

Maxence : c’est une bombonne d’eau dans un espace coworking qui fait qu’ils sont partenaires aujourd’hui.

Laurent : au début, ce sont les deux où je me suis dit, j’espère que ça va coller. Et en fait, la première discussion qu’ils ont eue, ils ont matché sur un élément sur le webmarketing justement, sur un élément de présentation vidéo et il y en a un qui a dit : j’ai un outil, je peux te le filer. Et là, j’ai dit : waouh, pourquoi je n’ai pas fait ça plut tôt. Moi, j’aime ça, le lien social, le réseau. Et le voir se créer sous mes yeux dans un contexte où moi je suis le porteur de projet, c’est super gratifiant. Après, je ne m’attribue pas leur succès s’il y en a. Ici, c’est vraiment réussir ensemble.

On le dit dans la charte : ici, tout le monde est responsable du succès des autres. Tout le monde porte le succès des autres. Quand il y en a un qui a un succès, on boit un coup, on fête ça.

Maxence : vous avez de l’entraide, c’est ça qui est super.

Laurent : c’est pour cela qu’on se regroupe.

Maxence : si vous habitez à Paris, à Nantes, dans n’importe quelle ville, ici c’est Montpellier, vous avez des espaces coworking. N’hésitez pas à vous renseigner, même à ma journée, à la semaine, pour quelques jours, au mois, au trimestre ou à l’année parce que ça peut vraiment faire une différence énorme sur votre business, surtout pour la concentration, la productivité, le changement d’environnement. Ça permet aussi de rencontrer d’autres personnes qui font à peu près la même chose que vous. Quand vous avez des soucis de comptabilité, de webmarketing, de partenariats, ou encore que sais-je, ça peut vraiment faire une différence énorme sur le long terme.

Pour finir sur une dernière question, hier tu évoquais, et tu l’as également évoqué dans la vidéo, que tu as un associé et tu as une formule qui est assez peu commune qui est l’abonnement.

Tu as un abonnement à 37 euros par mois ou 350 euros à vie. Est-ce que tu peux nous expliquer comment ça t’est venu à l’esprit et les bénéfices de faire de temps en temps une formule à vie parce que je pense que tu es le seul dans le web-entrepreneuriat à le faire, je ne connais personne d’autre à part toi qui fais des formules à vie. Est-ce que tu peux nous expliquer tout ça et la satisfaction clientèle que tu en as reçue ?

Laurent : depuis de nombreuses années, on fait de la formation one shot. Les gens paient 200, 300 euros jusqu’à 700-800 euros ou 2000, ils paient des formations qu’ils ont en one shot.

On s’est rendu compte dans notre base de données qu’il y a beaucoup de gens qui ne pouvaient pas se permettre d’acheter ces formations-là.

Maxence : vous aviez des produits à 200, 300, 500, 700, 900 ?

Laurent : oui c’est ça. Il y a des produits qui ne sont pas très chers, mais même pour ces produits-là c’est compliqué pour les gens de se les acheter. Les clients nous envoyaient des emails pour nous expliquer qu’ils n’avaient pas le budget, que c’était difficile. Parfois ils vivaient sur leur découvert, donc rajouter quelque chose était compliqué.

Avec Luc Marie, on s’est dit, on va créer une base de données de formation dans laquelle on va mettre des formations courtes hyper précises pour des gens qui en ont besoin et on va proposer une formule d’abonnement à 37 euros par mois pour que les gens aient accès à l’intégralité des formations. Et là, on a pu satisfaire ces gens-là. Le fait qu’ils sont très nombreux, le fait qu’ils ne paient pas cher, ce n’est pas grave parce que le chiffre d’affaires pour nous est quand même massif.

Maxence : ça a amené une stratégie de volume où vous avez pu convertir pas mal de clients.

Laurent : exactement. Et après l’idée des 350 euros à vie, c’est tout simple. Quand on a monté le site, on avait besoin de fonds et donc on a appelé les gens à s’abonner pour 350 euros et à avoir accès à vie pendant toute la durée de vie du site à toutes les formations. Plus des bonus qui sont des ateliers avec nous, d’autres choses. On a appelé ça. Ça a fait un appel de fonds absolument colossal qui nous a permis de créer, de prendre du temps pour faire les formations avant la sortie. C’était une présortie.

Une fois qu’on a sorti le site, on a arrêté de faire cette formule à vie et on a reçu plein d’emails de gens qui disaient : je n’étais pas là, je n’ai pas eu le temps, j’ai eu l’email trop tard, moi la formule à vie m’intéresse. Ou bien des abonnés qui disaient : je suis abonné, mais je vais me désabonner si je n’ai pas de formule à vie. On a un taux de rétention qui est quand même très important. Sur ce sujet, le taux de rétention est autour de 4 mois, nous on a 6-8 mois parfois 9 mois. Il y a des gens qui sont abonnés déjà depuis deux ans, qui paient tous les mois depuis deux ans.

Maxence : c’est assez énorme

Laurent : parce qu’on essaie aussi de satisfaire avec de la grosse qualité. Tous les ans, on le fait soit en début ou en fin d’année, soit janvier ou septembre…

Maxence : une fois par an ou deux fois par an ?

Laurent : avant on faisait deux fois par an. Là, on va la réduire à une fois par an, déjà parce qu’on a besoin de moins de fonds et les abonnements suffisent. Et après, on veut aussi créer l’événement. On veut qu’à chaque fois ça soit un événement pour les gens et que ça soit une opportunité.

Comme on s’engage à faire des ateliers gratuits pour les gens, c’est aussi pour nous de l’investissement. Les membres à vie sont aussi des gens qui nous coûtent de l’argent. Ce n’est pas juste des gens qui nous amènent des fonds, c’est aussi des gens pour lesquels on va travailler à vie. C’était la formule idéale. Honnêtement je l’ai trouvée dans un exemple de Jean Rivière.

Maxence : Jean Rivière de Webmarketing Junkie que j’ai déjà évoqué

Laurent : c’est quelqu’un que j’aie beaucoup. Il parlait des formules à abonnements et il donnait un exemple d’un marketeur qui a travaillé sur l’ouverture d’un golf et qui disait : vous allez payer tant par mois ou bien vous allez être VIP membre à vie du club de golf en payant une très grosse somme. En fait, ils se sont rendu compte qu’il y a énormément de clients du golf qui ont payé une très grosse somme pour être membre à vie.

J’ai trouvé que c’était une bonne idée. Je ne voulais pas le faire exactement comme ça, avec une très grosse somme, mais je voulais que ça soit un appel de fonds intéressant pour nous et en même temps avec une offre, une promesse intéressante pour le client. Je crois qu’on a gagné là.

Maxence : pour récapituler, vous aviez à peu près 80 formations, donc pas mal de produits.

Laurent : aujourd’hui on en a 80, et on en rajoute une par semaine.

Maxence : si vous avez quelques produits, un abonnement, là en occurrence c’est 37 euros par mois. Instantanément, vous vous dites peut-être, s’ils ont les 80 formations en même temps, ils peuvent tout télécharger, donc là, la réponse est non, ils avaient accès à 5 formations de leur choix sur les 80.

Laurent : en fait, ils peuvent en faire 5 simultanément. Mais ça fait trop d’informations. C’est de développement personnel. Ça fait trop d’informations s’ils en font 6 ou 7, et après ils mélangent les emails. Pour pas que les gens se mélangent et que ça soit clair, on a mis l’accès à 5 formations simultanées. Quand il y en a une qui dure deux jours, deux jours après elle s’arrête, ça laisse la place pour une autre. Tu vois les gens peuvent en faire 5.

La plupart du temps, les gens en font 2-3 simultanément, mais pas plus parce qu’ils ont vraiment là pour avancer, pour travailler dessus, pas pour bouffer du contenu.

Maxence : avoir des résultats

Laurent : exactement.

Maxence : en moyenne les gens restent au moins 8 mois, donc c’est ça aussi la beauté de l’abonnement, quand on offre de la qualité, quand on a un minimum de produits, ça permet d’avoir des revenus en récurrent sans avoir de stress e d’optimiser la valeur client par rapport à tous vos produits et services. C’est ça qui est magique.

Laurent : je vais vous donner un petit secret bonus. Je pense qu’effectivement c’est une bonne idée, mais appliquer ça peut vraiment foirer. Le secret pour que ça fonctionne, c’est qu’il faut animer, il faut être là tout le temps. Les gens vont chaque mois voir un débit sur leur compte. On travaille avec Click Bank, donc ils vont voir un email de Click Bank qui dit : on vient vous débiter 37 euros.

Donc ce qu’il faut faire, c’est d’être toujours dans l’animation et dire qu’il se passe des choses sur le site. On vient de mettre une nouvelle vidéo, on sort un nouveau programme. Comme ça, les gens acceptent plus facilement de payer s’il se passe des choses.

Maxence : c’est un peu comme un téléphone au final, comme on fait des SMS, on appelle. Ça nous paraît évident de continuer l’abonnement parce qu’on a besoin du produit dans notre quotidien.

Laurent : exactement. Par ailleurs, on pourrait animer sur le site, mais pas communiquer sur les nouvelles vidéos. Si on anime sur les sites et qu’on ne communique pas, les gens ont l’impression qu’il ne se passe rien parce qu’on ne leur parle pas. Le fait de communiquer, d’animer et d’être tout le temps là, ça fait que le taux de rétention grandit. En animant régulièrement, on est passé de 4 à 8 mois en moyenne, donc il y a des gens qui sont là depuis vraiment beaucoup plus de temps.

Maxence : la seule chose qui te manquait, c’est l’abonnement annuel. Tu pourrais mettre par exemple 37 euros par mois ou 197 euros par an ou 350 euros à vie.

Laurent : oui.

Maxence : je sais qu’il y a plein de gens qui prendraient à l’année, parce que moi c’est ce que je fais pour mon club privé Paris Sportifs. Il y a au moins une personne sur deux qui prend un abonnement annuel.

Laurent : franchement je te remercie

Maxence : mets-le en place et tu verras

Laurent : je n’avais pas pensé à l’abonnement annuel. Merci, on y a réfléchi avec Luc Marie et effectivement on s’est dit que c’était très malin.

Maxence : et ensuite, pourquoi ne pas tester un prix un peu plus élevé pour le « à vie » du style 500 euros.

Laurent : le « à vie » va monter.

Maxence : 350, c’est logique que tout le monde s’arrache pour le prendre parce que c’est vraiment cheap.

Laurent : 350, on l’ouvre à 100 personnes seulement. C’est seulement 48 heures ou 100 personnes.

Maxence : ça permet de réaliser des levées de fonds importants assez rapidement. Merci pour tout ton vécu et ton retour d’expérience.

1) n’oubliez pas de mettre un système à abonnement dans votre business si ce n’est pas le cas

2) si aujourd’hui vous êtes dans votre lit ou alors vous avez du mal à vous motiver, renseignez-vous sur un espace de coworking le plus proche de chez vous, parce que ça va faire une différence énorme.

Moi, de temps en temps, ça m’arrive de le faire une journée ou deux jours. Comme je suis un peu un digital nomad, je ne peux pas louer un mois à un endroit précis. Mais n’hésitez pas à vous organiser par rapport à ça, parce que ça va faire une différence énorme, et notamment si vous avez des enfants, des choses bien précises qui peuvent vous prendre de l’énergie et du temps.

Si vous avez aimé la vidéo, cliquez sur le bouton j’aime juste en dessous et partagez-la.

Juste avant de vous laisser, je vous invite à cliquer sur le lien à l’intérieur de la vidéo YouTube. Cliquez maintenant sur ce lien, ça va vous rediriger vers une autre page où il suffit d’indiquer votre prénom et votre adresse email.

Vous allez apprendre comment j’ai gagné 71 495 euros avec deux sites web, de paris sportifs et de course à pied en 12 mois. Cliquez sur ce lien à l’intérieur de la vidéo YouTube. Je vous dis à tout de suite de l’autre côté pour la vidéo bonus. Si vous êtes sur un Smartphone, vous vous dites merci, Maxence, mais il est où ce lien, il est dans la description juste en dessous. Et si vous visionnez cette vidéo sur YouTube, il y a un « i » comme info à droite de votre écran.

Laurent : cliquez parce que ce mec est très très malin

Maxence : cliquez et je vous dis à tout de suite pour la vidéo bonus.

Laurent : ciao

Maxence : ciao

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *